Archives de l’étiquette : économie circulaire

Mar 28 2017

Initiative 2017 : Stoppons le Plastique dans l’océan – 13 avril

Stop Plastique

Présentation


Dans la continuité des travaux effectués le 11 novembre 2016 à Marrakech, lors de la CoP22 (https://vimeo.com/196260464), Green Cross et ses partenaires vous conduisent à un colloque « 2017: stoppons le plastique dans l’océan », permettant de consolider nos propositions collectives (expéditions, associations, collectivités locales, entreprises, scientifiques, journalistes et institutions gouvernementale), afin de présenter lors de la journée mondiale de l’océan, le 8 juin 2017, un plan d’action à la hauteur des enjeux.

Cette session sera effectuée sous la présidence et en présence de Jean-Michel Cousteau, président de Green Cross France et Territoires, à l’Agence Spatiale Europénne, à Paris, le 13 avril de 9h15 à 11h15.

Toutes les contributions sont bienvenues, l’entrée est libre sur inscription préalable obligatoire. Pensez à vous munir de vos papiers d’identité.

Vous avez un contenu à suggérer, une initiative remarquable à proposer ? N’hésitez pas: contact@gcft.fr

 

Date, heure et lieu


Jeudi 13 avril 2017 // 9h15 – 11h15

Lieu : Agence Spatiale Européenne, 15 rue Mario Nikis, 75015 Paris (proche Unesco)

 

Inscription et renseignements: http://bit.ly/PLASTICS1304

 

Déroulé


9.15 – 9.30: introduction et objectifs de l’action

  • Les grandes échéances 2017 (World Ocean Conference – CoP23 + mobilisation europénne / française / marocaine (CoP22) et opportunités de projets internationaux)

 

9.30 – 10.15: comment minimiser l’arrivée des déchets dans l’océan?

  • accélérer la mise en place de l’économie circulaire
  • le rôle de la réglementation , les comportements pionniers des initiatives de filière – REX sacs à usage unique, vaisselle jetable…ou autres
  • innover pour des produits moins impactant sur l’environnement…et une meilleure collecte et valorisation
  • sortir les toxiques de nos paniers – oui mais lesquels et quelles priorités.

 

10.15 – 11.00: quelles priorités pour traiter le plastique dans l’océan ?

  • contamination des chaînes alimentaires – impacts sur le climat – toxicité pour l’homme – quels enjeux et quelles priorités ?
  • l’importance et le rationnel des campagnes d’identification et de collecte (en mer / en zone littorale / via les berges et cours d’eau intérieurs)
  • comment encourager et faire partager innovation et transferts d’expérience
  • les financements – que faire et comment ?

 

11.00 – 11.15: perceptions et pistes de solutions: Jean-Michel Cousteau

 

 

Hashtag: #STOPplasticsINtheSEA

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/initiative-2017-stoppons-le-plastique-dans-locean/

Nov 13 2016

CoP 22 – nos événements pour le 14 novembre

Ce 14 novembre est la journée du Sommet des Elus Locaux pour le Climat. Dans la continuité de nos travaux effectués avec les territoires sur la résilience, sur l’économie circulaire et la coopération, et sur l’océan et le littoral, nous serons au côté des Elus et réseaux partenaires en cette journée.

Nous avons par ailleurs un événement ouvert à toutes et tous, en zone verte, espace territoires, sur le stand du Comité 21, de 16h00 à 16h45 le 14 novembre, sur le thème « économie circulaire et climat – quels enjeux ?« .

Nous avons également le regret d’informer celles et ceux qui n’ont pas encore reçu confirmation de leur inscription que les petits-déjeuners des 14 et 15 novembre sont désormais complets.

N’hésitez pas, si vous n’êtes pas avec nous à Marrakech, à retrouver les premières photos de la COP22 sur https://www.facebook.com/GCFetT/, régulièrement mis à jour, et à suivre nos contenus sur la webTV, en particulier:

  • Maina Sage, députée de Polynésie Française, qui réaffirme qu’il ne peux pas y avoir de migration positive: https://vimeo.com/191241719
  • Michel Prieur, président du Centre International de Droit Comparé de l’Environnementhttps://vimeo.com/191100756
  • Jean Launay, Président du Partenariat Français pour l’Eau, qui s’exprime lors de la Journée Eau à la CoP22: https://vimeo.com/190775795
  • Nicolas Imbert, directeur de Green Cross France et Territoires, qui salue la création de la Coalition Marocaine pour l’Eau, dont Green Cross est partenaire: https://vimeo.com/190946182

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cop-22-nos-evenements-pour-le-14-novembre/

Oct 31 2016

La COP22 en bref

Infos essentielles pour les impliqués de Green Cross

logo_0_1La COP22 aura lieu du 7 au 18 novembre 2016, sur un terrain de 25 hectares situé à Bab Ighli à Marrakech.

La COP21 de Paris a été historique (cf. cop21.mobi) car elle a enregistré un accord global, l’Accord de Paris, qui entrera en vigueur le 4 novembre 2016, et permet d’avoir des contributions nationales concrètes (INDC puis NDC) précisant les engagements de chacun pour réaliser cet accord.

A ce jour, 84 pays représentant 61% des émissions carbone de la planète, ont ratifié l’Accord. Après cet accord historique, la COP22 se veut être celle de l’action, dans la continuité de la COP21.

 

Les 5 axes de la COP22 annoncés par le gouvernement marocain

 

Axe 1 : Être dans la continuité de l’accord de Paris

Axe 2 : Maintenir l’élan de mobilisation impulsé par l’ensemble des parties

Axe 3 : Réduire les émissions de gaz à effets de serre d’ici 2020

Axe 4 : Consolider la mobilisation des acteurs non-étatiques

Axe 5 : Développer le système financier Fond vert pour le climat impulsé par la COP15 de Copenhague

 

LES 11 OBJECTIFS DE GREEN CROSS POUR LA COP 22

7 objectifs relevant de la négociation :

  1. Accroître rapidement, et d’ici à mi-2017, la ratification de l’Accord de Paris, et s’assurer de la bonne mise en place de ces engagements
  2. Mieux faire reconnaitre les liens entre santé, climat et environnement, ainsi que l’importance d’une approche inclusive de la santé environnementale
  3. Continuer la publication des INDC, et vérifier la bonne transcription des INDC en NDC
  4. Développer l’accès aux financements, tant en adaptation et en atténuation, pour les territoires les plus vulnérables
  5. Développer la reconnaissance et la mise en réseau des savoirs traditionnels
  6. Reconnaître et faire reconnaître la Déclaration des Droits et Devoirs de l’Humanité (DuDHu) comme outil juridique structurant pour la transition écologique des territoires
  7. Mettre en place une stratégie inclusive et opérationnelle de coopération et de coconstruction internationale sur la préservation de l’océan, en commençant par le littoral

4 objectifs relevant des territoires :

 

  1. Mettre en place des schémas et plans d’adaptation opérationnels et territorialisés
  2. Développer ou accélérer des politiques territoriales ambitieuses de transition écologique
  3. Généraliser les démarches d’économie circulaire territoriale
  4. Encourager la co-construction territoriale

 

COMMENT PARTICIPER ?

Sur place, 2 zones :

  • zone bleue directement géré par le Secrétariat Général de la CCNUCC. Les accréditations sont closes, sauf pour la presse.
  • zone verte / société civile gérée par la Présidence marocaine de la CoP22. Pour y accéder, faire parvenir liste des personnes et numéros de CNI (ou de passeport) à societecivile@cop22.ma.

 

EVENEMENTS GREEN CROSS (et ses partenaires) PENDANT LA COP22

semaine1

semaine2

Précisions : les petit-déjeuners des Acteurs du Changement : ils se dérouleront au 14 derb Zouina Riad Zitoun El Jdid, Marrakech. C’est à 15 minutes du site de la CoP22. Pour s’inscrire et contribuer : cop22@gcft.fr – Ces petit-déjeuners alimenteront la webTV de Green Cross (http://tv.cop22.mobi), et pourront notamment être co-organisés ou repris par notre partenaire levert.ma.


CONTACTS ET ADRESSES UTILES

 

Site de la CoP 22 : Bab Ighli, boulevard Mohammed VI, le long des remparts de la Medina.

Fil rouge Green Cross: cop22@gcft.fr

Et sur Internet:

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/la-cop22-en-bref/

Conférence-débat de lancement « économie circulaire et coopération décentralisée: des clés pour agir » le 27 avril de 14h à 17h à l’Hotel de Ville de Paris

A l’occasion du lancement de l’ouvrage « économie circulaire et coopération décentralisée: des clés pour agir », Green Cross vous convie à la Mairie de Paris, le 27 avril  2016, de 14h à 17h.

Premiers intervenants confirmés: Antoinette Guhl (adjointe à la Maire, Ville de Paris), Jean-Claude Lévy, Dominique Bonet Fernandez (IPAG), Denis Dangaix (ARENE), Jean-Luc Da Lozzo (Cler-Verts), Nicolas Imbert (Green cross), Michèle Sabban (R20+), Mohammed Taoufik Adyel (Maroc – Cop22)…
Inscription gratuite et obligatoire, en ligne sur http://bit.ly/27avrilCLES

Programme:

14h- 14h15: Mot d’accueil et introduction

14h15 – 14h30: Economie circulaire et coopération décentralisée – en quoi c’est important

14h30 – 15h15: Table ronde 1: la perception des acteurs de l’économie circulaire

15h15 – 15h40: remise des prix du concours photo, en présence des photographes, et parcours de l’exposition 

15h40 – 16h25: Table ronde 2: quels apports à l’économie circulaire

16h25 – 16h45: intervention de conclusion

Vous pouvez également commander dès maintenant l’ouvrage sur le site GCFT.fr, surAmazon, et dans toutes les bonnes librairies et bons kiosques à journaux.
_________________

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/conference-debat-de-lancement-economie-circulaire-et-cooperation-decentralisee-des-cles-pour-agir-le-27-avril-de-14h-a-17h-a-lhotel-de-ville-de-paris/

Mar 20 2016

Achetez « Economie circulaire et coopération décentralisée: des clés pour agir »

Commandez dès maintenant notre guide : « Economie circulaire et coopération décentralisée: des clés pour agir »

9791093022161.PT02 9791093022161 9791093022161.BACK 9791093022161.PT01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage de 24 pages peut être commandé en nombre via le formulaire ci-joint:


Commande en nombre



 

Pour un achat individuel, vous pouvez utiliser http://amzn.to/1TySsPV

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/souscrivez-des-maintenant-a-economie-circulaire-et-cooperation-decentralisee-des-cles-pour-agir/

Fév 04 2016

Concours photo – économie circulaire et coopération décentralisée – appel à candidatures

Avis de concours photo

Economie circulaire et coopération décentralisée

Page actualisée le 24 février 2016:

Nous souhaitons tout d’abord, au nom de l’ensemble des équipes de l’Institut de l’Economie Circulaire, de Jean-Claude Lévy et de Green Cross, vous remercier pour la qualité de vos dossiers de candidature, leur richesse et leur diversité.
Nous sommes heureux et honorés de la confiance que vous nous avez témoigné en nous confiant et travaux, et souhaitons bonne chance à chacun d’entre vous, mais surtout souhaitons vous remercier profondément, et personnellement, pour vos travaux qui chacun à leur manière mettent en avant l’économie circulaire, la coopération décentralisée, et l’action de terrain.
Nous avons reçu plus de 30 dossiers, illustrant l’économie circulaire sur les 5 continents, le littoral et l’océan, de la manière la plus diversifiée qui soit.
Vous recevrez dans le courant du mois de mars un message vous informant des résultats du jury et de la suite donnée à votre candidature. Nous aurons également plaisir à accueillir tous les candidats, sélectionnés ou non, lors de la conférence de lancement de l’ouvrage « économie circulaire et coopération décentralisée » que nous effectuerons autour de Jean-Claude Lévy en avril ou en mai, et dont la date vous sera communiquée en mars.
En l’attente, nous vous souhaitons une excellente semaine et vous remercions encore chaleureusement pour ces candidatures diverses et brillantes, comme autant de pépites de l’économie circulaire.
Green Cross France et Territoires est présente sur les réseaux sociaux Facebooktwitter et LinkedIn.

Soutenir Green Cross – http://gcft.fr/WP/soutenir


Revivez la CoP21 avec Green Cross sur cop21.mobi et sa webTV sur tv.cop21.mobi

Clôture des candidatures : 22 février 2016

Green Cross, organise, avec le soutien de l’Institut de l’Economie Circulaire, un jeu-concours qui débouchera sur la réalisation d’une exposition itinérante et l’illustration d’un ouvrage à paraître au premier semestre 2016, sur le thème économie circulaire et coopération décentralisée : des clés pour agir. Cet ouvrage tout comme l’exposition associés cherchent à mettre en avant celles et ceux qui concrètement, sur les territoires, mettent en place l’économie circulaire, en nous faisant partager leur vécu.

 

Vous êtes photographe ? Participez à notre concours !

Envoyez-nous un portfolio de 2 à 8 clichés (ainsi que les légendes 150 mots max en français et en anglais) en JPEG ou TIFF haute définition (email jusque 10 Mo, Dropbox au-delà), accompagnée d’une note d’intention de 500 mots en français, qui soit en rapport avec les thématiques suivantes :

  1. Acteurs et territoires de l’économie circulaire (éco-conception et fabrication, recyclage, économie de la fonctionnalité, don et partage, monnaies alternatives et complémentaires, savoirs traditionnels pour une utilisation optimisée de la matière…),
  2. Habitat, agriculture et alimentation, énergies, mobilités – structuration de la société autour de l’économie circulaire,
  3. Portraits de celles et ceux qui font concrètement l’économie circulaire.

 

Toutes les localisations peuvent concourir, mais nous examinerons avec un intérêt tout particulier les travaux photographiques réalisées dans les régions et pays du monde suivants : Amérique du Sud, Cameroun, Campagnes et Villes françaises, Chine, Cuba, golfe de Guinée, îles pionnières (toutes mers du monde), Maroc, Nouvelle-Calédonie, Québec, Sénégal.

Nous pourrons retenir entre 1 et 3 clichés par lauréat.

Le concours est doté de 3 prix principaux (que le jury pourra décider de compléter avec des prix spéciaux), dotés financièrement comme suit :

  • Premier prix : 500 euros,
  • Deuxième prix : 300 euros,
  • Troisième prix (et éventuels prix spéciaux du jury) : 200 euros chacun.

Les lauréat(e)s bénéficieront d’une mise en visibilité sur le lieu de l’exposition, sur l’ouvrage « des clés pour agir » et sur le catalogue, et seront cités pendant 1 an comme partenaire de Green Cross, et invités à différentes manifestations de Green Cross et de l’Institut de l’Economie Circulaire.

En répondant, le candidat autorise Green Cross, si il est lauréat, à reproduire et adapter son œuvre pour l’intégrer à l’exposition, pour l’utiliser également dans le catalogue, distribué en format papier et électronique, et dans les ouvrages de la série « les clés pour agir / keys to act », également distribués en format papier et électronique, et ce sans autre rétribution que le prix ci-avant cité.

Les candidatures sont à envoyer par email exclusivement, à
contact@gcft.fr, avant le 22 février 2016 à 23h59.

Elles comprendront:

  • de 2 à 8 clichés, format JPEG ou TIFF haute définition (email jusque 10 Mo, Dropbox au-delà), tous légendés en français et en anglais (150 mots max en français et en anglais).
  • une note d’intention de 500 mots en français.
  • une photo portait du photographe (format 4/3), une description en 250 signes en français / 250 signes en anglais, ainsi que 2 liens vers un site web (idéalement 1 en français, 1 en anglais).
  • les prénoms et nom d’artiste du photographe (si différent du nom d’expéditeur).

 

Clôture des candidatures : 22 février 2016

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/concours-photo-economie-circulaire-et-cooperation-decentralisee-appel-a-candidatures/

Déc 11 2015

Agora Océans et économie circulaire du 10 Décembre

Lors de l’Agora « Océans et économie circulaire » organisée par Green Cross le 10 décembre 2015, la place occupée par les océans dans la lutte contre les dérèglements climatiques a été démontrée, ainsi que les pistes d’innovation qu’ils nous offrent. Un retour sur la COP21 et sur les résultats de la Déclaration ParisClimat2015 ont également été présentés. On a ainsi parlé adaptation, mais également solutions.

Parmi les intervenants, des entrepreneurs innovants, à l’échelle française et internationale, ont aussi parlé solutions.

  • Louis Win-Nemou, contributeur d’Océania 21, chef de la tribu Gohapin, Nouvelle Calédonie

Le lien à la terre et les savoirs traditionnels du peuple calédonien sont menacés par la présence de ressources très convoitées : métaux rares, pétrole, gaz… C’est une perte de savoirs traditionnels anciens de 3000 ans qu’encourt l’Humanité.

En Nouvelle-Calédonie, le travail qui est réalisé sur le développement durable va de pair avec le bien-être des populations. Ce sont ces populations qui subissent déjà aujourd’hui les conséquences des changements climatiques : montée des eaux, réchauffement, cyclones. Leur sens de la résilience est indispensable, tout comme la recherche de solutions locales : la plantation d’arbres, par exemple le palétuvier, qui permet de capter 3 à 4 fois plus de carbone que la moyenne, et aide à casser les vagues.

Au sein d’Océania 21, la réunion de 21 peuples autochtones, reconnus par le droit international, a permis de faire valoir leurs revendications. La Déclaration de Lifou apporte aussi des éléments concrets sur l’adaptation, l’atténuation et le financement. Elle a été référencée aux Sommets de Lyon et de Bogota. Sur les 21 pays insulaires que composent Océania 21, 17 sont indépendants et peuvent donc porter leurs voix et celle des autres à l’ONU et autres organisations internationales.

  • Diffusion du film « Choses vues, mots entendus, 8 mois après PAM »

Ce web-documentaire sur les conséquences au Vanuatu du cyclone PAM qui a frappé l’océan Pacifique Sud début 2015. Ania Freindorf, la réalisatrice, rappelle qu’il existe seulement 3% des aires naturelles protégées. Ce film appelle à l’action et montre comment les pays insulaires se mobilisent.

Louis Win-Nemou a souligné qu’El Nino se reforme plus vite que d’habitude, et que les catastrophes naturelles qui les accompagnent sont de plus grande ampleur. D’une fréquence décennale, ces catastrophes deviennent annuelles. La plantation d’arbres et le développement de l’apiculture peut contribuer, mais le problème majeur reste celui du changement des mentalités, et la préservation des particularités culturelles, notamment dans les pratiques agricoles. Louis Win-Nemou a évoqué l’exemple de la production vivrière d’igname, qui est devenue quasi-impossible du fait de la concurrence de l’igname transgénique en Australie et à Hawaii. La nécessité de préserver des graines non transgéniques dans une banque est posée.

La question de l’eau, plus particulièrement de son approvisionnement et de sa montée, est devenue majeure. Au passage d’El Nino, les pluies sont tellement violentes et les sols perméables, que l’eau ne fait que ruisseler en surface. Le lien entre la pollution en amont et son impact en aval est aussi à faire.

Dec 10 copyright

  • Quels navires pour le futur ?

Boris Federovsky, conseiller technique du GICAN

Ont été évoquées les opportunités que représente l’océan, vecteur essentiel du transport maritime, ainsi que les apports de la technique. Cette dernière permet de répondre à des besoins de sécurité, environnementaux, économiques et opérationnels. En mer, l’économie circulaire prend tout son sens. La transformation optimale de l’énergie, la valorisation des déchets, ainsi que le traitement de l’eau, constituent le triptyque sur lequel repose l’économie circulaire à terre. Le concept de multi-activités en mer complète ces notions de réduction de la consommation de ressources – énergie, matériaux, eau – et de limitation, voire de suppression des rejets dans l’environnement.

Mathieu Kerhuel, président d’Advanced Aerodynamic vessels (A2V)

Présentation d’un prototype de navire d’un nouveau genre. Son design génère une portance aérodynamique qui lui permet d’être extrêmement rapide et d’avoir une faible consommation.

A usage commercial, ces bateaux ont la particularité et l’avantage d’être légers car composés de matériaux composites et de fibres de verre. S’ils sont plus coûteux à l’achat que les bateaux traditionnels, leur légèreté permet de faire des économies de carburant.

  • Océans et économie circulaire

Brigitte Bornemann, directrice des publications, Energies de la Mer

Le portail d’informations qu’elle a développé concerne la filière des énergies de la mer, y compris les navires les infrastructures du littoral , telles que les ports, les usines de production, la logistique. Il propose également une veille sur les impacts environnementaux, sociétaux et socio-économiques.

L’intérêt de la production d’énergies renouvelables marines a également été mis en lumière : il s’agit d’une activité non délocalisable, à dimension territoriale et prédictible.

Le projet de Serious game, véritable outil d’analyse stratégique et pédagogique développé par le Lycée Vauban de Brest dans le cadre du Campus des métiers de la mer présente des technologies que l’on peut développer en mer, entre autres les éoliennes offshore posées ou flottantes ; l’hydrolien, le houlomoteur ainsi les technologies fluviales . Le jeu en 3D, permettra de gérer à partir de données le potentiel énergétique en temps réel converti en production énergétique.

Laure Rondeau-Desroches, responsable communication Europe, Afrique, Moyen-Orient d’Interface

La société Interface existe depuis les années 70, mais elle n’a amorcé son changement stratégique qu’en 1994, en étant à l’avant-garde de la RSE. Son objectif pour 2020 : zéro déchet, zéro impact négatif. Cela passe par l’élimination des déchets, un objectif zéro émission nocive (qualité de l’air intérieur), l’utilisation d’énergies renouvelables, une optimisation des transports, la sensibilisation des parties prenants, et de nouvelles façons de commercer.

Un changement stratégique a été initié suite à l’analyse du cycle de vie des produits (dalles de moquette) : les 2/3 des externalités négatives proviennent du matériau constitutif de la moquette, à savoir le pétrole, et plus précisément le polyamide 6, fibre issue de la pétrochimie. Pour trouver de nouvelles sources de matières premières recyclées, dans le cadre du programme NetWorks, en partenariat avec la ZSL (Zoological Society of London), Interface a identifié une nouvelle source d’approvisionnement : la récupération des filets de pêche. Ce partenariat représente aussi une solution bénéfique pour les communautés locales : aux Philippines par exemple, la collecte des filets abandonnés permet de mettre fin à la « pêche fantôme » qui détruit les stocks de poisson, en plus de nettoyer les côtes et les plages. L’achat des filets se fait à un prix juste, ce qui contribue à augmenter les revenus des pêcheurs. Le recyclage est réalisé par Aquafil, une société italienne, qui transforme les filets en fibre de polyamide 6. Les avantages sont donc de nature environnementale, mais également économique.

Jacques Degroote, président d’Algonésia

Algonésia est une start-up créée en 2013, centrée sur l’agro-industrie et les biotechnologies dédiées aux micro-algues. Le concept s’articule autour de l’économie circulaire, conception dans laquelle le déchet de l’un devient la ressource du suivant. Décliné à la production de micro-algues, le CO2 de l’un devient l’aliment des micro-algues de l’autre. La croissance des micro-algues nécessite du soleil et du CO2, et elles peuvent très bien grandir dans des eaux usées, ce qui représente un atout environnemental considérable dans un objectif de captation du carbone. La traçabilité du carbone a été identifiée comme un enjeu. Jacques Degroote a donc également collaboré à la création d’un outil appelé CO2Track.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/agora-oceans-et-economie-circulaire-du-10-decembre/

Les filières REP, une chance pour l’économie circulaire !

sicr

Le 10 octobre 2014, Nicolas Imbert a participé à une journée de travaux consacrée à la filière REP (Responsabilité Elargie du Producteur), organisée à La Réunion par le SICR (Syndicat des importateurs et commerçants de La Réunion).

 

La REP (Responsabilité Elargie du Producteur) est un dispositif qui décline le principe du pollueur – payeur en obligation réglementaire. Les acteurs mettant sur le marché les produits utilisés quotidiennement (emballages ménagers, piles, batteries, pneumatiques, éléments d’ameublement, équipements électriques et électroniques, papiers, etc.) doivent pourvoir à la gestion des déchets qui résultent de la consommation de leurs produits.

 

Concrètement, l’application de la REP a engendré et continue d’impulser la création de filières pour organiser des activités nouvelles de tri, collecte, ou encore des industries de recyclage… L’enjeu consiste en effet à stimuler une nouvelle dynamique permettant de concrétiser l’économie circulaire sur toute la chaîne de valeurs d’un produit, depuis la conception jusqu’au recyclage. Le développement de filières REP a donc des effets bénéfiques en matière de création d’emploi et d’insertion professionnelle ; et génère des dynamiques de collaborations pour mutualiser les coûts induits.

 

SICR1

Le préfet (à droite), Dominique Sorain, a ouvert le second colloque des filières REP organisé par le SICR, présidé par Frédéric Foucque (au centre) ( © photo L.L-Y., source : www.ciclanoo.re).

Dans le cas de la Réunion, une quinzaine de filières a été créée pour améliorer la gestion des déchets. L’événement du 10 octobre 2014, organisé par le SICR, a permis de revenir sur les acquis et défis de ces filières sur l’île et sur d’autres territoires de l’Océan Indien, en réunissant divers experts et porteurs de projets.

 

Parmi les principaux défis identifiés par les participants, le défaut ou l’insuffisance d’implication de la part de certains producteurs et distributeurs, mais aussi une économie parallèle qui fragilise l’économie officielle, et des moyens de contrôle insuffisants.

 

Des pistes de solutions concrètes ont également été présentées, comme la massification des gisements par le développement de stratégies interrégionales. Pour cela, il serait nécessaire d’actionner les leviers réglementaires existants, avoir une meilleure connaissance des flux (déchets, matières…) et développer des synergies industrielles dans la zone Océan Indien.

 

Le directeur exécutif de Green Cross France et Territoires, Nicolas Imbert, est intervenu en clôture des travaux au sein d’un panel de haut-niveau :

  • ADEME : M. Philippe BEUTIN, Directeur Régional
  • REGION : M Monsieur ALIN GUEZELLO, Conseiller régional, élu délégué aux énergies nouvelles
  • PREFECTURE : M. Thierry DEVIMEUX, Secrétaire général pour les affaires régionales

 

Nicolas Imbert a notamment rappelé que GCFT a contribué à la création de l’Institut de l’Economie Circulaire en 2012, pour fédérer l’ensemble des acteurs visant à préfigurer une économie qui soit plus économe en ressources fossiles, qui soit également plus intense en emplois locaux et qui soit une économie réconciliée avec l’écologie.

 

La notion d’« économie circulaire » est très utilisée dans le contexte industriel, mais peut être appliquée à d’autres secteurs, comme l’agriculture. Par exemple à La Réunion, un process tout à fait intéressant est développée pour réutiliser le déchet de la canne, la bagasse, et en faire une source d’énergie. Aujourd’hui, on voit apparaître des processus similaires autour des algues, ou d’autres matières agricoles primaires ou secondaires peu, mal ou sous-utilisées. Une dimension intéressante de l’économie circulaire réside dans son incarnation dans un territoire donné, en fonctions des spécificités locales.

 

SICR2

De gauche à droite : Frédéric Foucque, président du SICR (Syndicat des importateurs et commerçants de La Réunion), et Nicolas Imbert, directeur exécutif de Green Cross France et Territoires. (© Philippe Stéphant, source : www.ecoaustral.com)

Le Cluster GREEN est une brique essentielle pour la structuration d’une stratégie territoriale entraînant les différents acteurs concernés à La Réunion, y compris les collectivités locales. Plus d’informations : http://sicr.re/green/

Nicolas Imbert est également revenu sur la « chance formidable » des îles, dont la taille est particulièrement adaptée à l’action, avec des réseaux et jeux d’acteurs qui peuvent converger sur le territoire autour d’une stratégie concertée.

« Nous pensons, et c’est une conviction partagée avec l’Institut de l’Economie Circulaire, que les îles doivent être des pionnières de la transition écologique ».

 

 

Pour plus d’informations sur ce colloque, rendez-vous sur : http://sicr.re/evenements/colloque-2014/

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/les-filieres-rep-une-chance-pour-leconomie-circulaire/

Retour sur la Conférence « Océan : merveille à sauvegarder » sur le village de la Solitaire du Figaro, à Dieppe

Le 26 juin 2015, Green Cross a organisé une conférence-débat portant sur l’économie circulaire maritime sur le village d’arrivée de La Solitaire du Figaro, à Dieppe, avec le soutien de la CCI de Dieppe et de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard Cachemire, et en partenariat avec le Réseau GRANDDE et l’Institut de l’Economie Circulaire.

Pour témoigner et partager leurs expertises, les intervenants suivants étaient réunis :

  • Nicolas Imbert, Directeur exécutif, Green Cross France et Territoires
  • Isabelle Joschke et Vincent Biarnès, navigateurs
  • Laurent Georgeault, Institut de l’Economie Circulaire

 

DSCF2708

© GCFT

 

Le panel a échangé autour de la thématique : « Préserver les océans en développant l’économie circulaire maritime, c’est bénéfique pour le climat, pour l’économie et pour l’humanité. Les entreprises et les associations font des propositions et s’engagent sur les territoires. »

 

 

 

La Conférence environnementale a fait de l’Economie circulaire une priorité nationale. Selon l’ADEME, l’économie circulaire est un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement.

 

Pour les filières maritimes, l’enjeu consiste à impulser une nouvelle dynamique permettant de concrétiser l’économie circulaire sur toutes les activités économiques opérées en mer et sur le littoral, en intégrant tout la chaîne de valeurs des produits (biens et services). L’économie circulaire maritime est porteuse de nouvelles solutions pour préserver et valoriser l’océan et les littoraux, tout en contribuant au développement des territoires et à la création d’emplois.

 

 

DSCF2732

Nicolas Imbert © GCFT

Parmi les pistes concrètes évoquées à Dieppe, les propositions de l’économie bleue réunies dans la Déclaration de Paris sur l’Océan, lancée le 8 juin à l’Agence Spatiale Européenne, sont porteuses de solutions applicables dès maintenant. Pour les retrouver :

  • La Déclaration de Paris « ParisClimat2015 – Objectif OCEAN » est disponible ICI en français.
  • Paris Declaration « ParisClimate2015 – OCEAN Objectif » is available HERE in english

Cette Déclaration est encore ouverte à signature, et les propositions associées seront à nouveau mises en avant par Green Cross et ses partenaires à Chantilly pour la Global Conference des Ateliers de la Terre, du 6 au 8 juillet.

 

 

DSCF2717

Laurent Georgeault © GCFT

Le potentiel de créations d’emploi de l’économie circulaire constitue une vraie raison d’être optimiste quant à l’avènement d’une meilleure gestion des ressources dans les territoires, quelles que soient les critiques et réticences suscitées actuellement par le processus de négociation internationale sur le climat pour la CoP21.

Retrouvez plus d’informations sur l’étude de l’Institut de l’Economie Circulaire relative au gisement d’emplois que constitue l’économie circulaire : http://www.institut-economie-circulaire.fr/L-Institut-publie-une-etude-sur-le-potentiel-d-emplois-en-economie-circulaire_a867.html

 

 

 

DSCF2714

Vincent Biarnès © GCFT

DSCF2727

Isabelle Joschke © GCFT

Fraîchement arrivés au port après une dernière étape particulièrement éprouvante, les skippers Isabelle Joschke et Vincent Biarnès ont rappelé leur solide engagement pour la préservation de l’environnement, étant eux-mêmes aux premières loges pour observer les pollutions marines et côtières. Leurs témoignages ont donné à voir l’urgence d’agir, au gré d’anecdotes préoccupantes glanées au fil de l’eau.

De son côté, notre ambassadrice Isabelle Joschke s’engage également pour la mixité avec son association « Horizon Mixité ». Plus d’informations : http://institutionnel.generali.fr/ambassadrice-Isabelle-Joschke

 

 

DSCF2735

© GCFT

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/retour-sur-la-conference-ocean-merveille-a-sauvegarder-sur-le-village-de-la-solitaire-du-figaro-a-dieppe/

Agenda Green Cross – juin 2015

  • 25 et 26 juin: Forum Enerpresse (Deauville) – Nicolas Imbert présent le 26 juin au matin
  • 26 juin, 16h30: Conférence « Océan: merveille à sauvegarder » sur le village d’arrivée de la Solitaire du Figaro (Dieppe) – renseignements et inscription ici: http://on.fb.me/1Ni61iW 
  • 27 juin 2015 (9h à 19h): enregistrement de l’émission « 10h pour l’Outremer », proposée par Métamorphose outremer, à Bordeaux. Participation de Nicolas Imbert à l’une des tables rondes – renseignements :http://bit.ly/1BAJrRh
  • 1er et 2 juillet : Sommet Climat & Territoires à Lyon (GCFT en charge avec ICLEI et la Chambre de Commerce Internationale de la thématique adaptation…) – en savoir plus: http://en.rhonealpes.fr/1202-world-climate-summit-2015-fr.htm
  • 6 au 8 juillet : Global Conference des Ateliers de la Terre, Chantilly : http://www.globalconference2015.org/ – Concocté par la directrice des programmes Sonia Henry, le programme est désormais en ligne: http://www.globalconference2015.org/pdf/Program_of_the_Global_Conference_2015.pdf11
  • 26 – 27 septembre : Green Cross participera à Alternatiba Paris, dans le quartier Eau du Village Alternatiba, en particulier sur le thème « Un seul cycle de l’eau ». Seront abordés les enjeux climat, alimentation, océans, qualité de vie, avant ParisClimat2015. Informations : contact@gcft.fr

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/agenda-green-cross-juin-2015/

Articles plus anciens «