Archives de l’étiquette : développement durable

Climat : Objectif OCEAN – co-construisons les propositions de l’économie bleue

 

COP21-labelColloque du 8 juin 2015

Page actualisée au 11 mars 2016.

Notre événement du 8 juin a été un grand succès….vous trouverez ci-joint :

Une vingtaine d’intervenants, représentatifs des acteurs de l’économie de la mer, des réseaux des collectivités locales, d’associations et d’acteurs économiques, ont souligné le rôle essentiel joué par l’océan dans la régulation du climat et de l’ensemble des grands équilibres de notre planète. Ne se contentant pas d’alerter sur la nécessité de préserver un océan en bonne santé, les intervenants ont également présenté des solutions existantes et initiatives en cours, réplicables ou inspirantes. De la Nouvelle-Calédonie à la Colombie, nombre de projets se structurent pour créer une véritable économie bleue. Des éléments de synthèse des différentes interventions seront disponibles très prochainement.

Rassemblant plus de 150 participants à l’Agence Spatiale Européenne, cette rencontre a également abouti à la signature de la Déclaration de Paris sur l’Ocean. Le texte est constitué de quatre propositions et dix-huit engagements et voies de réalisation précises et concrètes – les thèmes abordés: gestion harmonisée des activités littorales, alimentation et santé des océans et des Hommes, transport et navires du futur, sécurité et surveillance pour le développement durable.

declaration_paris

Au 11 mars, la présente déclaration a été signée par les organisations suivantes :

  • ACB – Réseau des bretons d’influence, ACIDD, ALMAE, ARF – Association des Régions de France, Armateurs de France, Association des EcoMaires, Association MerTerre, AUGEO Africa, Bio Thau, Bridgers One, Cerpac, Climates, Club France Développement Durable, Cluster Maritime Français, Collège des Directeurs du Développement Durable, Comité 21, Conect, Crédit Agricole SA, Cyclamed, Décider Ensemble, Durapole, Earth Guardians, Ecocean, Eco DDS, Ecologie Sans Frontière, ECOSYS Group, Energies de la Mer, End Ecocide on Earth, ESA, European Partners for the Environment, Expédition 7ème continent, Fédération des Industries Nautiques, Fondation 2019, Fondation Ensemble, Fondation GoodPlanet, Fondation Malpelo et Autres Ecosystèmes Marins, Fondation Nature et Découvertes, Fondation Watertrek, Forum China Europa, Forum de la Mer, France Libertés, France Nature Environnement, Forest Sterwardship Council, GICAN, GREEN, Green Cross France et Territoires, Green Cross International, Groupe SOS, Humanbe, Initiative for Africa, Institut de l’Economie Circulaire, Institut Michel Serres, IPAG Business School, JB Conseils en Énergies Renouvelables, Les Ateliers de la Terre, La Boudeuse, Métamorphose Outremers, Missions Publiques, Moana nui, Monde Volontaire au Développement, Oceania 21, Ocean Futures Society, Open agrifood Orléans, Orée, Pax Arctica, PlanetSolar, R20, Race For Water, Seafood Fusion, SeaOrbiter, SER, SICR, Sunaxon, Tecensys, The Bridge Tank, WWF, YB-FR…

Les personnalités qualifiées suivantes ont également signé la déclaration :

  • Jean-Luc Aigoin, M. Mehdi Alaoui Mdaghri, M. Mounir Beltaifa, Pr Robert Bell, M. Patrice Comte, Mme Céline Cousteau, M. Fabien Cousteau, Mme Laurence Eymard, M. Gregory B. Gallagher, M. Anthony Lecren, Mme Corinne Lepage, Mme Houria Tazi Sadeq, M. Gino Van Begin, Mme Séverine Vasselin

Ce texte désormais disponible également sur le site http://www.cop21.mobi.

Si vous souhaitez signer ce texte au nom d’une organisation, merci de contacter contact@cop21.mobi

La présente déclaration a été initiée le 8 juin 2015, à l’issue du colloque organisé par Green Cross à l’Agence Spatiale Européenne, à Paris, pour la Journée Mondiale des Océans. Elle a également été présentée et discutée à la Global Conference 2015 des Ateliers de la Terre, et dans le cadre de l’Atelier adaptation du Sommet Mondial Climat et Territoires et remise à Ségolène Royal le 31 aout dernier. Elle a fait l’objet d’une conférence le 3 décembre 2015 aux espaces Générations Climat au Bourget pendant la COP21, conclue par la Ministre du Développement et de la Francophonie, Mme Annick Girardin. Elle reste ouverte aux signatures.

 

Nous avons soumis ces propositions aux votes des participants, ce qui a été très suivi et apprécié, et a fait ressortir 7 priorités:
  • réaffirmer l’espace marin comme propice aux activités humaines durables pour améliorer les conditions de vie et compléter les écosystèmes terrestres (notamment via un développement serein des énergies marines et renouvelables en mer),
  • développer la fiscalité verte et bleue (carbone, biodiversité…) via des initiatives volontaires, mises en place par plaque géographique et ensuite défendues au niveau international,
  • créer des filières d’économie circulaire, en commençant par les eaux de ballast, le traitement des résidus pétroliers et l’économie circulaire portuaire,
  • mettre en place un processus international pérennisant la préservation de l’Antarctique et son statut international, et assurer une gouvernance durable et apaisée de l’Arctique,
  • développer en partenariat avec les parties prenantes les aires marines protégées, qui démontrent la pertinence d’une reconquête des écosystèmes,
  • accélérer le recueil open data des données sur la santé des océans,
  • rendre les labels plus inclusifs et encourager leur utilisation, en particulier dans l’alimentation.

 

 

 

QUELQUES PHOTOS

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference.

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference, Jaques Rougerie, Boris Federovski, Dominique Martin Ferrari

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference.

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference, Michel Sabban, President of R20.

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference.

Contexte

Green Cross coordonne au premier semestre 2015, la tenue d’un forum multi-acteurs Economie Bleue et Stratégie Maritime pour ParisClimat2015 en vue de mobiliser l’ensemble des réseaux maritime, suffisamment en amont de la Conférence Paris Climat 2015, et d’obtenir un accord concret, ambitieux pour le climat et pour l’environnement.

Le monde de la mer est un pilote idéal pour accélérer la lutte contre le dérèglement climatique : d’une par eu égard à la maritimisation du monde, d’autre part par l’universalité des solutions qu’il peut y apporter, de par le caractère continu des océans.

Ce forum est en deux étapes : une séance de travail qui s’est tenue le 9 avril, et une séance de restitution et de mobilisation lors de la Journée Mondiale des Océans, le 8 juin, à l’Agence Spatiale Européenne, à Paris.

Objectifs du forum

Dans un contexte pré-ParisClimat2015 très chargé en événements, le Forum peut se dégager en construisant la proposition concrète d’un objectif climat consolidé entre tous les acteurs, notamment sur les sujets-clé climat et santé des océans, alimentation santé et satisfaction des besoins humains, navire du futur, gestion du littoral. Le Forum aura une approche économique, et notamment s’attachera à mettre en rapport l’opportunité et le coût financier de l’inaction.

Pour mémoire – séance de travail du 9 avril 2015

Un grand merci à tous les participants venus à cette belle journée de travail – une synthèse sera très prochainement mise en ligne .

Programme_9_avril

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/climat-objectif-ocean-co-construisons-les-propositions-de-locean/

« Tous acteurs de la rupture : quelle échelle, quels modèles ? » Retour sur la Xème Global Conference

 

Le lundi 6 juillet, Nicolas Imbert a animé la plénière d’ouverture de la Global Conference des Ateliers de la Terre, organisée sur 3 jours à Chantilly (Oise).

 

DSCF2752

(c) GCFT

Pour partager leur vision et expertise, les personnalités suivantes étaient réunies :

  • Jean-Paul Delevoye, Président du CESE
  • Gilles Grapinet, Vice-Président, Atos
  • Bernard Stiegler, philosophe, Institut de recherche et d’innovation du Centre Pompidou (IRI)
  • Lionel Zinsou, Premier ministre du Bénin.

 

 

Le panel a échangé autour de la thématique « Tous acteurs de la rupture : quelle échelle, quels modèles ? ».

 

La « rupture » était le thème général de cette Xème édition de la Global Conference. Ce terme réfère à une notion d’adaptabilité, de renouveau, de solutions. De nouvelles initiatives collectives voient le jour à travers le monde à l’échelle de territoires, pour proposer des alternatives et inventer de nouvelles perspectives.

Les trois grands thèmes suivants structuraient les débats de cette Xème Global Conference :

  • Les ressources que nous utilisons
  • Les modèles que nous bâtissons
  • Le monde que nous construisons.

 

DSCF2744

Lionel Zinsou lors de la plénière d’ouverture, (c) GCFT

Parmi les thématiques abordées lors de la table-ronde d’ouverture, le cas spécifique du Bénin. Lionel Zinsou, Premier ministre du Bénin, a effectivement rappelé que le changement climatique était déjà tangible dans son pays, avec des inondations au Sud, la sécheresse au Nord (avec la descente du Sahel), et la capitale située en dessous du niveau de la mer. Il a rappelé qu’en Afrique, l’Etat ne disposait que de peu de moyens pour assurer ses missions régaliennes, d’où une trop lente adaptation au changement climatique. Face à cela, M. Zinsou propose la construction de coalitions multi-acteurs, la puissance publique jouant le rôle facilitateur / partenaire.

Il a également souligné le caractère enthousiasmant des nouvelles technologies en Afrique, où de nouveaux usages sont sans cesse expérimentés, apportant des réponses très intéressantes, notamment quand des technologies de pointe dans le numérique et l’énergie sont combinées.

 

DSCF2746

M. Grapinet (c) GCFT

Nous entrons en effet dans une ère de « rupture digitale » (M. Grapinet), avec une large diffusion des savoirs. Il faut cependant réguler rapidement le monde du numérique, tant pour protéger la vie privée que pour taxer un tant soit peu les richesses créées dans cet univers, et le rendre soutenable.

Cela implique une notion de légitimité des usages, avec une responsabilité des utilisateurs et développeurs du numérique.

Nous devons maintenant « prendre des décisions, et être responsables collectivement » (M. Stiegler). L’impact du numérique dans la vie quotidienne est énorme, et cela sans maîtrise des flux d’informations et de marchandises : il n’y a plus de frontières et plus de contrôle sur l’espace et le temps. M. Delevoye souligne qu’il y a là une vraie question sociale et politique : « où est le pouvoir, qui le détient ? »

 

photo (2)

Plénière d’ouverture (c) GCFT

 

Comme le montre l’attention générée par la COP21, nous savons que l’Homme doit respecter la nature, on lui découvre une fragilité. Notre siècle est un siècle spirituel, la quête de sens est au cœur de l’engagement de nos sociétés pour un développement durable.

 

Plus d’informations sur la Global Conference : http://www.globalconference2015.org/

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/tous-acteurs-de-la-rupture-quelle-echelle-quels-modeles-retour-sur-la-xeme-global-conference/

4A-CHEDD

4A-CHEDD est l’Association des AuditeursAnciens auditeurs et Amis du CHEDD ( Collèges des Hautes Etudes du Développement Durable). Elle a pour ambition d’œuvrer collectivement pour que les principes du développement durable à travers ses actions et ses valeurs.

Les Collèges s’adressent aux cadres dirigeants, acteurs privilégiés du changement, avec comme objectifs de leur donner une vision globale des enjeux d’un Développement Durable. Les Collèges forment ainsi des cadres dirigeants en poste issus d’une large diversité de structures (entreprises publiques et privées, institutions publiques, services de l’Etat et collectivités territoriales, associations, d’entreprises de l’ESS, organisations syndicales…). L’association offre à ses bénéficiaires un lieu d’échanges et de coopération pour ces dirigeants souhaitant aller vers le développement durable.

Les principales missions de l’association 4D-CHEDD sont de :

  • Animer le réseau des adhérents, favoriser les échanges
  • Faciliter le partage des connaissances et des bonnes pratiques
  • Accompagner et promouvoir l’action, les projets, les innovations de ses adhérents, des Collèges membres du réseau des CHEDD, du Réseau des CHEDD et de ses émanations

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/4a-chedd/

Partenariat éditorial avec CDURABLE.info

CDURABLE logo 2012Depuis 2005, CDURABLE.info sélectionne chaque jour l’essentiel de l’actualité du développement durable pour aider ses visiteurs à comprendre comment agir ensemble en acteur du changement. En 7 ans, déjà + de 7 Millions de visiteurs sur CDURABLE.info !

Avec une moyenne de 150.000 visites par mois en 2012 et plus de 15.000 abonnés à la sélection hebdomadaire, CDURABLE.info est devenu une source d’information fiable et indépendante, dont la légitimité et la pertinence ne cessent de croitre. Plus de 15.000 personnes nous suivent également via les réseaux sociaux et les pages Facebook, Twitter ou depuis 2012 Google+ de CDURABLE.info.

Nos 600 000 visiteurs uniques absolus par an, majoritairement des femmes (65%), sont tous des acteurs du développement durable, acheteurs, prescripteurs ou responsables : cadres, dirigeants, journalistes, citoyens, ONG, élus, agents de la fonction publique et des collectivités territoriales, PME, très grandes entreprises …

Vous aussi devenez un ACTEUR (Auteur, Contributeur, Testeur, Evaluateur, Utilisateur, Rédacteur) de CDURABLE.info : échanger pour un monde durable plus humain http://cdurable.info

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/partenariat-editorial-avec-cdurable-info/

Frédérique Le Falher

Fred Le FalherTitulaire d’un diplôme supérieur en communication politique complété d’une formation au management de l’environnement, Frédérique collabore ponctuellement aux actions de Green Cross, plus particulièrement pour la communication print & web, l’animation d’ateliers, les relations presse et publiques ainsi que pour le développement d’actions de fundraising.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/frederique-le-falher/

Juil 04 2012

Les jeunes proposent des lignes directrices concrètes pour la gouvernance de l’eau et de l’environnement

 

Suite au Forum Mondial de l’Eau qui s’est déroulé à Marseille en mars 2012, Green Cross France et Territoires, sous l’impulsion de son Président Jean-Michel Cousteau, a  décidé de relayer la voix des jeunes à Rio+20. Ce projet a abouti à la production de deux synthèses de propositions des jeunes, que Green Cross a pu mettre en avant à Rio.

 

La première synthèse a été coordonnée par le Collectif des Jeunes Français à Rio+20. Elle s’attache à encourager les gouvernements et décideurs à mettre en place un véritable programme d’actions concrètes en matière de gouvenance environnementale sur la scène internationale.

Présentée lors de la journée Green Cross par Céline Ramstein, déléguée des Jeunes Français pour Rio+20, et Henri Landes, membre du REFEDD et Président de l’association Climates, cette synthèse est à retrouver en version pdf ici : Collectif Jeunes Français à Rio+20 – Position.

 

La seconde synthèse a été consacrée plus particulièrement aux problématiques de l’eau. Le document a été finalisé par Green Cross France et Territoires à partir des contributions apportées par ces trois organismes de jeunes :

–  Association SimONU d’Euromed Management,

–  Conseil Régional des Jeunes de Provence-Alpes-Côte d’Azur,

–  Association Batna Sciences Po Rennes.

Vous pouvez retrouver cette synthèse en version PDF ici : Synthese_Jeunes_Focus_Eau 

 

 

Henri Landes et Céline Ramstein à Rio lors de la Journée Green Cross, le 16 juin 2012.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/les-jeunes-proposent-des-lignes-directrices-concretes-pour-la-gouvernance-de-leau-et-de-lenvironnement/

Juin 29 2012

Rio+20 en 10 points clefs

Retrouvez ces 10 points formatés pour impression, en PDF 20120626_Rio+20 en 10 points

De retour de Rio+20

Une synthèse en 10 points

1.      Rio a été en 1992 le point de départ, le catalyseur des appels à l’action pour les gouvernements. A Rio+20, les DialoguesDays et une mobilisation forte des sociétés civiles, des gouvernements locaux et des entreprises, ont permis d’avancer des propositions concrètes sur le monde qu’on pourrait céder aux générations futures.

2.      Le processus de négociation et le forum ministériel est lui un échec, avec, comme déjà vécu à Copenhague et à Durban, un document final qui n’est pas une réussite. D’un manque de vision, de préparation et de leadership a  résulté un document final sans valeur.

3.      La présence massive des syndicats comme les travaux du rassemblement mondial démontrent un rapprochement fort entre les enjeux écologiques et sociaux, et la possibilité de progresser conjointement et sereinement sur les deux dimensions à la fois.

4.      On constate une incroyable énergie de la société civile. Au-delà de la présence de 50 000 personnes  à Rio et la participation à distance de millions d’autres, des propositions concrètes, réalistes et ambitieuses émergentet sont suffisamment matures pour être portées à la table des négociations.

5.      Les entreprises, les pouvoirs publics locaux et les organisations qui les fédèrent montrent une capacité croissante à agir concrètement sur les effets premiers du changement climatique. Ce seront eux qui impulseront la vitesse rapide du changement.

6.      Le multilatéralisme est désormais une réalité très concrète. Les pays en développement multiplient les propositions pour avancer. A ce titre, la proposition coordonnée par l’Afrique du Sud et les investisseurs de long terme pour apporter un financement décent à la transition verte de l’économie est une bonne pratique, malheureusement encore inaboutie.

7.      Deux thèmes maintenant bien matures peuvent, sous pression de la société civile, aboutir rapidement : un accord sur les océans et la création d’une institution internationale de l’environnement.

8.      Deux thèmes à nos yeux prioritaires nécessitent désormais d’être traités rapidement et d’avancer via des instances complémentaires aux Nations-Unies, y compris de manière non universelle : l’eau, l’alimentation et l’énergie d’une part, la prévention des conflits d’autre part.

9.      Un thème, l’éthique du développement durable, doit pour la préservation des générations actuelles et futures retrouver la place essentielle qu’il avait acquise à Rio et qu’il a perdue à Rio+20. Que ce soit aux échelles locale, national, régionale ou internationale, l’éthique est le ciment essentiel qui donnera de la cohérence aux actions de chacun.

10.  Il n’y a pas de solution miracle. C’est à la société civile, dans toute sa diversité, de se prendre en main, de proposer et d’imposer des solutions aux pouvoirs publics, de manière démocratique, diversifiée, décarbonée. Les bribes de réponse aux enjeux écologiques et sociaux sont nombreuses, une bonne coordination et un alignement des capacités financières et des leviers économiques permettent de les mettre en œuvre. Reste à concrètement transformer notre volonté commune en actions co-construites.

 

Rio, le 23 juin 2012

 

Participants Green Cross France et Territoires :

Jean-Michel Cousteau, Adam Koniuszewski, Luc Hardy, Nicolas Imbert

–          Déclaration d’Alexander Likhotal, CEO de Green Cross International, à l’issue de la discussion : http://bit.ly/Rio20GCI

–          Constitution de l’Alliance pour les Océans, lors de Rio+20 : http://gcft.fr/?p=1435

–          Billet d’humeur de Nicolas Imbert, le 19 juin au soir, à l’issue des négociations : http://gcft.fr/?p=1384

–          Et aussi de nombreux contenus sur les sites http://gcft.fr et http://gci.ch

 

Jean-Michel Cousteau interviewé à Rio+20

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/rio20-en-10-points-clefs/

Oct 26 2011

ONU : rôle crucial des ONG pour les transitions, l’environnement, le désarmement

Dépêches du Service d’information des Nations Unies |26 octobre 2011|

Des affiches de campagne pour le scrutin du 23 octobre 2011 à Sousse, en Tunisie. Les ONG ont un rôle crucial à jouer pour les transitions, selon l’ONU.

A l’occasion d’une rencontre avec les organisations non gouvernementales (ONG), le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a rappelé mercredi que dans les domaines du développement durable, du désarmement et de l’aide aux pays en transition, la société civile joue un rôle crucial.« Premièrement, le développement durable. Le premier Sommet de la Terre constitue une étape. Il a permis de produire l’Agenda 21 et des conventions contraignantes sur le changement climatique et la biodiversité. La sensibilisation globale a augmenté. De même que l’engagement des organisations non gouvernementales », a déclaré Ban Ki-moon lors de cette rencontre.Il a également souligné l’importance de l’organisation l’année prochaine de la Conférence des Nations Unies pour le développement durable à Rio de Janeiro, au Brésil, appelée Rio+20 car la rencontre se déroule 20 ans après le premier Sommet de la Terre en 1992 qui marqua le début de l’essor du développement durable et de l’économie verte.Le Chef de l’ONU a salué la déclaration adoptée le mois dernier par le Département de l’information de l’ONU et les organisations non gouvernementales à Bonn, en Allemagne.« Le second secteur pour lequel les ONG peuvent faire la différence est le désarmement. Nous avons eu des progrès encourageants ces récentes années, fait avancer de grandes mesures par la société civile et les organisations », a souligné le Secrétaire général.

« Nous devons continuer à pousser pour plus de transparence? pour plus de réductions des arsenaux et pour plus de ratifications dans les traités de désarmement », a-t-il ajouté.

Pour Ban Ki-moon, le soutien aux pays en transition, comme la Tunisie, l’Egypte et la Libye, a besoin des organisations non gouvernementales afin de promouvoir la démocratie, l’indépendance des médias et construire des systèmes judicaires indépendants.

« Les temps sont difficiles pour l’économie. Budgets réduits. Coupes. Serrage de ceinture. Vous vivez tous cela. Partout les populations vivent dans la peur. Cela dépend de vous de restaurer cette foi, de fournir ce dont les populations ont besoin. De ne pas oublier les personnes dans le besoin spécialement dans ces temps difficiles », a insisté Ban Ki-moon.

« C’est seulement en travaillant ensemble, avec un partenariat fort, que nous pouvons faire progresser nos objectifs communs », a-t-il conclu.

storyF.asp?NewsID=26728&Cr=ONG&Cr1

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/onu-role-crucial-des-ong-pour-les-transitions-lenvironnement-le-desarmement/

Anne-Sophie Bielski

Anne-Sophie possède un DEUG de géographie et une licence professionnelle en urbanisme du Conservatoire National des Arts et Métiers. Elle a développé ses connaissances en développement durable, géographie des milieux naturels et des sociétés, approches territoriales et conduite de projets. En complément, son approche artistique (année préparatoire en architecture, design et projets culturels de l’Institut Supérieur des Arts Appliqués) contribue à son inspiration à la fois stratégique et créative. Anne-Sophie effectue un stage au sein de Green Cross France et Territoires en tant qu’assistante de direction de M. Imbert et contribue aux sujets « eau et territoire » de l’association.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/anne-sophie-bielski/

Sep 26 2011

Développement durable : les Français voient le vert en noir

Les Ateliers de la Terre |Planetreporters |26.09.2011|

L’espoir d’un monde plus durable diminue chez les Français, révèle une nouvelle étude réalisée par Médiascopie. Une conséquence directe des catastrophes écologiques récentes et des nombreux “signaux négatifs” émis par le gouvernement français, selon le fondateur de l’institut, Denis Muzet.

Pour la troisième année consécutive, l’institut Médiascopie a conduit l’étude “Les mots d’un monde plus durable” : six cents Français représentatifs ont été interrogés entre le 28 mars et le 8 avril sur deux cents mots relatifs au champ lexical du développement durable, repérés dans la littérature, les médias, des articles de presse, ou encore dans les conversations de tous les jours. Il est “intéressant de savoir ce que pensent les Français des notions comme celle du développement durable, qui sont plus souvent débattues dans des cercles d’experts”, estime ainsi Denis Muzet. Bilan : l’espoir d’aller vers un monde plus durable s’est nettement dégradé depuis 2009. De 6,9 sur une échelle de 10 cette année-là, il est passé à 6,5 en 2010 pour tomber à 6 cette année.

Une décroissance “impopulaire”

Selon l’étude, les Français ne cautionnent désormais plus un modèle de développement fondé sur la croissance économique et la mondialisation. Paradoxalement, le concept de décroissance reste toutefois “impopulaire” : “C’est un adjectif un peu fort”, tempère Denis Muzet. “Les gens n’ont pas envie de décroître, il faut plutôt leur dire qu’il faut consommer moins.” Jugée bien plus enthousiasmante est l’idée d’une “transition vers une société sans pétrole”, introduite pour la première fois dans l’étude.

La raison de ce changement de mentalité ? Les nombreux “signaux négatifs” qu’ont reçus les Français ces derniers temps, estime le sociologue. À l’échec de la conférence de Copenhague s’est ajouté l’abandon de certains projets comme la taxe carbone ainsi que certaines déclarations provenant du gouvernement. Comme, par exemple, lorsque Nicolas Sarkozy estimait en mars 2010 que l’environnement, “ça commence à bien faire”.

“Une danse à deux”

Les Français ont pris conscience des excès causés par leur mode de vie : “ils savent bien qu’ils ont eux-mêmes laissé faire, qu’ils ont parfois participé au gaspillage”. Pourtant, quand on leur propose des solutions, nombreux disent : “pourquoi pas, tant que ça ne me coûte pas plus cher”, poursuit Denis Muzet. Il existerait ainsi des “solutions magiques” selon lui, comme le covoiturage, qui permettent un “triple bénéfice : économique, écologique et social”. Au final, qui doit agir ? Paradoxalement, les Français souhaitent l’appui des gouvernants, pourtant perçus comme en partie responsables des crises telles que Fukushima : “ça se danse à deux, cette affaire-là”, estime l’auteur de l’étude.

Reste que la morosité des Français devrait continuer à peser à l’avenir, estime Denis Muzet. Les affres de catastrophes telles que celle qui a secoué l’archipel japonais se feront sans doute sentir encore quelques temps. “En 2012, les chiffres seront sans doute encore plus négatifs”, évalue le sociologue.

Olivier Clairouin et Camille Revel-Mouroz

l-enquete-de-l-institut-mediascopie-2011.html

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/developpement-durable-les-francais-voient-le-vert-en-noir/