Archives de l’étiquette : Jean-Michel Cousteau

Avr 18 2017

Retour sur la session plénière « Climat : Objectif Océan » du 13 avril

Jeudi 13 avril a eu lieu la journée « Littoral, Océan et Climat », organisée par Green Cross France et Territoire, sous la présidence de Jean-Michel Cousteau, et  l’Agence Spatiale Européenne (ESA), avec notamment Nathalie Meusy, ‎Responsable du Développement Durable au sein de l’ESA.

 

Le colloque « Climat : Objectif Océan » de l’après-midi a été co-organisé avec l’Agence Spatiale Européenne (ESA), Sud Radio et Presidency Key Brief, avec la participation du Comité 21, de la Coalition Marocaine pour l’Eau, de l’Institut pour la Prospective et la Sécurité en Europe, de la Fondation Goodplanet, de Humanité et Biodiversité, de l’Institut de l’Economie Circulaire, d’Outremers 360, du Partenariat Français pour l’Eau, de la Revue de la Marine Marchande, du R20+ Regions of Climate Action….

 

Afin de répondre aux priorités 2017 et aux urgences, confirmées notamment par les travaux des Conférences Climat (COP et conférences régionales MEDCOPs et Oceania Meetings), comme par le rapport spécial à venir du GIEC sur la cryosphère et l’océan, ce colloque a été articulé en trois parties :

  • Améliorons la résilience et la gestion écologique des territoires littoraux et des îles,
  • Stoppons le plastique dans l’océan,
  • Rendons par l’innovation et les engagements le transport maritime plus écologique.

 

Les débats ont été animés par Fanny Agostini, journaliste TV et présentatrice météo, Philippe David, journaliste et animateur Sud Radio sur Sud Radio, et Nicolas Imbert, directeur exectif de Green Cross France et Territoires.

 

Ils parlent de notre événement sur Twitter :

Hashtag: #ClimatOcean

@_GCFT ; @technoscopie ; @Ale_moreau ; @AmadouCleverBa ; @Emdupuy ; @PlasticOdyssey ; @R20Paris ; @sandrinebelier ; @HenriRobert6 ; faimano ; @Amelie_Rouvin

 

N’hésitez pas à télécharger nos ouvrages « Eau, des clés pour agir » et « Océan, des clés pour agir » sur la plateforme suivante : http://www.desclespouragir.fr/

 

Et à contribuer à l’édition 2017 « Océan, des clés pour agir » par ici : JE SOUHAITE CONTRIBUER 

 

LES PHOTOGRAPHIES DE L’EVENEMENT SONT A RETROUVER ICI

 

Bettina Laville - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Bettina Laville – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Houria Tazi Sadeq - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Houria Tazi Sadeq – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe Guettier - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe Guettier – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Thierry Touchais - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Thierry Touchais – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Sandrine Bélier - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Sandrine Bélier – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Fanny Agostini - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Fanny Agostini – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Jacques Degroote - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Jacques Degroote – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Patrick Fabre; Henri Robert - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Patrick Fabre; Henri Robert – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Amadou Ba - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Amadou Ba – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Hervé Deiss - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Hervé Deiss – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Carole Carpentier - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Carole Carpentier – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

GCFT, Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

GCFT, Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Jean-Michel Cousteau - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Jean-Michel Cousteau – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Carmen Bouley de Santiago - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Carmen Bouley de Santiago – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe David - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe David – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Nathalie Meusy - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Nathalie Meusy – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Jean-Michel Cousteau - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Jean-Michel Cousteau – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe Rigout - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe Rigout – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Nicolas Imbert - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Nicolas Imbert – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/retour-sur-la-session-pleniere-climat-objectif-ocean-du-13-avril/

Avr 14 2017

Retour sur la session de travail «2017 : Stoppons le plastique dans l’Océan »

Jeudi 13 avril a eu lieu la journée « Littoral, Océan et Climat », organisée par Green Cross France et Territoire, sous la présidence de Jean-Michel Cousteau, et  l’Agence Spatiale Européenne (ESA), avec notamment Nathalie Meusy, ‎Responsable du Développement Durable au sein de l’ESA.

Dans la continuité des travaux effectués le 11 novembre 2016 à Marrakech, lors de la CoP22 (https://vimeo.com/196260464), la matinée « Stoppons le plastique dans l’Océan » a été conçue dans une dynamique de workshop, avec une table de co-construction, pour s’attaquer à deux dimensions : tarir les gisements de plastique; et gérer les déchets plastiques déjà présents. Elle a permis de progresser dans la consolidation de nos propositions collectives (expéditions, associations, collectivités locales, entreprises, scientifiques, journalistes et institutions gouvernementale), afin de présenter lors de la journée mondiale de l’océan, le 8 juin 2017, un plan d’action à la hauteur des enjeux.

Jean-Michel Cousteau, Président de Green Cross France et Territoires, a su souligner à quel point nous sommes dépendants de la qualité des océans, mais aussi que « nous sommes la seule espèce qui peut décider de ne pas disparaître ».

De nombreuses initiatives existent déjà, comme la campagne de sensibilisation initiée par Vacances Propres, et parrainée par Jean-Michel Cousteau. La 6ème édition de l’opération « Je navigue, je trie » complètement dédiée à la prévention des déchets marins et au tri, a d’ailleurs permis de sensibiliser 131000 plaisanciers, notamment grâce à un slogan accrocheur « Rien par-dessus bord, tous mes déchets au port ! ».

Le projet The Sea Cleaners consiste, quant à lui, à fabriquer un multicoque de 72 mètres de large, le Manta, afin de ramasser les macro-déchets plastiques, pour, d’une part, nettoyer les océans, en priorité dans les zones les plus critiques, et, d’autre part, être un symbole de cette lutte contre la pollution plastique et de la nécessité de prises de décision de la part des Etats. La démarche se décompose en trois volets : la collecte ; l’analyse scientifique ; et l’éducation.

Il en est de même pour Expedition MED, qui se veut être un laboratoire citoyen pour la protection de l’environnement marin, et qui a d’ailleurs spécifié que « dans certaines zones avaient pu être trouvés autant de déchets plastiques que de plancton ». Les déchets plastiques, c’est 100000 mammifères étouffés ou asphyxiés par an. De plus, il existe un lien, peu évident, et pourtant très fort entre le plastique et le climat : la moitié du captage de CO2 de l’atmosphère se fait via les phytoplanctons, qui s’avèrent être très perturbés par les substances plastiques, et notamment par les perturbateurs endocriniens.

Cependant, 70% des macro-déchets coulent, rendant difficile le nettoyage des mers : il faut donc agir d’urgence en amont, et mettre en place, par exemple, des filières de collecte et de valorisation des filets de pêche, qui s’avèrent avoir des effets dévastateurs en mer.

Cette matinée a donc permis de voir émerger des lignes de force, et surtout l’importance, d’une part, que tiennent l’éducation et la sensibilisation dans la réduction de la présence de plastique dans l’océan, mais aussi la nécessité indubitable de créer une plateforme permettant de publier et partager l’ensemble des découvertes, études et conclusions scientifiques concernant le plastique, mais également de former une alliance, une coalition réunissant l’ensemble des acteurs mettant en œuvre des projets et des actions dans le sens d’une réduction de la quantité de déchets plastiques dans l’océan. Il est vital de mettre en commun les référencements et les données existants, d’où, d’ailleurs, le lancement par l’ESA de Copernicus, ce programme européen d’observation de la Terre, qui permet d’enregistrer une quantité de données essentielles à la compréhension du changement climatique et des bouleversements qu’il crée et pourra engendrer dans un futur proche si les prises de décision ne sont pas rapides et à la hauteur des enjeux.

 

Différents projets et expéditions à retrouver sur :

 

Ils parlent de notre événement sur Twitter :

#STOPplasticsINtheSEA

@_GCFT ; @technoscopie ; @Ale_moreau ; @AmadouCleverBa ; @Emdupuy ; @PlasticOdyssey ; @R20Paris ; @sandrinebelier ; @HenriRobert6 ; @faimano ; @Amelie_Rouvin

 

N’hésitez pas à télécharger nos ouvrages « Eau, des clés pour agir » et « Océan, des clés pour agir » sur la plateforme suivante : http://www.desclespouragir.fr/

Et à contribuer à l’édition 2017 « Océan, des clés pour agir » par ici : POUR CONTRIBUER 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/retour-sur-la-session-de-travail-2017-stoppons-le-plastique-dans-locean/

Oct 24 2016

Jean-Michel Cousteau élu Chairman de Green Cross International

Ce vendredi 21 octobre 2016, Jean-Michel Cousteau, plongeur, réalisateur, fils du commandant Jacques-Yves Cousteau et Président de Green Cross France et Territoires, a été élu Chairman de Green Cross International.

Le Président-fondateur de Green Cross Mikhaïl Gorbatchev, a tenu à annoncer la nouvelle lui-même via twitter, à l’issue d’un conseil d’administration de Green Cross International qui s’est tenu le 21 octobre à Moscou.

Jean-Michel Cousteau se félicite de cette décision, au service de notre planète de terre et d’eau:
« Nous sommes dans une étape stratégique, et indispensable pour construire, solidairement et sereinement, les piliers d’un futur désirable. Plus que jamais, il nous faut agir pour l’eau et l’océan, parce qu’en les préservant nous nous préservons tous. Et maintenir le lien entre paix et climat. »

Jean-Michel Cousteau continuera également son engagement de Président de Green Cross France et Territoires, les deux modes d’actions étant éminemment complémentaires, notamment pour renforcer les thématiques eau littoral et océan, alimentation, économie circulaire et coopérations.

A quelques jours de l’ouverture de la 22ème Conférence Climat à Marrakech, cette élection permet à Green Cross de développer plus encore ses plaidoyers et ses projets concrets, dans une belle dynamique d’action co-construite via les 30 bureaux régionaux de Green Cross.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/jean-michel-cousteau-elu-chairman-de-green-cross-international/

Sep 15 2016

UN Climate week & Our OCEAN conference – A.G. Nations-Unies et conférence OUR OCEAN

Version française ci-après
Following the recent announcements and ratification of Paris Agreement, current weeks are key to save the ocean and the climate.
(c) GCFT
With Jean-Michel Cousteau, with the « Climate: OCEAN objectiv » coalition, their 20 engagements, 60 leaders signing from 30 countries and perspective, civil societies are acting.Please find enclosed in preparation of the « Our Ocean » conference, Climate Week and Marrakech CoP22 initiative, the following:

We will be happy to share with you our agenda for Cop22 and beyond, and get back on an individual basis to prepare Marrakech summit

Best regards,

Green Cross team

________________________________

Chers amis et signataires de Climat: objectif OCEAN,

Nous tenons à partager avec vous l’ouverture de la conférence « OUR OCEAN », et le fait que nous avons partagé avec les différentes délégations internationales présentes à OUR OCEAN et à la Climate Week les documents suivants:

Pour information, il existe également une version française du point d’avancement « Climat: Objectif OCEAN », ci-jointe.

Nous allons lancer très prochainement la seconde édition de notre ouvrage « OCEAN: des clés pour agir » (le premier tirage paru en juillet étant déjà victime de son succès), qui sera prêt pour la CoP22, avec 4 pages supplémentaires sur les pôles.
Bien à vous,
L’équipe Green Cross France et Territoires

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/un-climate-week-our-ocean-conference-a-g-nations-unies-et-conference-our-ocean/

Déc 11 2015

Négociations #CoP21 – message de Jean-Michel Cousteau

La phase actuelle de négociation est critique pour le futur commun de l’humanité. Voici le message de Jean-Michel Cousteau aux négociateurs

J’ai grandi au bord de la mer Méditerranée, dans le Sud de la France, et ai commencé à plonger à l’âge de 7 ans. Mon père, Jacques-Yves Cousteau, son équipe et moi-même, ont produit de nombreux films documentaires pour présenter les merveilles des océans au public.

Au cours de mes 70 ans de plongée, j’ai découvert des endroits magnifiques de par le monde. Mais j’ai aussi assisté à la destruction de la planète. Maintenant, et c’est nouveau, nous devons affronter le plus grand défi de l’histoire humaine : l’accélération du changement climatique. Avec les dirigeants et gouvernants mondiaux réunis à Paris – et le monde entier qui regarde.

Le temps est plus que compté. Il y a eu assez de discours. Nous devons prendre désormais action, maintenant, pour infléchir la trajectoire de notre futur commun. Nous devons nous focaliser sur les solutions. Aucune nation ne sortira vainqueur d’une augmentation des émissions de gaz à effet de serre, d’une montée des températures ou d’une détérioration de la santé des océans. Nous gagnerons si nous protégeons les terres et océans.

Chaque nation dans le monde gagnera si nous nous rassemblons pour trouver des solutions. Chaque nation aura quelque chose à gagner si nous réalisons que la qualité de nos futurs dépend de la santé de la planète. Confrontée à ce défi, l’espèce humaine innovera de manière remarquable, et peut s’adapter aux besoins changeants de notre époque. Nous sommes la seule espèce sur la planète qui peut faire le choix de ne pas disparaître.

Aujourd’hui, les connaissances sont plus importantes que jamais, et nous pouvons communiquer pour atteindre l’ensemble du monde. Nous savons que le climat se dérègle rapidement, que la biodiversité est altérée, et l’eau de la planète de plus en plus polluée. Mais ensemble, nous pouvons résoudre ces problèmes. Les opportunités de création d’activités sont sans fin. Nous pouvons mieux capter l’énergie du soleil, des vents, des marées et courants. Nous pouvons réemployer ou recycler les produits chimiques avant qu’ils ne rentrent dans l’océan, et cultiver durablement l’océan. Les possibilités de développer nos communautés humaines tout en protégeant notre bien commun sont multiples.

Il n’y a qu’un seul système d’eau, et ensemble, nous vivons sur une seule planète de terre et d’eau. Nos vies sont toutes liées, et nos futurs intimement connectés. Construisons le futur de l’eau et des énergies propres qui nous permettra de vivre. Le temps de l’action, c’est maintenant.

Vous pouvez retrouver cette déclaration en français et en anglais.

Décryptage du texte du 10 décembre

Nous avons revu le texte du 10 décembre (http://bit.ly/UNFCCC_draft_dec10) à la lueur de nos 8+1 mots-clés… et voici le résultat.

A moins de 6 heures de la clôture prévue des négociations, le statut juridique du texte n’est toujours pas tranché, ni ce qui est contraignant et ce qui ne l’est pas. C’est un obstacle majeur pour en faire un texte d’action et de réponse à l’urgence climatique.

Le rôle des acteurs non-étatiques, essentiel dans les progrès et actions annoncées pendant la CoP21, est reconnu. L’adaptation fait l’objet d’une attention désormais plus en rapport avec les enjeux. Mais le dispositif de réponse est trop lent : avec une première revue quinquennale globale des émissions en 2024, le texte désavoue le GIEC et ne répond pas à l’urgence climatique. L’ambition de co-construction d’un futur souhaitable (qu’il s’agisse de financement, de transferts de technologie ou de coopération) n’est pas en rapport avec les enjeux. La cible 2050 n’est plus définie, ni les engagements concrets sur l’énergie, l’alimentation, la préservation de l’eau et des océans.

Ce texte est une incantation, non un cadre d’action: l’ambition affichée de réduction du dérèglement climatique à 2°C nécessite des moyens sans commune mesure avec le contenu du texte. Nous espérons que les engagements et plans d’actions des pays (INDC), ainsi que les solutions issues du Plan d’action Lima Paris (LPAA) seront eux développés, poursuivis, partagés très rapidement et surtout mis en oeuvre dès que possible.

Nos curseurs par rapport aux 8+1 mots-clés que doivent comporter un accord ambitieux

1 – Rôle des gouvernements locaux                                                
2 – Suivi effectif et révision des engagements                                                                     
3 – Pertes et dommages                                                                                                                  
4 – Approche inclusive sur les territoires                              
5 – Reconnaissance des savoirs traditionnels                                               
6 – Financement (à l’échelle des territoires)                                                                
7 – Accélération de la mise en réseau des solutions                                                       
8 – Droits humains                                                                                                                       

Droits humains : urgent d’agir – reconnaissons dès maintenant la démarche entreprise vers une déclaration universelle des droits et devoirs de l’humanité (www.droitshumanite.fr), et proposons un procédé pour la reconnaître en moins de 12 mois.

+1 Evolution de la gouvernance pour la CoP22                                                                         

Evolution de la gouvernance pour la CoP22 : les négociateurs sont dans une bulle trop éloignée de l’action. Plus que jamais, une refonte en profondeur du processus de décision UNFCCC est impérative. Retrouvez sur https://www.youtube.com/watch?v=YZjqSN6ybeM la vidéo de Nicolas Imbert sur le sujet.

Clés de lecture du texte – Les 8 + 1 mots-clés qui construiront un accord acceptable à Paris, ou non !  English version to follow – version PDF disponible ici

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/negociations-cop21-message-de-jean-michel-cousteau/

Oct 12 2015

A la poursuite de l’Endurance – l’ouvrage de Luc Hardy et de l’expédition Shackleton en vente généreuse

L’ouvrage « A la poursuite de l’Endurance » effectué par Luc Hardy lors de son expédition « sur les traces de Shackelton » est désormais disponible en vente généreuse: 50% du prix de vente est reversé à GCFT pour ses activités.

Endurance_couv

Cet ouvrage, bilingue français / anglais et comportant de superbes photos et infographies en impression haute qualité, est préfacé par Jean-Michel Cousteau, avec un avant-propos de Mikhaïl Gorbatchev.

C’est le cadeau idéal pour les fêtes de fins d’années…et c’est une vente généreuse, 50% du prix de vente, soit 20 euros, allant à Green Cross France et Territoires, pour chaque ouvrage vendu.


Expédition



Les frais de port sont de 6 euros

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/sur-les-traces-de-lendurance-louvrage-de-luc-hardy-et-de-lexpedition-shackleton-desormais-disponible-en-vente-genereuse/

Déclaration à l’issue d’Oceania21 2015: Une étape importante dans le Pacifique Sud avant ParisClimat2015

Green Cross était présent à Nouméa du 28 au 30 avril pour le Forum Oceania21 2015, labellisé ParisClimat2015.

20 parties prenantes essentielles du Pacifique Sud (15 Etats de la Région, ainsi que l’Australie, la France, la Nouvelle-Zélande, l’Union Européenne, le Secrétariat du Forum des Iles du Pacifique) se sont réunies pendant 3 jours afin d’élaborer un texte de propositions régionales préalables à ParisClimat2015, pour le Pacifique Sud.

Cette mobilisation est particulièrement importante dans la mesure où les îles du Pacifique Sud sont les sentinelles du climat: elles font face en avance de phase sur le reste du monde à des phénomènes climatiques extrêmes, et doivent envisager avant le reste du monde les enjeux de l’adaptation tout en effectuant les nécessaires efforts d’atténuation, d’éducation et de mobilisation.

IMG_1995(c) GCFT –  Ouverture d’Oceania 21  2015 par le Président en exercice, vice-premier ministre des Samoa
La première journée des travaux a été entièrement consacrée aux effets dévastateurs du cyclone PAM, aux mesures d’urgences prises et à ce qui reste encore à faire, en présence du Ministre du Dérèglement Climatique de Vanuatu, M. James Bulès. En ressortait notamment l’urgence d’une approche plus inclusive de la météorologie et du climat, notamment en intégrant dans les modélisation les effets sur l’accès à l’eau et à l’assainissement, l’agriculture et l’alimentation et la continuité des activités économiques.
IMG_2009
(c) GCFT – discussions sur PAM
La nécessité de travailler en amont les plans d’urgence et de résilience face aux événements climatiques extrêmes, avec une approche inclusive intégrant les responsabilités coutumières, est désormais un besoin urgent. Il est proposé que ces projets et démarches de résilience aux phénomènes climatique extrêmes soient rendus plus facilement éligibles au Fond Vert et au Fonds Français pour l’Environnement Mondial, et ce de manière significative.
La fin de la première journée a également vu la visite du Président de l’Assemblée Nationale M. Claude Bartolone, en présence du Président de Nouvelle-Calédonie M. Philippe Germain, de l’ensemble des délégations présentes à Océania et de nombreuses personnalités venues spécialement pour l’occasion.
IMG_1995
Ont également été évoqués durant la seconde journée l’importance des savoirs coutumiers, les avancées scientifiques régionales, le fort besoin de politiques régionales scientifiques et d’innovation, ainsi que l’importance d’adopter très rapidement au moins pour le Pacifique un format commun et des standards ouverts pour les données sur le climat et l’océan. Dans une région où la moitié de la population a moins de 20 ans, l’importance de co-construire les démarches climat avec la jeunesse est essentielle, et c’est un domaine sur lequel beaucoup reste à faire, en particulier via les efforts d’éducation et de mobilisation.Concernant le financement de la transition écologique et de l’adaptation dans la région, les participants constatent un décalage entre la volonté d’agir de la communauté internationale et les moyens mis en oeuvre, qui actuellement favorisent des initiatives massives et concentrées au détriment d’une politique d’investissement territorial, diversifié et déconcentré, réalisé par et avec les populations, qui est celui que les pays du Pacifique mettent en oeuvre de par la faible densité de population et l’importance des distances. Dans ce modèle, l’agriculture et l’alimentation de proximité, l’autonomie énergétique autour d’un usage accru des renouvelables, l’économie circulaire, ont toute leur place. L’amélioration de la santé des océans, favorisant tant leur biodiversité que la captation carbone, est également au cœur des enjeux et nécessite la mobilisation sur toute la zone, par et au-delà des Aires Marines Protégées. La troisième journée a été consacrée à l’élaboration de la déclaration de Lifou, signée par les parties prenantes (et notamment les Etats participants). Pour ce faire, Jean-Michel Cousteau a fait parvenir aux parties prenantes une vidéo.

Le titre de cette déclaration est percutant: ParisClimat2015: sauvez l’Océanie

Parmi les attendus, on note la répétition et l’accélération du nombre et de la violence des phénomènes climatiques extrêmes et dévastateurs. La communauté internationale fait des efforts, mais l’inadéquation entre besoins d’adaptation et moyens mis en oeuvre restent flagrante. Il y a donc urgence d’agir pour ParisClimat2015. C’est une responsabilité conjointe de tous les Etats parties prenantes aux Nations-Unies à la fois de réduire leurs émissions, de restaurer la santé des océans et de travailler sur l’adaptation

Les Etats du Pacifique ne sont pas responsables du dérèglement climatique mais en sont les premières victimes. Il est urgence d’éveiller l’ensemble du monde à cette réalité et à cette urgence, pour accélérer la lutte contre le dérèglement climatique, et de rendre plus entendue la voie du Pacifique.

L’objectif d’atténuation de 2°C, et surtout les trajectoires précises et transparentes par pays sont plus que jamais nécessaires. Les Etats du Pacifique sont prêts à montrer l’exemple, notamment en réduisant leur dépendance aux énergies fossiles et en développant à marche forcée leur efficacité énergétique.

L’éducation et formation des jeunes par une intégration dans les programmes d’enseignement joue dans cette démarche un rôle essentiel. Sur ce sujet comme sur de nombreux autres, les parties prenantes ont adopté la mise en place avant avril 2017 d’une plateforme Oceania commune.

Elles ont également proposé de renforcer observation santé océan et climat, d’infléchir la finance climat pour mieux prendre en compte les dérèglement climatiques extrêmes, l’adaptation, les projets de territoires et financements diffus, ainsi que la compensation.

Un porte-parole d’Oceania 21 sera présent le 8 juin pour la réunion ParisClimat2015 – Objectif OCEAN: les propositions de l’Economie Bleue.

 

Plus d’informations sur https://www.facebook.com/GCFetT

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/declaration-a-lissue-doceania21-2015-une-etape-importante-dans-le-pacifique-sud-avant-parisclimat2015/

Le livret « eau, des clés pour agir » – version 2015

livret_eau

TERRE…OCEANS….eau
Il est grand temps de faire le point, de regarder quels sont les enjeux, et comment chacun peut agir.

C’est ce que nous avons fait. Green Cross a sorti cet ouvrage en 2014, et l’actualise annuellement depuis. La version 2015 est disponible gratuitement en ligne ICI: Livret_eau_2015

Il est également possible de commander en ligne sur http://gcft.fr/WP/eau-des-cles-agir/. N’hésitez pas le cas échéant à renouveler votre adhésion et à commander l’ouvrage en même temps !

Notre livret présente les enjeux de l’eau, précise ce qu’il est possible de faire, et donne des exemples et retours d’expériences concrets d’actions efficaces pour l’environnement, l’économie et la société.

 

Pour acheter le livret, c’est ICI:


Quantité



Pour télécharger gratuitement le livret eau c’est LA.

Pour commander la version papier: vous pouvez remplir le bon de commande ICI

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/eau-des-cles-agir/

Nov 24 2014

Agenda – vos prochains rendez-vous avec Green Cross

Parmi les événements prochains:

  • les 27 et 28 novembre, Green Cross intervient au Forum Mondial des Droits de l’Homme, à Marrakech, et interviendra sur le thème préserver la ressource pour prévenir les conflits – enjeux et solutions liées à la disponibilité de la ressource, la lutte contre les pollutions, l’efficacité dans l’utilisation et la hiérarchisation des usages – http://fmdh-2014.org/fr/
  • 28 novembre, Marseille: rencontre Systèmes de production et modes de consommation dans la Ville Durable, en partenariat avec EA Ecoentreprises et l’Avitem, dans le cadre du projet ECO SCP MED. Conférence ouverte à tous avec Léon-Christophe Etilé, le 28 novembre de 9h30 à 16h30 . Participation libre et inscription obligatoire à  http://form.jotformeu.com/form/43104144982350 – programme de la rencontre : Pré programme rencontres Avitem syst prod et ville durable 28 nov 14
  • Du 2 au 5 décembre, nous accompagnons les dialogues Chine-Europe, et organisons notamment la session thématique sur l’économie circulaire, les 3 et 4 décembre à Lyon,
  • Le 2 décembre à 15h55, Green Cross interviendra à la conférence organisée par notre partenaire Orée, à Pollutec (Lyon), sur le thème Economie Circulaire et territoires insulaires – Quelles applications. Programme et inscription sur http://bit.ly/1AtEYgW
  • Le 3 décembre à 9h30, le Cercle Français de l’Eau organise un petit-déjeuner surConventions Internationales pour la gestion des eaux transfrontalières – quels enjeux ? en présence de Marie-Laure Vercambre. http://bit.ly/11L5Tqt 
  • Le 4 décembre à 17h00, conférence publique à Lyon sur le thème Economie Circulaire : regards croisés Chine-Europe et perspectives d’avenir, dans les locaux de la Chambre de Commerce et d’Industrie Rhône-Alpes. Interviendront notamment Alain Chabrolle, vice-président de la Région Rhône-Alpes en charge de la Santé et de l’Environnement, François-Michel Lambert, président de l’Institut de l’Economie Circulaire, Jean-Claude Lévy, conseiller spécial du Ministère des Affaires Etrangères, ainsi que trois représentants de la Délégation Chinoise. En savoir plus et s’inscrire: http://gcft.fr/WP/chine-europe/
  • A Lima, du 6 au 12 décembre, représentation de Green Cross via Nicolas Imbert, directeur, avec des chroniques et actualités.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/agenda-dec2014/

Green Cross dévoile ses propositions pour le Pacifique Sud

Fortement touchées par le dérèglement climatique, les îles du Pacifique Sud s’organisent pour faire de leur transition écologique un mode de développement.

Le prochain déplacement à Nouméa du Président de la République François Hollande, le 17 novembre, mettra un coup de projecteur sur les enjeux de coopération régionale stratégiques dans le Pacifique Sud.Un long travail de mobilisation des îles du Pacifique Sud a été entrepris localement, pour lutter contre le dérèglement climatique, et apporter de nouvelles solutions économiques et sociales à hauteur des enjeux écologiques. Ce travail permet également de valoriser l’extraordinaire biodiversité du Pacifique Sud en Général et de la Nouvelle-Calédonie en particulier.

NC_2014_Bandeau2
Le forum Océania, du 30 juin au 3 juillet 2014, a notamment contribué significativement à donner corps à cette mobilisation, avec 19 Etats signataires de la Déclaration de Nouméa, le 2 juillet. Green Cross, à travers Jean-Michel Cousteau et Nicolas Imbert, a accompagné cette manifestation.
Les chantiers opérationnels pour opérer la transition écologique du Pacifique Sud sont nombreux: gouvernance et coordination régionale, biodiversité, eau et agriculture durable, préservation des océans, lutte contre le changement climatique et la montée des eaux, efficacité énergétique, énergies renouvelables et gestion durable des gisements miniers et pétroliers, déchets et économie circulaire…

Dans la continuité des perspectives ouvertes par Océania 2014, Green Cross dévoile demain sa note d’étonnement et effectue 31 propositions et 10 quick-wins (actions exemplaires, rapides, concrètes et reproductibles) vers la transition écologique.

La note d’étonnement dans son intégralité (32 pages d’analyse et de proposition) est disponible ICI.


Une synthèse des propositions et quick-wins se trouve ICI.
 

Nous restons à votre disposition pour échanger plus amplement autour de ces travaux, et travaillons actuellement à leur concrétisation locale.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/green-cross-devoile-ses-propositions-pour-le-pacifique-sud/

Articles plus anciens «