La CoP 24 se limite à une mise en place technique à minima de l’accord de Paris alors que l’urgence climatique impacte de plus en plus notre quotidien

La CoP 24 s’est achevée ce samedi soir à Katowice par une simple mise en place technique, à minima de l’Accord de Paris, sans aucune mesure complémentaire.

Ça n’est pas pourtant faute d’insistance tant du GIEC, via le “rapport 1,5°C“, du Secrétaire Général des Nations-Unies Antonio Guterres, ou bien de l’intervention d’Arnold Schwarzenegger montrant la détermination à agir et insistant pour plus d’ambition.

“La Maison brûle et nous cherchons à éteindre l’incendie avec un torchon”. Cette phrase était présente dans tous les cerveaux des observateurs à la CoP, cette année. 

La quasi-absence de la France, pays hôte de la CoP 21 et de l’Accord de Paris a été vécu comme un mauvais signal par la communauté internationale. En n’envoyant à Katowice ni le Président de la République, ni le Premier Ministre, ni même le Ministre de l’Environnement, notre pays a illustré concrètement son ambition et son leadership largement insuffisants, alors même que les mouvements #MakeOurPlanetGreatAgain et le #OnePlanet Summit avaient créé une espérance, un élan et maintenant des attentes inassouvies de la communauté internationale pour changer de braquets face au dérèglement climatique. Nous devons désormais montrer, par nos comportement, que le pays qui a permis l’Accord de Paris joue pleinement son rôle dans sa mise en oeuvre, et est capable d’effectuer une réelle transition énergétique, de faire évoluer son agriculture et son modèle alimentaire, et de reconquérir un air, des sols et une eau de qualité pour une meilleure santé environnementale et un cadre de vie préservé, au quotidien.

Pourtant, quelques mouvements de fonds ont été aperçu:

  • L’extrême pertinence et le savoir-faire de la Présidence fidjienne de la CoP 23 ont porté leurs fruits – et leur déception face à cette CoP 24 en demi-teinte était à la hauteur de leur mobilisation. On travaille désormais moins en termes éthérés sur les notions d’atténuation et d’adaptation, mais de plus en plus sur des projets concrets, territorialisés, permettant de passer de la vulnérabilité à la résilience en agissant concrètement sur les phénomènes climatiques extrêmes, la montée des eaux, l’agriculture et l’alimentation, l’énergie, les mobilités, l’urbanisme…L’importance de la coopération, de la co-construction et d’un dialogue mondial permanent – le fameux processus de Talanoa – ont été confirmés comme des méthodes effectives et porteuses de résultat,
  • La “colère” – ou plutôt la demande appuyée y compris par voie de recours juridique – pour une transition écologique accélérée est désormais incontournable, à l’image de Greta Thunberg, cette adolescente qui interpelle le Monde depuis la Suède en dénonçant le laxisme global face à l’urgence climatique, et notre inaction dans la mise en place de solutions: https://youtu.be/HzeekxtyFOY. A l’image également des différentes communautés qui s’organisent et attaquent leurs Etats ou entreprennent des recours pour inaction face au dérèglement climatique (au Pérou, aux Pays-Bas, mais également en France avec Damien Carême maire de Grande-Synthe…), et les très nombreuses manifestations pour le climat du 8 décembre partout dans le Monde, et en particulier en Grande-Bretagne.
  • L’enjeu de justice sociale, et la démonstration que le dérèglement climatique touche en particulier les plus précaires, et que ce sont les mesures de lutte contre ce dérèglement climatique qui y apporte des réponses concrètes, en particulier vis à vis des femmes, des enfants, mais également par une mobilisation des sociétés coutumières et des savoirs traditionnels au service d’un développement écologique et humain.

Il nous appartient désormais, et en particulier en France, d’accentuer la mobilisation sur l’urgence de changer de braquet face au dérèglement climatique, de faire évoluer considérablement les politiques et l’affectation des moyens en réaffirmant la prééminence d’une santé humaine retrouvée (eau, air, alimentation) et d’une résilience territoriale et humaine sur des revendications catégorielles, et l’importance de faire les bons choix durables et structurants, notamment en termes de mobilité, d’énergie, d’alimentation, de coopération internationale et de construction territoriale.

Les échéances du Sommet Climat des Nations-Unis, organisé à la demande d’Antonio Guterres en septembre 2019 est essentielle pour ne plus tenter d’éteindre la maison qui brûle avec un torchon, mais se mobiliser à la hauteur des enjeux. Le temps presse, et il faut que nous puissions, collectivement, passer de la démonstration de l’urgence de transition écologique à la mise en place, massive, coordonnée et territorialisée, de cette transition.

Pour se faire, Green Cross continuera à se mobiliser selon 3 lignes directrices majeures:

  • le développement de son programme de recherche-action territoriale “de la vulnérabilité à la résilience” , qui identifie partage et met en perspective les SECRETS (c) des territoires, ces Solutions Ecologiques Concrètes Efficaces Réplicables de Transition Soutenables, ces clés pour agir dont nous avons tous besoin: http://desclespouragir.fr, et met en réseau ces territoires innovants dans la lutte contre le dérèglement climatique.
  • l’appui à la Déclaration des Droits de l’Humanité (http://droitshumanite.fret l’accompagnement de sa reconnaissance et de son déploiement, pour une transition humaniste, sociale, économique et écologique, qui préserve la paix et multiplie les coopérations.
  • l’identification, la formation et la mise en réseau d’Ambassadeurs de la transition écologique sur les territoires (mer et littoral, montagnes, villes, campagne…), mais également dans les filières (économie circulaire, innovation…) à même de convaincre et de mobiliser,
  • l’accompagnement  aux territoires qui s’engagent de manière pionnière dans la transition écologique

Plus que jamais, le temps presse, et nous devons passer des paroles aux actes.

Jean-Michel Cousteau, Nicolas Imbert, les équipes et impliqués de Green Cross France et Territoires

__________________________________________________

Quelques contenus utiles:

Vous trouverez également ici la synthèse de notre récent colloque “accélérer la transition énergétique à l’échelle des territoires”.

Nicolas Imbert est également intervenu dans le JT 8 de la CoP 24 non officielle: https://www.facebook.com/groups/765251106934029/

Nov 27

AGIR plus que jamais via les TERRITOIRES pour accélérer la transition énergétique et revenir rapidement en ligne avec les engagements pris par la France à la CoP 21

La feuille de route diffusée le 28 novembre par le gouvernement est en demi-teinte: que ce soit sur l’efficacité énergétique, la sortie des énergies fossiles, le développement de l’électricité et du gaz renouvelables, les objectifs sont en demi-teinte.

Plus que jamais, les choix opérés au niveau national incitent à la mise en place d’une vitesse plus rapide par des démarches territoriales, entrepreneuriales et citoyennes, en complément et au-delà de cette feuille de route. Ceci se passe au niveau local, et nécessite des initiatives concertées, qui peuvent être soutenus par les dispositifs issus du grand emprunt (CTE, TIGA…) mais devront se généraliser très rapidement pour revenir dans la trajectoire de l’Accord de Paris (CoP 21), lutter efficacement contre le dérèglement climatique (tant en atténuation qu’en adaptation), passer de l’économie linéaire à l’économie circulaire et augmenter notre résilience globale, en ne laissant personne au bord de la route.

Par notre colloque du 13 novembre“transition énergétique: comment accélérer”, nous montrons que via les territoires, par des projets mobilisant l’innovation, les acteurs économiques et industriels, les élus locaux et les agglomérations tout autant que les associations, il est possible de créer de la triple valeur économique, écologique et sociale en accélérant la transition écologique.

Vous pouvez désormais ici la synthèse du débat du 13 novembre.

Le rapport détaillé est disponible LA.

On retiendra en particulier de ce colloque que l’urgence de la transition énergétique nécessite à la fois de changer de braquet dans l’identification et la mise en œuvre des pistes de solutions, mais également doit plus encore se préciser et s’incarner à l’échelle des territoires. Réaffirmant l’importance du rôle local dans un Etat à transition centralisatrice, accélérer la transition énergétique nécessite de développer la complémentarité des énergies, des acteurs et des territoires, et génère de nombreux co-bénéfices (sur l’alimentation l’agriculture et l’élevage, le développement de l’économie circulaire, l’emploi local l’entrepreneuriat et l’innovation.

Mais, plus que jamais, la transition nécessite de rendre encore plus systématique le partage d’expérience en particulier pour apprendre des erreurs des autres, une pédagogie qui associe à l’urgence d’agir l’identification des solutionsLes innovations sont là, les porteurs de projet également, il s’agit de généraliser les démarche systémiques pour déterminer les solutions adéquates, et de mettre en place à la fois une stabilité législative et des outils de financements territoriaux pour accélérer et rendre inéluctable la transition.

Dans ce contexte, nous recommandons de prioriser les investissements dans le développement des énergies renouvelables qui, à moyen terme, permettront de réaliser des économies d’échelle conséquentes, et d’évoluer vers un corpus législatif rénové et stable qui ne freine pas, et idéalement soutienne la transition énergétique. On ne le répétera jamais assez, « quand on est dans l’urgence, on ne fait pas des petits pas, on court en sachant vers où on court.».

Le colloque a également identifié le besoin d’un prochain colloque, spécifique à la transition énergétique en zone maritime et littorale.

Conférence “transition, comment accélérer” le 13 novembre, Paris, 14h30 à 17h30

Alors que l’urgence climatique est plus que jamais perceptible et nécessite des réponses à la hauteur des enjeux, alors que la politique énergétique du pays reste très timide, alors que la France  est significativement en retard dans sa mise en place de l’Accord de Paris, Green Cross organise un colloque à Paris (groupe la Française, 128 bd Raspail, 75 006 Paris), le 13 novembre, de 14h30 à 17h30, sur le thème  “transition énergétique – comment accélérer” autour de quelques lignes de force:

  • à l’échelle des territoires, de nouvelles formes d’organisation de développent, pour des résultats concrets de transition énergétique,
  • les politiques nationales et européennes jouent un rôle essentiel, elles peuvent et doivent être beaucoup plus ambitieuses pour répondre à l’urgence écologique (climat, santé, biodiversité),
  • la transition énergétique est un facteur d’innovation et de compétitivité, et façonne la ville durable et le rapport au territoire (mobilité, maritime, alimentation et agriculture, consommation, santé.

Parmi les premiers intervenants confirmés: Bruno Charles (Grand Lyon), Edouard Dosseto (chercheur),  Damien Gromier (StartUp Inside), Marjorie Hagobian (maritimiste), Benoit Leguet (i4CE), Corinne Lepage (MENE), Jean-Yves Leber (porteur de projet solaire massifié 1GW), Yves Marignac(Wise / Negawatt), Laurent Piermont (Banque des Territoires, Caisse des Dépôts et Consignation), Hervé Thomas (Armateurs de France – sous réserve), Eric Villalonga (Chambre des Energies Renouvelables et de l’Environnement de Monaco), 1 porteur de projet PowerToGaz, un représentant du CNDP (sous réserve)…

Entrée gratuite, inscription préalable obligatoire via le lien suivant: http://bit.ly/13NovPPE

Vos prochains événements avec Green Cross

  • 12 novembre 14h00, Paris: colloque “Mon Restaurant passe au durable” organisé par METRO, avec Green Cross: http://gcft.fr/WP/colloque-mon-restaurant-passe-au-durable-le-12-novembre/
  • 13 novembre 14h30 – 17h30, Paris: transition énergétique: comment accélérer: http://bit.ly/13NovPPE
  • 14 novembre 14h30 – 17h30: Réunion de notre groupe de travail “eau, littoral et océan” (séminaire fermé, réservé aux seuls membres du groupe de travail)
  • 16 au 18 novembre: Festival ma Planète, dédié à Jean-Marie Pelt, à Metz: http://festivalmaplanete.fr/ (participation de Green Cross)
  • 23 au 25 novembre: Green Cross partenaire de Naturellia, à la Roche sur Foron (Parc des Expositions – entrée 3 euros), et y co-organise les événements suivants:
  • 23 novembre 14h30: conférence sur l’économie symbiotique avec Isabelle Delannoy,
  • 24 novembre 15h – 17h: conférence “manger mieux pour soi et pour la planète, comment y arriver dès maintenant”
  • 24 novembre 19h30: projection débat du film “Grande-Synthe” au cinéma Le Parc de la Roche sur Foron, en présence du producteur Jean-Paul Jaud
  • 29 et 30 novembre: Green Cross partenaire de Pollutec: modération de la plénière “océan” à Pollutec,  le jeudi 29 novembre après-midi (de 16h00 à 17h30), et présentation le 30 octobre 12h15 – 13h de OCEAN: des clés pour agir
  • 3 décembre: atelier / formation “ambassadeur du littoral” en Nouvelle-Calédonie
  • 13 et 14 décembre: Smart Cities Paris, avec la Tribune: https://evenement.latribune.fr/smartcity-paris-2018/

Oct 29

Colloque “Mon restaurant passe au durable” le 12 novembre

COLLOQUE « MON RESTAURANT PASSE AU DURABLE » LE 12 NOVEMBRE, organisé par METRO avec l’appui de Green Cross

LogoMonRestaurantPasseAuDurableQuels enjeux et quels défis pour la restauration de demain ? Face aux nouveaux modèles économiques et aux futures tendances de consommation, quelle nouvelle dimension sociétale pour la restauration ?

Si vous êtes à la recherche d’outils et pistes de réflexions pour engager votre établissement dans une démarche plus durable, inscrivez-vous à la 3e édition du colloque « Mon Restaurant passe au Durable » le 12 novembre, de 14 heures à  18 heures au Châteauform les Jardins de Saint-Dominique (Paris 7e). Au programme :

14 heures  : Introduction par Régis Marcon.

14 heures 10 : Présentation des résultats de l’enquête « Mon Restaurant passe au Durable ». Metro France réalise depuis 2 ans la seule étude permettant d’évaluer la place du développement durable dans la restauration (lire article sur étude 2017).

14 heures 25 : Tendances de la restauration par Frederic Loeb. Quelles tendances pour la restauration durable de demain, quels types de restaurants, de consommateurs ? Venez décoder les nouvelles tendances !

14 heures 45 : Restauration et climat, quels rapports ? L’alimentation est un des chantiers importants de la transition écologique. Un expert, un entrepreneur de la terre, une association de défense pour l’environnement et la biodiversité viendront partager leur vision sur la façon dont l’engagement des restaurateurs peut influencer les choix et les pratiques alimentaires et donc permettre d’agir positivement sur le climat, la santé, la planète …

15 heures 20  : Best practices, inspirez-vous ! Témoignages de chefs et d’acteurs engagés sur leurs actions, les motivations de leur engagement. Découvrez les clés et outils pour initier votre démarche.

16 heures 15 : Quels moyens pour mobiliser les professionnels ? Comment emmener les professionnels des métiers de bouche vers une restauration plus responsable, transmettre les bonnes pratiques et éduquer les futurs professionnels ?

17 heures 15 : Remise de prix Metro-Tudigo. Remise des prix de l’appel à projet « Mon Restaurant passe au Durable » en partenariat avec la plateforme de financement participatif Tudigo qui récompensera 6 projets engagés.

Les débats seront suivis d’un cocktail.

Les intervenants seront : Régis Marcon, restaurant Régis & Jacques Marcon à Saint Bonnet-le Froid, Frédéric Loeb, fondateur de Loeb Innovation, Shafik Asal, directeur Associé ECO2 Initiatives, Henri Landes, directeur général de la Fondation Goodplanet, Maxime de Rostoland, fondateur de Fermes d’Avenir et Blue Bees, Victor Brun, restaurant Chez Victor à Paris et  gagnant de la palme green au Sirha Green, Olivia Gautier, Les Orangeries à Lussac les Châteaux et  lauréate du« sustainabality Awards », François Dechy, président-fondateur du Groupe Baluchon, Ladja Chopineaux, proviseure du lycée Belliard (Paris 18e), Nicolas Imbert, directeur exécutif Green Cross.

Informations et inscriptions ICI.

Oct 28

Conseil d’administration et comité d’orientation – élections du 15 octobre 2018

L’Assemblée Générale, réunie le 15 octobre 2018, a procédé aux élections, comme suit :

CONSEIL D’ADMINISTRATION

  • Jean-Michel Cousteau, Président
  • Jessica Bezolles
  • Patrice-Albert Comte
  • Jacques Degroote, Trésorier
  • Emmanuel Dupuy
  • Marjorie Hagobian
  • Jean-Yves Leber
  • Faiçal Slim
  • Eric Villalonga

 

COMITE D’ORIENTATION

  • Anne Beaufumé
  • Jérome Beilin,
  • Jean-Marie Collin
  • Nelly-Françoise Comte
  • Géraud Guibert 
  • Cyrielle Hariel
  • Michel Hignette
  • Corinne Lepage
  • Pascal Petit
  • Paul Quilès
  • Didier Raciné
  • Philippe Rigout
  • Henri Robert
  • Anne-Catherine Trépagne
  • Michèle Sabban
Toutes nos félicitations aux nouveaux conseillers, et nos remerciements aux conseils sortant pour la qualité du travail effectué! 

Abonnement à la newsletter de Green Cross

Pour être certain de ne manquer aucune des actualités de Green Cross, inscrivez-vous à notre newsletter en cliquant ICI.

Assemblée Générale et Conférence de rentrée: inscrivez-vous maintenant

le 15 octobre: 

  • de 17h30 à 18h30, Assemblée Générale de Green Cross, ouverte à tous les membres à jour de cotisation,
  • de 19h15 à 22h15 conférence publique en présence et sous la présidence de Jean-Michel Cousteau: renseignements et inscriptions sur http://bit.ly/AG2018GCFT

En préparation de l’Assemblée Générale, nous vous invitons à actualiser ou à renouveler votre cotisation, à adhérer, donner et à faire adhérer ou donner autour de vous.

Sachez que ce sont vos dons, vos cotisations, mais aussi votre investissement personnel autour de vous, sur les réseaux sociaux– notamment Facebook https://www.facebook.com/GCFetT/ et Twitter https://twitter.com/_GCFT, et notre webTV http://www.vimeo.com/GCFT qui nous donnent l’énergie d’agir, de travailler et d’avancer.

C’est également l’occasion d’être candidat:

  • soit à notre Conseil d’Administration ( 4 à 6 réunions par an, avec implication opérationnelle dans les activités de l’association, les événements et la recherche de financement),
  • soit à notre Comité d’Orientation (2 réunions par an, pour échanger sur la stratégie et les orientations de Green Cross).

Si intéressé(e), nous vous remercions de nous faire parvenir votre candidature avant le 10 octobre 2018 à minuit, à l’adresse contact@gcft.fr (lettre de motivation en 600 mots, présentations personnelle en 300 mots + une photo) – seuls peuvent être candidats les membres actifs à jour de cotisation.

Notre mobilisation a par exemple contribué à voir inscrits dans la Constitution française, et la biodiversité, et l’océan et le littoral. Nos actions sur l’alimentation, autour du manger bon pour soi et pour la planète, portent progressivement leurs fruits. Nos travaux sur la transition énergétique, autour de l’efficacité énergétique et des énergies 4D (déconcentrées, diversifiées, décarbonées, démocratique…) ont fait mouche dans le débat public et sur la programmation pluriannuelle de l’énergie. Nos engagements auprès des territoires qui veulent passer de la vulnérabilité à la résilience,et pour une meilleure santé environnementale au quotidien – notamment via la qualité de l’air, des eaux et des sols, l’alimentation et la santé, une meilleure régulation des perturbateurs endocriniens micro-polluants – ont produit de bons résultats, tant dans le développement des plaidoyers que dans les actions concrètes. Enfin, nos engagements pour la paix, mais aussi la sortie des armements nucléaires et chimiques et la reconnaissance accrue des droits et devoirs de l’Humanité, sont de plus en plus visibles et effectifs.

Ce sont tous ces travaux, toutes ces actions complémentaires et très concrètes qui nous permettent de construire et de partager, grâce à vous et AVEC VOUS, nos CLES POUR AGIR, pour passer de la vulnérabilité à la résiliencewww.desclespouragir.fr.

Sep 24

Soslo et son t-shirt éco-responsable, partenaire de GCFT

Logo SosloSOSLO est une jeune marque de mode en train d’éclore doucement. Une marque qui veut prendre le temps de bien faire. Matières respectueuses de l’environnement, circuits courts, confection solidaire et fabrication française en toute transparence.
Son premier produit, le Tee-shirt Responsable, est le seul tee-shirt en coton recyclé, fabriqué en France par un  atelier de confection aidant des personnes en réinsertion professionnelle.
En attendant la mise en ligne de notre site, visitez nos comptes Facebook et Instagram @soslo.fr

Sep 17

Maeva Ramiandrisoa

MaevaMaeva a toujours souhaité travailler à l’échelle internationale et faire de la solidarité internationale et du développement durable, des valeurs qu’elle entend défendre au quotidien. Ce sont deux causes que combinent parfaitement son diplôme en Master 2 en Responsabilité Sociale de l’Entreprise (RSE) qu’elle a obtenu en novembre 2017, à  la suite d’un Master 1 en Economie Sociale et Solidaire (ESS), obtenu en septembre 2016.

Aujourd’hui, enrichie d’expériences professionnelles et personnelles au sein diverses structures de l’Economie Sociale et Solidaire et ce dans plusieurs pays, elle rejoint l’équipe de Green Cross en tant que chargée de mission, toujours désireuse d’apprendre mais aussi d’ « apporter sa pierre à l’édifice ».