Archives de l’étiquette : Nicolas Imbert

Avr 18 2017

Retour sur la session plénière « Climat : Objectif Océan » du 13 avril

Jeudi 13 avril a eu lieu la journée « Littoral, Océan et Climat », organisée par Green Cross France et Territoire, sous la présidence de Jean-Michel Cousteau, et  l’Agence Spatiale Européenne (ESA), avec notamment Nathalie Meusy, ‎Responsable du Développement Durable au sein de l’ESA.

 

Le colloque « Climat : Objectif Océan » de l’après-midi a été co-organisé avec l’Agence Spatiale Européenne (ESA), Sud Radio et Presidency Key Brief, avec la participation du Comité 21, de la Coalition Marocaine pour l’Eau, de l’Institut pour la Prospective et la Sécurité en Europe, de la Fondation Goodplanet, de Humanité et Biodiversité, de l’Institut de l’Economie Circulaire, d’Outremers 360, du Partenariat Français pour l’Eau, de la Revue de la Marine Marchande, du R20+ Regions of Climate Action….

 

Afin de répondre aux priorités 2017 et aux urgences, confirmées notamment par les travaux des Conférences Climat (COP et conférences régionales MEDCOPs et Oceania Meetings), comme par le rapport spécial à venir du GIEC sur la cryosphère et l’océan, ce colloque a été articulé en trois parties :

  • Améliorons la résilience et la gestion écologique des territoires littoraux et des îles,
  • Stoppons le plastique dans l’océan,
  • Rendons par l’innovation et les engagements le transport maritime plus écologique.

 

Les débats ont été animés par Fanny Agostini, journaliste TV et présentatrice météo, Philippe David, journaliste et animateur Sud Radio sur Sud Radio, et Nicolas Imbert, directeur exectif de Green Cross France et Territoires.

 

Ils parlent de notre événement sur Twitter :

Hashtag: #ClimatOcean

@_GCFT ; @technoscopie ; @Ale_moreau ; @AmadouCleverBa ; @Emdupuy ; @PlasticOdyssey ; @R20Paris ; @sandrinebelier ; @HenriRobert6 ; faimano ; @Amelie_Rouvin

 

N’hésitez pas à télécharger nos ouvrages « Eau, des clés pour agir » et « Océan, des clés pour agir » sur la plateforme suivante : http://www.desclespouragir.fr/

 

Et à contribuer à l’édition 2017 « Océan, des clés pour agir » par ici : JE SOUHAITE CONTRIBUER 

 

LES PHOTOGRAPHIES DE L’EVENEMENT SONT A RETROUVER ICI

 

Bettina Laville - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Bettina Laville – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Houria Tazi Sadeq - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Houria Tazi Sadeq – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe Guettier - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe Guettier – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Thierry Touchais - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Thierry Touchais – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Sandrine Bélier - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Sandrine Bélier – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Fanny Agostini - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Fanny Agostini – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Jacques Degroote - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Jacques Degroote – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Patrick Fabre; Henri Robert - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Patrick Fabre; Henri Robert – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Amadou Ba - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Amadou Ba – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Hervé Deiss - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Hervé Deiss – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Carole Carpentier - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Carole Carpentier – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

GCFT, Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

GCFT, Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Jean-Michel Cousteau - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Jean-Michel Cousteau – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Carmen Bouley de Santiago - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Carmen Bouley de Santiago – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe David - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe David – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Nathalie Meusy - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Nathalie Meusy – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Jean-Michel Cousteau - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Jean-Michel Cousteau – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe Rigout - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe Rigout – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Nicolas Imbert - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Nicolas Imbert – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/retour-sur-la-session-pleniere-climat-objectif-ocean-du-13-avril/

Avr 14 2017

Retour sur la session de travail «2017 : Stoppons le plastique dans l’Océan »

Jeudi 13 avril a eu lieu la journée « Littoral, Océan et Climat », organisée par Green Cross France et Territoire, sous la présidence de Jean-Michel Cousteau, et  l’Agence Spatiale Européenne (ESA), avec notamment Nathalie Meusy, ‎Responsable du Développement Durable au sein de l’ESA.

Dans la continuité des travaux effectués le 11 novembre 2016 à Marrakech, lors de la CoP22 (https://vimeo.com/196260464), la matinée « Stoppons le plastique dans l’Océan » a été conçue dans une dynamique de workshop, avec une table de co-construction, pour s’attaquer à deux dimensions : tarir les gisements de plastique; et gérer les déchets plastiques déjà présents. Elle a permis de progresser dans la consolidation de nos propositions collectives (expéditions, associations, collectivités locales, entreprises, scientifiques, journalistes et institutions gouvernementale), afin de présenter lors de la journée mondiale de l’océan, le 8 juin 2017, un plan d’action à la hauteur des enjeux.

Jean-Michel Cousteau, Président de Green Cross France et Territoires, a su souligner à quel point nous sommes dépendants de la qualité des océans, mais aussi que « nous sommes la seule espèce qui peut décider de ne pas disparaître ».

De nombreuses initiatives existent déjà, comme la campagne de sensibilisation initiée par Vacances Propres, et parrainée par Jean-Michel Cousteau. La 6ème édition de l’opération « Je navigue, je trie » complètement dédiée à la prévention des déchets marins et au tri, a d’ailleurs permis de sensibiliser 131000 plaisanciers, notamment grâce à un slogan accrocheur « Rien par-dessus bord, tous mes déchets au port ! ».

Le projet The Sea Cleaners consiste, quant à lui, à fabriquer un multicoque de 72 mètres de large, le Manta, afin de ramasser les macro-déchets plastiques, pour, d’une part, nettoyer les océans, en priorité dans les zones les plus critiques, et, d’autre part, être un symbole de cette lutte contre la pollution plastique et de la nécessité de prises de décision de la part des Etats. La démarche se décompose en trois volets : la collecte ; l’analyse scientifique ; et l’éducation.

Il en est de même pour Expedition MED, qui se veut être un laboratoire citoyen pour la protection de l’environnement marin, et qui a d’ailleurs spécifié que « dans certaines zones avaient pu être trouvés autant de déchets plastiques que de plancton ». Les déchets plastiques, c’est 100000 mammifères étouffés ou asphyxiés par an. De plus, il existe un lien, peu évident, et pourtant très fort entre le plastique et le climat : la moitié du captage de CO2 de l’atmosphère se fait via les phytoplanctons, qui s’avèrent être très perturbés par les substances plastiques, et notamment par les perturbateurs endocriniens.

Cependant, 70% des macro-déchets coulent, rendant difficile le nettoyage des mers : il faut donc agir d’urgence en amont, et mettre en place, par exemple, des filières de collecte et de valorisation des filets de pêche, qui s’avèrent avoir des effets dévastateurs en mer.

Cette matinée a donc permis de voir émerger des lignes de force, et surtout l’importance, d’une part, que tiennent l’éducation et la sensibilisation dans la réduction de la présence de plastique dans l’océan, mais aussi la nécessité indubitable de créer une plateforme permettant de publier et partager l’ensemble des découvertes, études et conclusions scientifiques concernant le plastique, mais également de former une alliance, une coalition réunissant l’ensemble des acteurs mettant en œuvre des projets et des actions dans le sens d’une réduction de la quantité de déchets plastiques dans l’océan. Il est vital de mettre en commun les référencements et les données existants, d’où, d’ailleurs, le lancement par l’ESA de Copernicus, ce programme européen d’observation de la Terre, qui permet d’enregistrer une quantité de données essentielles à la compréhension du changement climatique et des bouleversements qu’il crée et pourra engendrer dans un futur proche si les prises de décision ne sont pas rapides et à la hauteur des enjeux.

 

Différents projets et expéditions à retrouver sur :

 

Ils parlent de notre événement sur Twitter :

#STOPplasticsINtheSEA

@_GCFT ; @technoscopie ; @Ale_moreau ; @AmadouCleverBa ; @Emdupuy ; @PlasticOdyssey ; @R20Paris ; @sandrinebelier ; @HenriRobert6 ; @faimano ; @Amelie_Rouvin

 

N’hésitez pas à télécharger nos ouvrages « Eau, des clés pour agir » et « Océan, des clés pour agir » sur la plateforme suivante : http://www.desclespouragir.fr/

Et à contribuer à l’édition 2017 « Océan, des clés pour agir » par ici : POUR CONTRIBUER 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/retour-sur-la-session-de-travail-2017-stoppons-le-plastique-dans-locean/

Déclaration à l’issue d’Oceania21 2015: Une étape importante dans le Pacifique Sud avant ParisClimat2015

Green Cross était présent à Nouméa du 28 au 30 avril pour le Forum Oceania21 2015, labellisé ParisClimat2015.

20 parties prenantes essentielles du Pacifique Sud (15 Etats de la Région, ainsi que l’Australie, la France, la Nouvelle-Zélande, l’Union Européenne, le Secrétariat du Forum des Iles du Pacifique) se sont réunies pendant 3 jours afin d’élaborer un texte de propositions régionales préalables à ParisClimat2015, pour le Pacifique Sud.

Cette mobilisation est particulièrement importante dans la mesure où les îles du Pacifique Sud sont les sentinelles du climat: elles font face en avance de phase sur le reste du monde à des phénomènes climatiques extrêmes, et doivent envisager avant le reste du monde les enjeux de l’adaptation tout en effectuant les nécessaires efforts d’atténuation, d’éducation et de mobilisation.

IMG_1995(c) GCFT –  Ouverture d’Oceania 21  2015 par le Président en exercice, vice-premier ministre des Samoa
La première journée des travaux a été entièrement consacrée aux effets dévastateurs du cyclone PAM, aux mesures d’urgences prises et à ce qui reste encore à faire, en présence du Ministre du Dérèglement Climatique de Vanuatu, M. James Bulès. En ressortait notamment l’urgence d’une approche plus inclusive de la météorologie et du climat, notamment en intégrant dans les modélisation les effets sur l’accès à l’eau et à l’assainissement, l’agriculture et l’alimentation et la continuité des activités économiques.
IMG_2009
(c) GCFT – discussions sur PAM
La nécessité de travailler en amont les plans d’urgence et de résilience face aux événements climatiques extrêmes, avec une approche inclusive intégrant les responsabilités coutumières, est désormais un besoin urgent. Il est proposé que ces projets et démarches de résilience aux phénomènes climatique extrêmes soient rendus plus facilement éligibles au Fond Vert et au Fonds Français pour l’Environnement Mondial, et ce de manière significative.
La fin de la première journée a également vu la visite du Président de l’Assemblée Nationale M. Claude Bartolone, en présence du Président de Nouvelle-Calédonie M. Philippe Germain, de l’ensemble des délégations présentes à Océania et de nombreuses personnalités venues spécialement pour l’occasion.
IMG_1995
Ont également été évoqués durant la seconde journée l’importance des savoirs coutumiers, les avancées scientifiques régionales, le fort besoin de politiques régionales scientifiques et d’innovation, ainsi que l’importance d’adopter très rapidement au moins pour le Pacifique un format commun et des standards ouverts pour les données sur le climat et l’océan. Dans une région où la moitié de la population a moins de 20 ans, l’importance de co-construire les démarches climat avec la jeunesse est essentielle, et c’est un domaine sur lequel beaucoup reste à faire, en particulier via les efforts d’éducation et de mobilisation.Concernant le financement de la transition écologique et de l’adaptation dans la région, les participants constatent un décalage entre la volonté d’agir de la communauté internationale et les moyens mis en oeuvre, qui actuellement favorisent des initiatives massives et concentrées au détriment d’une politique d’investissement territorial, diversifié et déconcentré, réalisé par et avec les populations, qui est celui que les pays du Pacifique mettent en oeuvre de par la faible densité de population et l’importance des distances. Dans ce modèle, l’agriculture et l’alimentation de proximité, l’autonomie énergétique autour d’un usage accru des renouvelables, l’économie circulaire, ont toute leur place. L’amélioration de la santé des océans, favorisant tant leur biodiversité que la captation carbone, est également au cœur des enjeux et nécessite la mobilisation sur toute la zone, par et au-delà des Aires Marines Protégées. La troisième journée a été consacrée à l’élaboration de la déclaration de Lifou, signée par les parties prenantes (et notamment les Etats participants). Pour ce faire, Jean-Michel Cousteau a fait parvenir aux parties prenantes une vidéo.

Le titre de cette déclaration est percutant: ParisClimat2015: sauvez l’Océanie

Parmi les attendus, on note la répétition et l’accélération du nombre et de la violence des phénomènes climatiques extrêmes et dévastateurs. La communauté internationale fait des efforts, mais l’inadéquation entre besoins d’adaptation et moyens mis en oeuvre restent flagrante. Il y a donc urgence d’agir pour ParisClimat2015. C’est une responsabilité conjointe de tous les Etats parties prenantes aux Nations-Unies à la fois de réduire leurs émissions, de restaurer la santé des océans et de travailler sur l’adaptation

Les Etats du Pacifique ne sont pas responsables du dérèglement climatique mais en sont les premières victimes. Il est urgence d’éveiller l’ensemble du monde à cette réalité et à cette urgence, pour accélérer la lutte contre le dérèglement climatique, et de rendre plus entendue la voie du Pacifique.

L’objectif d’atténuation de 2°C, et surtout les trajectoires précises et transparentes par pays sont plus que jamais nécessaires. Les Etats du Pacifique sont prêts à montrer l’exemple, notamment en réduisant leur dépendance aux énergies fossiles et en développant à marche forcée leur efficacité énergétique.

L’éducation et formation des jeunes par une intégration dans les programmes d’enseignement joue dans cette démarche un rôle essentiel. Sur ce sujet comme sur de nombreux autres, les parties prenantes ont adopté la mise en place avant avril 2017 d’une plateforme Oceania commune.

Elles ont également proposé de renforcer observation santé océan et climat, d’infléchir la finance climat pour mieux prendre en compte les dérèglement climatiques extrêmes, l’adaptation, les projets de territoires et financements diffus, ainsi que la compensation.

Un porte-parole d’Oceania 21 sera présent le 8 juin pour la réunion ParisClimat2015 – Objectif OCEAN: les propositions de l’Economie Bleue.

 

Plus d’informations sur https://www.facebook.com/GCFetT

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/declaration-a-lissue-doceania21-2015-une-etape-importante-dans-le-pacifique-sud-avant-parisclimat2015/

Conférence “Changement climatique : Que faire dans le monde, en France et à l’île d’Yeu ?“

A l’invitation de l’association Yeu Demain, Green Cross sera présent via son directeur adjoint Nicolas Imbert à la conférence organisée le 21 avril à 20h30 au Casino de l’île, sur le thème:

Changement climatique

Que faire dans le monde, en France et à l’île d’Yeu ?

 

Lieu : Le Casino

  • Adresse : Rue Neptune
    Port-Joinville  85350  L ILE D YEU

Tarifs :
Entrée libre

Horaires : 20H30

Yeu demain - Association-Ile d'Yeu-vendée - 85

Présentation détaillée de la conférence

Changement climatique : que faire dans le monde, en France et à l’île d’Yeu ?

Atelier de l’association Yeu demain. 21 Avril 2015 – http://www.yeu-demain.asso85.fr/  – yeu-demain@orange.fr 

Le sommet de Paris, le 5ème rapport du GIEC et la nécessité de l’action

La France accueillera à Paris, en décembre 2015, la 21ème Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (« COP 21 »). Ce nouveau sommet mondial sur le climat est important car :

  • Le 5ème rapport du GIEC (le groupe d’experts intergouvernemental sur le climat), finalisé en 2014, a clairement montré 3 faits : i) le dérèglement climatique s’est fortement aggravé, ii) sans actions concrètes et de grande ampleur à la fois d’atténuation (réduction des émissions de GES : gaz à effet de serre) et d’adaptation à la nouvelle donne climatique, c’est tout l’avenir de l’humanité qui se verrait mis en péril, et iii) il est possible d’agir.
  • Il s’agit d’aboutir à Paris à un accord global « post Kyoto », applicable à partir de 2020, afin de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre et de se protéger des impacts annoncés.
  • Cet accord s’accompagnera d’un « Agenda des solutions» mettant en avant des engagements concrets.

Le 5ème rapport du GIEC est structuré en 3 parties :

  • La première alerte sur les changements physiques observés (climat, atmosphère, glaciers, eau et mer…), sur les causes du réchauffement et sur les évolutions climatiques possibles (scénarios).
  • La seconde porte sur les impacts déjà observés, sur les risques annoncés et sur la question de l’adaptation et de la résilience.
  • La troisième porte sur l’atténuation. Elle montre qu’il nous faut diminuer les émissions actuelles de GES de 40 à 70% d’ici 2050 par rapport à 2010 si l’on veut maintenir un monde vivable pour nos enfants. Les deux grandes voies de progrès possibles et nécessaires sont, d’une part, la transition énergétique et, d’autre part, la meilleure gestion du « secteur des terres », c’est-à-dire les sols, l’agriculture, les forêts, les biofilières et l’alimentation.

Le rapport du GIEC invite à des « transformations ». Il nous faut clarifier ce qu’il est possible et nécessaire de viser et agir à chaque niveau.

Clarifier ce qu’il est possible de faire au niveau national : l’exemple de la réflexion stratégique du CGAAER sur l’agriculture, la forêt et les sols

A la demande de son Président, le Ministre Stéphane Le Foll, le Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux (CGAAER) a engagé depuis mars 2014 une réflexion de fond sur la question des contributions possibles de la forêt, des sols, de l’agriculture et de l’alimentation (le « secteur des terres ») à la lutte contre le changement climatique. La question est complexe car :

  • l’agriculture, la forêt et la sécurité alimentaire sont et vont être très impactées par le changement climatique,
  • le « secteur des terres » est aussi une cause importante d’émissions de GES. S’il peut réduire ses émissions, il lui faudra aussi pouvoir nourrir 2 milliards d’habitants en plus d’ici 2050,
  • le vivant, y compris les océans, peut stocker du carbone et substituer des produits bio-sourcés (ex : biogaz, bois….) à des produits miniers (pétrole, ciment, acier) très émissifs de gaz à effet de serre. L’agriculture, les forêts, les sols et le milieu marin, s’ils sont gérés de manière appropriée, peuvent donc jouer un rôle irremplaçable de régulateur et d’amortisseur du changement climatique.

La complexité du sujet et le fait que les négociations climatiques aient été surtout, jusqu’à présent, le fait d’énergéticiens et de climatologues, et non pas d’agronomes, expliquent que, malgré son importance majeure, la question du vivant ait été encore insuffisamment traitée.

Le rapport du CGAAER montre l’importance de pouvoir agir sur toute une série de leviers d’action. Il chiffre pour la première fois les bénéfices climatiques envisageables pour le pays dans ce domaine élargi, tout en discutant des conditions du succès. L’intérêt de la réflexion française a déjà été reconnu au niveau européen.

 

Agir au niveau local

Tous les territoires doivent se préparer à de nouveaux lendemains. Ils vont devoir à la fois s’adapter et apporter leur contribution à la lutte contre le changement climatique (atténuation). C’est à chacun de s’accorder sur ce qu’il peut concrètement faire de façon à la fois ambitieuse et réaliste. Chacun devra s’engager dans la durée  et apprendre en marchant.

Guillaume Benoit et Nicolas Imbert

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/conference-changement-climatique-que-faire-dans-le-monde-en-france-et-a-lile-dyeu/

Nov 24 2014

Agenda – vos prochains rendez-vous avec Green Cross

Parmi les événements prochains:

  • les 27 et 28 novembre, Green Cross intervient au Forum Mondial des Droits de l’Homme, à Marrakech, et interviendra sur le thème préserver la ressource pour prévenir les conflits – enjeux et solutions liées à la disponibilité de la ressource, la lutte contre les pollutions, l’efficacité dans l’utilisation et la hiérarchisation des usages – http://fmdh-2014.org/fr/
  • 28 novembre, Marseille: rencontre Systèmes de production et modes de consommation dans la Ville Durable, en partenariat avec EA Ecoentreprises et l’Avitem, dans le cadre du projet ECO SCP MED. Conférence ouverte à tous avec Léon-Christophe Etilé, le 28 novembre de 9h30 à 16h30 . Participation libre et inscription obligatoire à  http://form.jotformeu.com/form/43104144982350 – programme de la rencontre : Pré programme rencontres Avitem syst prod et ville durable 28 nov 14
  • Du 2 au 5 décembre, nous accompagnons les dialogues Chine-Europe, et organisons notamment la session thématique sur l’économie circulaire, les 3 et 4 décembre à Lyon,
  • Le 2 décembre à 15h55, Green Cross interviendra à la conférence organisée par notre partenaire Orée, à Pollutec (Lyon), sur le thème Economie Circulaire et territoires insulaires – Quelles applications. Programme et inscription sur http://bit.ly/1AtEYgW
  • Le 3 décembre à 9h30, le Cercle Français de l’Eau organise un petit-déjeuner surConventions Internationales pour la gestion des eaux transfrontalières – quels enjeux ? en présence de Marie-Laure Vercambre. http://bit.ly/11L5Tqt 
  • Le 4 décembre à 17h00, conférence publique à Lyon sur le thème Economie Circulaire : regards croisés Chine-Europe et perspectives d’avenir, dans les locaux de la Chambre de Commerce et d’Industrie Rhône-Alpes. Interviendront notamment Alain Chabrolle, vice-président de la Région Rhône-Alpes en charge de la Santé et de l’Environnement, François-Michel Lambert, président de l’Institut de l’Economie Circulaire, Jean-Claude Lévy, conseiller spécial du Ministère des Affaires Etrangères, ainsi que trois représentants de la Délégation Chinoise. En savoir plus et s’inscrire: http://gcft.fr/WP/chine-europe/
  • A Lima, du 6 au 12 décembre, représentation de Green Cross via Nicolas Imbert, directeur, avec des chroniques et actualités.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/agenda-dec2014/

Green Cross dévoile ses propositions pour le Pacifique Sud

Fortement touchées par le dérèglement climatique, les îles du Pacifique Sud s’organisent pour faire de leur transition écologique un mode de développement.

Le prochain déplacement à Nouméa du Président de la République François Hollande, le 17 novembre, mettra un coup de projecteur sur les enjeux de coopération régionale stratégiques dans le Pacifique Sud.Un long travail de mobilisation des îles du Pacifique Sud a été entrepris localement, pour lutter contre le dérèglement climatique, et apporter de nouvelles solutions économiques et sociales à hauteur des enjeux écologiques. Ce travail permet également de valoriser l’extraordinaire biodiversité du Pacifique Sud en Général et de la Nouvelle-Calédonie en particulier.

NC_2014_Bandeau2
Le forum Océania, du 30 juin au 3 juillet 2014, a notamment contribué significativement à donner corps à cette mobilisation, avec 19 Etats signataires de la Déclaration de Nouméa, le 2 juillet. Green Cross, à travers Jean-Michel Cousteau et Nicolas Imbert, a accompagné cette manifestation.
Les chantiers opérationnels pour opérer la transition écologique du Pacifique Sud sont nombreux: gouvernance et coordination régionale, biodiversité, eau et agriculture durable, préservation des océans, lutte contre le changement climatique et la montée des eaux, efficacité énergétique, énergies renouvelables et gestion durable des gisements miniers et pétroliers, déchets et économie circulaire…

Dans la continuité des perspectives ouvertes par Océania 2014, Green Cross dévoile demain sa note d’étonnement et effectue 31 propositions et 10 quick-wins (actions exemplaires, rapides, concrètes et reproductibles) vers la transition écologique.

La note d’étonnement dans son intégralité (32 pages d’analyse et de proposition) est disponible ICI.


Une synthèse des propositions et quick-wins se trouve ICI.
 

Nous restons à votre disposition pour échanger plus amplement autour de ces travaux, et travaillons actuellement à leur concrétisation locale.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/green-cross-devoile-ses-propositions-pour-le-pacifique-sud/

Conférence exceptionnelle le 1er octobre – Energie et climat – financer la transition

[important]les photographies de la soirée sont désormais sur http://www.lafrancaise-group.com/actualites/actualites/actualite/article/retour-sur-la-conference-debat-energie-et-climat.html[/important]

La Française et Green Cross France et Territoires sont heureux de vous inviter à une conférence-débat. Cette conférence aura lieu le 1er octobre, de 17h30 à 20h00, à Paris 8ème, faisant suite au sommet 2014 sur le climat (NYC) et dans le cadre de la semaine de l’ISR, avec:

  • la participation exceptionnelle de Marie-Hélène Aubert, Présidence de la République Française, Conseillère pour les négociations internationales Climat et Environnement et le Représentant de l’Ambassade des Etats-Unis en France
  • Xavier Lépine, Président du Groupe La Française
  • Philippe Desfossés, Directeur de l’ERAFP
  • Nicolas Imbert, Directeur de Green Cross

La conférence sera animée par Hugh Wheelan, Managing Editor de Responsible Investor

Nous vous remercions de bien vouloir nous faire part de votre présence dés maintenant en renvoyant votre nom, prénom et organisation par mail à l’adresse suivante :
communication@lafrancaise-group.com

 

Conf_1_ot

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/conference-exceptionnelle-le-1er-octobre-energie-et-climat-financer-la-transition/

« EAU: des clés pour agir » édition 2014

B00KAT3NWSNotre livret présente les enjeux de l’eau, précise ce qu’il est possible de faire, et donne des exemples et retours d’expériences concrets d’actions efficaces pour l’environnement, l’économie et la société.

Il est possible de commander et d’adhérer via le bon téléchargeable ici ou en ligne sur http://gcft.fr/WP/eau-des-cles-agir/

Vous trouverez ici le livret et sa page de présentation.

 

vignette_eau

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/eau-des-cles-pour-agir-sortie-de-ledition-2014/

Colloque eau et énergie du 15 mars – la synthèse

France Liberté et Green Cross ont organisé le 15 mars un colloque à Marseille, à l’invitation de la Région Provence Alpes Côte d’Azur, sur les thématiques Eau et Energie. 

Le programme du colloque est disponible sur le site.

[important]Les Actes du Colloque Eau et Energie sont désormais disponibles[/important]A l’issue de l’événement, une caméra s’est approchée, et différents participants et invités nous ont fait part de leurs impressions, sous forme de mini-entrevues (de 2 à 5 minutes – accès direct en cliquant sur le nom de l’invité) :
Gilbert Mitterrand / Mohamed Larbi Bouguerra / Corinne Lepage / Houria Tazi Sadeq / Léo Vincent / Sandrine Bélier / Mathieu Le Corre / Georges Baroni

Vous les trouverez ci-après

Interview Gilbert Mitterrand – colloque eau et énergie from GCFT on Vimeo.

Interview M. L. Bouguerra – colloque eau énergie from GCFT on Vimeo.

Vidéo Corinne Lepage – colloque eau et énergie from GCFT on Vimeo.

Interview Houria Tazi Sadeq – Colloque eau et énergie from GCFT on Vimeo.

Interview Léo Vincent – colloque eau et énergie from GCFT on Vimeo

Interview Sandrine Bélier – colloque eau et énergie from GCFT on Vimeo.

Interview Mathieu Le Corre – colloque eau et énergie from GCFT on Vimeo.

Interview Georges Baroni – colloque eau et énergie from GCFT on Vimeo.

 

L’intégralité du colloque peut être visionnée en ligne, ci-après:

Voici l’ouverture du colloque :

La table ronde 1

La table ronde 2

Et la clôture

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/interviews-du-colloque-eau-et-energie-du-15-mars/

Rio+20: questions d’eau

Table ronde

Le 15 mars 2012 de 13h à 14h30

Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille-Provence
Palais de la Bourse – 9 Canebière 13001 – salle des séances

organisée par Euromed Management, Green Cross France & Territoires et le Club France Rio+20.

En juin 2012, la conférence des Nations Unies sur le Développement Durable aura lieu à Rio de Janeiro, marquant le 20ème anniversaire de la Conférence des Nations Unies sur l’environnent et le développement de 1992 et le 10ème anniversaire du sommet mondial sur le développement durable de 2002.

Dans la perspective des objectifs de Rio +20, les enjeux de l’eau ont été placés au cœur de la gouvernance internationale et des agendas politiques.

Au mois de mars, Marseille accueillera le 6ème Forum Mondial de l’Eau (la conférence préparatoire Eau, Planète et Peuples, le Forum Alternatif puis la Journée Mondiale de l’Eau). Les événements comme ceux-ci sont des briques fondamentales à la construction d’un élan envers des nouvelles stratégies, politiques et pratiques.

C’est dans ce contexte qu’Euromed Management, Green Cross France & Territoires et le Club France Rio +20 ont choisi d’organiser une table ronde sur le sujet de « Rio +20 : Questions d’eau ». Fortement impliqués à la fois dans le 6ème Forum Mondial de l’Eau et la Conférence de Rio +20, ces organisations se proposent d’échanger sur l’engagement de la société civile, des entrepreneurs du monde et des gouvernements  sur la problématique et comment ils influencent les enjeux de gouvernance internationaux.

Intervenants

  • Gilles Berhault –  Président du Comité 21, d’ACCID et président du Comité d’Orientation du Club Rio+20
  • Bernard Belletante – Directeur général d’Euromed Management
  • Shazia Dewany – Chef de projet adjointe, SimONU
  • Jean-Michel Cousteau – Président de Green Cross France et Territoires
  • Brice Lalonde – Coordinateur Exécutif de la Conférence des Nations Unies sur le Développement Durable ( Rio+20)

La table ronde est organisée dans le cadre de l’éco-festival H2o de Luminy, un side event officiel du Forum Mondial de l’Eau.

Nombre de places limité, inscription obligatoire ici
Pour plus d’information 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/rio20-questions-deau/

Articles plus anciens «