Archives de l’étiquette : environnement

30 janvier – conférence vers la création de cour de justice pénale européenne et internationale pour l’Environnement

Green Cross participera à la conférence internationale pour la création de cour de justice pénale européenne et internationale pour l’Environnement.

[important]Modification en date du 29 janvier: Green Cross sera finalement représentée par Adam Koniuszewski, qui transmettra un message de Mikhaïl Gorbatchev [/important]

La conférence aura lieu le 30 janvier de 14h00 à 17h00 à Bruxelles, avec notamment Corinne Lepage, Jo Leinen et de nombreuses organisations partenaires, toutes très actives vers l’émergence rapide d’une juridiction de l’environnement.

Renseignements et inscriptions: corinne.lepage@europarl.europa.eu

Green Cross International et Green Cross France et Territoires participeront à la journée, ainsi que de nombreux invités.

Affiche_conference_20140130

Affiche_conference_20140130

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cpie/

Juil 04 2012

Les jeunes proposent des lignes directrices concrètes pour la gouvernance de l’eau et de l’environnement

 

Suite au Forum Mondial de l’Eau qui s’est déroulé à Marseille en mars 2012, Green Cross France et Territoires, sous l’impulsion de son Président Jean-Michel Cousteau, a  décidé de relayer la voix des jeunes à Rio+20. Ce projet a abouti à la production de deux synthèses de propositions des jeunes, que Green Cross a pu mettre en avant à Rio.

 

La première synthèse a été coordonnée par le Collectif des Jeunes Français à Rio+20. Elle s’attache à encourager les gouvernements et décideurs à mettre en place un véritable programme d’actions concrètes en matière de gouvenance environnementale sur la scène internationale.

Présentée lors de la journée Green Cross par Céline Ramstein, déléguée des Jeunes Français pour Rio+20, et Henri Landes, membre du REFEDD et Président de l’association Climates, cette synthèse est à retrouver en version pdf ici : Collectif Jeunes Français à Rio+20 – Position.

 

La seconde synthèse a été consacrée plus particulièrement aux problématiques de l’eau. Le document a été finalisé par Green Cross France et Territoires à partir des contributions apportées par ces trois organismes de jeunes :

–  Association SimONU d’Euromed Management,

–  Conseil Régional des Jeunes de Provence-Alpes-Côte d’Azur,

–  Association Batna Sciences Po Rennes.

Vous pouvez retrouver cette synthèse en version PDF ici : Synthese_Jeunes_Focus_Eau 

 

 

Henri Landes et Céline Ramstein à Rio lors de la Journée Green Cross, le 16 juin 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/les-jeunes-proposent-des-lignes-directrices-concretes-pour-la-gouvernance-de-leau-et-de-lenvironnement/

Juil 04 2012

Manifeste de Marseille pour une éthique de la responsabilité des entreprises et des institutions vis-à-vis de l’eau, de l’environnement et de l’humanité

 

Le Manifeste de Marseille a été rédigé dans le prolongement du 6ème Forum Mondial de l’Eau à Marseille, et diffusé à l’occasion du Sommet de Rio+20 en juin 2012. Vous le retrouverez en intégralité en version pdf ici : Manifeste_de_Marseille

 

Citoyens, exerçant ou non des activités professionnelles, représentants d’organisations publiques ou privées, locales, nationales ou internationales, ont décidé de rassembler leurs énergies en proposant cette contribution de la société civile à la réflexion sur la gouvernance mondiale de l’environnement dans une vision de développement durable.

 

Ce Manifeste est ainsi destiné à formuler auprès de la future instance mondiale de gouvernance de l’environnement des principes juridiques permettant de  faire « prendre de la hauteur » au droit de l’environnement et du développement durable en s’inspirant de dispositifs innovants du droit français.

 

La réflexion entammée à l’occasion de Rio+20 doit se poursuivre. Il est urgent d’encourager les gouvernements et les décideurs à faire évoluer le contexte juridique de la gouvernance mondiale de l’environnement.

 

Appel est donc fait aux volontaires pour s’associer à la liste des  signataires !

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/manifeste-de-marseille-pour-une-ethique-de-la-responsabilite-des-entreprises-et-des-institutions-vis-a-vis-de-leau-de-lenvironnement-et-de-lhumanite/

Mar 27 2012

Nos objectifs pour Rio+20

Une version PDF de ce document, pour impression et diffusion, est disponible ici: Rio+20 – Objectifs – affiche.

 

Nos objectifs pour Rio+20

 

5 éléments de démarche :

1. Une meilleure intégration et prise en compte des gouvernements et collectivités locales dans les instances internationales,

2. Un calendrier contraignant et plus ambitieux que la déclaration préparatoire, effectuant en 18 mois le plan de travail prévu sur 2012-2015,

3. Des innovations diversifiées, adaptées aux attentes, vers une économie verte qui serve efficacement le bien-être de tous,

4. Une meilleure mise en adéquation des fonds environnementaux internationaux avec les objectifs collectivement définis,

5. Des orientations qui portent dès leur adoption leurs indicateurs d’évaluation associés.

 

5 résultats à atteindre :

1. Une meilleure intégration des thématiques eau, agriculture, énergie, industrie, biodiversité, éducation sur les territoires,

2. La prise en compte et l’anticipation du rôle des enjeux d’accès (à l’alimentation, à l’eau, à l’énergie…) dans les conflits,

3. La création effective dès 2013 d’une organisation mondiale de l’environnement avec une institution internationale de témoignage pouvant acquérir des compétences juridiques,

4. L’amorce lors de la conférence de la création en 2012 d’un tiers de confiance, indépendant, international, qui valide la transparence des engagements dans la durée,

5. Le renforcement du cadre éthique du développement durable, matérialisé notamment par une mention explicite de la Charte de la Terre dans le document final.

 

En synthèse…

… atteindre, avec le concours de toutes les autres parties prenantes, l’accord le plus ambitieux, réaliste et concret possible à Rio+20, et mettre en place dès le 23 juin 2012 les outils d’un suivi attentif des prochaines étapes.


Les prochains mois sont décisifs !

 

GCFT est membre du Club France Rio+20 et sera présente à Rio, du 15 au 23 juin 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/nos-objectifs-pour-rio20/

Isabelle Joschke

Navigatrice talentueuse, Isabelle se lance depuis quelques années dans des courses en solitaire. Sur son classe Figaro, elle partage les engagements de GCFT pour la préservation des océans et de l’environnement de manière concertée. Une énergie essentielle à la navigation sportive.

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/isabelle-joschke/

Education

Intégrer une portée éducative dans les activités, notamment en facilitant les partages de savoir-faire et d’expériences dans le cadre de projets concrets de coopération décentralisée

Le projet Smart Water for Green Schools

L’accès à l’eau potable et à l’assainissement est l’un des plus grands défis mondiaux. L’eau insalubre menace la santé, l’éducation et freine le développement.  Toutes les 20 secondes, un enfant meurt d’une maladie véhiculée par l’eau.

Green Cross a développé au Ghana un programme de développement rural autour de l’accès à l’eau potable via les écoles (projet Smart Water for Green Schools). Un système d’accès à l’eau de boisson, simple et efficace, est installé dans une école, permettant à la fois de fournir de l’eau de boisson aux enfants et à leur famille, et de dépasser les réticences des parents à scolariser leurs enfants. L’apport d’eau dans les écoles et les villages permet de remédier bien sûr aux maladies véhiculées par l’eau, mais également de sécuriser l’environnement scolaire des enfants, et d’alléger la corvée d’eau des femmes et des enfants, qui passent des heures chaque jour à aller chercher l’eau.

Plus de 20 écoles ont été établies sur ce modèle au Ghana. Green Cross travaille à son adaptation dans d’autres régions du monde, en Bolivie notamment.

Les Dialogues pour la Terre

Lancés en 2002 à Lyon conjointement par Mikhaïl Gorbatchev et Maurice Strong, les Dialogues pour la Terre (Earth Dialogues) cherchent à stimuler la prise de conscience publique sur le lien entre pauvreté, sécurité et environnement. Traditionnellement organisés avec les autorités, ces forums publics Dialogues pour la Terre se sont tenus depuis 2002 dans divers pays dont les Etats-Unis, le Pakistan, l’Espagne, l’Australie et le Brésil.

La Climate Change Task Force

Green Cross est un membre fondateur de la Climate Change Task Force. Ce groupe de travail sur les changements climatiques est une organisation indépendante, non gouvernementale composée de nombreux experts internationaux du climat, scientifiques, lauréats du prix Nobel de la Paix, ainsi que des anciens et actuels chefs d’Etat, appelant la société civile et le grand public à s’engager d’urgence dans le débat sur les évolutions climatiques.

Education pour un Développement Durable

C’est par une prise de conscience par les jeunes générations que repose la garantie d’un avenir durable pour la planète. Depuis 1999, Green Cross Japon encourage les enfants à prendre conscience de leur empreinte environnementale en écrivant dans le « Green Lane Environmental Diary » (le journal de l’environnement), un programme éducatif diffusé auprès de plus de 600 000 élèves japonais au cours des 10 dernières années. Ce projet a été décliné en  2010  en Australie , et se propage depuis 2011 à travers le monde.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/education/

Nov 15 2011

PNUE : une bonne gestion des ressources naturelles est cruciale pour garantir la paix

Service d’iinformation des Nations Unies |15 novembre 2011 |

L’importance des ressources naturelles pour la construction est au centre d’un nouveau livre publié par le PNUE.

Un nouveau livre publié par les Nations Unies et des institutions partenaires examine les défis clés auxquels font face les pays qui sortent d’une période de conflit et la manière dont ils gèrent leurs ressources naturelles pour qu’elles contribuent au redressement économique sans causer un nouvel conflit ou une nouvelle dégradation de l’environnement.« Ce projet est l’un des plus importants de son genre, et il contribuera à améliorer la gestion des ressources dans les situations post-conflit à travers un partage des expériences passées et des meilleures pratiques », a dit le Directeur Exécutif du Programment des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), Achim Steiner.

« Le PNUE espère que cette recherche aidera les économies basées sur des ressources naturelles à passer d’une logique de corruption et de recherche de gains à des économies vertes qui puissent aider ces pays à obtenir la paix, la reconstruction et le développement durable », a-t-il ajouté.

Le livre a été publié mardi par le PNUE, l’Institut de droit environnemental (IDE), l’Université de Tokyo et l’Université de McGill au Canada.

« Certains pays sont dotés de richesses naturelles qui peuvent susciter des griefs et des conflits. Néanmoins, dans des situations post-conflit, il existe une opportunité unique pour faire en sorte que les ressources naturelles de grande valeur soit utilisées pour soutenir le développement économique, la gouvernance, et surtout la paix et la stabilité », a dit pour sa part le Président de l’IDE, John Cruden.

La Présidente du Libéria et lauréate du prix Nobel de la paix en 2011, Ellen Johnson Sirleaf, qui a rédigé la préface du livre, a entrepris de diriger son pays vers la paix et la stabilité après une longue guerre qui a ravagé le Libéria. Selon elle, la paix amène une promesse de temps meilleurs qui font enfler les attentes, surtout dans un pays riche en ressources naturelles.

Le livre comporte 30 études de cas de 18 pays différents, de l’Angola au Népal en passant par l’Afghanistan ou encore la République démocratique du Congo.

Il examine comment des ressources de grande valeur peuvent être le mieux gérées dans un contexte post-conflit et il évoque les domaines où le soutien international peut être particulièrement utile, notamment aider à obtenir les meilleurs contrats possible pour l’exploitation des ressources, assurer la transparence de ces contrats, effectuer un contrôle des entreprises exploitantes et assurer la planification stratégique.

storyF.asp?NewsID=26894&Cr=ressources&Cr1=

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/pnue-une-bonne-gestion-des-ressources-naturelles-est-cruciale-pour-garantir-la-paix/

Nov 06 2011

Les casques bleus oeuvrent pour une bonne utilisation des ressources naturelles

Dépêche du service d’information des Nations Unies |6 novembre 2011|

Un casque bleu en patrouille.

Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon a souligné dimanche que l’effort pour assurer une gestion équitable et durable des ressources naturelles fait partie du travail des casques bleus et des missions de maintien de la paix dans les pays qui sortent depériodes de conflit puisque les richesses naturelles ont tendance à alimenter les conflits.« Les opérations de maintien de la paix de l’ONU, qui jouent un rôle décisif aux côtés des pays qui sortent d’un conflit, sont particulièrement bien placées pour améliorer la manière dont l’environnement est protégé et les ressources naturelles aménagées. Un bon début consisterait à réduire au minimum leur propre empreinte écologique, » a déclaré Ban Ki-Moon dans un message pour marquer le dixième anniversaire de la Journée internationale de la prévention de l’exploitation de l’environnement en temps de guerre et de conflit armé.Le Secrétaire général a indiqué que depuis la première célébration de cette journée il y a 10 ans, la famille des Nations Unies a beaucoup avancé dans sa connaissance des rapports complexes qui unissent la guerre et l’environnement, et dans sa compréhension de la part qui revient aux ressources naturelles dans l’instabilité et la violence, qu’elles alimentent et financent.« Nous avons aidé plusieurs pays, de la Sierra Leone au Timor-Leste, à atténuer les risques que présente pour l’environnement l’édification de la paix et à réaliser le potentiel économique qui s’offre à eux s’ils exploitent leurs richesses naturelles en se souciant de l’avenir. Il y a pourtant encore un grave problème : quand il y a une guerre, l’environnement est toujours parmi les victimes », a dit Ban Ki-moon.« Or, la demande de ressources naturelles ne cesse d’augmenter pour répondre aux besoins d’une population qui ne cesse non plus d’augmenter à l’avenant. Les nations fragiles, notamment celles qui sortent d’un conflit, doivent se préparer à une vive concurrence pour leurs ressources dans les décennies qui viennent. La compétition sera rendue d’autant plus âpre par les changements climatiques dont on peut prédire les effets sur l’eau potable, la sécurité vivrière, le niveau des mers et la répartition des populations », a-t-il poursuivi.Donner aux pays de meilleurs moyens de gérer leurs ressources de manière transparente, équitable et efficace à long terme reste selon le Secrétaire général une mission importante du maintien de la paix et de l’édification de la paix, tout comme l’aide au développement plus générale apportée aux États Membres.« En cette Journée internationale, prenons conscience de l’ampleur dans l’espace et dans le temps des répercussions qu’ont les dégâts écologiques que nous provoquons en temps de paix comme en temps de guerre. Et réaffirmons l’attachement que nous portons à cet aspect décisif de la paix et de la sécurité qui est un patrimoine naturel aménagé sans hypothéquer l’avenir » a souligné Ban Ki-moon.

storyF.asp?NewsID=26825&Cr=naturelles&Cr1=

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/les-casques-bleus-oeuvrent-pour-une-bonne-utilisation-des-ressources-naturelles/

Sep 07 2011

Les algues vertes, symptôme de l’urgence d’une transition économique des territoires

LEMONDE.FR | 07.09.11 |

Les marées d’algues vertes en Bretagne nord ont défrayé la chronique estivale. Le mal est profond : chaque année, il faut évacuer des dizaines de milliers de tonnes d’algues vertes pour assurer la sérénité des estivants.

Les actions de communication entreprises par le gouvernement ne changent pas la donne du problème et donnent une impression de confusion, parfois inquiétante lorsqu’on ferme les plages qui ne sont pas nettoyées, parfois anormalement confiante lorsque le président de la République fustige quelques jours avant la mort des premiers marcassins le comportement des lanceurs d’alertes qui ont identifié l’ampleur du problème et la nécessité d’y remédier sans délai, via une transformation majeure de l’économie du territoire

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/09/07/les-algues-vertes-symptome-de-l-urgence-d-une-transition-economique-des-territoires_1568175_3232.htmlnord-breton.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/les-algues-vertes-symptome-de-lurgence-dune-transition-economique-des-territoires/

Sep 01 2011

Les algues vertes, symptôme de l’urgence d’une transition économique des territoires

Le Cercle Les Echos | 01/09/2011

Les marées d’algues vertes en Bretagne nord ont défrayé la chronique estivale.  Le mal est profond : chaque année, il faut évacuer des dizaines de milliers de  tonnes d’algues vertes pour assurer la sérénité des estivants.

algues-vertes-symptome-urgence-trans

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/les-algues-vertes-symptome-de-lurgence-dune-transition-economique-des-territoires-2/