Archives de l’étiquette : rio+20

Climat : Objectif OCEAN – co-construisons les propositions de l’économie bleue

 

COP21-labelColloque du 8 juin 2015

Page actualisée au 11 mars 2016.

Notre événement du 8 juin a été un grand succès….vous trouverez ci-joint :

Une vingtaine d’intervenants, représentatifs des acteurs de l’économie de la mer, des réseaux des collectivités locales, d’associations et d’acteurs économiques, ont souligné le rôle essentiel joué par l’océan dans la régulation du climat et de l’ensemble des grands équilibres de notre planète. Ne se contentant pas d’alerter sur la nécessité de préserver un océan en bonne santé, les intervenants ont également présenté des solutions existantes et initiatives en cours, réplicables ou inspirantes. De la Nouvelle-Calédonie à la Colombie, nombre de projets se structurent pour créer une véritable économie bleue. Des éléments de synthèse des différentes interventions seront disponibles très prochainement.

Rassemblant plus de 150 participants à l’Agence Spatiale Européenne, cette rencontre a également abouti à la signature de la Déclaration de Paris sur l’Ocean. Le texte est constitué de quatre propositions et dix-huit engagements et voies de réalisation précises et concrètes – les thèmes abordés: gestion harmonisée des activités littorales, alimentation et santé des océans et des Hommes, transport et navires du futur, sécurité et surveillance pour le développement durable.

declaration_paris

Au 11 mars, la présente déclaration a été signée par les organisations suivantes :

  • ACB – Réseau des bretons d’influence, ACIDD, ALMAE, ARF – Association des Régions de France, Armateurs de France, Association des EcoMaires, Association MerTerre, AUGEO Africa, Bio Thau, Bridgers One, Cerpac, Climates, Club France Développement Durable, Cluster Maritime Français, Collège des Directeurs du Développement Durable, Comité 21, Conect, Crédit Agricole SA, Cyclamed, Décider Ensemble, Durapole, Earth Guardians, Ecocean, Eco DDS, Ecologie Sans Frontière, ECOSYS Group, Energies de la Mer, End Ecocide on Earth, ESA, European Partners for the Environment, Expédition 7ème continent, Fédération des Industries Nautiques, Fondation 2019, Fondation Ensemble, Fondation GoodPlanet, Fondation Malpelo et Autres Ecosystèmes Marins, Fondation Nature et Découvertes, Fondation Watertrek, Forum China Europa, Forum de la Mer, France Libertés, France Nature Environnement, Forest Sterwardship Council, GICAN, GREEN, Green Cross France et Territoires, Green Cross International, Groupe SOS, Humanbe, Initiative for Africa, Institut de l’Economie Circulaire, Institut Michel Serres, IPAG Business School, JB Conseils en Énergies Renouvelables, Les Ateliers de la Terre, La Boudeuse, Métamorphose Outremers, Missions Publiques, Moana nui, Monde Volontaire au Développement, Oceania 21, Ocean Futures Society, Open agrifood Orléans, Orée, Pax Arctica, PlanetSolar, R20, Race For Water, Seafood Fusion, SeaOrbiter, SER, SICR, Sunaxon, Tecensys, The Bridge Tank, WWF, YB-FR…

Les personnalités qualifiées suivantes ont également signé la déclaration :

  • Jean-Luc Aigoin, M. Mehdi Alaoui Mdaghri, M. Mounir Beltaifa, Pr Robert Bell, M. Patrice Comte, Mme Céline Cousteau, M. Fabien Cousteau, Mme Laurence Eymard, M. Gregory B. Gallagher, M. Anthony Lecren, Mme Corinne Lepage, Mme Houria Tazi Sadeq, M. Gino Van Begin, Mme Séverine Vasselin

Ce texte désormais disponible également sur le site http://www.cop21.mobi.

Si vous souhaitez signer ce texte au nom d’une organisation, merci de contacter contact@cop21.mobi

La présente déclaration a été initiée le 8 juin 2015, à l’issue du colloque organisé par Green Cross à l’Agence Spatiale Européenne, à Paris, pour la Journée Mondiale des Océans. Elle a également été présentée et discutée à la Global Conference 2015 des Ateliers de la Terre, et dans le cadre de l’Atelier adaptation du Sommet Mondial Climat et Territoires et remise à Ségolène Royal le 31 aout dernier. Elle a fait l’objet d’une conférence le 3 décembre 2015 aux espaces Générations Climat au Bourget pendant la COP21, conclue par la Ministre du Développement et de la Francophonie, Mme Annick Girardin. Elle reste ouverte aux signatures.

 

Nous avons soumis ces propositions aux votes des participants, ce qui a été très suivi et apprécié, et a fait ressortir 7 priorités:
  • réaffirmer l’espace marin comme propice aux activités humaines durables pour améliorer les conditions de vie et compléter les écosystèmes terrestres (notamment via un développement serein des énergies marines et renouvelables en mer),
  • développer la fiscalité verte et bleue (carbone, biodiversité…) via des initiatives volontaires, mises en place par plaque géographique et ensuite défendues au niveau international,
  • créer des filières d’économie circulaire, en commençant par les eaux de ballast, le traitement des résidus pétroliers et l’économie circulaire portuaire,
  • mettre en place un processus international pérennisant la préservation de l’Antarctique et son statut international, et assurer une gouvernance durable et apaisée de l’Arctique,
  • développer en partenariat avec les parties prenantes les aires marines protégées, qui démontrent la pertinence d’une reconquête des écosystèmes,
  • accélérer le recueil open data des données sur la santé des océans,
  • rendre les labels plus inclusifs et encourager leur utilisation, en particulier dans l’alimentation.

 

 

 

QUELQUES PHOTOS

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference.

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference, Jaques Rougerie, Boris Federovski, Dominique Martin Ferrari

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference.

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference, Michel Sabban, President of R20.

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference.

Contexte

Green Cross coordonne au premier semestre 2015, la tenue d’un forum multi-acteurs Economie Bleue et Stratégie Maritime pour ParisClimat2015 en vue de mobiliser l’ensemble des réseaux maritime, suffisamment en amont de la Conférence Paris Climat 2015, et d’obtenir un accord concret, ambitieux pour le climat et pour l’environnement.

Le monde de la mer est un pilote idéal pour accélérer la lutte contre le dérèglement climatique : d’une par eu égard à la maritimisation du monde, d’autre part par l’universalité des solutions qu’il peut y apporter, de par le caractère continu des océans.

Ce forum est en deux étapes : une séance de travail qui s’est tenue le 9 avril, et une séance de restitution et de mobilisation lors de la Journée Mondiale des Océans, le 8 juin, à l’Agence Spatiale Européenne, à Paris.

Objectifs du forum

Dans un contexte pré-ParisClimat2015 très chargé en événements, le Forum peut se dégager en construisant la proposition concrète d’un objectif climat consolidé entre tous les acteurs, notamment sur les sujets-clé climat et santé des océans, alimentation santé et satisfaction des besoins humains, navire du futur, gestion du littoral. Le Forum aura une approche économique, et notamment s’attachera à mettre en rapport l’opportunité et le coût financier de l’inaction.

Pour mémoire – séance de travail du 9 avril 2015

Un grand merci à tous les participants venus à cette belle journée de travail – une synthèse sera très prochainement mise en ligne .

Programme_9_avril

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/climat-objectif-ocean-co-construisons-les-propositions-de-locean/

Juil 04 2012

Les jeunes proposent des lignes directrices concrètes pour la gouvernance de l’eau et de l’environnement

 

Suite au Forum Mondial de l’Eau qui s’est déroulé à Marseille en mars 2012, Green Cross France et Territoires, sous l’impulsion de son Président Jean-Michel Cousteau, a  décidé de relayer la voix des jeunes à Rio+20. Ce projet a abouti à la production de deux synthèses de propositions des jeunes, que Green Cross a pu mettre en avant à Rio.

 

La première synthèse a été coordonnée par le Collectif des Jeunes Français à Rio+20. Elle s’attache à encourager les gouvernements et décideurs à mettre en place un véritable programme d’actions concrètes en matière de gouvenance environnementale sur la scène internationale.

Présentée lors de la journée Green Cross par Céline Ramstein, déléguée des Jeunes Français pour Rio+20, et Henri Landes, membre du REFEDD et Président de l’association Climates, cette synthèse est à retrouver en version pdf ici : Collectif Jeunes Français à Rio+20 – Position.

 

La seconde synthèse a été consacrée plus particulièrement aux problématiques de l’eau. Le document a été finalisé par Green Cross France et Territoires à partir des contributions apportées par ces trois organismes de jeunes :

–  Association SimONU d’Euromed Management,

–  Conseil Régional des Jeunes de Provence-Alpes-Côte d’Azur,

–  Association Batna Sciences Po Rennes.

Vous pouvez retrouver cette synthèse en version PDF ici : Synthese_Jeunes_Focus_Eau 

 

 

Henri Landes et Céline Ramstein à Rio lors de la Journée Green Cross, le 16 juin 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/les-jeunes-proposent-des-lignes-directrices-concretes-pour-la-gouvernance-de-leau-et-de-lenvironnement/

Juil 04 2012

Manifeste de Marseille pour une éthique de la responsabilité des entreprises et des institutions vis-à-vis de l’eau, de l’environnement et de l’humanité

 

Le Manifeste de Marseille a été rédigé dans le prolongement du 6ème Forum Mondial de l’Eau à Marseille, et diffusé à l’occasion du Sommet de Rio+20 en juin 2012. Vous le retrouverez en intégralité en version pdf ici : Manifeste_de_Marseille

 

Citoyens, exerçant ou non des activités professionnelles, représentants d’organisations publiques ou privées, locales, nationales ou internationales, ont décidé de rassembler leurs énergies en proposant cette contribution de la société civile à la réflexion sur la gouvernance mondiale de l’environnement dans une vision de développement durable.

 

Ce Manifeste est ainsi destiné à formuler auprès de la future instance mondiale de gouvernance de l’environnement des principes juridiques permettant de  faire « prendre de la hauteur » au droit de l’environnement et du développement durable en s’inspirant de dispositifs innovants du droit français.

 

La réflexion entammée à l’occasion de Rio+20 doit se poursuivre. Il est urgent d’encourager les gouvernements et les décideurs à faire évoluer le contexte juridique de la gouvernance mondiale de l’environnement.

 

Appel est donc fait aux volontaires pour s’associer à la liste des  signataires !

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/manifeste-de-marseille-pour-une-ethique-de-la-responsabilite-des-entreprises-et-des-institutions-vis-a-vis-de-leau-de-lenvironnement-et-de-lhumanite/

Juin 29 2012

Rio+20 en 10 points clefs

Retrouvez ces 10 points formatés pour impression, en PDF 20120626_Rio+20 en 10 points

De retour de Rio+20

Une synthèse en 10 points

1.      Rio a été en 1992 le point de départ, le catalyseur des appels à l’action pour les gouvernements. A Rio+20, les DialoguesDays et une mobilisation forte des sociétés civiles, des gouvernements locaux et des entreprises, ont permis d’avancer des propositions concrètes sur le monde qu’on pourrait céder aux générations futures.

2.      Le processus de négociation et le forum ministériel est lui un échec, avec, comme déjà vécu à Copenhague et à Durban, un document final qui n’est pas une réussite. D’un manque de vision, de préparation et de leadership a  résulté un document final sans valeur.

3.      La présence massive des syndicats comme les travaux du rassemblement mondial démontrent un rapprochement fort entre les enjeux écologiques et sociaux, et la possibilité de progresser conjointement et sereinement sur les deux dimensions à la fois.

4.      On constate une incroyable énergie de la société civile. Au-delà de la présence de 50 000 personnes  à Rio et la participation à distance de millions d’autres, des propositions concrètes, réalistes et ambitieuses émergentet sont suffisamment matures pour être portées à la table des négociations.

5.      Les entreprises, les pouvoirs publics locaux et les organisations qui les fédèrent montrent une capacité croissante à agir concrètement sur les effets premiers du changement climatique. Ce seront eux qui impulseront la vitesse rapide du changement.

6.      Le multilatéralisme est désormais une réalité très concrète. Les pays en développement multiplient les propositions pour avancer. A ce titre, la proposition coordonnée par l’Afrique du Sud et les investisseurs de long terme pour apporter un financement décent à la transition verte de l’économie est une bonne pratique, malheureusement encore inaboutie.

7.      Deux thèmes maintenant bien matures peuvent, sous pression de la société civile, aboutir rapidement : un accord sur les océans et la création d’une institution internationale de l’environnement.

8.      Deux thèmes à nos yeux prioritaires nécessitent désormais d’être traités rapidement et d’avancer via des instances complémentaires aux Nations-Unies, y compris de manière non universelle : l’eau, l’alimentation et l’énergie d’une part, la prévention des conflits d’autre part.

9.      Un thème, l’éthique du développement durable, doit pour la préservation des générations actuelles et futures retrouver la place essentielle qu’il avait acquise à Rio et qu’il a perdue à Rio+20. Que ce soit aux échelles locale, national, régionale ou internationale, l’éthique est le ciment essentiel qui donnera de la cohérence aux actions de chacun.

10.  Il n’y a pas de solution miracle. C’est à la société civile, dans toute sa diversité, de se prendre en main, de proposer et d’imposer des solutions aux pouvoirs publics, de manière démocratique, diversifiée, décarbonée. Les bribes de réponse aux enjeux écologiques et sociaux sont nombreuses, une bonne coordination et un alignement des capacités financières et des leviers économiques permettent de les mettre en œuvre. Reste à concrètement transformer notre volonté commune en actions co-construites.

 

Rio, le 23 juin 2012

 

Participants Green Cross France et Territoires :

Jean-Michel Cousteau, Adam Koniuszewski, Luc Hardy, Nicolas Imbert

–          Déclaration d’Alexander Likhotal, CEO de Green Cross International, à l’issue de la discussion : http://bit.ly/Rio20GCI

–          Constitution de l’Alliance pour les Océans, lors de Rio+20 : http://gcft.fr/?p=1435

–          Billet d’humeur de Nicolas Imbert, le 19 juin au soir, à l’issue des négociations : http://gcft.fr/?p=1384

–          Et aussi de nombreux contenus sur les sites http://gcft.fr et http://gci.ch

 

Jean-Michel Cousteau interviewé à Rio+20

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/rio20-en-10-points-clefs/

Juin 07 2012

Rio+20 c’est avec vous – Green Cross France à la Villette le 8 juin au Forum du Club France Rio+20

Green Cross France et Territoires se mobilise ce vendredi 8 juin lors de l’événement Rio+20, c’est avec vous – organisé par le Club France Rio+20 en présence du Président de la République, et réaffirme ses objectifs pour le forum qui se déroule à Rio du 20 au 22 juin.

 

En Juin 1992 se réunissait la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement avec 110 chefs d’Etat et la présence en session présidentielle de 2 participants qui n’étaient pas chefs d’état en exercice : le Président Mikhaïl Gorbatchev et le Commandant Jacques-Yves Cousteau.

L’année suivante, Mikhaïl Gorbatchev créait Green Cross, organisation non gouvernementale internationale, avec le support du Commandant Cousteau, afin d’aider à préserver un milieu sain pour assurer un avenir serein.

Réussir Rio+20 est essentiel – ce sera difficile et nécessitera la mobilisation de tous les acteurs.

Green Cross sera présent à Rio+20 avec une délégation internationale menée par Alexander Likhotal et de nombreux événements. Un planning jour par jour sera diffusé le 12 juin.

Seront notamment présents aux événements organisés par Green Cross : Bill Becker, Jean-Michel Cousteau, Toni Frisch, Luc Hardy, Nicolas Imbert, Alexander Likhotal, Mohan Munasinghe, Severn Cullis-Suzuki, Vandana Shiva

 Ce 8 juin, pour le lancement de Rio+20, Green Cross participe à Paris à l’événement Rio+20, c’est avec vous, en présence du Président de la République, par l’intermédiaire de ses ambassadeurs Isabelle Joschke, Bruno Sroka, Franck Vogel et de son directeur exécutif Nicolas Imbert.

Le programme détaillé du Club France Rio+20 ainsi que le communiqué de presse de l’Elysée sont disponibles sur http://bit.ly/Lytlqf.

C’est maintenant que toutes et tous, en qualité de citoyen, consommateur, entreprise, décideur politique, devront concrètement nous mobiliser et faire une co-construction ambitieuse, sereine, coordonnée, pragmatique, d’un futur qui assure la transition écologique de l’économie et devienne plus serein et plus juste.

Concrètement, nous avons 10 objectifs pour Rio, les voici

 

En synthèse

… atteindre, avec le concours de toutes les parties prenantes, l’accord le plus
ambitieux, réaliste et concret possible à Rio+20, et mettre en place dès le 23 juin 2012 les outils d’un suivi attentif des prochaines étapes.

 5 objectifs de démarche :

  • Une meilleure intégration et prise en compte des gouvernements et collectivités locales dans les instances internationales,
  • Un calendrier contraignant et plus ambitieux que la déclaration préparatoire, effectuant en 18 mois le plan de travail prévu sur 2012-2015,
  • Des innovations diversifiées, adaptées aux attentes, vers une  économie verte qui serve efficacement le bien-être de tous,
  • Une meilleure mise en adéquation des fonds environnementaux internationaux avec les objectifs collectivement définis,
  • Des orientations qui portent dès leur adoption leurs indicateurs  d’évaluation associés.

 5 résultats à atteindre :

  • Une meilleure intégration des thématiques eau, agriculture, énergie, industrie, biodiversité, éducation  sur les territoires,
  • La prise en compte et l’anticipation du rôle des enjeux d’accès (à l’alimentation, à l’eau, à l’énergie…) dans les conflits.
  • La création effective dès 2013 d’une organisation mondiale de l’environnement avec une institution internationale de témoignage pouvant acquérir des compétences juridiques,
  • L’amorce lors de la conférence de la création en 2012 d’un tiers de confiance, indépendant, international, qui valide la transparence des engagements dans la durée,
  • Le renforcement du cadre éthique du développement durable, matérialisé notamment par une mention explicite de la Charte de la Terre dans le document final.

 

La délégation de Green Cross France et Territoires sera présente à Rio du 15 au 23 mars. Programme détaillé et fiches action à venir la semaine prochaine.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/rio20-cest-avec-vous-green-cross-france-a-la-villette-le-8-juin-au-forum-du-club-france-rio20/

Mai 25 2012

Bulletin d’actualité n°4 – avril & mai 2012

G8…G20…Rio+20. L’agenda international de ces mois de mai et juin est très chargé.

Quelle place pour l’environnement ? Surtout, ne pas être une contrainte de plus face à une urgence économique et financière qui malmène nos pays occidentaux. Mais plutôt une brique fondamentale dans la co-construction qui s’amorce.

Conflits d’accès à l’eau de plus en plus importants, problèmes de pollution de la ressource, modèles agricoles qui doivent être repensés en profondeur, stratégies énergétiques à rendre plus agiles et diversifiées… ces enjeux sont désormais criants, ils se matérialisent au Sud et au Nord, et à chaque fois des réponses adaptées doivent être trouvées. Et ces réponses, et c’est nouveau, font émerger de nouveaux modèles économiques, attirent l’investissement public et privé, sont sources d’innovation et de richesse durable.

C’est bien l’émergence de ces nouveaux modèles que nous devons pousser et accélérer à Rio+20, pour ancrer la transition écologique au cœur de l’économie. D’où la continuité, et non l’opposition entre G8, G20 (mais aussi G77) et Rio+20. C’est un agenda essentiel, et pour lequel le temps presse.

Dans ce cadre nous espérons déclencher, par la mobilisation française du 8 juin, un formidable élan pour faire de Rio+20 le départ d’un plan d’action ambitieux et concret vers la transition écologique de nos économies. Et nous vous invitons à en suivre les progrès, jour après jour, mois après mois.  Nous avons besoin pour ceci du soutien de chacun d’entre vous.
Nicolas Imbert, directeur exécutif, Green Cross France et Territoires

 

Vous pouvez télécharger ci-après la 4ème newsletter en PDF :

GCFT_newsletter_n4_mai 2012

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/bulletin-dactualite-n4-avril-mai-2012/

Mai 24 2012

Participation de Green Cross au Forum International Green Business à Pointe-Noire, au Congo-Brazzaville

 

 

Du 8 au 10 mai 2012, Green Cross a participé au Forum International Green Business, à l’invitation de la CEEAC (Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale) et du PNUD (Programme des Nations-Unies pour le Développement) à Pointe-Noire, au Congo-Brazzaville.

 

Du 8 au 10 mai 2012, s’est tenu à Pointe-Noire, au Congo-Brazzaville, la troisième édition du Forum « Economie Verte : Opportunités de Croissance et lutte contre la pauvreté ».

 

Dans le cadre des événements préparatoires à Rio+20, cette édition répondait à quelques objectifs prioritaires, notamment :

–          Tirer profit des opportunités de croissance et de lutte contre la pauvreté que recèle l’économie verte,

–          Structurer le point de vue du secteur privé d’Afrique centrale pour la conférence de RIO+20,

–          Mettre en place une feuille de route pour le développement de l’économie verte en Afrique Centrale,

–          Développer le partage d’expérience et les partenariats concrets entre le Nord et le Sud.

 

Nicolas Imbert, directeur de Green Cross France et Territoires, était présent pour représenter Green Cross à cet événement.

 

De nombreux contacts ont été pris en vue de la mobilisation des acteurs associatifs et de la préparation d’une PrepCom (structure préalable à la création d’une antenne Green Cross) au Congo Brazzaville. Les acteurs économiques et politiques de la sous-région d’Afrique Centrale ont également manifesté leur intérêt pour voir les projets Smart Water for Green Schools se développer dans la sous-région, et proposé des mécanismes conjoints d’accès à l’énergie (biomasse, éolien, solaire) et d’agroécologie.

 

D’une manière générale, le Forum a notamment produit les résultats suivants :

–          Eléments de proposition alimentant la représentation de l’Afrique Centrale en vue de la conférence de RIO + 20,

–          Impulsion d’une politique ambitieuse de green business et de diversification des économies Africaines autour de projets ambitieux environnementalement et socialement,

–          Opportunités de développement d’éco-industries et meilleure mise en valeur des éco-entreprises existantes,

–          Retours d’expériences et propositions d’amélioration pour les financements internationaux, en particulier les MDP (mécanismes de développement propres).

 

Un comité de coordination a été nommé, en charge de coordonner le partage des résultats du Forum de manière intégrée pour le développement de la stratégie environnementale de la sous-région d’Afrique Centrale. Il sera particulièrement attentif au suivi des résultats et objectifs décidés à ce Forum, en préparation de la 4ème édition.

 

Retrouvez plus d’information sur ce forum sur le site des Ateliers de la Terre, co-organisateur de l’évènement : http://www.planetworkshops.org/fr/269/figb-2012-congo/

 

Par ailleurs, Nicolas Imbert est revenu sur l’action de plaidoyer dans une interview accordée à PONTON FM, une radio locale de Pointe-Noire : green cross action de plaidoyer

 

(Photos : D.R. GCFT)

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/participation-de-green-cross-au-forum-international-green-business-au-congo-brazzaville/

Avr 06 2012

Concours Rio+20: questions d’EAU

Télécharger le poster de présentation ici

Et le dossier complet du participant avec le règlement et les modalités

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/concours-rio20-questions-deau/

Mar 30 2012

Nos réalisations et perspectives 2012

Une version PDF de cet article, pour impression et diffusion, est disponible ici : Green Cross France et Territoires – réalisations

 

Raisons d’être et objectifs :

 

  • Raisons d’être

GCFT est la branche française de l’ONG de Mikhaïl Gorbatchev (Green Cross International), elle est présidée par Jean-Michel Cousteau. Elle vise à préserver un milieu sain pour un avenir pérenne et serein des populations sur les territoires. GCFT développe ses actions selon deux modalités : des activités de plaidoyer, et des projets concrets.

 

  • 5 axes prioritaires

Les actions de GCFT se structurent autour de cinq axes prioritaires :

  1. les enjeux liés à l’eau
  2. la prévention des crises environnementales et humanitaires
  3. la transition vers des modèles de développement plus pérennes et sereins
  4. la solidarité internationale
  5. l’éducation

 

 

Résultats et projets concrets engagés :

 

  • Plaidoyer :

GCFT s’engage pour que la Conférence Rio+20 débouche sur des résultats concrets. L’association est membre du Club France Rio+20 et sera présente et active à Rio, du 15 au 23 juin 2012. Afin d’obtenir des engagements de fond à Rio, GCFT participe à de nombreuses conférences préparatoires (notamment à l’occasion du Forum Mondial de l’Eau et a dégagé 10  priorités, consultables à l’adresse suivante :  http://gcft.fr/WP/nos-objectifs-pour-rio20/

 

  • Smart Water For Green Schools

C’est un projet d’accès à l’eau et à l’assainissement, qui permet aussi la scolarisation des enfants sur le temps dégagé par la corvée d’eau. 22 villages ont mis en place ce dispositif au Ghana. Nous développons de nouveaux projets dans le bassin de la Volta, et lançons des projets pilotes en Bolivie, au Sri Lanka et en Chine : http://gcft.fr/?p=587

 

  • Gaz de schistes :

En 2012, GCFT a lancé un projet en collaboration avec des étudiants de l’Ecole Centrale de Paris, qui vise à qualifier et quantifier l’ensemble des risques, environnementaux, économiques et sociaux, de l’exploration et l’exploitation des gaz de schistes.

 

  • Filière porcine durable en Bretagne :
GCFT expérimente un modèle alternatif d’exploitation porcine en Bretagne, dans un triple objectif : la limitation de l’empreinte sur les territoires, l’amélioration de la qualité de la viande, et la valorisation du territoire et des acteurs de la filière par un label spécifique.

 

  • Livret vert sur la pollution des eaux :

GCFT établit un état des lieux des pollutions des zones littorales, grands fleuves, et lacs en France et en Europe. Un « livret vert » des priorités sur ce thème est en cours de finalisation.

 

GCFT est partenaire agréé du réseau 1% pour la planète.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/nos-realisations-et-perspectives-2012/

Mar 27 2012

Nos objectifs pour Rio+20

Une version PDF de ce document, pour impression et diffusion, est disponible ici: Rio+20 – Objectifs – affiche.

 

Nos objectifs pour Rio+20

 

5 éléments de démarche :

1. Une meilleure intégration et prise en compte des gouvernements et collectivités locales dans les instances internationales,

2. Un calendrier contraignant et plus ambitieux que la déclaration préparatoire, effectuant en 18 mois le plan de travail prévu sur 2012-2015,

3. Des innovations diversifiées, adaptées aux attentes, vers une économie verte qui serve efficacement le bien-être de tous,

4. Une meilleure mise en adéquation des fonds environnementaux internationaux avec les objectifs collectivement définis,

5. Des orientations qui portent dès leur adoption leurs indicateurs d’évaluation associés.

 

5 résultats à atteindre :

1. Une meilleure intégration des thématiques eau, agriculture, énergie, industrie, biodiversité, éducation sur les territoires,

2. La prise en compte et l’anticipation du rôle des enjeux d’accès (à l’alimentation, à l’eau, à l’énergie…) dans les conflits,

3. La création effective dès 2013 d’une organisation mondiale de l’environnement avec une institution internationale de témoignage pouvant acquérir des compétences juridiques,

4. L’amorce lors de la conférence de la création en 2012 d’un tiers de confiance, indépendant, international, qui valide la transparence des engagements dans la durée,

5. Le renforcement du cadre éthique du développement durable, matérialisé notamment par une mention explicite de la Charte de la Terre dans le document final.

 

En synthèse…

… atteindre, avec le concours de toutes les autres parties prenantes, l’accord le plus ambitieux, réaliste et concret possible à Rio+20, et mettre en place dès le 23 juin 2012 les outils d’un suivi attentif des prochaines étapes.


Les prochains mois sont décisifs !

 

GCFT est membre du Club France Rio+20 et sera présente à Rio, du 15 au 23 juin 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/nos-objectifs-pour-rio20/

Articles plus anciens «