Transition énergétique du littoral et esprit de convivialité, au cœur des Voiles de l’Energie et de l’Environnement

La seconde édition des Voiles de l’Energie et de l’Environnement, du 7 au 9 juin 2019, a été l’occasion d’allier débats, régates et convivialité. S’inscrivant comme un temps d’échanges formels et informels en vue de Biodiversité Marseille 2020, du Congrès Mondial de l’IUCN et des JO 2024, la transition énergétique du littoral a été le thème choisi. Le choix d’organiser cet événement à Marseille et sur la façade méditerranéenne, profondément affectée par les changements climatiques et la perte de biodiversité, fait sens.

La journée de conférence du 7 juin marque un vrai succès de cette seconde édition. Modérée par Nicolas Imbert, Directeur exécutif de Green Cross France et Territoires, la journée a vu succéder des tables rondes, des inspirations, des retours d’expériences et des défis. Les intervenants, issus de secteurs et de territoires très différents, ont su mettre en exergue l’importance d’accélérer la transition énergétique dans les territoires maritimes et les littoraux. L’inspiration ressortie le plus de cette journée de conférence renvoie à l’importance de sensibiliser les citoyens à une prise de conscience, à un changement dans les représentations et les mentalités, et à un besoin de remodeler les priorités.

V2E, Les Voiles de l'energie et de l'environment, Green Cross France, regate, Marseille, France,

V2E, Les Voiles de l’energie et de l’environment, Green Cross France, regate, Marseille, France,

« 70% de la population mondiale vit sur le littoral, mais tous n’ont pas forcément conscience de la fragilité de l’écosystème. » estime Thierry Tatoni, enseignant-chercheur à l’Université Aix-Marseille.

Pour Corinne Lepage, avocate et ancienne ministre de l’Environnement, l’action territoriale et locale s’avère être d’autant plus impactante que l’action étatique. La transition écologique et énergétique du littoral ne peut se faire que par une synergie entre les acteurs. Les citoyens doivent interpeller directement les pouvoirs politiques, à l’instar des marches pour le climat inspirées par l’action de la Suédoise Greta Thunberg. Les collectivités et structures locales, doivent encourager et accompagner les porteurs de projets durables, qui bénéficient directement au littoral et aux écosystèmes marins. Enfin les entreprises et industriels doivent davantage tourner leurs investissements vers des solutions soutenables, positives, dans une vision à long terme. Gaëlle Rebec, Directrice régionale de l’Ademe PACA, observe qu’historiquement, « cette transition a été prise sous le prisme de l’énergie. Cependant, la transition doit être prise au sens large du terme, avec la question de l’accès aux ressources, d’économie, et d’équité sociale. Il faut parler d’opportunités d’emplois et de nouvelles perspectives d’avenir. »

Les enjeux et acteurs des énergies renouvelables étaient largement représentés lors de cette conférence. RTE et le Pôle Mer Méditerranée ont pu détailler les caractéristiques de l’éolien en mer en France, et l’avenir de l’éolien en mer flottant en Mer Méditerranée, technologie dans laquelle la France se place comme leader. Le développement d’énergies nouvelles comme le gaz naturel liquéfié, aujourd’hui vu comme l’énergie d’avenir pour les croisiéristes et amateurs, l’hydrogène ou l’électricité, implique des investissements audacieux des énergéticiens, ports et compagnies de transport maritime.

Pour Robert Assante, adjoint au Maire de Marseille et délégué à l’environnement, la priorité dans les villes portuaires est donnée à la qualité de l’air et le bien-être. Des solutions concrètes et durables doivent être trouvées, notamment sur le transport public et l’accueil d’entreprises innovantes.

Cette journée de conférence dense et fructueuse a été suivie par deux journées de régates, elles aussi organisées par l’association V2E et guidées par l’esprit sportif, la convivialité et le vivre-ensemble. Avec 20 bateaux en course, les équipages ont été invités à détailler l’impact de leur activité du jour (empreinte carbone, biodiversité, eau, santé) et à émettre des suggestions de bonnes pratiques qui pourraient être adoptées par les régatiers et les organisateurs. Ces suggestions, recueillies par les équipes Green Cross et V2E, seront utilisées pour élaborer un guide de recommandations à destination du CNOSF en vue des épreuves de voiles des JO 2024 à Marseille.

Pour en savoir plus : http://destimed.fr/Voiles-de-l-energie-et-de-l-environnement-accelerer-la-transition-energetique

V2E, Les Voiles de l'energie et de l'environment, Green Cross France, regate, Marseille, France,

V2E, Les Voiles de l’energie et de l’environment, Green Cross, Marseille, France,