Margot Coesnon – chef de projets et de communication

Deux ans après un stage de fin d’année d’études en développement durable, Margot est de retour à Green Cross France et Territoire en qualité de chef de projets et de communication, notamment en charge des sujets eau/littoral et alimentation.

Lors de ces deux années écoulées, elle s’est enrichie d’expériences à l’international dans le domaine du développement durable, de l’agroécologie et de la diplomatie de l’eau.

Elle a notamment été en charge d’un projet zéro déchet et recyclage au sein d’une permaculture en Bosnie Herzégovine, et fait partie d’un comité de création de jeu sérieux sur la thématique de la gouvernance des eaux transfrontalières du Rhin.

Elle est également aujourd’hui à titre personnel, déléguée des Parlements Européen et Mondial des Jeunes pour l’Eau (EYPW et WYPW) et porte la parole des jeunes leaders engagés pour la préservation de la ressource en eau.

Green Cross à l’Université d’hiver d’e5t – 17 Mars

Save The Date Icons - Download Free Vector Icons | Noun Project

Le 17 mars 2021, notre partenaire e5t organise sa traditionnelle Université d’Hiver sur le thème:

Ports et transport maritime : nouveaux carburants et propreté des océans

Ocean Icons - Download Free Vector Icons | Noun Project

L’événement sera en format digital, accès en ligne

Nicolas Imbert participera dans l’après-midi pour parler de la santé des océans

Informations et billetterie sur www.e5T.fr

Compte-rendu du webinaire « Plan de relance pour la santé globale et pour la société du bien-être en France » – Podcast à retrouver en ligne

Le 11 janvier, Green Cross coorganisait avec le Collectif Santé en Danger un webinaire appelant à un plan de relance orienté vers les objectifs de santé globale et de la société du bien-être, considérant à la fois la santé humaine et la santé environnementale.

Animé par Jeanne Baron

Podcast du webinaire Plan de relance « Santé globale et pour la société du bien-être en France »

Sommaire :

  • Introduction:

La genèse de la démarche, les raisons d’agir pour la santé globale                        (Arnaud Chiche et Nicolas Imbert)

  • 1ère Table Ronde

4 regards de praticiens de la santé : Evolution des financements, coordination entre santé, médecine et pharmacie, et prise en compte de l’environnement à l’hôpital

                              (Jérôme Lemant, François Frey, Paul-Simon Pugliesi, Eloïse Du Terrail)

  • 2ème Table Ronde:

Témoignages d’acteurs politiques et de professionnels engagés

(Maïna Sage, Eric Piolle, Josy Chambon, Patrick Vignal, Corinne Lepage + intervention Audrey Kaskovec)

  • Conclusion

(Arnaud Chiche, Nicolas Imbert)

Introduction

  • Arnaud Chiche (médecin urgentiste, fondateur du Collectif Santé en Danger)

Le Collectif Santé en Danger a été créé à la suite de l’organisation du Ségur de la Santé de juin 2020 afin de le prolonger et de l’étendre aux oubliés de ces discussions

  • Objectif : Définir une orientation pour la mutation de la Santé en France, basée sur la prévention, l’écologie et l’éducation
  • Nicolas Imbert (Directeur exécutif Green Cross)

L’urgence sanitaire actuelle nous appelle à repenser notre santé, d’un point de vue économique, sociale, mais aussi écologique. Aux discours, il est désormais urgent de laisser la place aux actions, concrètes et adaptées aux territoires.

Le Covid-19 n’est qu’un indicateur des enjeux à prendre en compte

C’est face à cet état des faits que doit être engagé un plan de relance, non seulement en faveur de la santé, mais également du bien-être de la société, à la fois physique et mentale

Les 4 dimensions de la Santé globale à intégrer à ce plan de relance :

  • La prévention
  • Les enjeux sanitaires
  • La santé environnementale
  • La médecine curative

La Santé globale nécessite pour cela de remettre l’humain au cœur des priorités

1ère Table Ronde

  • Jérôme Lemant (Médecin réanimateur)

Le Collectif Santé en Danger propose et promeut une mutation du système, en se basant sur une approche postkeynésienne du secteur de la Santé  

  • Inverser la vision traditionnelle du cycle impôts -> dépenses de l’Etat, en envisageant plutôt que les dépenses de l’Etat sont les générateurs des activités, permettant l’achat de biens et de service et de payer ses impôts
  • La condition au bon fonctionnement de ce cycle, c’est de s’assurer que l’argent dépensé par l’Etat reste en circulation plutôt que de rester bloqué par les grosses fortunes -> veiller à ce que tous participent en payant les impôts, notamment les grands groupes économiques
  • Les intérêts du post-keynésianisme : baisse du chômage, diminution des impôts et amélioration du service public

L’Etat peut donc se donner les moyens de financer la santé en France, à la condition d’assurer la circulation de l’argent dépensé en le récupérant par des impôts équitables.

  • François Frey (ancien cadre dirigeant pharmaceutique)

Le secteur pharmaceutique est un système loin des objectifs d’économie circulaire.

Le système des brevets font de sorte que le premier à proposer une solution technologique est celui qui fixe les prix sur le temps long

  • Il n’y a donc pas d’intérêt à recycler un ancien produit pour de nouveaux usages émergents
  • Nécessité de penser à une métamorphose du monde de la recherche et du secteur pharmaceutique
  • Paul-Simon Pugliesi (practicien hospitalier)

La décarbonation, un enjeu majeur du siècle mais qui peine à intégrer l’Hôpital, dû à :

  • Un manque de sensibilisation du personnel hospitalier,
  • Un manque de temps et de moyen,
  • Représentation du « Drap blanc de la pureté » qui recouvre l’Hôpital qui écarterait toute responsabilité quant à ses émissions carbone

Or, les engagements pris par la France lors de la COP21 ne pourront se faire sans l’Hôpital, gros émetteur de CO2 (beaucoup de flux physiques du personnel, des patients, des médicaments, des dispositifs médicaux ; consommation énergétique des bâtiments ; gestions des déchets) :

  • environ 3millions de tonnes équivalent de pétrole de l’énergie, soit 2% de l’énergie consommée en France 
  • environ 35millions de tonnes de CO2, soit 5% de l’empreinte carbone de la France (ne prenant en compte que l’énergie, et non pas les intrants)

Le triple étau carbone se resserrant sur l’Hôpital :

  • Participer aux efforts nationaux pour la décarbonation
  • Contraintes d’approvisionnement des énergies fossiles
  • Dérèglement climatique faisant émerger de nouveaux enjeux sanitaires
  • Nécessité : proposer des solutions pour un hôpital plus résilient à ces nouveaux enjeux
  • Eloïse Du Terrail (infirmière en CHR à Lyon, engagée pour un Hôpital plus responsable écologiquement)

Mis en place d’un groupe de travail à la suite de la 1ère vague de Covid-19 en faveur d’un hôpital plus écologique, prenant en compte les grands enjeux :

  • L’isolation thermique
  • Le gâchis d’eau, d’électricité et alimentaire
  • Le recyclage et la sortie du plastique
  • L’introduction de savons et lessives sans produit chimique

Conclusion de la 1ère Table Ronde :

Il est souligné l’existence d’un travail conséquent à réaliser afin de permettre une mutation de l’hôpital et de l’urgence de coordonner l’ensemble de ces enjeux

Ces propositions de praticiens seront ensuite articulées par les témoignages des politiques pour un éclairage ancré sur le territoire et porteur d’ambition

2ème Table Ronde

  • Maïna Sage (députée représentante de la Polynésie)

L’enjeu de la décarbonation se doit d’être mis en place par l’ensemble des secteurs

La Polynésie française, également impactée par la crise du Covid-19 souhaite se saisir d’une occasion pour se réinventer :

  • Replaçant la société du bien-être au cœur et basée sur l’éducation et l’information du public
  • Engageant une meilleure coordination entre les territoires
  • Assurant une meilleure coordination public/privé, avec l’inclusion de la société civile
  • Intégrant une vision terre-mer : adopter une vision plus large que la France continentale
  • Eric Piolle (Maire de Grenoble)

Aujourd’hui, les politiques publiques se centrent essentiellement sur les problèmes économiques liés aux dépenses du secteur, poussant à la standardisation des pratiques et à terme à la pénurie médicale

  • Persistance d’inégalités sociales et territoriales de santé, ainsi qu’un plafonnement de l’espérance de vie en bonne santé
  • Le Ségur 1 de la Santé ne se centre que sur les chiffres et indicateurs, et est donc resté très parcellaire -> appel à un 2nd Ségur

La santé est un sujet à la fois universel et transversal -> importance de la vision de santé globale :

  • Regard sur la prévention de santé
  • Sur la santé mentale et environnementale
  • Sur les atteintes à la biodiversité (dont le Covid est un indicateur majeur)

Egalement, nécessité d’une meilleure coordination entre médecine de ville, médecine privée et hôpital public

  • Josy Chambon (conseillère régionale Provence-Alpes-Côte d’Azur, présidente de la commission recherche, santé et vieillissement, directrice des instituts de formation du Var)

La Région Sud a développé 3 axes dans le domaine de la santé :

  • La politique de santé publique (Plan Cancer régional, Plan régional santé-environnement, Pass Santé-jeune, Pass Mutuelle)
  • La politique de lutte contre les déserts médicaux
  • La politique de soutien aux innovations de santé

Il existe un  fort manque d’attractivité de la profession et des formations (-30% de candidats à la formation) -> des études à mener, mais certainement lié au mal-être du secteur

  • Patrick Vignal (député de l’Hérault)

Constat d’un service public délaissé, et d’un manque de soutien et de coopération

A titre d’exemple, le lancement de la campagne de vaccination engage l’hôpital public mais laisse la médecine privée à l’écart, représentatif des oppositions existantes dans notre société.

  • Afin de faire face à cette crise, nous avons surtout besoin de coopération et de politique concrète, et non pas de politique politicienne

Nécessité d’une métamorphose du cheminement de la santé :

  • Réintégrer la notion de Parcours de santé, réintégrant les différents acteurs de la santé
  • Focus sur prévention (réflexion sur les bienfaits du sport…)
  • Sortir de l’opposition et de la politique politicienne pour remettre de l’humain dans l’urbain
  • Audrey Baskovec (Infirmière, affiliée au Collectif Santé en Danger)

Malgré l’augmentation de salaire, promise par le gouvernement lors du 1er Ségur, cette initiative n’est pas suffisante pour relancer l’attractivité du secteur

  • Appel à un salaire à la hauteur du diplôme
  • Diminuer les ratios de patients par aide-soignant pour assurer un soin de qualité
  • Remettre l’humain au centre du soin
  • Faire de la médecine de ville (infirmières libérales, médecins traitants…) une priorité -> importance démontrée lors de la crise Covid-19
  • Corinne Lepage (avocate, ancienne députée européenne, ancienne ministre)

La crise du Covid-19 est un révélateur d’un double mal-être : physique et mental, dont on retrouve notamment parmi les principales victimes, les étudiants, abandonnés dans une situation particulièrement difficile.

Depuis plusieurs années également, les inégalités sociales et géographiques du secteur de la Santé sont aggravées par le problème des déserts médicaux (5 à 6 millions de citoyens n’ayant pas accès à un médecin traitant local)

Aujourd’hui, notre système est basé sur une appréhension curative de la maladie, or l’environnement malsain dans lequel nous vivons (en terme de qualité d’air et d’alimentation, de contact avec des produits toxiques) et la non-prise en compte en amont de ces menaces sur notre santé sont la source de nos maux actuels.

  • Nécessité de retrouver de la joie de vivre en se redonnant des perspectives et de l’espoir : le bien-être psychologique est une ressource essentielle à ne pas négliger face à la situation pandémique actuelle

Conclusion

  • Arnaud Chiche

C’est face au manque d’anticipation à la 2ème vague qui a été à l’origine de l’idée de la création d’un organisme en charge d’un plan de préparation aux crises inopinées afin d’éviter l’improvisation que nous avons connu.

Créer un observatoire pour la santé en remettant les soignants au cœur des discussions, en partenaires avec les politiques

  • Nicolas Imbert

Ces interventions témoignent de l’importance d’une interaction incluant toutes les générations, et prenant en compte la santé mentale, en particulier les jeunes et les plus isolés

Le plan de relance envisagé se doit donc de mettre en place des solutions au plus près du territoire, des actions concertées avec une raison d’être et un mode opératoire pertinent

Question ouverte : quels espoirs ? Quel plan de sortie de crise Covid-19 ? -> Un potentiel futur sujet d’un prochain webinaire ?

Marine Seimandi – Chargée de communication

Marine Seimandi – Chargée de communication

Ayant consolidé l’envie de s’engager professionnellement dans le domaine de la transition écologique, Marine intègre l’équipe de Green Cross France & Territoires en Janvier 2021 en tant que chargée de communication.

Après une formation de deux années en classes préparatoires Khâgne-Hypokhâgne BL, Marine poursuit actuellement son cursus en L3 de Science Politique à l’Université de Lyon 2. Elle ambitionne pour l’année à venir de rejoindre un Master spécialisé sur la question de la place de l’Ecologie dans l’Action Publique.

Engagée sur le plan personnel, elle a fondé une éco-colocation sur Lyon visant à fonder un véritable lieu de partage et d’expérimentations écologiques : zéro déchet, soutien d’un agriculteur avec un panier AMAP, compostage.

A vos agendas : Conférence « Cycle de l’eau et littoral » – 15 février

Save The Date Icons - Download Free Vector Icons | Noun Project

Lundi 15 février

18h-20h

En direct sur Youtube*

Green Cross participera à la conférence « Cycle de l’eau et littoral« , organisée par la ville de Saint-Cyr-Sur-Mer.

Modérée par Anne-Laure Beaudoin, élue déléguée aux activités nautiques, cette conférence, qui accueillera Nicolas Imbert, s’inscrit dans un cycle de 6 conférences qui est l’occasion d’explorer les enjeux de la transition écologique dans notre vie quotidienne : transport, habitat, alimentation, environnement… (pour retrouver la programmation, cliquer ici)

*En raison des conditions sanitaires, le Cinéma Casino ne pourra pas accueillir cette présentation que vous pourrez suivre sur Youtube. Le lien ici

Pour vous inscrire, cliquez sur ce lien

Webinaire – « Santé globale: quels enjeux de reconstruction post-Covid 19» le 11 janvier de 18h à 19h

A l’urgence climatique et environnementale s’ajoute une urgence de santé globale. Nous ne pouvons pas rester sans AGIR

Green Cross et le collectif Santé en Danger vont faire ensemble, via un webinaire zoom le 11 janvier de 18h à 19h, des propositions concrètes et impactantes permettant de répondre à cette double urgence.

C’est pourquoi nous vous convions à une conférence-débat présentant ces perspectives opérationnelles pour sortir de la crise, avec une vision écologique et pragmatique de la santé, impliquant des enjeux sanitaires, de prévention et une approche santé globale tant sur la santé psychique que physique, les personnels de santé que les individus à soigner.

Seront notamment présents à ce webinaire: Arnaud Chiche (Président Collectif Santé en danger), Nicolas Imbert (Directeur exécutif Green Cross France et Territoires), Josy Chambon (Conseillère régionale, Présidente de la commission recherche, santé et vieillissement), Corinne Lepage (avocate, ancienne députée européenne, ancienne ministre), Eric Piolle (maire de Grenoble),  Paul-Simon Pugliesi (praticien hospitalier), Maina Sage (députée), Patrick Vignal (député), 

Cette conférence se terminera par un appel à la construction nationale d’un plan de relance pour une reconstruction post-Covid 19.

Le débat sera animé par la journaliste Jeanne Baron.

Pour participer à cet événement, vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire sur ce lien: http://bit.ly/Sante2021

Naked Glaciers – exhibition & fundraising – 2021

A meaningful project:  

Testifying to the vulnerability of glaciers, this year 2020 have broken records for heat peaks, witnesses of climate change and accelerators of the melting of glaciers.  

Scientists are warning of this climate emergency, and estimate that within 20 years, all glaciers under 3500m altitude will disappear and only high-skilled climbers will be able to access it. Witness of the beauty and vulnerability of these glaciers, the “Naked Glaciers” photographic and film scientific expedition aims to move the viewer about the mysteries of of these ice giants before they melt completely. It aims to reflect human brutality but also the power that we have to preserve them.  

The climate emergency prompts us to mobilize each and every one of us. For this, emotion and art are essential vectors of awareness and knowledge.

The artist-photographer, Ania Freindorf, after 20 years of documentary reporting on news and environmental issues around the world, today finds herself in a place where glaciers hold her full attention, considering that their existence , or rather their disappearance, is essential to our own survival. 

Naked Glaciers Expedition, Glacier Pointe du Dard, Alps, France

 Why this new campaign?  

The current crisis reminds us of the urgency to act.  This fundraising campaign will, on one hand, finance new expeditions to the top of glaciers more vulnerable than  ever to global warming, and on the other hand, will organize an exhibition around the images produced, 

The photo exhibition will also be accompanied by a companion book to highlight the work done.  
The photo exhibition will also be accompanied by an art book to highlight the achieves work

Through this fundraising, we are planning:  

  • 20,000 euros to make the exhibition visible to public, outside or inside 
  • 50,000 euros for the production of the art book of the exhibition (offered for any donation over 120 euros.)  

Glaciers Nus – expositions et fundraising en 2021

Cette année 2020 aura battu des records de pics de chaleur, témoins du changement climatique et accélérateurs de la fonte des glaciers. Les scientifiques alertent sur cette urgence climatique, et estiment que d’ici 20 ans, tout les glaciers de moins de 3500m d’altitude auront disparu.  Bientôt, les alpinistes chevronnés seront les seuls à pouvoir y accéder. 

Témoin de la beauté et de la vulnérabilité de ces glaciers, l’expédition photographique Glaciers Nus est un moyen d’émouvoir sur les mystères de ces géants de glace avant qu’ils ne disparaissent et de rendre compte de la brutalité humaine mais aussi du pouvoir que nous avons de les préserver. 

L’urgence climatique incite à mobiliser chacune et chacun d’entre nous. Pour ceci, l’émotion et l’art sont des vecteurs essentiels de la prise de conscience

Un projet impactant: témoigner de la vulnérabilité des glaciers

Naked Glaciers Expedition, Glacier Pointe du Dard, Alps, France

L’artiste-photographe, Ania Freindorf, après avoir réalisé pendant 20 ans des reportages documentaires et un projet Humanus, mettant en exergue la diversité des corps humains nus, se retrouve aujourd’hui dans un lieu où les glaciers retiennent toute son attention, considérant que leur existence, ou plutôt leur disparition, est essentielle à notre propre survie. Ici, inutile de demander à ses modèles de se déshabiller, car les actions humaines s’en sont déjà chargées.  

Green Cross continue en 2021 sa mobilisation autour de ce projet impactant, qui fera l’objet de différentes expositions nationales et internationales (calendrier à venir).

Nouvelle année : nous avons plus que jamais besoin de vous

Chères et chers amis,

Cette année 2020 qui se termine a été inédite, et nous a rappelé de manière extrême le lien entre l’urgence absolue de changer nos priorités pour plus et mieux préserver l’environnement, et l‘impact sur nos activités humaines du dérèglement climatique et écologique.

Ceci renforce – si besoin était – la pertinence de la vision fondatrice de Mikhaïl Gorbatchev, l’importance de préserver l’environnement pour assurer un présent et un futur serein pour tou(te)s, et la nécessité d’appuyer tout plaidoyer par des retours d’expérience de projets très concrets, co-construits, sur les territoires.

Maintenant, pour aller plus loin en 2021, nous avons besoin de vous, et très concrètement de vos dons et adhésions. Vous pouvez nous soutenir:

  • en ligne, via http://bit.ly/JeRejoinsGCFT
  • ou en remplissant le formulaire ci-joint et en le retournant, avec votre règlement, par courrier à Green Cross France et Territoires, 37 avenue Franklin D. Roosevelt, 75 008 Paris, France.

Dans le contexte que nous connaissons, ce sont vos cotisations, vos dons et votre mécénat qui donnent du sens, du souffle et de l’impact à nos activités.

Pour être de plus en plus utiles et impactant, nous avons prévu:

  • un renforcement des équipes, d’ores et déjà en cours avec Margot Coesnon et Olivia Mantello qui nous ont rejoints,
  • notre implication pour aider à l’émergence et à la structuration de véritables plans de relance à la hauteur des enjeux, en particulier sur la santé globale, sur les enjeux de résilience territoriale (en particulier ilienne et littorale), l’alimentation et l’agriculture saine et résiliente, une transition énergétique pertinente et effective, l’évolution vers l‘économie régénérative, le maintien de la paix vers la résilience climatique
  • des initiatives pionnières et inspirantes sur l’art et l’environnement, le passage d’une compensation carbone à une logique ambitieuse de neutralité environnementale et de compensation environnementale locale à fort impact écologique, économique et sociétal, et la généralisation des programmes de format et partage d’expérience des ambassadeurs et des sentinelles (de l’océan, de la résilience climatique, de l’alimentation durable…)

En 2019-2020, ce sont de belles étapes qui ont été réalisées grâce à votre soutien :

  • Nous avons contribué au développement de solutions d’alimentation saine et durable territorialisées, et co-écrits avec notre mécène et partenaire METRO un livre blanc « Mon restaurant passe au durable » (l’ouvrage est disponible sur cette page), qui permettra à chaque restaurateur après le confinement de devenir un ambassadeur de la qualité alimentaire de son territoire
  • Nous continuons l’accompagnement des territoires pour le développement de leur adaptation et résilience à l’égard des bouleversements climatiques, notamment sur les îles (Nouvelle-Calédonie et les îles Loyauté, Porquerolles…), mais également auprès des territoires littoraux (Communauté Urbaine de Dunkerque). Cet appui s’effectue par la mise en place de projets concrets répondant à des enjeux multidimensionnels (récolte et recyclage des mégots, gouvernance de l’eau…)
  • Nos travaux en partenariat avec les experts et grands acteurs de transport ont débouché sur 35 propositions pour appuyer le rôle du rail dans le maillage et la performance logistique des territoires (disponible sur ce lien). Nous avons également publié une note de 10 propositions pour un financement raisonné du transport aérien (lien ici)
  • Pour la sensibilisation aux défis de la préservation des mers et du littoral, Green Cross a co-participé à l’organisation des Voiles de l’Energie et de l’Environnement Edition 2019 afin de créer un espace de dialogue entre acteurs de l’Energie et de l’Environnement autour des valeurs de la Voile. Nos formations « ambassadeurs du littoral », régulièrement réalisées, permettent désormais à plus de 400 ambassadeurs, de toutes classes d’âge, d’agir au quotidien pour une préservation accrue de l’océan,
  • Enfin, nous continuons nos actions de sensibilisation et la diffusion de nos plaidoyers sur la préservation de l’humain et des écosystèmes vulnérables (Arctique, Amazonie, bassin du Congo). Nous avons également organisé l’exposition Glaciers Nus de l’artiste Ania Freindorf dans le cadre du Tour de France afin d’avertir sur les effets visibles du réchauffement climatique sur les glaciers, exposition désormais à nouveau disponible pour des initiatives d’impact majeures.

Par ailleurs, Green Cross a déjà publié en mars et mai 2 notes de propositions sectorielles post covid-19 :

Notre approche environnementale et humaniste est consolidée par notre soutien à la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité (www.droitshumanite.org).

Pour rappel, Green Cross France et Territoires étant une association d’intérêt général, vos cotisations et dons sont :

  • déductibles de vos revenus à hauteur de 66% pour les particuliers (ainsi, une cotisation à 40 euros vous revient à 14 euros, mais génère 40 euros de budget pour l’association),
  • déductibles de 60% pour les entreprises (ainsi, une cotisation à 400 euros coûte 120 euros à votre entreprise, mais génère 400 euros de budget pour l’association).

Si vous avez la moindre question sur votre cotisation ou don, n’hésitez pas à joindre Margot Coesnon, chargée de mission Green Cross, à l’adresse mail : margot.coesnon@gcft.fr.

Vous souhaitant une belle fin de semaine, Jean-Michel Cousteau, Nicolas Imbert et l’ensemble des équipes Green Cross France et Territoires.

Fret ferroviaire – nos propositions pour un plan de relance post covid-19 écologique

Green Cross France et Territoires publie aujourd’hui une version actualisée de son rapport Le rôle du rail dans le maillage et la performance logistique, sociétale & environnementale des territoires. L’objectif de ce rapport est la mise en perspective des contributions du rail à la performance logistique des territoires, dans une vision systémique – intégrant notamment performance énergétique, écologique, qualité de l’air et contributions à la ville durable. Une mise en débat d’experts effectuée depuis fin juillet nous a permis de développer les retours d’expériences, de renforcer la mise en avant des enjeux économiques et volets d’investissement, et de préciser l’enjeu d’une meilleure prise en compte du transport combiné au sein du territoire.

Le résultat de ces réflexions est traduit dans les 39 propositions opérationnelles et stratégiques de Green Cross, structurées entre les 5 parties du rapport comme suivent : 

1.     L’évolution de la logistique en France ne correspond pas à l’urgence climatique 

2.     Le ferroviaire apporte des pistes de réponse pertinentes

3.     Besoin d’une forte dynamique de relance pour la mobilité péri-urbaine des marchandises

4.     Ancrage territorial et partenaires de filière

5.     Décider et investir pour demain.

Voici les points saillants issus du rapport :

  • Post-Covid, le transport de marchandises doit évoluer rapidement sur les territoires pour gagner en performance écologique et répondre aux enjeux de résilience urbaine et rurale.
  • En étant couplée à une intermodalité performante, les pistes de réponse apportées par le ferroviaire sont pertinentes sur les enjeux de performance carbone et environnementale, de qualité de l’air et de bruit, de sécurité sanitaire ainsi que de transparence et de performance logistique.
  • Cependant, pour atteindre ce potentiel, la mobilité péri-urbaine des marchandises a besoin d’une forte dynamique de relance, d’innovation et de développement commercial opérationnel.
  • Cette dynamique de relance ne peut s’exprimer que par un ancrage territorial et des partenariats de filières forts et structurants. Pour cela, nous avons identifié cinq dimensions complémentaires, chacune avec leurs enjeux propres, réseaux d’acteurs et plans d’actions : la reconquête des centres urbains et l’évolution vers des villes résilientes, rapidement plus durables et vivables ; l’intégration terre-mer permettant un meilleur acheminement de point à point des marchandises ; une urgence d’aménagement du territoire en termes de compétitivité, qualité de l’air et vivabilité pour les riverains sur la desserte de l’arc alpin ; la mise en place d’un laboratoire d’offres innovantes, triplement performantes et multimodales ; et enfin, une démarche intégrée d’accompagnement des territoires en transition via une logistique verte, innovante et multimodale.

Enfin, il est temps de décider et investir pour demain, et, si décidée maintenant, la relance du fret ferroviaire permettra de mobiliser de manière concrète et fédératrice sur le territoire l’ensemble des parties prenantes, en mode « équipe de France », coordonnée avec les secteurs fluvial, maritime et routier.

Le rapport complet est TELECHARGEABLE ICI

Voici quelques illustrations issues de ce rapport.

La synthèse des 39 propositions est également disponible ici.