Août 16

Ocean Impact & Me et sortie du plastique à usage unique

Green Cross lançait le 8 juin dernier le mouvement Ocean Impact & Me (www.oceanimpact.me). Il s’agit d’une initiative Green Cross France et Territ20190608oires, initiée en 2019 dans le cadre de son programme mondial « Climat : Objectif Ocean », référencé par les Nations-Unies au titre des Objectifs de Développement Durable (ODD / SDG) :

  • Travail décent et croissance économique (8),
  • Industrie, innovation et infrastructure (9),
  • Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques (13),
  • Vie aquatique (14).

Pour en identifier les porteurs, un T-shirt a été spécialement créé et dévoilé à Marseille le 8 juin 2019. Créé par IngridB, artiste peintre, ce tee-shirt n’est pas comme les autres, il est en coton recyclé, fabriqué en France par un atelier de confection solidaire. Il est beau, bon et durable ! Soslo reversera 8€ par tee-shirt vendu à GCFT. Pour avoir le votre, c’est par ici : https://bit.ly/31kLs31

Début juillet, dans une tribune publiée sur le site du JDD, 34 députés et six ONG, dont Green Cross, ont alerté sur la pollution plastique que génère chaque année le Tour de France sur les routes françaises, et demandent un Tour de France et plus généralement des événements publics sans gadgets plastiques, ni plastique jetable. Sur le seul Tour de France, ce sont ainsi 18 millions de goodies qui sont distribués et jetés dans la nature,

Autour du rapport “Stop au Plastique” en mars 2019, le député François-Michel Lambert, signataire, appelle en particulier les organisateurs et partenaires de La Grande Boucle à bannir les “goodies”. Green Cross soutient et relaie ce message, qui s’inscrit parfaitement dans son initiative Ocean Impact & Me. Désormais que le Tour de France 2019 est fini, il est grand temps de préparer une l’édition 2020 vraiment plus écologique et engagée, notamment sur la fin du plastique jetable à usage unique sur le Tour, et sur la limitation des pollutions engendrées par la caravane du Tour.

Et, plus généralement, nous sommes très mobilisés actuellement en accélération de la sortie du plastique à usage unique, et en accompagnement de ceux qui s’engagent pour une économie circulaire et sans plastique jetable.

Pour en savoir plus: https://www.lci.fr/autres-sports/tour-de-france-2019-34-deputes-et-6-ong-denoncent-la-pollution-publicitaire-et-les-18-millions-de-goodies-distribues-2125679.html

Mobilisation pour l’Arctique auprès des décideurs internationaux

Carmignac9Green Cross diffusera en amont du G7 Biarritz, puis du UN Climate Summit, 7 propositions concrètes, rédigées suite à la collaboration avec le Prix Carmignac du Photojournalisme lors de sa 9ème édition, pour mieux protéger l’Arctique afin de nous préserver nous-même.

N’hésitez pas à diffuser ces propositions auprès de vos relais et contacts intéressés pour les soutenir et les mettre en débat, en vue d’un large soutien institutionnel et de la société civile, en amont des présentations officielles.

Les propositions sont disponibles ICI en français et en anglais.

Nous avons également le plaisir de vous informer que le 10ème prix, dont le contenu sera dévoilé à la rentrée, portera sur le thème de l’Amazonie, et que l’appel à candidature pour le 11ème prix, sur le Congo, est en cours: https://www.fondationcarmignac.com/en/project/democratic-republic-of-congo/

Pascal Petit

pascal_petit

Pascal Petit est économiste, titulaire d’une double formation (maîtrise de mathématiques Appliquées et maîtrise d’Economie) et d’une thèse de statistiques.

Il est entré au CNRS en 1972 en tant que chercheur au CEPREMAP, laboratoire dépendant du commissariat général au Plan, associé au CNRS puis a rejoint comme directeur le CEPN (Centre d’Economie de Paris Nord) en 2006. Il a, dans ce parcours de chercheur,  contribué au développement de la Théorie Institutionnaliste de la Régulation et participé à de nombreuses instances scientifiques que ce soit au CNRS,  au CEREQ, à la MSH de Paris Nord, au Campus Condorcet, ou encore comme Président de l’European Association of Evolutionary Political Economy (EAEPE) de 2002 à 2011.

Auteur de nombreux articles et ouvrages sur l’analyse comparée des transformations structurelles et de la croissance des économies développées, Pascal Petit a coordonné  des projets européens sur l’emploi, les inégalités, les économies « fondées » sur la connaissance, dont en 2010 une analyse prospective sur la place de l’Europe dans le monde en 2030.  Depuis 2014  Il anime avec quelques collègues de la MSH-PN un projet de recherche sur les activités créatives et la régénération des territoires , ACERT,  qui a conduit entre autres à entreprendre en collaboration avec l’UNESCO une analyse des défis et des potentiels des PEID  (Petits Etats Insulaires en Développement) face aux évolutions des contextes économiques , sociaux et environnementaux.

Comité d’Orientation

Green Cross France et Territoires a élu son nouveau Comité d’Orientation en date du 1er juillet 2019, comme suit :

Membres du Comité d’Orientation :
Toutes nos félicitations aux nouveaux conseillers, et nos remerciements aux conseils sortant pour la qualité du travail effectué ! 

Commercialisation des produits de la pêche: un sursaut de transparence et de responsabilité s’impose

Le 25 juillet, il a constaté non seulement la commercialisation, mais également la mise en promotion, du requin-renard, une espèce menacée et protégée, interdite à la pêche intentionnelle, à l’Intermarché d’Argelès-sur-Mer.

Alors que la France accueillera en juin 2020 le Congrès Mondial de l’Union pour la Conservation de la Nature, alors que le GIEC s’apprête à publier son rapport sur l’océan et la cryosphère (https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/2019/07/SRCCL-leak-statement.pdf) qui nous alertera une fois de plus sur l’urgence d’agir pour un océan protégé et une humanité préservée, ce nouvel incident grave appelle l’ensemble des distributeurs et metteurs en marché, ainsi que les centrales d’achat et les armements à la pêche, à un sursaut de responsabilité, et à une communication transparente et responsable sur les pratiques.

C’est pourquoi Green Cross, après avoir consulté son Think&Do Tank, propose 7 mesures qui peuvent être mises en place très maintenant pour un sursaut de responsabilité:

  1. L’affichage obligatoire et systématique du statut de l’espèce commercialisée (qui peut être variable par région, selon les écosystème) au titre des catégories de l’UICN , sur l’ensemble du rayon marée,
  2. La possibilité de consulter nommément sur le point de vente l’armement ayant effectué le train de pêche, ainsi que son taux de sélectivité à la pêche (c’est à dire 1 – le ratio pêche accessoire / pêche intentionnelle), avec remontée de l’information via le mareyeur ou le négociant si le distributeur passe par un mareyeur ou négociant,
  3. L’interdiction de pratiquer sur les pêches accessoires une marge supérieure à celle pratiquée en moyenne sur les pêches intentionnelles, afin de décourager systématiquement les effets d’aubaine, et également l’interdiction de toute promotion ou mise en avant des espèces en danger critique ou en danger sur leur région de pêche,
  4. Afin de ne pas susciter ni entretenir la demande pour des espèces en danger, l’engagement de se refuser à présenter spécifiquement en linéaire des espèces en danger critique, et pour toute espèce en danger l’obligation d’accorder au moins deux fois plus d’espace à des alternatives plus durables qu’à l’espèce considérée. 
  5. L’interdiction (ou l’engagement responsable des enseignes) de toute promotion ou mise en avant pour des espèces classifiées comme en danger critique et en danger et l’extension dans les 3 ans de cette mesure concernant les espèces vulnérables,
  6. L’engagement des distributeurs à se soumettre, annuellement, à une évaluation indépendante de leurs pratiques d’achat des produits de la mer par au moins deux associations spécialisées indépendantes l’une de l’autre, et de publier les résultats de ces évaluations,
  7. Le soutien volontaire à des filières durables – et si possible locale – proposant des alternatives permettant de réduire son empreinte écologique en achetant des produits de la mer (poissons végétariens plutôt que carnassier, moins impactant, outils et techniques de pêche limitant les pêches accessoires…).

Green Cross écrira dans la continuité de ses travaux spécifiquement aux enseignes de la grande distribution et de la distribution spécialisée, ainsi qu’aux pouvoirs publics, pour leur proposer de s’engager résolument dans ces 7 mesures pour un sursaut de responsabilité, et d’en mettre en place l’ensemble des engagements dès que possible, et en tout état de cause avant que la France s’accueille à Marseille le congrès mondial de l’UICN.

Comme le dit Jean-Michel Cousteau “sauvons l’océan si nous voulons nous sauvez nous-même, car l’homme est la seule espère qui a le privilège de choisir de ne pas disparaître”.

Green Cross et Jean-Michel Cousteau inspireront les leaders du UN Climate Summit à New-York, le 22 septembre, lors du Monaco Better World Forum


MBWF_NY22septLa veille du UN Climate Summit, qui a lieu le 23 septembre, Jean-Michel Cousteau sera à New-York et interviendra lors du Gala du Monaco Better World Forum, pour insister sur “l’urgence de préserver l’océan, dont nous dépendons tous”, les multiples solutions déjà existantes (dont beaucoup sont présentées dans nos Clés pour Agir), et l’importance de changer d’échelle et de niveau de priorité dans nos actions pour la planète.

Le Monaco Better World Forum (https://www.monacobwf.com/) met en avant l’impératif de transformation environnementale, et les actions permettant d’avoir un impact significatif sur la planète et l’humanité. Il mobilisera à New-York, le 22 septembre, des leaders de tous pays (Egypte, Inde sont notamment annoncés…) et des personnalités internationales conjointement engagés pour une humanité pacifiée et un environnement préservé.

L’engagement du Monaco Better World Forum pour l’Océan sera en particulier concrétisé par deux dons effectués par l’Association, en appui des activités de Ocean Futures Society et de Green Cross France et Territoires pour l’Océan.

Tribune: gadgets en plastique – le Tour de France roule sur la tête

Ce dimanche, dans une tribune publiée sur le site du JDD, 34 députés et six ONG, dont Green Cross, alertent sur la pollution plastique que génère chaque année le Tour de France sur les routes françaises, et demandent un Tour de France sans gadgets plastiques, ni plastique jetable. Ce sont ainsi 18 millions de goodies qui sont distribués et jetés dans la nature, Autour du rapport “Stop au Plastique” en mars 2019, le député François-Michel Lambert, signataire, appelle en particulier les organisateurs et partenaires de La Grande Boucle à bannir les “goodies”. Green Cross soutient et relaie ce message.

Pour en savoir plus: https://www.lci.fr/autres-sports/tour-de-france-2019-34-deputes-et-6-ong-denoncent-la-pollution-publicitaire-et-les-18-millions-de-goodies-distribues-2125679.html

La canicule révèle la tendance à la hausse des besoins en énergie

La semaine de canicule qu’affronte actuellement la France est qualifiée de très énergivore, selon une étude récente publiée dans Nature Communications. La demande en énergie pourrait augmenter de 25% d’ici 2050. La climatisation serait le premier secteur responsable, avec une explosion des ventes de climatiseurs individuels. La probabilité d’une baisse des énergies fossiles dans le mix énergétique, face à cette demande en constante augmentation, s’avère très faible.

La majorité des scénarios prospectivistes montrent un cercle vicieux du changement climatique. Cela pose la question du confort individuel, et du développement de solutions résilientes pour lutter contre la chaleur sans augmenter son besoin énergétique.

L’étude est disponible sur : https://www.nature.com/articles/s41467-019-10399-3

Intervention de Nicolas Imbert dans le Perriscope de LCI, le 24 juin 2019

Green Cross, représenté par son directeur exécutif Nicolas Imbert, a eu l’occasion de s’exprimer sur l’actualité caniculaire sur le plateau de LCI, le 24 juin dernier. Il a été question d’observer les enjeux que soulève cette vague de chaleur, qui implique des mesures concrètes sur le long terme. Comme soulevé par la Ministre de la Santé Agnès Buzin, c’est un événement précoce mais pas exceptionnel, qui risque de se multiplier avec le dérèglement climatique.

Nicolas Imbert a aussi pu présenter son analyse du tourisme, avec la question de la continuité des activités touristiques notamment en montagne, et de son impact sur l’environnement. On constate une nette augmentation de l’utilisation du plastique jetable en cas de fortes chaleurs, notamment sur les plages et les terrasses. Une tendance géographique se fait actuellement sur des mouvements montants, du Sud au Nord, dans l’agriculture, l’élevage, mais aussi le tourisme. Ces évolutions géographiques s’expliquent majoritairement par la montée des températures.

Enfin, il explique le besoin d’une prise de conscience dans le secteur du transport, et notamment du transport collectif urbain, pour rendre la ville plus résiliente face au changement climatique. Cela doit passer par une réduction de la vitesse en ville, une piétonnisation des voies sur berges, un dévLCI (2)eloppement de la mobilité douce, voire une gratuité des transports publics comme appliqué à Dunkerque.

Vous pouvez retrouver l’émission en replay sur https://www.lci.fr/replay/replay-perri-scope-du-lundi-24-juin-2019-2125095.html

Diane Meyer-Simon devient présidente de Green Cross International

Green Cross International, le réseau réunissant les 30 organisations Green Cross territoriales dont nous faisons partie, est désormais présidé par Diane Meyer Simon. Membre du Board depuis la création de Green Cross International, et toujours à l’avant-garde du développement de sa structure américaine Global Green, Diane joue un rôle essentiel dans l’histoire et les activités de Green Cross. Désormais présidente de Green Cross International, elle s’emploiera au développement de l’impact de notre organisation et de nos travaux, de la vitalité du réseau Green Cross et du partage de nos expériences.

Pour en savoir plus sur Diane: https://www.gcint.org/who-we-are/our-people/diane-meyer-simon/DMS