Archives de la Catégorie : Agroécologie

Mon restaurant passe au durable – colloque le 27 novembre à Paris

La rencontre des restaurateurs, organisée par METRO et Green Cross France et Territoires, se déroulera le 27 novembre 2017 de 14h00 à 19h00 au Palais Brongniart. Cette rencontre est plus particulièrement destinée aux professionnels de la restauration.

En juin 2016, nous organisions le premier colloque sur la restauration de demain. Cet événement s’applique à réunir les acteurs de la profession pour mener une réflexion sur les défis et les enjeux d’une restauration durable.

Cette année, à la suite des rencontres en région avec restaurateurs et acteurs de la restauration, il a semblé évident d’aborder 4 thèmes lors de cette édition 2017, par le biais d’ateliers, animés par des chefs et des experts. Il est possible, sur inscription de participer à 2 des 4 ateliers suivants :

  • Atelier n°1 « L’assiette Positive Impact » avec le chef Joël Cesari et l’expert Frank Fol – Choix des produits et attentes des consommateurs
  •  Atelier n°2 « Le rôle sociétal du restaurateur » avec le chef Danielle Crost et l’expert Vincent Brassart – Le rôle du restaurateur sur son territoire
  •  Atelier n°3 « Le restaurant écoresponsable » avec le chef : Nicolas Gautier et l’expert : Nadia Boeglin – Choix des matériels, conception en salle comme en cuisine, et gestion des énergies
  •  Atelier n°4  » Fidéliser et manager les jeunes talents  » avec le chef Christian Tetedoie et l’expert Bruno de Monte – Manager ses équipes, former et transmettre

Seront également présents, en tant que grands témoins, pour nous partager leur expérience et leurs conseils :

  • Benoît Feytit, Directeur Général de METRO France
  • Côme de CheriseyDirecteur Général du Guide Gault et Millau ;
  • Bruno de MonteDirecteur de Ferrandi Paris ;
  • Roland Héguy, Président de l’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH) ;
  • Didier Chenet, Président du Groupement National des Indépendants de l’Hôtellerie Restauration (GNI) ;
  • Joël MauvigneyPrésident de la Confédération Générale de l’Alimentation en Détail (CGAD)

Ce colloque se tiendra au Palais Brongniart (Paris), le 27 novembre 2017.

Outre Green Cross et METRO, ce colloque réunit de nombreux partenaires : le guide Gault et Millau, l’UMIH, le GNI, FERRANDI Paris, la CGAD, Atabula.

La participation à cet événement se fait avec inscription en ligne obligatoire. Inscription, programme et informations pratiques sur : www.restaurant-de-demain.metro.fr

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/2711-colloque-mon-restaurant-passe-au-durable-organise-par-metro-en-partenariat-avec-green-cross-france-et-territoires/

Green Cross partenaire de Naturellia, du 24 au 26 novembre, et co-organisateur de l’avant-première « Wonders of the Sea 3D » le 23 novembre au soir à Archamps

En 2017, le salon Naturellia fait peau neuve et vous fait découvrir toutes les solutions concrètes pour consommer mieux !

Le salon Naturellia, nouvelle formule, se dévoile au Parc des Expositions de La Roche-sur-Foron (74) du 24 au 26 novembre 2017. Une centaine d’exposants présenteront des produits en phase avec les nouvelles tendances de consommation : alimentation bio et filières courtes, viticulteurs, santé, bien-être et médecines douces, artisanat, mode et cadeaux, édition, jardin, associations…Les visiteurs gourmets découvriront pour la première fois un corner veggie, pour tout savoir sur l’alimentation 100% végétale, ainsi qu’un corner viticulteurs présentant des vins respectant les valeurs environnementales !

Des journées thématiques rythmeront les 3 jours du salon. Au programme, conférences, ateliers, projections de films…. :

  • Vendredi 24 novembre : le bien-être au travail
  • Samedi 25 novembre : l’alimentation et les filières locales
  • Dimanche 26 novembre : consommer autrement

Réservez dès maintenant vos places sur https://yurplan.com/event/Naturellia-2017/20518 –> pour chaque place achetée, 1 euro sera reversé à Green Cross pour financer nos activités

Où et Quand ?

Du 24 novembre 2017 à 12:00 au 26 novembre 2017 à 18:00
Au Parc des Expositions, 2 Rue des Centaures, 74800 La Roche-sur-Foron

Retrouvez le programme complet, les photos et informations pratiques sur le site ICI ou sur l’événement facebook ICI.

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/du-24-au-26-novembre-12eme-edition-de-naturellia-a-la-roche-sur-foron/

Le 10 octobre: séminaire international SESAME – Agriculture et gestion intégrée ressources et climat – à Montpellier

La 5ème édition de Séminaire international SESAME se tiendra à Montpellier le 10 Octobre sur le thème « Agriculture, gestion intégrée des ressources et climat : quelle nouvelle gouvernance territoriale pour un développement durable en Méditerranée et en Afrique de l’Ouest ? ».

SesameParmi les défis que la Méditerranée (Nord et Sud) et l’Afrique de l’Ouest ont à relever, le plus crucial est peut-être celui, croisé:

  • de la sécurité alimentaire,
  • du changement climatique,
  • et de la préservation/gestion/valorisation durable des ressources naturelles (eau, sols, forêts)

Alors que les besoins en alimentation et en emplois, déjà mal satisfaits, sont en très forte croissance au Sud, les 3 sous-régions se caractérisent en effet par la vulnérabilité de leurs systèmes productifs au dérèglement du climat. Elles sont toutes trois condamnées à réussir des transitions tout en devant raisonner leurs interrelations en termes de solutions.

C’est pourquoi, les Conseils généraux des Ministères de l’agriculture de la France et du Maroc ont décidé, depuis 2013, d’organiser chaque année, avec l’appui de l’AFD  et d’autres partenaires, un séminaire international (SESAME) qui va « de la science à la politique en passant par le terrain ».

Plateforme de réflexion partagée Nord-Sud, SESAME vise à expliciter les défis à relever, à mettre en exergue des exemples de solutions et à réfléchir aux stratégies alternatives à promouvoir. Les 4 premières éditions ont porté respectivement sur les thèmes suivants :

  • L’eau et la sécurité alimentaire (Montpellier, 2013)
  • La mise en dynamique de l’agriculture familiale (Meknès, 2014),
  • Sécurité alimentaire et changement climatique : quel agenda pour la COP 21 ? (Paris, 2015),
  • De la COP 21 à la COP 22 : quelle évolution de l’agriculture pluviale (transition agro-écologique) pour relever le triple défi sécurité alimentaire, adaptation et atténuation ? (Meknès, 2016)

La 5ème édition, accueillie par Agropolis International, porte sur la question plus transversale de la gouvernance territoriale et de l’activation intégrée des ressources (humaines, naturelles et culturelles)  pour la réussite du développement durable.  Green Cross France et Territoires est une des institutions partenaires. Les notes ou rapports de synthèse des 4 premiers SESAME et la note de présentation du SESAME 5 ainsi que le projet de programme sont consultables à l’adresse http://www.agropolis.fr/actualites/2017-sesame-eau-securite-alimentaire-mediterranee.php

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/le-10-octobre-seminaire-international-sesame-agriculture-et-gestion-integree-ressources-et-climat-a-montpellier/

Filières et Territoires au cœur du produit – Fête de la Gastronomie

A l’occasion de l’ouverture de la Fête de la Gastronomie, le think&do tank Alimentation de Green Cross vous invite à son colloque Filières et Territoires au coeur du produit, qui aura lieu le 22 septembre, de 14h30 à 18h30, au Groupe la Française, 128 bd Raspail, 75 006 Paris.

Cet après-midi de restitution de nos travaux et de débat sera l’occasion de :

  • mettre en avant l’importance des filières et territoires dans la réalisation de produits de qualité,
  • faire témoigner celles et ceux qui agissent pour accélérer la transition écologique de l’alimentation,
  • restituer le travail effectué par le think&do tank Alimentation, agriculture, pêche, aquaculture et territoires durables,
  • montrer le succès et la valorisation économique et patrimoniale de ces démarches, pour donner envie.

Parmi les premiers intervenants confirmés:

  • Sophie le Bouleise, Commissaire Générale à la Fête de la Gastronomie
  • Christophe Chateau, Bonduelle
  • Léopoldine Charbonneaux, CIWF
  • Camille Dorioz, France Nature Environnement
  • Pascale Cheynet, Groupe la Française
  • Corinne Lepage, ancienne ministre de l’environnement
  • Jocelyne Leporatti, Club Génération Responsable
  • Jérôme Mousset, ADEME
  • Luc Picot, Décider Ensemble
  • Stanislas Pottier, Crédit Agricole
  • Olivier Touzé, Groupement des Mousquetaires

N’hésitez pas à réserver votre place dès maintenant. Accès libre, inscription préalable et présentation de la pièce d’identité à l’entrée obligatoires.

Inscriptions sur https://www.facebook.com/events/290861484725540 et http://bit.ly/2209Alim

2017-07-03 20.41.24

 

On y montrera notamment toute la vitalité d’une alimentation engagée d’ores et déjà pour faire bon, bien et fertile sur les territoires.

Représentant environ 20% du PIB, répartis entre alimentation, hospitalité (hébergement et restauration hors domicile), agriculture, pêche, transformation et art de vivre, le secteur de la gastronomie est une composante importante de l’identité et de la prospérité française, reconnue au patrimoine de l’UNESCO.

Sa structuration change : le dérèglement climatique est plus que jamais une réalité concrète pour les filières et les territoires : la viticulture évolue considérablement – ce qui ouvre de nouvelles opportunités pour des produits de qualité -, la structuration et les lieux phare du tourisme également, les techniques agroécologiques sont vécues à la fois comme des remparts de résilience contre le dérèglement climatique et l’assurance d’une production de qualité.

Le secteur alimentaire est à la croisée de plusieurs voies : soit faire le choix d’une alimentation standardisée et productiviste, en compétition avec l’Ukraine, l’Asie, les Etats-Unis et l’Amérique du Sud sur des marchés de capacité (« ce qui met l’agriculture dans le rouge »), soit faire le choix, à grande échelle, d’une alimentation des filières et des territoires, qui met en valeur le patrimoine français, permet d’innover pour des productions de qualité préservant les terroirs et ceux qui les font vivre, et assurant le rayonnement et la compétitivité de la marque France, dans la continuité de l’accord de Paris, de la tradition de leadership qualité et santé des grands groupes familiaux qui ont fait la réputation française dans l’alimentation, et d’une culture du bien-manger, accessible à tous chaque jour. C’est le propos de ce colloque.

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/filieres-et-territoires-au-coeur-du-produit-fete-de-la-gastronomie/

Août 22 2017

Alimentation Durable et Territoires: au cœur du produit

Notre think-and-do tank « Alimentation Durable et Territoires » organise le 22 septembre de 14h30 à 18h30 un colloque « Au Coeur du Produit:: le rôle des filières et des territoires », en ouverture de la Fête de la Gastronomie, qui montrera comment accélérer une transition économiquement, socialement et écologiquement performante de l’Alimentation, structurée autour des thèmes suivants:

  • Information, transparence, communication et performance dans le produit et sur l’étiquette;
  • Le bon produit pour chacun(e): bien-être animal et respect du vivant, santé ,environnementale et alimentation, sain local et de saison – des habitudes de consommation qui changent, sous fortes contraintes financières;
  • Rapprocher le produit du consommateur: quels enjeux ? circuit court et/ou transparent, vente directe, responsabilité élargie du producteur, économie circulaire et alimentation, rôle de la collectivité locale initiatrice de dynamique territoriale, ruches, monnaies locales et réseaux de distribution citoyens.

Ce sera également l’occasion de lire ou relire la synthèse de notre colloque « Les Filières qui marchent » organisé pendant le salon de l’agriculture: https://gcft.fr/WP/retour-sur-le-colloque-alimentation-et-agriculture-coup-de-projecteur-sur-les-filieres-qui-marchent/

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/alimentation-durable-et-territoires-au-coeur-du-produit/

Juin 30 2017

Alimentation: les actions de Green Cross

Green Cross opère depuis 2015 un think-and-do tank « Alimentation », qui réunit dans une logique de co-construction les professionnels de la filière, ainsi que différents organismes et relais territoriaux impliqués.

Le 28 février 2017, ce think-tank a notamment organisé son colloque annuel « Coup de projecteur sur les filières qui marchent« : http://bit.ly/Alim28fev….des interlocuteurs de l’ADEME, du Commissariat Général à la fête de la Gastronomie, de Bonduelle, Interbev, Intermarché, Keraliou, Ia Française…sont venus témoigner et mettre en avant les modèles de territoire qui permettent de produire une alimentation de qualité accessibles à tous.

Par ailleurs, depuis 2 ans, Green Cross est partie prenante à la concertation menée par Interbev sur la performance environnementale de l’élevage allaitant. Présentés ce jour à l’Assemblée Générale Interbev, la présentation de synthèse des travaux est disponible ici, et le délai de la concertation là.

Nous avons également contribué à mettre en avant les bénéfices de l’économie circulaire dans l’aquaculture, en co-écrivant avec Raphaela le Gouvello un papier pour le dernier rapport de l’UICN sur le sujet, paru en juin 2017.

Green Cross continue également ses activités de terrain sur le sujet, avec notamment:

  • un focus sur les activités « Alimentation » outremer lors du Green and Blue Festival qui aura lieu du 14 au 16 septembre à Nouméa,
  • la continuation de son projet « Porc Durable » visant à faire émerger une filière accélérant la transition vers une production bio locale et performante,
  • la mise en avant des thématique « Alimentation & Santé » et l’impact de notre consommation sur la planète.

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/alimentation-les-actions-de-green-cross/

Mar 01 2017

Retour sur le colloque « Alimentation et agriculture : Coup de projecteur sur les filières qui marchent »

A l’occasion du Salon de l’agriculture, le Think & do tank de Green Cross organisait, avec le support du groupe La Française, le 28 février, un colloque abordant la thématique de l’alimentation et de l’agriculture durables sous un angle particulier : celui des filières qui marchent.

dav

Au programme, Sophie Le Bouleise, Commissaire Générale de la Fête de la Gastronomie, et Patrick Ribouton, responsable des investissements viticoles de La Française Asset Management, qui ont introduit le colloque sur une dynamique positive.

En effet, il est essentiel de « soutenir l’excellence du produit et de porter le rayonnement de la gastronomie française« , a affirmé Sophie Le Bouleise, d’un oeil optimiste. Patrick Ribouton, quant à lui, a précisé, de par son expérience, que « la finance peut se marier à merveille avec l’agriculture, tant que cette relation est encadrée et réglementée ».

Cette introduction a ouvert la voie à une table ronde réunissant des acteurs d’horizons divers et variés pour débattre de ces « filières qui marchent »: Christophe Château, directeur de la communication, du développement durable et du marketing corporate chez le groupe Bonduelle; Caroline Guinot, responsable commission enjeux sociétaux Interbev; et Thierry Larnicol, dirigeant des Viviers de Keraliou.

En guise de transition, Audrey Trevisiol, ingénieur au Service Agriculture et Forêt, à l’ADEME, a pointé le rôle majeur des filières dans l’accompagnement de la transition écologique et énergétique du secteur agricole.

Par la suite, le coup de projecteur s’est dirigé sur les pistes de solution pour des filières alimentaires optimisées avec le témoignage de Stéphane Brélivet, éleveur de cochon dans le Finistère, en cours de transition vers le l’agriculture bio, qui insiste sur l’importance de la prise en considération de l’emploi agricole, notamment dans sa dimension sociale; Laure Flesselles, fondatrice de l’entreprise Savourez Bio!, qui met un point d’honneur à choisir la provenance de ses produits, et à informer, conseiller et sensibiliser les clients de la restauration collective; et Arnaud Daguinchef cuisinier et consultant en bien-manger, qui a souligné la nécessité de « coopérer et d’être conscient des droits et devoirs de chacun tout au long de la filière alimentaire« .

dig

 

En somme, un colloque passionnant qui a suscité, du côté de l’assistance, de nombreuses questions ayant enrichi le débat.

Et pour finir sur une note toujours plus positive, l’équipe Green Cross a eu le plaisir de convier l’ensemble des intervenants et participants à un cocktail, pour lequel Thierry Larnicol, et son entreprise les Viviers de Keraliou, nous ont fait l’honneur de partager ses huîtres en provenance directe de Bretagne, et Patrick Ribouton de nous fournir en vins de qualité issus de cépages du groupe élevés en biodynamie et en agriculture bio.

dav

sdr

dav

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/retour-sur-le-colloque-alimentation-et-agriculture-coup-de-projecteur-sur-les-filieres-qui-marchent/

Alimentation et agriculture: les filières qui marchent: colloque le 28 février, 17h30, Paris

27A l’occasion du Salon de l’Agriculture, Green Cross vous propose de mettre fin au pessimisme ambiant, et de mettre en avant les filières qui s’organisent, se développent ou qui émergent pour une alimentation plus respectueuse de l’humain, des écosystèmes et du climat.

Flip_conference

Au coeur du produit, nous mettrons en avant des filières qui aujourd’hui sont de belles réussites économiques avec des leaders mondiaux, des filières existantes qui se réinventent ou ajustent leurs modèles pour être plus durables, et des filières émergentes qui construisent de nouveaux modèles économiques ou de territoires.

Le colloque, qui se déroulera au Groupe la Française, 128 bd Raspail, 75 006 Paris, le 28 février de 17h30 à 21h, sera un temps d’échange et de débat accessible à tous, sur inscription préalable uniquement, pour découvrir et mieux connaître ces nouveaux modèles, mais également débattre sur leur mise en place.

Parmi les premiers participants confirmés: Stéphane Brélivet (éleveur), Christophe Chateau (Bonduelle), Arnaud Daguin (consultant en bien-manger), Laure Flesselles (savourez bio), Caroline Guinot (Interbev), Thierry Larnicol (Keraliou), Sophie Le Bouleise-Mise (commissaire générale à la gastronomie), Patrick Ribouton (Groupe la Française), Audrey Trevisiol (ADEME)…

3 questionnements structureront les débats:

  • Et si la clé de la réussite se trouvait au coeur du produit ?
  • Coup de projecteur sur les filières qui marchent
  • Quelles pistes de solution pour des filières alimentaires optimisées ? 

Les débats seront modérés par Philippe David (Sud Radio) et Nicolas Imbert (Green Cross)

Le colloque sera également l’occasion de découvrir, en avant-première:

  • La brochure « Agriculture en transition – Les filières en marche » que l’ADEME publie lors du Salon de l’Agriculture,
    Ainsi que la publication « Elevage allaitant bovin français et climat », issue d’une démarche de concertation menée entre l’interprofession bovine (INTERBEV) et 4 ONGs environnementales (Fondation Nicolas Hulot, France Nature Environnement, Green Cross, WWF).

Événement gratuit, ouvert à tous sur invitation. Inscription gratuite obligatoire sur http://bit.ly/28fevAlim

Page facebook de l’événement: https://www.facebook.com/events/107565466430089

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/agriculture-en-transition-les-filieres-qui-reussissent-colloque-le-28-fevrier-17h30-paris/

Nov 18 2016

La CoP 22,est une CoP de transition, mais aussi d’adaptation.

Perturbée par l’actualité internationale, en attente d’actions concrètes quant au financement effectif, sur les territoires, de l’adaptation et de l’atténuation, cette CoP 22 fut particulièrement peu intense en son cœur historique, les salles de négociations.

Mais nous aurions tort de penser qu’il ne s’y est rien passé, bien au contraire. Les thématiques de l’eau et l’agriculture connaissent des avancées, notamment par une mobilisation de l’Afrique qui se structure de plus en plus concrètement. Un énorme élan d’enthousiasme, et d’action de terrain, s’est dégagé du Women Leader’s Forum, avec de très belles initiatives entrepreneuriale. Et, plus que jamais, la MEDCOP, dont la prochaine édition sera en Sicile, les Oceania Meetings et autres forums régionaux multi-acteurs ont montré leur pertinence pour accélérer, par des initiatives volontaires et des coalitions d’action sur le terrain, la transition écologique de nos sociétés…et ce, via l’eau et l’assainissement, l’alimentation, l’énergie, la mobilité, le littoral et l’océan, le tourisme, la finance et l’économie,, la culture et les savoirs traditionnels.

Dans ce contexte, la création du fond vert pour les femmes sous l’égide du R20, des fondations Schwarzenegger, Di Caprio et Albert de Monaco, sont remarquables par leur caractère immédiatement opérationnel, la qualité des projets candidats au financement et leur capacité à être répliqué. Mais ces initiatives, quelle que soit leur valeur, ne doivent faire oublier une mobilisation étatique qui n’est pas à la hauteur des enjeux.

La CoP 21 avait consacré et mis en avant les îles et territoires insulaires, petits par leur surface terrestre mais grands territoires maritime. L’Accord de Paris insistait en particulier sur l’importance d’un accompagnement à la résilience, à l’adaptation et à l’atténuation des émissions  de ces îles et territoires insulaires.mais, ils  sont malheureusement inaudibles en ce début de CoP 22. Le Maroc a invité les petits Etats Insulaires, mais l’agenda de négociation ne leur permet pas une expression à la hauteur des enjeux.

D’un point de vue symbolique, il est essentiel, si il est encore temps, de tout mettre en oeuvre pour que la mobilisation sur l’océan de Juin 2017 ainsi que la prochaine Conférence des Parties puissent non seulement être présidées par Fidji, mais également avoir lieu sur le sol Fidjien et dans l’océan Pacifique.

M. Anthony Lecren, Ministre de l’Environnement et des Affaires Coutumières de Nouvelle-Calédonie, initiateur des Oceania Meetings, précise « il n’y a pas de compétition, mais un océan de solidarité entre le Pacifique et l’Afrique, dont le Maroc est au cœur. Nous devons désormais avancer beaucoup plus vite, et beaucoup plus concrètement. C’est pourquoi nous allons mettre en place, en 2017, le Green Pasifik Festival permettant de rendre concrète pour tous la nécessaire transition écologique de nos territoires terrestres et marins. C’est une manière concrète de mettre en mouvement toutes nos forces des territoires, des associations et des entreprises, en n’oubliant ni les échanges culturelles, ni les réalisations concrètes, ni les solidarités humaines ».

M. Bran Quinquis, Délégué intergouvernemental au dérèglement climatique pour la Polynésie Française, enchaîne « avec le Polynesian Leaders Group, nous mettons en place les outils et moyens pour améliorer notre résilience, tant en atténuation qu’en adaptation, et pour protéger notre océan commun, principal régulateur du climat mondial. Mais nous avons besoin d’être soutenus, notamment car les moyens mobilisés ne sont que très partiellement à la hauteur du dérèglement climatique que nous subissons. Et ce, de manière coordonnée avec tous nos collègues des grands pays océaniques. »

Demandée par le Président François Hollande en prévision de la CoP 21, la Déclaration des Droits de l’Humanité peut permettre dans ce contexte d’apporter des outils juridiques adaptés à la transition écologique et humaine  que nos sociétés réclament. Le groupe de travail ayant conduit à cette déclaration, présidée par Mme Corinne Lepage, a été très présent lors de cette première partie de la CoP. Il a notamment obtenu la reconnaissance de l’Union des Comores, via son président M. Azali Assoumani, qui devient ainsi le premier chef d’Etat à reconnaître la déclaration.

Mme Corinne Lepage, avocate, ancienne ministre et coordinatrice de la mission sur la Déclaration des Droits de l’Humanité, déclare : « nous avons de nombreux Etats intéressés par la Déclaration. Les territoires, en particulier les Régions et villes capitales suivent actuellement l’exemple donné par Paris et Strasbourg, premières villes ayant reconnu cette déclaration des Droits de l’Humanité. Dans un contexte où les conférences des parties doivent démontrer des acquis concrets par rapport à leurs parties prenantes, cette Déclaration est un très bon outil, à reconnaitre rapidement et mondialement pour marquer concrètement la mise en action du cadre ratifié de l’Accord de Paris ».

Mme Houria Tazi Sadeq, Présidente de la Coalition Marocaine pour l’Eau, témoigne « La COP 22 a,  après 21  COP , replacé la question de l’eau à sa juste place. Première victime des changements climatiques, l’eau se révèle via les INDC être LA priorité des pays du Continent africain. C’est une question transversale, qui  devrait être abordée selon une approche globale dans le cadre du cycle de l’eau. Dès lors le littoral, cet entre deux entre la terre et la mer , exige une attention complémentaire. La résilience pour le Continent africain passe par des mécanismes multi acteurs, un financement conséquent, le renforcement des capacités et surtout une solidarité. C’est pourquoi la Déclaration pour l’Humanité se présente comme un texte pertinent qui renforcerait le droit a l’eau et encouragerait à son effectivité! »

Nicolas Imbert, directeur de Green Cross, confirme « Il y a donc urgence, dans les 72 heures de négociation restant, à agir concrètement pour que cette CoP 22 soit vraiment la conférence des solutions, par des financements à la hauteur des engagements déjà pris, par une meilleure mobilisation vis-à-vis des territoires insulaires, et par une transition écologique de nos sociétés, via notamment la Déclaration des Droits de l’Humanité. Ceci est encore possible, mais doit faire l’objet d’une volonté politique et opérationnelle de chaque instant. »

En conclusion,  Jean-Michel Cousteau, Président de Green Cross France et Territoires, Chairman de Green Cross International, confirme « en assurant la transition écologique de nos économies, nous avons l’opportunité de créer des millions de jobs non délocalisables. C’est comme ceci que l’espèce humaine sera capable de prendre les mesures pour se sauver elle-même. Agissons maintenant encore plus et plus vite, il y a urgence ! Et commençons en 2017 par sortir les déchets plastiques de l’océan, en changeant nos comportements et en réparant la planète. »

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/la-cop-22-une-cop-de-transition-mais-aussi-dadaptation/

Nov 16 2016

Décryptage de la CoP 22 – Mercredi 16 novembre, 12h

La CoP22, qui entame ce jour son segment présidentiel notamment, en présence du Roi du Maroc Mohammed VI et du Président de la République Française François Hollande, n’a désormais plus que 72 heures pour aboutir à un accord des solutions, concret et à la hauteur des enjeux.

Le temps presse. Les thématiques de l’eau et l’agriculture connaissent des avancées, notamment par une mobilisation de l’Afrique qui se structure de plus en plus concrètement.

Le financement apparaît , une fois de plus, comme l’un des sujets les plus délicats. L’évolution récente de la situation géopolitique rendant difficile un accord global concret et des dotations immédiates permettant dès maintenant de mobiliser les investissements.

Dans ce contexte, les initiatives des acteurs non-étatiques, et notamment la création du fond vert pour les femmes sous l’égide du R20+, des fondations Schwarzenegger et Di Caprio, sont remarquables par leur caractère immédiatement opérationnel, la qualité des projets candidats au financement et leur capacité à être répliqué. Mais ces initiatives, quelle que soit leur valeur, ne doivent faire oublier une mobilisation étatique qui n’est pas à la hauteur des enjeux.

La CoP 21 avait consacré et mis en avant les îles et territoires insulaires, petits par leur surface terrestre mais grands territoires maritime. L’Accord de Paris insistait en particulier sur l’importance d’un accompagnement à la résilience, à l’adaptation et à l’atténuation des émissions  de ces îles et territoires insulaires.mais, ils  sont malheureusement inaudibles en ce début de CoP 22. Le Maroc a invité les petits Etats Insulaires, mais l’agenda de négociation ne leur permet pas une expression à la hauteur des enjeux.

M. Anthony Lecren, Ministre de l’Environnement et des Affaires Coutumières de Nouvelle-Calédonie, initiateur des Oceania Meetings, précise « il n’y a pas de compétition, mais un océan de solidarité entre le Pacifique et l’Afrique, dont le Maroc est au cœur. Nous devons désormais avancer beaucoup plus vite, et beaucoup plus concrètement. C’est pourquoi nous allons mettre en place, en 2017, le Green Pasifik Festival permettant de rendre concrète pour tous la nécessaire transition écologique de nos territoires terrestres et marins. C’est une manière concrète de mettre en mouvement toutes nos forces des territoires, des associations et des entreprises, en n’oubliant ni les échanges culturelles, ni les réalisations concrètes, ni les solidarités humaines ».

M. Bran Quinquis, Délégué intergouvernemental au dérèglement climatique pour la Polynésie Française, enchaîne « avec le Polynesian Leaders Group, nous mettons en place les outils et moyens pour améliorer notre résilience, tant en atténuation qu’en adaptation, et pour protéger notre océan commun, principal régulateur du climat mondial. Mais nous avons besoin d’être soutenus, notamment car les moyens mobilisés ne sont que très partiellement à la hauteur du dérèglement climatique que nous subissons. Et ce, de manière coordonnée avec tous nos collègues des grands pays océaniques. »

Demandée par le Président François Hollande en prévision de la CoP 21, la Déclaration des Droits de l’Humanité peut permettre dans ce contexte d’apporter des outils juridiques adaptés à la transition écologique et humaine  que nos sociétés réclament. Le groupe de travail ayant conduit à cette déclaration, présidée par Mme Corinne Lepage, a été très présent lors de cette première partie de la CoP.

Mme Corinne Lepage, avocate, ancienne ministre et coordinatrice de la mission sur la Déclaration des Droits de l’Humanité, déclare : « nous avons de nombreux Etats intéressés par la Déclaration. Les territoires, en particulier les Régions et villes capitales suivent actuellement l’exemple donné par Paris et Strasbourg, premières villes ayant reconnu cette déclaration des Droits de l’Humanité. Dans un contexte où les conférences des parties doivent démontrer des acquis concrets par rapport à leurs parties prenantes, cette Déclaration est un très bon outil, à reconnaitre rapidement et mondialement pour marquer concrètement la mise en action du cadre ratifié de l’Accord de Paris ».

Mme Houria Tazi Sadeq, Présidente de la Coalition Marocaine pour l’Eau, témoigne « La COP 22 a,  après 21  COP , replacé la question de l’eau à sa juste place. Première victime des changements climatiques, l’eau se révèle via les INDC être LA priorité des pays du Continent africain. C’est une question transversale, qui  devrait être abordée selon une approche globale dans le cadre du cycle de l’eau. Dès lors le littoral, cet entre deux entre la terre et la mer , exige une attention complémentaire. La résilience pour le Continent africain passe par des mécanismes multi acteurs, un financement conséquent, le renforcement des capacités et surtout une solidarité. C’est pourquoi la Déclaration pour l’Humanité se présente comme un texte pertinent qui renforcerait le droit a l’eau et encouragerait à son effectivité! »

Nicolas Imbert, directeur de Green Cross, confirme « Il y a donc urgence, dans les 72 heures de négociation restant, à agir concrètement pour que cette CoP 22 soit vraiment la conférence des solutions, par des financements à la hauteur des engagements déjà pris, par une meilleure mobilisation vis-à-vis des territoires insulaires, et par une transition écologique de nos sociétés, via notamment la Déclaration des Droits de l’Humanité.

Ceci est encore possible, mais doit faire l’objet d’une volonté politique et opérationnelle de chaque instant. »

En conclusion,  Jean-Michel Cousteau, Président de Green Cross France et Territoires, Chairman de Green Cross International, confirme « en assurant la transition écologique de nos économies, nous avons l’opportunité de créer des millions de jobs non délocalisables. C’est comme ceci que l’espèce humaine sera capable de prendre les mesures pour se sauver elle-même. Agissons maintenant encore plus et plus vite, il y a urgence ! Et commençons en 2017 par sortir les déchets plastiques de l’océan, en changeant nos comportements et en réparant la planète. »

Vous trouverez également de nouvelles vidéos sur la WebTV:

  • Bran Quinquis, délégué interministériel de Polynésie Française au déréglement climatique: https://vimeo.com/191243638
  • Gino van Begin, secrétaire général d’ICLEI (en anglais): https://vimeo.com/191731970
  • Sylvie Fayolle, vice-présidente de Saint-Etienne Métropole en charge du développement durable: https://vimeo.com/191736774
  • Maina Sage, députée de Polynésie Française, qui réaffirme qu’il ne peux pas y avoir de migration positive: https://vimeo.com/191241719
  • Michel Prieur, président du Centre International de Droit Comparé de l’Environnementhttps://vimeo.com/191100756
  • Jean Launay, Président du Partenariat Français pour l’Eau, qui s’exprime lors de la Journée Eau à la CoP22: https://vimeo.com/190775795
  • Nicolas Imbert, directeur de Green Cross France et Territoires, qui salue la création de la Coalition Marocaine pour l’Eau, dont Green Cross est partenaire: https://vimeo.com/190946182

 

Notre plaidoyer

Les conférences climat ne réussissent que si elles sont portées par des élans citoyens. Plus que jamais, il est essentiel de se mobiliser pour des avancées climat concrètes, à la hauteur des enjeux, et d’obtenir une mise en place rapide et concrète de l’Accord de Paris. Car il y a urgence.

La COP21 de Paris a été historique (cf. cop21.mobi) car elle a enregistré un accord global, l’Accord de Paris, qui entrera en vigueur le 4 novembre 2016, et permet d’avoir des contributions nationales concrètes (INDC puis NDC) précisant les engagements de chacun pour réaliser cet accord.

A ce jour, 84 pays représentant 61% des émissions carbone de la planète, ont ratifié l’Accord. Après cet accord historique, la COP22 se veut être celle de l’action, dans la continuité de la COP21.
AncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncre

Les 5 axes de la COP22 annoncés par le gouvernement marocain

Axe 1 : Être dans la continuité de l’accord de Paris
Axe 2 : Maintenir l’élan de mobilisation impulsé par l’ensemble des parties
Axe 3 : Réduire les émissions de gaz à effets de serre d’ici 2020
Axe 4 : Consolider la mobilisation des acteurs non-étatiques
Axe 5 : Développer le système financier Fond vert pour le climat impulsé par la COP15 de Copenhague

LES 11 OBJECTIFS DE GREEN CROSS POUR LA COP 22

7 objectifs relevant de la négociation :

  1. Accroître rapidement, et d’ici à mi-2017, la ratification de l’Accord de Paris, et s’assurer de la bonne mise en place de ces engagements
  2. Mieux faire reconnaitre les liens entre santé, climat et environnement, ainsi que l’importance d’une approche inclusive de la santé environnementaleAncreAncre
  3. Continuer la publication des INDC, et vérifier la bonne transcription des INDC en NDCAncreAncre
  4. Développer l’accès aux financements, tant en adaptation et en atténuation, pour les territoires les plus vulnérables
  5. Développer la reconnaissance et la mise en réseau des savoirs traditionnels
  6. Reconnaître et faire reconnaître la Déclaration des Droits et Devoirs de l’Humanité (DuDHu) comme outil juridique structurant pour la transition écologique des territoires
  7. Mettre en place une stratégie inclusive et opérationnelle de coopération et de coconstruction internationale sur la préservation de l’océan, en commençant par le littoral

4 objectifs relevant des territoires :

 

  1. Mettre en place des schémas et plans d’adaptation opérationnels et territorialisés
  2. Développer ou accélérer des politiques territoriales ambitieuses de transition écologique
  3.  Généraliser les démarches d’économie circulaire territoriale
  4. Encourager la co-construction territoriale

 

POUR EN SAVOIR PLUS

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre Guide de la CoP22, en 48 pages.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/decryptage-de-la-cop-22-mercredi-16-novembre-12h/

Articles plus anciens «