Archives de l’étiquette : cop22

Mar 28 2017

Initiative 2017 : Stoppons le Plastique dans l’océan – 13 avril

Stop Plastique

Présentation


Dans la continuité des travaux effectués le 11 novembre 2016 à Marrakech, lors de la CoP22 (https://vimeo.com/196260464), Green Cross et ses partenaires vous conduisent à un colloque « 2017: stoppons le plastique dans l’océan », permettant de consolider nos propositions collectives (expéditions, associations, collectivités locales, entreprises, scientifiques, journalistes et institutions gouvernementale), afin de présenter lors de la journée mondiale de l’océan, le 8 juin 2017, un plan d’action à la hauteur des enjeux.

Cette session sera effectuée sous la présidence et en présence de Jean-Michel Cousteau, président de Green Cross France et Territoires, à l’Agence Spatiale Europénne, à Paris, le 13 avril de 9h15 à 11h15.

Toutes les contributions sont bienvenues, l’entrée est libre sur inscription préalable obligatoire. Pensez à vous munir de vos papiers d’identité.

Vous avez un contenu à suggérer, une initiative remarquable à proposer ? N’hésitez pas: contact@gcft.fr

 

Date, heure et lieu


Jeudi 13 avril 2017 // 9h15 – 11h15

Lieu : Agence Spatiale Européenne, 15 rue Mario Nikis, 75015 Paris (proche Unesco)

 

Inscription et renseignements: http://bit.ly/PLASTICS1304

 

Déroulé


9.15 – 9.30: introduction et objectifs de l’action

  • Les grandes échéances 2017 (World Ocean Conference – CoP23 + mobilisation europénne / française / marocaine (CoP22) et opportunités de projets internationaux)

 

9.30 – 10.15: comment minimiser l’arrivée des déchets dans l’océan?

  • accélérer la mise en place de l’économie circulaire
  • le rôle de la réglementation , les comportements pionniers des initiatives de filière – REX sacs à usage unique, vaisselle jetable…ou autres
  • innover pour des produits moins impactant sur l’environnement…et une meilleure collecte et valorisation
  • sortir les toxiques de nos paniers – oui mais lesquels et quelles priorités.

 

10.15 – 11.00: quelles priorités pour traiter le plastique dans l’océan ?

  • contamination des chaînes alimentaires – impacts sur le climat – toxicité pour l’homme – quels enjeux et quelles priorités ?
  • l’importance et le rationnel des campagnes d’identification et de collecte (en mer / en zone littorale / via les berges et cours d’eau intérieurs)
  • comment encourager et faire partager innovation et transferts d’expérience
  • les financements – que faire et comment ?

 

11.00 – 11.15: perceptions et pistes de solutions: Jean-Michel Cousteau

 

 

Hashtag: #STOPplasticsINtheSEA

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/initiative-2017-stoppons-le-plastique-dans-locean/

Mar 27 2017

Colloque « Climat : Objectif Océan » – 13 avril

ObjectifOcean

Le 13 avril, en présence et sous la présidence de Jean-Michel Cousteau, son président, Green Cross France et Territoires organise sa grande session annuelle de travail et de co-construction de l’initiative « climat: objectif OCEAN », désormais riche de plus de 60 têtes de réseau originaires de 30 pays, représentant 30 000 organisations.

Cette mobilisation, aura lieu à Paris, à l’Agence Spatiale Européenne. Elle est structurée comme suit:

  • un temps fort essentiel, avec la session plénière « climat: objectif OCEAN », le 13 avril de 14h30 à 17h30. Inscriptions sur http://bit.ly/OCEAN13avril,  décrit ci-après
  • deux séances de travaux préparatoires, la même journée: 9h15 – 10h45: 2017: stoppons le plastique de l’océan, session de travail et de co-construction, dans la continuité de la session du 11 novembre 2016 à Marrakech (CoP22) – https://vimeo.com/196260464 – inscriptions sur http://bit.ly/PLASTICS1304, puis ensuite 11h00 – 13h00: réunion du think & do tank « littoral et océan » (réservé aux seuls adhérents du think&do tank à jour de cotisation),

 

Présentation


2 ans après le lancement de l’initiative « climat: objectif OCEAN », désormais soutenue par 60 têtes de réseau représentant 30 000 organisations dans 30 pays, il est temps de faire notre prochain point d’avancement, et de préparer la journée mondiale de l’océan, le 8 juin 2017.

Dans un contexte où les connexions entre l’eau, le littoral et océan sont de plus en plus évidentes pour toutes les parties prenantes, alors que le cadre des objectifs du développement durable (ODD) permet également de rendre très concrètes nos actions pour le littoral et l’océan, et alors que nous finalisons nos « clés pour agir », il est temps désormais de consolider la feuille de route 2017 du littoral et de l’océan.

C’est pourquoi Green Cross vous invite, en présence et sous la présidence de Jean-Michel Cousteau, à son colloque annuel « climat: objectif OCEAN », qui aura lieu le 13 avril 2017, à l’Agence Spatiale Européenne, à Paris.

Entrée libre sur inscription préalable (obligatoire) – pensez à vous munir d’une pièce d’identité.

Vous avez une initiative à nous suggérer, une proposition à effectuer ? N’hésitez pas: contact@gcft.fr

 

Date, heure et lieu


jeudi 13 avril 2017 // 14h30 – 17h30

Lieu : Agence Spatiale Européenne, 15 rue Mario Nikis, 75015 Paris (proche Unesco)

 

Inscription


http://bit.ly/OCEAN13avril

 

Déroulé


14.30 – 15.00: les merveilles de l’océan, avec Jean-Michel Cousteau 

  • Il n’y a qu’un seul cycle de l’eau – nous devons le préserver
  • En préservant l’océan, nous nous préservons nous-même
  • Pourquoi mettre en valeur maintenant les merveilles de l’océan

 

15.00 – 16.00: 2017 – quels enjeux pour l’océan et le climat ?

  • les avancées scientifiques, et en particulier la sortie prochaine du rapport du GIEC sur l’océan et la cryosphère (et les inquiétudes sur la montée des eaux et la santé des milieux littoraux, coraux notamment) 
  • des avancées sur la surveillance, la sureté et la sécurité, mais des menaces sans cesse réaffirmées (avec focus processus Lomé)
  • les enjeux humains, et des territoires insulaires et littoraux sentinelles du climat

 

16.00 – 16.15: Pause café et inauguration de l’exposition photo « Océan : des clés pour agir »

 

16.00 – 17.00: quelle mobilisation concrète ?

 

  • des réponses multiacteurs qui se construisent pour la CoP22, une gestion de la zone littorale mieux prise en compte via le rapprochement entre « monde de l’eau » et « monde de l’océan », et une utilisation des ODD pour une approche concrète et territorialisée des actions
  • Des façades maritimes en transition
  • La transition écologique des îles et territoires insulaires, un rempart contre le dérèglement climatique qui se construit 

 

16.00 – 17.00: conclusion et prochaines étapes 

  • Conférence Mondiale pour l’Océan (5 au 9 juin), Journée Mondiale de l’Océan (8 juin) et Green Pacifik Festival (3 au 5 juin)
  • Sortie de l’ouvrage Océan en français et en anglais le 8 juin
  • Point sur le think&do tank, les plateformes et coalitions
  • Urgence de sensibiliser le prochain gouvernement et les parlementaires sur les enjeux d’une mobilisation territoriale

 

Hashtag: #ClimatOcean

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/colloque-climat-objectif-ocean-13-avril/

Jan 10 2017

Conférence avec la participation de Nicolas Imbert – LE RÔLE DES FEMMES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Quel est le rôle des femmes face au changement climatique ? Premières victimes du dérèglement climatique et des catastrophes naturelles, car plus vulnérables, les femmes sont de réelles actrices dans la lutte contre le réchauffement climatique et mettent en place des projets favorisant le développement durable. Suite à la COP 21 et aux Accords de Paris, la Fondation Jean-Jaurès poursuit sa mobilisation, avec une conférence publique qui a pour objectif de mettre en lumière le rôle des femmes dans l’élaboration et la mise en œuvre de projets dans ce domaine au niveau local, national et international.

Intervenant-e-s :

  • Hélène Conway-Mouret, sénatrice des Français établis hors de France et directrice du secteur international de la Fondation,
  • Nicolas Imbert, directeur exécutif de Green Cross France,
  • Yveline Nicolas, directrice au sein de l’association féministe Adéquations qui travaille sur les questions de genre et de développement durable,
  • Michèle Sabban, présidente du R20.

Modération : Cyrielle Hariel, journaliste, spécialiste des questions environnementales, chroniqueuse à Ushuaïa TV.

Inscriptions en ligne sur https://arc.novagouv.fr/form_dev/4f23bc9cd7f0b42ebc92a410b58c2ef8/#/formulaire/

Renseignements:

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/conference-avec-la-participation-de-nicolas-imbert-le-role-des-femmes-face-au-changement-climatique/

Cop22: Green Cross publie sa synthèse, et lance sa feuille de route 2017

Sitôt la CoP22 terminée, le contexte sur nos territoires nous rappelle l’urgence d’une transition écologique à la hauteur des enjeux.

Afin de figer les travaux effectués en commun, vous trouverez notre première ébauche de synthèse de la CoP22, en cliquant sur le lien suivant: http://bit.ly/CoP22brief

img_0528Voici quelques-unes de nos priorités pour 2017:

  • 2017: stop plastics in the sea, avec des mesures concrètes co-construites entre janvier et mars 2017, annoncées à New-York en juin pour la Journée Mondiale de l’Océan, mises en place dès que possible, et dont il sera rendu compte notamment à la CoP23,
  • la déclaration universelle des droits de l’humanité, qui suivant la fois de ratification gouvernementale impulsée par la reconnaissance des Comores via son président, se propagera dans les instances étatiques tout en continuant à être reconnue sur le terrain, par les collectivités locales, les entreprises et le secteur associatif,
  • la transition écologique des territoires, tant en adaptation qu’en atténuation, avec ses dimensions eau littoral et océan, alimentation et agriculture, ville durable, énergie et économie circulaire, ainsi que les enjeux sur la paix et la coopération.

Vous trouverez également de nombreux contenus issus de la CoP22 sur la webTV Green Cross: https://vimeo.com/GCFT

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cop22-green-cross-publie-sa-synthese-et-lance-sa-feuille-de-route-2017/

Déc 09 2016

Pollution à Paris – Green Cross appelle à la responsabilité des dirigeants du pays hôte de la CoP21

Quelques jours après que se soit tenue la CoP22 qui ré-insistait, dans la continuité de la CoP21, sur les liens entre santé, environnement et climat, Green Cross apporte tout son soutien à la mise en place de la circulation alternée pour limiter les risques sur la santé des parisiens, et appelle à une sortie au plus vite du diesel en ville.

La qualité de l’air dans l’agglomération parisienne appelle à des réactions d’urgence, et de prévention. Nicolas Imbert, directeur de Green Cross France et Territoires, précise « nous sommes exposés depuis mercredi dernier à un pic de pollution aux particules fines très important. C’est le sixième pic de pollution de l’année. Le dispositif législatif prévoit pour ceci une mise en place de la circulation alternée, qui devait arriver dimanche ou lundi. Dans ce contexte, le refus d’agir de la préfecture de police est non seulement incompréhensible, mais de plus inconséquent. C’est la santé des parisiens et des franciliens qui est sacrifiée, alors même que les habitants réclament des réactions à la hauteur de l’urgence ».

Green Cross en appelle à la Ministre de l’Environnement, Présidente de la CoP21, Madame Ségolène Royal, et au premier Ministre Manuel Valls, pour que la loi soit respectée et la circulation alternée mise en place sans délai. Il s’agit non seulement de la santé des parisiens et franciliens, mais également demontrer que la France ne le laissera pas détourner des objectifs climat et environnementaux issus de la CoP21 par quelques intérêts particuliers, sur des questions aussi simples et essentielles que la qualité de l’air et la santé environnementale.

Les mesures visant à rendre aux piétons les voies sur berge contribuent à permettre à la capitale de respirer à nouveau, tout comme le développement des mobilités douces diversifiées. A moyen et long terme, il est également essentiel que la France fasse toute la lumière nécessaire sur les tricheries aux émissions de particules fines et de CO2 qui rendent certains véhicules très répandus en France beaucoup plus émissifs que la loi ne les y autorisent, notamment à froid et en ville. Cette situation doit être clarifiée très vite pour reconquérir une meilleure qualité de l’air.

Vous pourrez retrouver des contenus complémentaires sur la webTV Green Cross: https://vimeo.com/GCFT

Retrouvez également le plateau du Grand Référendum Sud Radio du 9 décembre, avec Nicolas Imbert, sur http://www.sudradio.fr/Podcasts/Le-Grand-Referendum/Pollution-Nous-sommes-nous-reveilles-trop-tard

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/pollution-a-paris-green-cross-appelle-a-la-responsabilite-des-dirigeants-du-pays-hote-de-la-cop21/

Nov 18 2016

La CoP 22,est une CoP de transition, mais aussi d’adaptation.

Perturbée par l’actualité internationale, en attente d’actions concrètes quant au financement effectif, sur les territoires, de l’adaptation et de l’atténuation, cette CoP 22 fut particulièrement peu intense en son cœur historique, les salles de négociations.

Mais nous aurions tort de penser qu’il ne s’y est rien passé, bien au contraire. Les thématiques de l’eau et l’agriculture connaissent des avancées, notamment par une mobilisation de l’Afrique qui se structure de plus en plus concrètement. Un énorme élan d’enthousiasme, et d’action de terrain, s’est dégagé du Women Leader’s Forum, avec de très belles initiatives entrepreneuriale. Et, plus que jamais, la MEDCOP, dont la prochaine édition sera en Sicile, les Oceania Meetings et autres forums régionaux multi-acteurs ont montré leur pertinence pour accélérer, par des initiatives volontaires et des coalitions d’action sur le terrain, la transition écologique de nos sociétés…et ce, via l’eau et l’assainissement, l’alimentation, l’énergie, la mobilité, le littoral et l’océan, le tourisme, la finance et l’économie,, la culture et les savoirs traditionnels.

Dans ce contexte, la création du fond vert pour les femmes sous l’égide du R20, des fondations Schwarzenegger, Di Caprio et Albert de Monaco, sont remarquables par leur caractère immédiatement opérationnel, la qualité des projets candidats au financement et leur capacité à être répliqué. Mais ces initiatives, quelle que soit leur valeur, ne doivent faire oublier une mobilisation étatique qui n’est pas à la hauteur des enjeux.

La CoP 21 avait consacré et mis en avant les îles et territoires insulaires, petits par leur surface terrestre mais grands territoires maritime. L’Accord de Paris insistait en particulier sur l’importance d’un accompagnement à la résilience, à l’adaptation et à l’atténuation des émissions  de ces îles et territoires insulaires.mais, ils  sont malheureusement inaudibles en ce début de CoP 22. Le Maroc a invité les petits Etats Insulaires, mais l’agenda de négociation ne leur permet pas une expression à la hauteur des enjeux.

D’un point de vue symbolique, il est essentiel, si il est encore temps, de tout mettre en oeuvre pour que la mobilisation sur l’océan de Juin 2017 ainsi que la prochaine Conférence des Parties puissent non seulement être présidées par Fidji, mais également avoir lieu sur le sol Fidjien et dans l’océan Pacifique.

M. Anthony Lecren, Ministre de l’Environnement et des Affaires Coutumières de Nouvelle-Calédonie, initiateur des Oceania Meetings, précise « il n’y a pas de compétition, mais un océan de solidarité entre le Pacifique et l’Afrique, dont le Maroc est au cœur. Nous devons désormais avancer beaucoup plus vite, et beaucoup plus concrètement. C’est pourquoi nous allons mettre en place, en 2017, le Green Pasifik Festival permettant de rendre concrète pour tous la nécessaire transition écologique de nos territoires terrestres et marins. C’est une manière concrète de mettre en mouvement toutes nos forces des territoires, des associations et des entreprises, en n’oubliant ni les échanges culturelles, ni les réalisations concrètes, ni les solidarités humaines ».

M. Bran Quinquis, Délégué intergouvernemental au dérèglement climatique pour la Polynésie Française, enchaîne « avec le Polynesian Leaders Group, nous mettons en place les outils et moyens pour améliorer notre résilience, tant en atténuation qu’en adaptation, et pour protéger notre océan commun, principal régulateur du climat mondial. Mais nous avons besoin d’être soutenus, notamment car les moyens mobilisés ne sont que très partiellement à la hauteur du dérèglement climatique que nous subissons. Et ce, de manière coordonnée avec tous nos collègues des grands pays océaniques. »

Demandée par le Président François Hollande en prévision de la CoP 21, la Déclaration des Droits de l’Humanité peut permettre dans ce contexte d’apporter des outils juridiques adaptés à la transition écologique et humaine  que nos sociétés réclament. Le groupe de travail ayant conduit à cette déclaration, présidée par Mme Corinne Lepage, a été très présent lors de cette première partie de la CoP. Il a notamment obtenu la reconnaissance de l’Union des Comores, via son président M. Azali Assoumani, qui devient ainsi le premier chef d’Etat à reconnaître la déclaration.

Mme Corinne Lepage, avocate, ancienne ministre et coordinatrice de la mission sur la Déclaration des Droits de l’Humanité, déclare : « nous avons de nombreux Etats intéressés par la Déclaration. Les territoires, en particulier les Régions et villes capitales suivent actuellement l’exemple donné par Paris et Strasbourg, premières villes ayant reconnu cette déclaration des Droits de l’Humanité. Dans un contexte où les conférences des parties doivent démontrer des acquis concrets par rapport à leurs parties prenantes, cette Déclaration est un très bon outil, à reconnaitre rapidement et mondialement pour marquer concrètement la mise en action du cadre ratifié de l’Accord de Paris ».

Mme Houria Tazi Sadeq, Présidente de la Coalition Marocaine pour l’Eau, témoigne « La COP 22 a,  après 21  COP , replacé la question de l’eau à sa juste place. Première victime des changements climatiques, l’eau se révèle via les INDC être LA priorité des pays du Continent africain. C’est une question transversale, qui  devrait être abordée selon une approche globale dans le cadre du cycle de l’eau. Dès lors le littoral, cet entre deux entre la terre et la mer , exige une attention complémentaire. La résilience pour le Continent africain passe par des mécanismes multi acteurs, un financement conséquent, le renforcement des capacités et surtout une solidarité. C’est pourquoi la Déclaration pour l’Humanité se présente comme un texte pertinent qui renforcerait le droit a l’eau et encouragerait à son effectivité! »

Nicolas Imbert, directeur de Green Cross, confirme « Il y a donc urgence, dans les 72 heures de négociation restant, à agir concrètement pour que cette CoP 22 soit vraiment la conférence des solutions, par des financements à la hauteur des engagements déjà pris, par une meilleure mobilisation vis-à-vis des territoires insulaires, et par une transition écologique de nos sociétés, via notamment la Déclaration des Droits de l’Humanité. Ceci est encore possible, mais doit faire l’objet d’une volonté politique et opérationnelle de chaque instant. »

En conclusion,  Jean-Michel Cousteau, Président de Green Cross France et Territoires, Chairman de Green Cross International, confirme « en assurant la transition écologique de nos économies, nous avons l’opportunité de créer des millions de jobs non délocalisables. C’est comme ceci que l’espèce humaine sera capable de prendre les mesures pour se sauver elle-même. Agissons maintenant encore plus et plus vite, il y a urgence ! Et commençons en 2017 par sortir les déchets plastiques de l’océan, en changeant nos comportements et en réparant la planète. »

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/la-cop-22-une-cop-de-transition-mais-aussi-dadaptation/

Nov 17 2016

Cop 22: debrief avec le Comité 21 le 21 novembre, Paris, 19 à 21h

Green Cross est aux côtés du Comité 21 pour la CoP 22, et sera à ses côtés pour le débrief de la conférence climat, le lundi 21 novembre 2016 de 19h à 21h, à l’Aérogare des Invalides (Transit – 2, rue Robert Esnault-Pelterie – 75007 Paris). Inscription en ligne sur https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfEbaUx2nWaBuKw2ZiK7KiYG7WsLquIG5BQO_T288tXbpDC2Q/viewform

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cop-22-debrief-et-focus-sur-les-financements-2-evenements-a-venir/

Nov 16 2016

Décryptage de la CoP 22 – Mercredi 16 novembre, 12h

La CoP22, qui entame ce jour son segment présidentiel notamment, en présence du Roi du Maroc Mohammed VI et du Président de la République Française François Hollande, n’a désormais plus que 72 heures pour aboutir à un accord des solutions, concret et à la hauteur des enjeux.

Le temps presse. Les thématiques de l’eau et l’agriculture connaissent des avancées, notamment par une mobilisation de l’Afrique qui se structure de plus en plus concrètement.

Le financement apparaît , une fois de plus, comme l’un des sujets les plus délicats. L’évolution récente de la situation géopolitique rendant difficile un accord global concret et des dotations immédiates permettant dès maintenant de mobiliser les investissements.

Dans ce contexte, les initiatives des acteurs non-étatiques, et notamment la création du fond vert pour les femmes sous l’égide du R20+, des fondations Schwarzenegger et Di Caprio, sont remarquables par leur caractère immédiatement opérationnel, la qualité des projets candidats au financement et leur capacité à être répliqué. Mais ces initiatives, quelle que soit leur valeur, ne doivent faire oublier une mobilisation étatique qui n’est pas à la hauteur des enjeux.

La CoP 21 avait consacré et mis en avant les îles et territoires insulaires, petits par leur surface terrestre mais grands territoires maritime. L’Accord de Paris insistait en particulier sur l’importance d’un accompagnement à la résilience, à l’adaptation et à l’atténuation des émissions  de ces îles et territoires insulaires.mais, ils  sont malheureusement inaudibles en ce début de CoP 22. Le Maroc a invité les petits Etats Insulaires, mais l’agenda de négociation ne leur permet pas une expression à la hauteur des enjeux.

M. Anthony Lecren, Ministre de l’Environnement et des Affaires Coutumières de Nouvelle-Calédonie, initiateur des Oceania Meetings, précise « il n’y a pas de compétition, mais un océan de solidarité entre le Pacifique et l’Afrique, dont le Maroc est au cœur. Nous devons désormais avancer beaucoup plus vite, et beaucoup plus concrètement. C’est pourquoi nous allons mettre en place, en 2017, le Green Pasifik Festival permettant de rendre concrète pour tous la nécessaire transition écologique de nos territoires terrestres et marins. C’est une manière concrète de mettre en mouvement toutes nos forces des territoires, des associations et des entreprises, en n’oubliant ni les échanges culturelles, ni les réalisations concrètes, ni les solidarités humaines ».

M. Bran Quinquis, Délégué intergouvernemental au dérèglement climatique pour la Polynésie Française, enchaîne « avec le Polynesian Leaders Group, nous mettons en place les outils et moyens pour améliorer notre résilience, tant en atténuation qu’en adaptation, et pour protéger notre océan commun, principal régulateur du climat mondial. Mais nous avons besoin d’être soutenus, notamment car les moyens mobilisés ne sont que très partiellement à la hauteur du dérèglement climatique que nous subissons. Et ce, de manière coordonnée avec tous nos collègues des grands pays océaniques. »

Demandée par le Président François Hollande en prévision de la CoP 21, la Déclaration des Droits de l’Humanité peut permettre dans ce contexte d’apporter des outils juridiques adaptés à la transition écologique et humaine  que nos sociétés réclament. Le groupe de travail ayant conduit à cette déclaration, présidée par Mme Corinne Lepage, a été très présent lors de cette première partie de la CoP.

Mme Corinne Lepage, avocate, ancienne ministre et coordinatrice de la mission sur la Déclaration des Droits de l’Humanité, déclare : « nous avons de nombreux Etats intéressés par la Déclaration. Les territoires, en particulier les Régions et villes capitales suivent actuellement l’exemple donné par Paris et Strasbourg, premières villes ayant reconnu cette déclaration des Droits de l’Humanité. Dans un contexte où les conférences des parties doivent démontrer des acquis concrets par rapport à leurs parties prenantes, cette Déclaration est un très bon outil, à reconnaitre rapidement et mondialement pour marquer concrètement la mise en action du cadre ratifié de l’Accord de Paris ».

Mme Houria Tazi Sadeq, Présidente de la Coalition Marocaine pour l’Eau, témoigne « La COP 22 a,  après 21  COP , replacé la question de l’eau à sa juste place. Première victime des changements climatiques, l’eau se révèle via les INDC être LA priorité des pays du Continent africain. C’est une question transversale, qui  devrait être abordée selon une approche globale dans le cadre du cycle de l’eau. Dès lors le littoral, cet entre deux entre la terre et la mer , exige une attention complémentaire. La résilience pour le Continent africain passe par des mécanismes multi acteurs, un financement conséquent, le renforcement des capacités et surtout une solidarité. C’est pourquoi la Déclaration pour l’Humanité se présente comme un texte pertinent qui renforcerait le droit a l’eau et encouragerait à son effectivité! »

Nicolas Imbert, directeur de Green Cross, confirme « Il y a donc urgence, dans les 72 heures de négociation restant, à agir concrètement pour que cette CoP 22 soit vraiment la conférence des solutions, par des financements à la hauteur des engagements déjà pris, par une meilleure mobilisation vis-à-vis des territoires insulaires, et par une transition écologique de nos sociétés, via notamment la Déclaration des Droits de l’Humanité.

Ceci est encore possible, mais doit faire l’objet d’une volonté politique et opérationnelle de chaque instant. »

En conclusion,  Jean-Michel Cousteau, Président de Green Cross France et Territoires, Chairman de Green Cross International, confirme « en assurant la transition écologique de nos économies, nous avons l’opportunité de créer des millions de jobs non délocalisables. C’est comme ceci que l’espèce humaine sera capable de prendre les mesures pour se sauver elle-même. Agissons maintenant encore plus et plus vite, il y a urgence ! Et commençons en 2017 par sortir les déchets plastiques de l’océan, en changeant nos comportements et en réparant la planète. »

Vous trouverez également de nouvelles vidéos sur la WebTV:

  • Bran Quinquis, délégué interministériel de Polynésie Française au déréglement climatique: https://vimeo.com/191243638
  • Gino van Begin, secrétaire général d’ICLEI (en anglais): https://vimeo.com/191731970
  • Sylvie Fayolle, vice-présidente de Saint-Etienne Métropole en charge du développement durable: https://vimeo.com/191736774
  • Maina Sage, députée de Polynésie Française, qui réaffirme qu’il ne peux pas y avoir de migration positive: https://vimeo.com/191241719
  • Michel Prieur, président du Centre International de Droit Comparé de l’Environnementhttps://vimeo.com/191100756
  • Jean Launay, Président du Partenariat Français pour l’Eau, qui s’exprime lors de la Journée Eau à la CoP22: https://vimeo.com/190775795
  • Nicolas Imbert, directeur de Green Cross France et Territoires, qui salue la création de la Coalition Marocaine pour l’Eau, dont Green Cross est partenaire: https://vimeo.com/190946182

 

Notre plaidoyer

Les conférences climat ne réussissent que si elles sont portées par des élans citoyens. Plus que jamais, il est essentiel de se mobiliser pour des avancées climat concrètes, à la hauteur des enjeux, et d’obtenir une mise en place rapide et concrète de l’Accord de Paris. Car il y a urgence.

La COP21 de Paris a été historique (cf. cop21.mobi) car elle a enregistré un accord global, l’Accord de Paris, qui entrera en vigueur le 4 novembre 2016, et permet d’avoir des contributions nationales concrètes (INDC puis NDC) précisant les engagements de chacun pour réaliser cet accord.

A ce jour, 84 pays représentant 61% des émissions carbone de la planète, ont ratifié l’Accord. Après cet accord historique, la COP22 se veut être celle de l’action, dans la continuité de la COP21.
AncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncre

Les 5 axes de la COP22 annoncés par le gouvernement marocain

Axe 1 : Être dans la continuité de l’accord de Paris
Axe 2 : Maintenir l’élan de mobilisation impulsé par l’ensemble des parties
Axe 3 : Réduire les émissions de gaz à effets de serre d’ici 2020
Axe 4 : Consolider la mobilisation des acteurs non-étatiques
Axe 5 : Développer le système financier Fond vert pour le climat impulsé par la COP15 de Copenhague

LES 11 OBJECTIFS DE GREEN CROSS POUR LA COP 22

7 objectifs relevant de la négociation :

  1. Accroître rapidement, et d’ici à mi-2017, la ratification de l’Accord de Paris, et s’assurer de la bonne mise en place de ces engagements
  2. Mieux faire reconnaitre les liens entre santé, climat et environnement, ainsi que l’importance d’une approche inclusive de la santé environnementaleAncreAncre
  3. Continuer la publication des INDC, et vérifier la bonne transcription des INDC en NDCAncreAncre
  4. Développer l’accès aux financements, tant en adaptation et en atténuation, pour les territoires les plus vulnérables
  5. Développer la reconnaissance et la mise en réseau des savoirs traditionnels
  6. Reconnaître et faire reconnaître la Déclaration des Droits et Devoirs de l’Humanité (DuDHu) comme outil juridique structurant pour la transition écologique des territoires
  7. Mettre en place une stratégie inclusive et opérationnelle de coopération et de coconstruction internationale sur la préservation de l’océan, en commençant par le littoral

4 objectifs relevant des territoires :

 

  1. Mettre en place des schémas et plans d’adaptation opérationnels et territorialisés
  2. Développer ou accélérer des politiques territoriales ambitieuses de transition écologique
  3.  Généraliser les démarches d’économie circulaire territoriale
  4. Encourager la co-construction territoriale

 

POUR EN SAVOIR PLUS

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre Guide de la CoP22, en 48 pages.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/decryptage-de-la-cop-22-mercredi-16-novembre-12h/

Nov 13 2016

CoP 22 – nos événements pour le 14 novembre

Ce 14 novembre est la journée du Sommet des Elus Locaux pour le Climat. Dans la continuité de nos travaux effectués avec les territoires sur la résilience, sur l’économie circulaire et la coopération, et sur l’océan et le littoral, nous serons au côté des Elus et réseaux partenaires en cette journée.

Nous avons par ailleurs un événement ouvert à toutes et tous, en zone verte, espace territoires, sur le stand du Comité 21, de 16h00 à 16h45 le 14 novembre, sur le thème « économie circulaire et climat – quels enjeux ?« .

Nous avons également le regret d’informer celles et ceux qui n’ont pas encore reçu confirmation de leur inscription que les petits-déjeuners des 14 et 15 novembre sont désormais complets.

N’hésitez pas, si vous n’êtes pas avec nous à Marrakech, à retrouver les premières photos de la COP22 sur https://www.facebook.com/GCFetT/, régulièrement mis à jour, et à suivre nos contenus sur la webTV, en particulier:

  • Maina Sage, députée de Polynésie Française, qui réaffirme qu’il ne peux pas y avoir de migration positive: https://vimeo.com/191241719
  • Michel Prieur, président du Centre International de Droit Comparé de l’Environnementhttps://vimeo.com/191100756
  • Jean Launay, Président du Partenariat Français pour l’Eau, qui s’exprime lors de la Journée Eau à la CoP22: https://vimeo.com/190775795
  • Nicolas Imbert, directeur de Green Cross France et Territoires, qui salue la création de la Coalition Marocaine pour l’Eau, dont Green Cross est partenaire: https://vimeo.com/190946182

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cop-22-nos-evenements-pour-le-14-novembre/

En 2017, sortons le plastique de l’océan – le 11 novembre à la CoP 22

Rejoignez la conférence organisée par Green Cross et la coalition climat: objectif OCEAN, le 11 novembre à 11h à Marrakech, sur le site de la CoP 22, zone verte, salle Bouregreg.

Ancré au cœur de nos vies, le plastique est désormais présent sur tous les océans. Des pôles à l’équateur, aucune région du globe n’est épargnée. Ces plastiques, qui souvent n’ont passé que quelques minutes entre les mains de leurs utilisateurs, portent atteinte à la vie marine et aux oiseaux, altèrent la qualité des eaux, influencent l’activité planctonique et le climat.

Les résultats récents issus des expéditions marines nous montrent d’une part l’importance des stocks présents sur les différents océans, d’autre part la nocivité pour l’homme et le milieu, principalement issue des additifs que ce plastique contient (métaux lourds, perturbateurs endocriniens…), et l’urgence à agir.

Les solutions sont disponibles: il s’agit d’une part de tarir le gisement par un retour plas rapide et plus massif à l’économie circulaire, en commençant par les sacs plastiques et la vaisselle jetable, d’autre part de mettre en place les innovations technologiques et les modèles économiques pour récupérer les plastiques déjà en mer. 2017 est le moment de mettre en oeuvre ces solutions, par une coopération opérationnelle, à l’échelle des territoires, avec le soutien de toutes les parties prenantes. C’est maintenant que ceci peut être acté.

C’est pourquoi Green Cross et la coalition climat: objectif OCEAN vous convient, le 11 novembre à 11h, à un side-event  dans le cadre de la CoP22, à Marrakech, en zone verte, salle Bouregreg, sur le thème « 2017: sortons les plastiques de l’océan ».

Cette conférence, initiée par une brève présentation du film « Wonders of the Sea » de Jean-Michel Cousteau, prendra la forme de 3 tables rondes:

  • 1ère table ronde – 25 minutes – pourquoi nous avons choisi de nous mobiliser maintenant, de manière complémentaire, pour lutter contre la pollution plastique de l’océan ? 
  • 2ère table ronde –  25 minutes – le rôle des expéditions, prise de conscience, éducation, identification et prototypage de pistes de solution – entre sciences et citoyenneté
  • 3ère table ronde –  25 minutes – comment va-t-on se mettre en mouvement pour  pistes de solution peut-on mettre en place en 2017 – tarir le flux et récupérer le gisement (débat – 3 minutes chacun en réponse à une question, pas de slide)

Parmi les premiers orateurs confirmés: Yvan Bourgnon (The Sea Cleaners), Patrick Deixonne (7ème continent), Bruno Dumontet (Expédition MED), Luc Hardy (Sagax), Dominique Héron (ICC France), François-Michel Lambert (Institut de l’Economie circulaire), Anthony Lecren (Ministre de l’Ecologie de Nouvelle-Calédonie), Corinne Lepage (avocate), Houria Tazi Sadeq (Coalition Marocaine pour l’eau), Bouchta El Moumni (Université Abdelmalek Essaadi), Pierre Victoria (Veolia), Bran Quinquis (délégué interministériel en charge du Climat pour le gouvernement de Polynésie Française), Génération Responsable et le R20+…

Venez nombreux: entrée libre sur le site de la CoP22, zone verte. Renseignements: cop22@gcft.fr 

Il est également possible d’agir pour l’océan et l’économie circulaire en consultant nos ouvrages « Océan: des clés pour agir » et « Economie Circulaire et coopération décentralisée: des clés pour agir », disponibles sur le site www.desclespouragir.fr

Nos autres événements pour la CoP 22

Vous pouvez télécharger ici notre ESSENTIEL DE LA COP22, ainsi que le GUIDE DETAILLLE DE LA COP22,régulièrement actualisés.

Parmi les événements principaux des prochains jours:

  • ce 10 novembre, 17h, conférence en zone verte, espace conférences, salle 7: une économie verte pour des sociétés résilientes, durables et prospères,
  • le 11 novembre de 15h à 16h30, projection du film « A la Poursuite de l’Endurance », de Luc Hardy, suivie d’un débat,
  • le 12 novembre de 14h30 à 18h30, colloque « Guerre, Paix et Climat », à l’Institut Français de Marrakech,
  • le 14 novembre de 16h à 16h45, zone verte, espace territoires, agora Comité 21: économie circulaire et climat: quels enjeux ? Regards croisés.
  • le 15 novembre de 15h à 16h30, zone verte, salle à confirmer: contribution des enseignes de commerce organisé au déploiement des solutions dédiées en Afrique,
  • le 16 novembre de 14h à 15h30, zone verte, salle à confirmer: journée MEDCOP – quels engagements pour la mer et le littoral,
  • le 17 novembre de 13h à 14H30, zone vete, espace conférences, salle 7: Youth on the Move: a new perspective on climate migration.

 

Et, pour suivre la CoP22 en direct:

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/en-2017-sortons-le-plastique-de-locean/

Articles plus anciens «