Mar 14 2017

Retour sur le colloque « Défense, dissuasion et climat : quelles évolutions dans un monde qui change ? »

Dans un contexte où l’armement nucléaire représente 15% du budget de la défense français, mais s’avère absent des scènes médiatique et politique à l’approche des élections présidentielles, il semblait essentiel de faire un point sur ce sujet : Green Cross organisait avec le support du groupe La Française, le 13 mars, un colloque abordant les enjeux de la défense, de la dissuasion nucléaire et des bouleversements climatiques auxquels nous faisons face.

Si les liens entre défense et bouleversements climatiques n’apparaissent pas toujours évidents, la première table ronde a permis de mieux appréhender les phénomènes à l’œuvre : Emmanuel Dupuy, président de l’Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE) a souligné a quel point le changement climatique est un multiplicateur de menaces, mais aussi une source de vulnérabilité pour les Forces Armées, notamment au terrorisme et aux groupes criminels. La criminalité environnementale est en effet la quatrième source d’enrichissement en Afrique.

Nicolas Hulot, journaliste-reporter, animateur-producteur de télévision, écrivain et président de sa Fondation, a su rappeler qu’en plus d’une monopolisation très importante de la Garde nationale, notamment aux Etats-Unis, la situation environnementale conditionne les enjeux de paix et de stabilité.

« Les bouleversements climatiques rajoutent de l’injustice, des inégalités et des tensions dans un monde qui n’en avait pas besoin. » – Nicolas Hulot

D’ailleurs, Winiki Sage, président du Conseil économique Social et Culturel (CESC) de la Polynésie française, a pointé du doigt les dangers du réchauffement climatique pour les îles de Polynésie, mais aussi les risques liés à la piraterie de par une armée française de moins en moins présente pour surveiller les eaux du Pacifique, ou encore les enjeux économiques terribles (tourisme; déplacement des poissons nuisant à la pêche locale). Et par ailleurs, qu’un serait-il de la zone économique et exclusive de la France si ces îles venaient à être englouties ? Serait-elle amputée, tout comme une partie de l’humanité ?

De même, la rareté des ressources, comme par exemple les métaux et terres rares en provenance de Chine, et mise en exergue par Gilles Pennequin, vice-président du Forum International des Technologies et de la Sécurité, est aussi un défi majeur dans la stabilité des relations internationales.

Et le bouleversement climatique, qui raréfie les ressources disponibles, aggrave les tensions et incite les Etats à user de la dissuasion nucléaire, comme l’a souligné Jean-Marie Collin, expert en désarmement nucléaire.

Paul Quilès, président de l’association Initiatives pour le Désarmement Nucléaire (IDN), président de la Commission de la Défense Nationale et des Forces Armées à l’Assemblée Nationale de 1997 à 2002, ancien Ministre (Défense et Intérieur) a pu ajouter que « dire qu’un monde avec armes nucléaires serait forcément moins dangereux que sans est un dogme » lors de la seconde table ronde « Dissuasion et arme nucléaire : comment s’adapter dans un monde qui change ? ».

D’ailleurs, « la France s’engage dans un programme de modernisation qui n’est autre qu’une course à l’armement nucléaire, et qui s’avère extrêmement dangereux » selon le Général Bernard Norlain, général d’armée aérienne (2S), chef de cabinet militaire (de 1986 à 1990) des Premiers Ministres Jacques Chirac puis Michel Rocard. « Si l’arme nucléaire était un facteur de stabilité durant la Guerre Froide, elle est aujourd’hui source d’instabilité ».

Autrement dit, les bouleversements climatiques engendrent des tensions et des conflits qui poussent à l’utilisation de la dissuasion, et donc de l’armement nucléaire, qui lui-même rend les relations encore plus conflictuelles et l’environnement planétaire plus dangereux.

Ainsi, comme l’ont également soutenu Corinne Lepage, ancienne Ministre de l’Environnement, avocate et femme politique française engagée dans la Protection de l’Environnement, et Joël Guerriau, sénateur, secrétaire de la Commission des Affaires Etrangères, de la Défense et des Forces Armées du Sénat, Président du groupe interparlementaire France-Iran, il est essentiel d’aller dans le sens d’une non-prolifération de l’armement nucléaire, et même d’envisager un désarmement.

Il est donc indispensable pour les décideurs politiques de s’engager sur ce sujet, notamment à l’approche des élections présidentielles françaises.

Et comme a très justement cité Nicolas Hulot en conclusion de ce colloque :

“Si le monde explose, la dernière voix audible sera celle d’un expert disant que la chose est impossible.”,

Peter Ustinov, L’amour des quatre colonels

 

Quelques photographies de l’événement :

Prima Donna, lingerie, underwear.

Prima Donna, lingerie, underwear.

Prima Donna, lingerie, underwear.

Prima Donna, lingerie, underwear.

Prima Donna, lingerie, underwear.

Prima Donna, lingerie, underwear.

Prima Donna, lingerie, underwear.

2017-03-13 15.02.36

Prima Donna, lingerie, underwear.

2017-03-13 16.38.22

Prima Donna, lingerie, underwear.

Et ils parlent de notre événement sur Twitter, #DéfenseClimat :

@Ale_moreau @technoscopie @jmc_nonukes @IDNuc @Emdupuy @Cleantuesday @emiegaillard @clemetivier @AnneBeaufume

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/retour-sur-le-colloque-defense-dissuasion-et-climat-quelles-evolutions-dans-un-monde-qui-change/

Défense, Dissuasion et Climat – Quelles évolutions dans un monde qui change ?

Dans un contexte où l’armement nucléaire représente 15% du budget de la défense français, mais s’avère absent des scènes médiatique et politique à l’approche des élections présidentielles, il est essentiel de faire un point sur ce sujet : mettre en lumière les acquis, repérer les risques, et distinguer les perspectives qui s’offrent à nous.

Mikhaïl Gorbatchev, notamment, souligne que, face à l’évolution des profils de conflits, il est nécessaire de changer de regard sur le monde, et en particulier sur la doctrine militaire, et éventuellement ouvrir un nouveau chapitre dans le désarmement, global et nucléaire…  (http://bit.ly/MGDirectMatin)

Il s’agit donc de considérer les nouveaux types de menaces et de conflits, allant de pair avec les bouleversements climatiques : insécurité alimentaire, migrations contraintes des populations, épuisement des ressources…

Mais aussi de questionner l’opportunité d’un abandon progressif des armements nucléaires à l’heure où un processus de création d’un traité d’interdiction des armes nucléaires est lancé à l’ONU.

Sans oublier la gestion raisonnée de l’armement nucléaire existant, dans la dynamique progressive de la ratification de l’accord de Paris, et à la suite des nouvelles orientations politiques du gouvernement Trump et des futures élections présidentielles françaises.

https-cdn.evbuc.comimages284518621383696183481original

Retrouvez ainsi des thématiques palpitantes et pleines d’enjeux : stratégie, défense, sécurité, à des niveaux de gouvernance nationaux et internationaux…

Et pour ce faire, nous aurons le plaisir d’accueillir de nombreux experts : Jean-Marie Collin, Emmanuel Dupuy, Joel Guerriau, Nicolas Hulot, Corinne Lepage, Général Bernard Norlain, Gilles Pennequin, Paul Quilès, Winiki Sage, Hubert Védrine (témoignage vidéo).

Le colloque sera structuré en trois parties :

  • Défense et climat : quels liens ? – Jean-Marie Collin, Emmanuel Dupuy, Gilles Pennequin, Winiki Sage
  • Quels acquis et quelles évolutions depuis la conférence « Défense et Climat » de novembre 2015 à Paris ? – Nicolas Hulot
  • Dissuasion et arme nucléaire : comment s’adapter à un monde qui change ? – Corinne Lepage, Général Bernard Norlain, Paul Quilès, Hubert Védrine (témoignage vidéo), Joel Guerriau

Le colloque sera présenté par Fanny Agostini, journaliste climat et environnement, et Nicolas Imbert, directeur Green Cross.

N’hésitez pas à réserver vos places dès maintenant, l’inscription préalable est obligatoire pour participer à ce colloque sur invitation.

Informations et inscriptions:  http://bit.ly/13MarsDefenseClimat

Accès à l’invitation : Invitation_13_mars_Défense_Dissuasion&Climat

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/defense/

Mar 01 2017

Retour sur le colloque « Alimentation et agriculture : Coup de projecteur sur les filières qui marchent »

A l’occasion du Salon de l’agriculture, le Think & do tank de Green Cross organisait, avec le support du groupe La Française, le 28 février, un colloque abordant la thématique de l’alimentation et de l’agriculture durables sous un angle particulier : celui des filières qui marchent.

dav

Au programme, Sophie Le Bouleise, Commissaire Générale de la Fête de la Gastronomie, et Patrick Ribouton, responsable des investissements viticoles de La Française Asset Management, qui ont introduit le colloque sur une dynamique positive.

En effet, il est essentiel de « soutenir l’excellence du produit et de porter le rayonnement de la gastronomie française« , a affirmé Sophie Le Bouleise, d’un oeil optimiste. Patrick Ribouton, quant à lui, a précisé, de par son expérience, que « la finance peut se marier à merveille avec l’agriculture, tant que cette relation est encadrée et réglementée ».

Cette introduction a ouvert la voie à une table ronde réunissant des acteurs d’horizons divers et variés pour débattre de ces « filières qui marchent »: Christophe Château, directeur de la communication, du développement durable et du marketing corporate chez le groupe Bonduelle; Caroline Guinot, responsable commission enjeux sociétaux Interbev; et Thierry Larnicol, dirigeant des Viviers de Keraliou.

En guise de transition, Audrey Trevisiol, ingénieur au Service Agriculture et Forêt, à l’ADEME, a pointé le rôle majeur des filières dans l’accompagnement de la transition écologique et énergétique du secteur agricole.

Par la suite, le coup de projecteur s’est dirigé sur les pistes de solution pour des filières alimentaires optimisées avec le témoignage de Stéphane Brélivet, éleveur de cochon dans le Finistère, en cours de transition vers le l’agriculture bio, qui insiste sur l’importance de la prise en considération de l’emploi agricole, notamment dans sa dimension sociale; Laure Flesselles, fondatrice de l’entreprise Savourez Bio!, qui met un point d’honneur à choisir la provenance de ses produits, et à informer, conseiller et sensibiliser les clients de la restauration collective; et Arnaud Daguinchef cuisinier et consultant en bien-manger, qui a souligné la nécessité de « coopérer et d’être conscient des droits et devoirs de chacun tout au long de la filière alimentaire« .

dig

 

En somme, un colloque passionnant qui a suscité, du côté de l’assistance, de nombreuses questions ayant enrichi le débat.

Et pour finir sur une note toujours plus positive, l’équipe Green Cross a eu le plaisir de convier l’ensemble des intervenants et participants à un cocktail, pour lequel Thierry Larnicol, et son entreprise les Viviers de Keraliou, nous ont fait l’honneur de partager ses huîtres en provenance directe de Bretagne, et Patrick Ribouton de nous fournir en vins de qualité issus de cépages du groupe élevés en biodynamie et en agriculture bio.

dav

sdr

dav

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/retour-sur-le-colloque-alimentation-et-agriculture-coup-de-projecteur-sur-les-filieres-qui-marchent/

Alimentation et agriculture: les filières qui marchent: colloque le 28 février, 17h30, Paris

27A l’occasion du Salon de l’Agriculture, Green Cross vous propose de mettre fin au pessimisme ambiant, et de mettre en avant les filières qui s’organisent, se développent ou qui émergent pour une alimentation plus respectueuse de l’humain, des écosystèmes et du climat.

Flip_conference

Au coeur du produit, nous mettrons en avant des filières qui aujourd’hui sont de belles réussites économiques avec des leaders mondiaux, des filières existantes qui se réinventent ou ajustent leurs modèles pour être plus durables, et des filières émergentes qui construisent de nouveaux modèles économiques ou de territoires.

Le colloque, qui se déroulera au Groupe la Française, 128 bd Raspail, 75 006 Paris, le 28 février de 17h30 à 21h, sera un temps d’échange et de débat accessible à tous, sur inscription préalable uniquement, pour découvrir et mieux connaître ces nouveaux modèles, mais également débattre sur leur mise en place.

Parmi les premiers participants confirmés: Stéphane Brélivet (éleveur), Christophe Chateau (Bonduelle), Arnaud Daguin (consultant en bien-manger), Laure Flesselles (savourez bio), Caroline Guinot (Interbev), Thierry Larnicol (Keraliou), Sophie Le Bouleise-Mise (commissaire générale à la gastronomie), Patrick Ribouton (Groupe la Française), Audrey Trevisiol (ADEME)…

3 questionnements structureront les débats:

  • Et si la clé de la réussite se trouvait au coeur du produit ?
  • Coup de projecteur sur les filières qui marchent
  • Quelles pistes de solution pour des filières alimentaires optimisées ? 

Les débats seront modérés par Philippe David (Sud Radio) et Nicolas Imbert (Green Cross)

Le colloque sera également l’occasion de découvrir, en avant-première:

  • La brochure « Agriculture en transition – Les filières en marche » que l’ADEME publie lors du Salon de l’Agriculture,
    Ainsi que la publication « Elevage allaitant bovin français et climat », issue d’une démarche de concertation menée entre l’interprofession bovine (INTERBEV) et 4 ONGs environnementales (Fondation Nicolas Hulot, France Nature Environnement, Green Cross, WWF).

Événement gratuit, ouvert à tous sur invitation. Inscription gratuite obligatoire sur http://bit.ly/28fevAlim

Page facebook de l’événement: https://www.facebook.com/events/107565466430089

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/agriculture-en-transition-les-filieres-qui-reussissent-colloque-le-28-fevrier-17h30-paris/

Votre agenda Green Cross des prochaines semaines

Vous avez de nombreux rendez-vous avec Green Cross dans les semaines à venir:
  • Loin de la morosité ambiante, pendant le Salon de l’Agriculture, le 28 février de 17h30 à 21h00, on parlera des filières qui marchent (cette conférence publique est précédée d’une réunion privée du think&do tank alimentation, sur invitation exclusivement) – Renseignements et inscriptions: http://bit.ly/28fevAlim
  • Le 9 mars, Green Cross sera présent au lancement de la COP régionale Bretagne, au Palais du Grand Large à Saint-Malo,
  • Défense et Climat: 2 sujets trop peu débattus ensemble, mais une nécessité de le faire. Un colloque sur le sujet, questionnant notamment l’évolution de la doctrine stratégique et l’avenir de la dissuasion nucléaire, est effectué le 14 mars de 15h00 à 18h00, à Paris. Renseignements et inscriptions: http://bit.ly/13MarsDefenseClimat
  • Le 14 mars, se tient le comité de rédaction (restreint, sur invitation exclusivement) de la prochaine mouture de notre revue OCEAN: des clés pour AGIR, qui sortira le 8 juin 2017 pour la Journée Mondiale de l’Océan. Vous souhaitez souscrire ou bien être partenaire de la revue ? C’est ICI.
  • Du 16 au 21 mars, Green Cross sera présent au Forum de Crans Montana sur l’Afrique, les territoires insulaires et la coopération,
  • le 23 mars, nous serons au colloque Green Day organisé par l’Ecole des Métiers de l’Environnement de Rennes, sur le campus de Ker Lann,
  • Le 13 avril auront lieu les prochaines sessions de travail de la coalition climat: objectif OCEAN et du think&do tank « littoral et océan », à l’Agence Spatiale Européenne, comme suit:
  • 9h15 – 10h45: 2017: stoppons le plastique de l’océan:

    11h00 – 13h00: réunion du think & do tank « littoral et océan » (réservé aux seuls adhérents du think&do tank à jour de cotisation)

    14h30 – 17h30: session plénière « climat: objectif OCEAN »

    • En présence et sous la présidence de Jean-Michel Cousteau – agenda détaillé à venir début mars.
  • Le 20 avril aura lieu la prochaine session du Think&do tank « Alimentation, agriculture, pêche, aquaculture et territoires durables ».
  • Nous effectuerons aussi prochainement des séances de mise en débat de nos notes et proposition sur « le gaz renouvelable: une énergie d’avenir » et « financement de la transition écologique, à l’échelle des territoires« .
  • Par ailleurs, Green Cross sera présent aux Oceania Meetings 2017, à la Conférence Mondiale sur l’Océan de New York, à la MEDCOP à Palerme, au Congrès IMPAC4 et à la Fête de la Gastronomie.
Nous vous souhaitons une bonne lecture et une bonne fin de semaine,
Bien à vous,L’équipe Green Cross France et Territoires

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/votre-agenda-green-cross-des-prochaines-semaines/

Jan 10 2017

Conférence avec la participation de Nicolas Imbert – LE RÔLE DES FEMMES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Quel est le rôle des femmes face au changement climatique ? Premières victimes du dérèglement climatique et des catastrophes naturelles, car plus vulnérables, les femmes sont de réelles actrices dans la lutte contre le réchauffement climatique et mettent en place des projets favorisant le développement durable. Suite à la COP 21 et aux Accords de Paris, la Fondation Jean-Jaurès poursuit sa mobilisation, avec une conférence publique qui a pour objectif de mettre en lumière le rôle des femmes dans l’élaboration et la mise en œuvre de projets dans ce domaine au niveau local, national et international.

Intervenant-e-s :

  • Hélène Conway-Mouret, sénatrice des Français établis hors de France et directrice du secteur international de la Fondation,
  • Nicolas Imbert, directeur exécutif de Green Cross France,
  • Yveline Nicolas, directrice au sein de l’association féministe Adéquations qui travaille sur les questions de genre et de développement durable,
  • Michèle Sabban, présidente du R20.

Modération : Cyrielle Hariel, journaliste, spécialiste des questions environnementales, chroniqueuse à Ushuaïa TV.

Inscriptions en ligne sur https://arc.novagouv.fr/form_dev/4f23bc9cd7f0b42ebc92a410b58c2ef8/#/formulaire/

Renseignements:

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/conference-avec-la-participation-de-nicolas-imbert-le-role-des-femmes-face-au-changement-climatique/

Déc 19 2016

Message de Jean-Michel Cousteau et Nicolas Imbert

En cette fin d’année 2016, Green Cross a plus que jamais besoin de VOUS. Ce sont vos contributions financières, vos dons et nos cotisations, qui nous permettent d’effectuer nos activités et missions au service de l’intérêt général.

En 2017, nous souhaitons utiliser vos adhésions, dons et contributions pour soutenir nos activités selon 3 directions complémentaires:

  • continuer la préservation de l’océan, via l’information autour de nos ouvrages des clés pour agir, une sensibilisation de toutes et tous (grand public, collectivités locales, entreprises, réseaux associatifs) et l’accompagnement des territoires insulaires et littoraux les plus vulnérables (Pacifique Sud, Océan Indien, Afrique et Magrebh…mais aussi les façades atlantiques et méditerranéenne de la France Métropolitaine,
  • en particulier, via l’initiative 2017: stop plastics in the sea, aider à une mobilisation collective d’ampleur sans précédent pour cesser de déverser du plastique dans l’océan (via l’économie circulaire notamment…) et récupérer les gisements de déchets existant dans l’océan, en commençant par les plus dangereux, et en créant un modèle économique favorable,
  • continuer notre mobilisation écologiste et humaniste pour que la déclaration universelle des droits de l’humanité soit reconnue le plus largement possible, tant par les Etats que par les Collectivités Locales et les Entreprises, et rendue effective le plus rapidement possible,
  • faire levier par des propositions opérationnelles issues de nos think-tanks sur l’alimentation et l’agriculture, l’énergie, l’économie circulaire, la ville durable, alimentent positivement le débat des élections présidentielle et législative à venir, et se traduisent en mesures concrètes et  initiatives pilotes.

Pour savoir comment vos contributions de cette année ont été utilisées, vous trouverez ici notre rapport d’activité ainsi que son annexe financière.


Nous soutenir ?C’est très simple: il vous suffit de vous rendre sur la page http://gcft.fr/WP/soutenir/ pour une adhésion, une ré-adhésion ou un don en ligne, ou bien de remplir le formulaire ci-joint et de nous le retourner accompagné de votre don.

Tous les dons et adhésions reçues en ligne avant le 31 décembre 2016, ou postées avant cette date (le cachet de la poste faisant foi), donneront lieu à un reçu fiscal au titre de l’année 2016.

Pensez également à partager ce message, et à parler de Green Cross autour de vous, aidez-nous à mieux faire connaitre nos actions et contenus, par exemple en copiant-collant et en partageant le message ci-après.
Plus que jamais, il est possible de mettre en valeur les contenus www.desclespouragir.fr, à savoir:

Tous ces ouvrages peuvent être commandés individuellement sur le site www.desclespouragir.fr, auprès des libraires en ligne.

En ce moment, nous lançons une grande campagne de don et d’adhésion, accessible en ligne ou via le formulaire papier ci-joint. Pour tout don supérieur ou égal à 100 euros effectué au profit de GCFT avant le 31 décembre 2016, nous vous offrons (port compris) un exemple de « A la Poursuite de l’Endurance« , le dernier ouvrage de Luc Hardy.Vous souhaitant d’excellentes fêtes de fin d’année

Bien à vous,
Jean-Michel Cousteau, Nicolas Imbert et toute l’équipe de Green Cross

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/message-de-jean-michel-cousteau-et-nicolas-imbert/

Cop22: Green Cross publie sa synthèse, et lance sa feuille de route 2017

Sitôt la CoP22 terminée, le contexte sur nos territoires nous rappelle l’urgence d’une transition écologique à la hauteur des enjeux.

Afin de figer les travaux effectués en commun, vous trouverez notre première ébauche de synthèse de la CoP22, en cliquant sur le lien suivant: http://bit.ly/CoP22brief

img_0528Voici quelques-unes de nos priorités pour 2017:

  • 2017: stop plastics in the sea, avec des mesures concrètes co-construites entre janvier et mars 2017, annoncées à New-York en juin pour la Journée Mondiale de l’Océan, mises en place dès que possible, et dont il sera rendu compte notamment à la CoP23,
  • la déclaration universelle des droits de l’humanité, qui suivant la fois de ratification gouvernementale impulsée par la reconnaissance des Comores via son président, se propagera dans les instances étatiques tout en continuant à être reconnue sur le terrain, par les collectivités locales, les entreprises et le secteur associatif,
  • la transition écologique des territoires, tant en adaptation qu’en atténuation, avec ses dimensions eau littoral et océan, alimentation et agriculture, ville durable, énergie et économie circulaire, ainsi que les enjeux sur la paix et la coopération.

Vous trouverez également de nombreux contenus issus de la CoP22 sur la webTV Green Cross: https://vimeo.com/GCFT

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cop22-green-cross-publie-sa-synthese-et-lance-sa-feuille-de-route-2017/

Déc 09 2016

Pollution à Paris – Green Cross appelle à la responsabilité des dirigeants du pays hôte de la CoP21

Quelques jours après que se soit tenue la CoP22 qui ré-insistait, dans la continuité de la CoP21, sur les liens entre santé, environnement et climat, Green Cross apporte tout son soutien à la mise en place de la circulation alternée pour limiter les risques sur la santé des parisiens, et appelle à une sortie au plus vite du diesel en ville.

La qualité de l’air dans l’agglomération parisienne appelle à des réactions d’urgence, et de prévention. Nicolas Imbert, directeur de Green Cross France et Territoires, précise « nous sommes exposés depuis mercredi dernier à un pic de pollution aux particules fines très important. C’est le sixième pic de pollution de l’année. Le dispositif législatif prévoit pour ceci une mise en place de la circulation alternée, qui devait arriver dimanche ou lundi. Dans ce contexte, le refus d’agir de la préfecture de police est non seulement incompréhensible, mais de plus inconséquent. C’est la santé des parisiens et des franciliens qui est sacrifiée, alors même que les habitants réclament des réactions à la hauteur de l’urgence ».

Green Cross en appelle à la Ministre de l’Environnement, Présidente de la CoP21, Madame Ségolène Royal, et au premier Ministre Manuel Valls, pour que la loi soit respectée et la circulation alternée mise en place sans délai. Il s’agit non seulement de la santé des parisiens et franciliens, mais également demontrer que la France ne le laissera pas détourner des objectifs climat et environnementaux issus de la CoP21 par quelques intérêts particuliers, sur des questions aussi simples et essentielles que la qualité de l’air et la santé environnementale.

Les mesures visant à rendre aux piétons les voies sur berge contribuent à permettre à la capitale de respirer à nouveau, tout comme le développement des mobilités douces diversifiées. A moyen et long terme, il est également essentiel que la France fasse toute la lumière nécessaire sur les tricheries aux émissions de particules fines et de CO2 qui rendent certains véhicules très répandus en France beaucoup plus émissifs que la loi ne les y autorisent, notamment à froid et en ville. Cette situation doit être clarifiée très vite pour reconquérir une meilleure qualité de l’air.

Vous pourrez retrouver des contenus complémentaires sur la webTV Green Cross: https://vimeo.com/GCFT

Retrouvez également le plateau du Grand Référendum Sud Radio du 9 décembre, avec Nicolas Imbert, sur http://www.sudradio.fr/Podcasts/Le-Grand-Referendum/Pollution-Nous-sommes-nous-reveilles-trop-tard

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/pollution-a-paris-green-cross-appelle-a-la-responsabilite-des-dirigeants-du-pays-hote-de-la-cop21/

Nov 22 2016

Compte-rendu du Forum de la Transition de Grande-Synthe

Jeudi 17 novembre s’est tenu le Premier Forum de la transition économique, écologique et sociale organisé par la ville de Grande-Synthe et la Communauté urbaine de Dunkerque. Ce forum, conçu comme un espace ouvert de dialogue, de rencontres et d’échanges, a pour objectif d’anticiper les mutations économiques, technologiques et sociétales pour penser le territoire de demain.

forum-17-novembre

Pour Damien Carême, Maire de Grande-Synthe, les crises que traverse actuellement le territoire (climatiques, migratoires, démocratiques…) font émerger la nécessité d’inventer un nouveau modèle. L’agglomération de Dunkerque, née autour de l’industrie, doit aujourd’hui anticiper la transformation du secteur industriel afin d’être résiliente. Patrice Vergriete, président de la CUD (Communauté Urbaine de Dunkerque), a également souligné que les deux points forts de l’industrie de l’agglomération, l’automobile et l’énergie, sont deux secteurs qui vont connaître des changements majeurs dans les années à venir.

La journée s’est structurée en deux plénières et deux tables-rondes, durant lesquels des acteurs du territoire ou des experts d’ailleurs ont pu exprimer leur point de vue, leurs attentes, leurs travaux sur la transition.

#1 Plénière : Comprendre les limites de notre modèle de développement et identifier les germes du changement pour construire le modèle de demain. Mais, vers quels futurs souhaitables ou souhaités ?

Jean-François Vereecke, économiste de l’AGUR, agence d’urbanisme Flandre-Dunkerque, a présenté les atouts et fragilités du territoire à travers la Toile industrielle du dunkerquois, un outil de compréhension de l’économie locale représentant des flux interentreprises dans le bassin d’emploi de Dunkerque. La synthèse de cette Toile : Dunkerque, c’est un port, un pilier énergétique avec des énergies de stocks, de la sidérurgie, une présence importante de l’automobile, mais aussi des filières agricoles. La Toile industrielle, destinée aux investisseurs, au service public et aux experts, est consultable ici.

Stéphane Juguet, Anthropologue de l’agence WT2I, a présenté la démarche de prospective participative d’un nouveau genre engagée à Grande-Synthe, à la demande de la ville ainsi que de l’ADEME. Utilisant la méthode POP (Populaire, Optimiste et Participative), Stéphane et son équipe ont mis en place un débat mobile, avec la volonté de mettre en récit le territoire en faisant jouer l’imaginaire collectif : les résultats mettent notamment en lumière le fait que Grande-Synthe reste un territoire « naturellement industriel » dans l’esprit de ses acteurs.

Dominique Bourg, philosophe de l’Université de Lausanne, grand témoin de cette plénière, a souligné le fait que la transition prend un sens tout à fait particulier dans le fleuron de l’industrie carbonée. Si le monde d’hier se basait sur un seul indicateur, le PIB, pour mesurer le bien-être, aujourd’hui ce lien n’est plus d’actualité. La consommation de ressources à travers le monde croît plus vite que le PIB, dans une économie concentrant de plus en plus les richesses : la nécessité de revoir notre conception du développement est plus forte que jamais.

#2 Table-ronde : Des principes aux actes ! Regards croisés sur les orientations et les outils pour accompagner une transition économique, écologique et sociale à l’échelle des territoires et des organisations.

img_0887

Nathalie Libbrecht est chargée de mission au Commissariat spécial à la revitalisation et à la ré-industrialisation des Hauts de France. Elle a présenté l’objectif et les actions de ce Commissariat, qui œuvre à détecter des projets ayant le potentiel de revitaliser le territoire, et d’aider à leur accélération.

Michel Angers est maire de Shawinigan au Québec, une ville industrielle très riche durant la première moitié du XXème siècle qui a connu de grosses difficultés économiques dans les années soixante. Un Comité de diversification économique a vu le jour, avec pour objectif la reconversion de l’économie à travers 4 cibles de diversification : numérique, technologies vertes, électronique, transformation métaux Aujourd’hui, c’est une ville très dynamique avec 12,5% de propriétaires d’entreprise chez les 18-34 ans contre 4% pour la moyenne du Québec.

Pour Damien Carême, il faut s’inspirer de l’exemple de Shawinigan et anticiper les chocs industriels. Il est compliqué pour un jeune d’aujourd’hui de se lancer dans l’entreprenariat, notamment à cause des lois interdisant aux collectivités de financer des prototypes. La nécessité d’un droit à l’innovation se fait de plus en plus pressante.

Christian du Tertre, économiste et directeur scientifique d’ATEMIS et grand témoin de cette table-ronde a souligné qu’au-delà des crises, il est important de regarder les mutations que traversent nos sociétés, car « la crise a des sources plus complexes que son expression ». Il a notamment alerté sur les nouvelles start-up entièrement financiarisées, à l’image de Blablacar.

#3 Plénière : Expérimentations et travaux prospectifs d’ailleurs : Enseignements et perspectives pour renforcer une transition économique, écologique et sociale de notre territoire.

Une plénière un peu plus technique où Valérie Vincent, chef du service Economie et Prospective de l’ADEME, a présenté l’évaluation macro-économique des visions énergétiques 2030-2050 et l’élaboration d’un scénario 100% énergie renouvelable d’ici 2050 en France, en évoquant les impacts sur les branches énergétiques clés du Dunkerquois. L’évaluation est téléchargeable ici.

Alain Mestre, du cabinet Syndex, a présenté l’étude prospective « Compétences-Emplois-Climat Ile de France », qui  pour objectif d’étudier l’impact en termes d’emplois et de compétences des politiques et des mesures d’adaptation et d’atténuation du changement climatique en IDF. La synthèse de l’étude est téléchargeable ici.

Boris Chabanel, expert associé du cabinet Utopies, s’est exprimé sur le développement des territoires par le circuit économique local: Comment agir sur l’ancrage et la circulation des richesses ? Substituer une partie des importations par une production locale est un enjeu majeur. Il est également important de prendre en compte l’interdépendance entre secteurs. De plus, parler de circuit économique local implique de mieux comprendre la demande locale.

Claude Lenglet, de TIR Consulting Group, a présenté la « Feuille de route pour une nouvelle économie » de la Métro-Région Rotterdam-La-Haye : vision pour une stratégie globale de transition d’un territoire ». Les chemins vers la transition identifiés : faire d’un port marqué par les énergies fossiles le premier port numérique d’Europe, créer un delta des énergies renouvelables, et opérer dans une logique d’économie circulaire.

Pierre Veltz, ingénieur-sociologue et grand témoin  de cette plénière, a souligné entre autres la grande diversité de solutions selon les territoires (mix énergétique), le potentiel de l’économie dite du partage, dont les formes organisationnelles sont en décalages avec celles issues du siècle dernier, ainsi que l’importance croissante des facteurs relationnels dans notre économie moderne malgré la technicisation.

#4 Table-ronde : réactions et propositions de notre panel de participants

De nombreux acteurs du territoire de domaines très variés (syndicats, énergie, service…) ont pu exprimer leur point de vue sur ce qui fut dit dans la journée, et faire part de leurs réflexions sur la transition du Dunkerquois.

panneau-4

©Olivier Sampson

L’équipe de Green Cross tient à féliciter les organisateurs de ce forum qui s’est déroulé avec succès, et se réjouit d’avance de la prochaine édition du Forum de la Transition!

 

Pour télécharger le programme complet

Pour découvrir Grande-Synthe, ville durable

Retrouvez ici la WebTV Green Cross « La transition énergétique, une réalité sur les territoires » lors de la CoP21 avec Damien Carême

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/compte-rendu-du-forum-de-la-transition-de-grande-synthe/

Articles plus anciens «

« Articles plus récents