Archives de l’étiquette : ParisClimat2015

Climat : Objectif OCEAN – co-construisons les propositions de l’économie bleue

 

COP21-labelColloque du 8 juin 2015

Page actualisée au 11 mars 2016.

Notre événement du 8 juin a été un grand succès….vous trouverez ci-joint :

Une vingtaine d’intervenants, représentatifs des acteurs de l’économie de la mer, des réseaux des collectivités locales, d’associations et d’acteurs économiques, ont souligné le rôle essentiel joué par l’océan dans la régulation du climat et de l’ensemble des grands équilibres de notre planète. Ne se contentant pas d’alerter sur la nécessité de préserver un océan en bonne santé, les intervenants ont également présenté des solutions existantes et initiatives en cours, réplicables ou inspirantes. De la Nouvelle-Calédonie à la Colombie, nombre de projets se structurent pour créer une véritable économie bleue. Des éléments de synthèse des différentes interventions seront disponibles très prochainement.

Rassemblant plus de 150 participants à l’Agence Spatiale Européenne, cette rencontre a également abouti à la signature de la Déclaration de Paris sur l’Ocean. Le texte est constitué de quatre propositions et dix-huit engagements et voies de réalisation précises et concrètes – les thèmes abordés: gestion harmonisée des activités littorales, alimentation et santé des océans et des Hommes, transport et navires du futur, sécurité et surveillance pour le développement durable.

declaration_paris

Au 11 mars, la présente déclaration a été signée par les organisations suivantes :

  • ACB – Réseau des bretons d’influence, ACIDD, ALMAE, ARF – Association des Régions de France, Armateurs de France, Association des EcoMaires, Association MerTerre, AUGEO Africa, Bio Thau, Bridgers One, Cerpac, Climates, Club France Développement Durable, Cluster Maritime Français, Collège des Directeurs du Développement Durable, Comité 21, Conect, Crédit Agricole SA, Cyclamed, Décider Ensemble, Durapole, Earth Guardians, Ecocean, Eco DDS, Ecologie Sans Frontière, ECOSYS Group, Energies de la Mer, End Ecocide on Earth, ESA, European Partners for the Environment, Expédition 7ème continent, Fédération des Industries Nautiques, Fondation 2019, Fondation Ensemble, Fondation GoodPlanet, Fondation Malpelo et Autres Ecosystèmes Marins, Fondation Nature et Découvertes, Fondation Watertrek, Forum China Europa, Forum de la Mer, France Libertés, France Nature Environnement, Forest Sterwardship Council, GICAN, GREEN, Green Cross France et Territoires, Green Cross International, Groupe SOS, Humanbe, Initiative for Africa, Institut de l’Economie Circulaire, Institut Michel Serres, IPAG Business School, JB Conseils en Énergies Renouvelables, Les Ateliers de la Terre, La Boudeuse, Métamorphose Outremers, Missions Publiques, Moana nui, Monde Volontaire au Développement, Oceania 21, Ocean Futures Society, Open agrifood Orléans, Orée, Pax Arctica, PlanetSolar, R20, Race For Water, Seafood Fusion, SeaOrbiter, SER, SICR, Sunaxon, Tecensys, The Bridge Tank, WWF, YB-FR…

Les personnalités qualifiées suivantes ont également signé la déclaration :

  • Jean-Luc Aigoin, M. Mehdi Alaoui Mdaghri, M. Mounir Beltaifa, Pr Robert Bell, M. Patrice Comte, Mme Céline Cousteau, M. Fabien Cousteau, Mme Laurence Eymard, M. Gregory B. Gallagher, M. Anthony Lecren, Mme Corinne Lepage, Mme Houria Tazi Sadeq, M. Gino Van Begin, Mme Séverine Vasselin

Ce texte désormais disponible également sur le site http://www.cop21.mobi.

Si vous souhaitez signer ce texte au nom d’une organisation, merci de contacter contact@cop21.mobi

La présente déclaration a été initiée le 8 juin 2015, à l’issue du colloque organisé par Green Cross à l’Agence Spatiale Européenne, à Paris, pour la Journée Mondiale des Océans. Elle a également été présentée et discutée à la Global Conference 2015 des Ateliers de la Terre, et dans le cadre de l’Atelier adaptation du Sommet Mondial Climat et Territoires et remise à Ségolène Royal le 31 aout dernier. Elle a fait l’objet d’une conférence le 3 décembre 2015 aux espaces Générations Climat au Bourget pendant la COP21, conclue par la Ministre du Développement et de la Francophonie, Mme Annick Girardin. Elle reste ouverte aux signatures.

 

Nous avons soumis ces propositions aux votes des participants, ce qui a été très suivi et apprécié, et a fait ressortir 7 priorités:
  • réaffirmer l’espace marin comme propice aux activités humaines durables pour améliorer les conditions de vie et compléter les écosystèmes terrestres (notamment via un développement serein des énergies marines et renouvelables en mer),
  • développer la fiscalité verte et bleue (carbone, biodiversité…) via des initiatives volontaires, mises en place par plaque géographique et ensuite défendues au niveau international,
  • créer des filières d’économie circulaire, en commençant par les eaux de ballast, le traitement des résidus pétroliers et l’économie circulaire portuaire,
  • mettre en place un processus international pérennisant la préservation de l’Antarctique et son statut international, et assurer une gouvernance durable et apaisée de l’Arctique,
  • développer en partenariat avec les parties prenantes les aires marines protégées, qui démontrent la pertinence d’une reconquête des écosystèmes,
  • accélérer le recueil open data des données sur la santé des océans,
  • rendre les labels plus inclusifs et encourager leur utilisation, en particulier dans l’alimentation.

 

 

 

QUELQUES PHOTOS

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference.

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference, Jaques Rougerie, Boris Federovski, Dominique Martin Ferrari

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference.

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference, Michel Sabban, President of R20.

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference.

Contexte

Green Cross coordonne au premier semestre 2015, la tenue d’un forum multi-acteurs Economie Bleue et Stratégie Maritime pour ParisClimat2015 en vue de mobiliser l’ensemble des réseaux maritime, suffisamment en amont de la Conférence Paris Climat 2015, et d’obtenir un accord concret, ambitieux pour le climat et pour l’environnement.

Le monde de la mer est un pilote idéal pour accélérer la lutte contre le dérèglement climatique : d’une par eu égard à la maritimisation du monde, d’autre part par l’universalité des solutions qu’il peut y apporter, de par le caractère continu des océans.

Ce forum est en deux étapes : une séance de travail qui s’est tenue le 9 avril, et une séance de restitution et de mobilisation lors de la Journée Mondiale des Océans, le 8 juin, à l’Agence Spatiale Européenne, à Paris.

Objectifs du forum

Dans un contexte pré-ParisClimat2015 très chargé en événements, le Forum peut se dégager en construisant la proposition concrète d’un objectif climat consolidé entre tous les acteurs, notamment sur les sujets-clé climat et santé des océans, alimentation santé et satisfaction des besoins humains, navire du futur, gestion du littoral. Le Forum aura une approche économique, et notamment s’attachera à mettre en rapport l’opportunité et le coût financier de l’inaction.

Pour mémoire – séance de travail du 9 avril 2015

Un grand merci à tous les participants venus à cette belle journée de travail – une synthèse sera très prochainement mise en ligne .

Programme_9_avril

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/climat-objectif-ocean-co-construisons-les-propositions-de-locean/

Déc 12 2015

CoP21: Green Cross salue un accord historique à Paris

Green Cross salue un accord historique à Paris, et remercie l’ensemble des équipes de négociation française, péruvienne et marocaine pour la qualité du travail accompli: http://bit.ly/ParisAgreement20151212

La prochaine étape essentielle sera la signature et l’entrée en vigueur de l’accord, espérée le 22 avril, avec au moins 55 pays signataires représentant 55% des émissions carbone mondiales.

L’adaptation y est présentée d’une manière satisfaisante, la date de 2018 pour la révision des INDC est en ligne avec ce qu’il est possible de faire face à l’urgence climatique, et le texte reconnait le rôle des acteurs non-gouvernementaux, ainsi que la nécessité d’une approche concrète, opérationnelle, sur les teritoires. Ce qui rend très dense le chemin restant à accomplir par les présidences française et marocaine de la CoP pour instancier à Marrakech les engagements de Paris.

On est heureux également de voir disparaître parenthèses et crochets. Cet accord fera date, et permet de sortir de 5 ans d’errements par une réponse concrète, concertée et différenciée à l’urgence climatique. C’est remarquable, ne boudons pas notre joie ce soir.

Nos curseurs par rapport aux 8+1 mots-clés que doivent comporter un accord ambitieux
1 – Rôle des gouvernements locaux                                                

Reconnu dans le titre 5, point 135

2 – Suivi effectif et révision des engagements                                                                     

La feuille de route des INDC est reconnue, avec un point de rencontre en novembre 2016 et une cible 2°C (notons la subtilité d’écriture de l’article 17), et une première revoyure (facilitation dialogue entre parties, pas forcément contraignant mais transparent), en 2018

3 – Pertes et dommages                                               

Les titres 48 à 52 nous indiquent que rien n’est très neuf depuis Varsovie, les progrès seront probablement en annexe.

4 – Approche inclusive sur les territoires                              

Reconnaissance en préambule (donc non contraignant juridiquement) du rôle essentiel de la sécurité alimentaire (mais aucune mention à l’eau), ainsi que de l’océan.
L’article 2 insiste sur résilience et sécurité alimentaire, et en fait un élément important de la lutte contre le dérèglement climatique.

5 – Reconnaissance des savoirs traditionnels                                               
Mentionnée explicitement dans l’article 5, et par ailleurs reconnaissance des savoirs traditionnels comme élément important des démarches d’adaptation sur les territoires.
,
6 – Financement (à l’échelle des territoires)                                        
Le titre 54 confirme l’objectif de 100 milliards, avec un horizon fixé à 2025 et une approche intégrant adaptation et atténuation. L’essentiel des financements relèvera du multilatéralisme, et l’approche de fixer une cible, des modalités d’engagement, des conditions de transparence et de revue est la plus réaliste en droit et de facto.
7 – Accélération de la mise en réseau des solutions                               

Poursuite du LPAA au-delà de Paris, mais beaucoup reste à construire entre Paris et Marrakech.

8 – Droits humains                                            

Le terme « humankind » est expressément employé, dans le préambule, ouvrant la possibilité d’une reconnaissance rapide de la déclaration des droits et devoirs de l’humanite (http://www.humankindrights.org). L’équité intergénérationnelle est également mentionnée

Voici la citation intégrale:

Acknowledging that climate change is a common concern of humankind, Parties should, when taking action to address climate change, respect, promote and consider their respective obligations on human rights, the right to health, the rights of indigenous peoples, local communities, migrants, children, persons with disabilities and people in vulnerable situations and the right to development, as well as gender equality, empowerment of women and intergenerational equity,

+1 Evolution de la gouvernance pour la CoP22                    

L’obtention d’un accord, même si elle fut difficile, est désormais là. Bravo à toutes les délégations et au travail des présidences française, péruvienne et marocaine pour ce succès, qui sera opérationnalisé le 22 avril et à la CoP22 à Marrakech. On se réjouit que la confiance revient dans les négociations inter-nationales, et qu’il est possible de passer de la phase d’enlisement vécue de Copenhague à Paris pour tourner la page et enclencher à Paris une phase de coconstruction – il faudra veiller à la fois à une vision 2050, à une meilleure opérationnalité du système onusien et à des engagements tenus et revus.

____________________________________

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cop21-green-cross-salue-un-accord-historique-a-paris/

Déc 10 2015

Décryptage du texte du 9 décembre

Nous avons revu le texte du 9 décembre (http://bit.ly/UNFCCC_draft_dec09) à la lueur de nos 8+1 motsclés…et voici le résultat.

1                                                

Rôle des gouvernements locaux : l’article 15 ouvre la porte pour une intégration discrétionnaire, au cas par cas, d’acteurs non étatiques.

2                                                                      

Suivi effectif et révision des engagements : l’article 2 laisse encore les options ouvertes pour des visions très différentes de ce qu’est un engagement et un accord contraignant. C’est un point essentiel non encore tranché. Une section entière (article 9) est consacrée avec la transparence, avec une bonne volonté de principe mais floue au niveau de la méthode. La définition du mécanisme de compliance est reportée à plus tard (article 11). La mention spécifique à l’article 12.8 sur la présence de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique augure de peu de transparence sur la transition énergétique. L’article 19 permet une certaine flexibilité dans les amendements.

3                                                                                                                        

Pertes et dommages : non tranché (cf. article 5)

4                        

Approche inclusive sur les territoires : pp13: en préambule, la sécurité alimentaire est expressément mentionnée, ainsi que la vulnérabilité des systèmes agricoles. L’article 2.1 précise bien le rôle de la finance, mais omet les acteurs territoriaux. Les financements et transferts de technologies font l’objet de précisions vers plus de concret (article 6 à 8). Le « capacity building » est toujours défini de manière souveraine par pays, ce qui n’encourage pas la coopération décentralisée (article 8).

5                                                                                                             

Reconnaissance des savoirs traditionnels : pp11: en préambule, l’allusion explicite à la Terre Mère est une première étape. Rien de plus

6                                                                                                             

Financement à l’échelle des territoires : cf.point 4 – encore très flou. La porte est ouverte pour des options plus précises, plus pragmatiques. Traditionnellement les choses se débloquent en toute fin de CoP

4                        

Accélération de la mise en réseau des solutions : L’article 4 propose des axes de progrès sur l’adaptation, mais sans contrainte.

3                                                                                                                        

Droits humains : parenthèses et crochets -et c’est dommage,d’autant plus que la déclaration des droits de l’humanité a été diffusée ce matin à toutes les délégations (www.droitshumanite.fr).

Un petit peu différents des précédents, le dernier mot clé est en fait l’impact sur le processus des conférences des parties de la mise en œuvre des motsclés précédents dans le texte.

+1                                                                                                                        

Evolution de la gouvernance pour la CoP22 : beaucoup de propositions de méthode, mais des process très lourds et peu de subsidiarité.

Parmi les éléments intéressants, citons la mention en préambule (et donc sans valeur contraignante) de l’océan, au même rang que les écosystèmes terrestres et la Terre Mère.

En synthèse, beaucoup doit encore être accompli, et le chemin des solutions sera probablement plus celui qui mènera de la CoP21 à la CoP22 que celui des 72 prochaines heures. Nous restons dans un processus et un accord inter-national, beaucoup plus long qu’un engagement contraignant multi-latéral, et très peu des travaux des sommets préparatoires ont pu être repris. La solidarité avec les peuples du Pacifique reste au stade incantatoire, malheureusement. La convergence des mobilisations de sujets aussi complémentaires et différents que l’économie circulaire, les littoraux et océans, et l’alimentation est encouragée par le texte d’ici à la CoP22 et jusqu’à 2020, mais sans aucun caractère impératif. Est-ce suffisant par rapport à l’urgence ? Et ne faudrait-il pas mieux un 2°C avec une feuille de route permettant de ne pas le dépasser qu’un texte qui se donne l’illusion des 1,5°C et est dimensionné pour 2,5 à 3°C.

Prochains événements

  • 10 décembre, 14h – 17h, Grand Palais (entrée libre pour tous), Solutions CoP21, Paris: Conférence – Agora « Océan et économie circulaire »Accès libre pour tous.
  • 11 décembre, 17h45 – 19h00, Le Bourget : intervention de Nicolas Imbert lors du débat de Réseau Projection « Les solutions face aux risques climatiques en milieu urbain : expériences ouest-africaines ». Espace Générations Climat, le Bourget. Accès libre pour tous.

Clés de lecture du texte – Les 8 + 1 motsclés qui construiront un accord acceptable à Paris, ou non !  English version to follow – version PDF disponible ici

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/decryptage-du-texte-du-9-decembre/

Déc 05 2015

Mi-CoP21: texte en demi-teinte

Et si la CoP accouchait d’une souris, d’un accord à minima ? Le 5 décembre est action day, la journée de l’action, et malheureusement de ce point de vue, le texte proposé ce jour est plutôt décevant. Chacun peut se faire son idée sur http://www.cop21.gouv.fr/en/the-new-draft-agreement-is-online/

On note en particulier la reconnaissance du rôle des gouvernements locaux qui a disparu, celle des savoirs traditionnels également – les éléments les plus concrets proposant des objectifs et des axes de travail sur l’océan et l’eau, l’agriculture et l’alimentation, la transition énergétique des territoires….ne sont plus là non-plus. Seule maigre source de consolation, une formule qui persiste, rattachement timidement les droits (et devoirs) humains et le dérèglement climatique.

Face à ceci, nous devons rester mobilisés: il est de la responsabilité de la société civile du pays d’accueil de mettre en place la pression opportune pour que les choses se passent.
Les side-events et travaux depuis le début de la CoP, si besoin était, les réelles réussites apportées par les approches inclusives, concrètes, opérationnelles, sur les territoires. Ces solutions se mettent en place, concrètement, au nord comme au sud: on parle eau littoral et océan, agriculture, transport, bâtiment, transition énergétique – ce sont des co-constructions entre les collectivités locales, les entreprises et les associations, englobant la science, les savoirs coutumiers, le partage d’expériences et la coopération décentralisée.
Pourtant, dans les négociations de la CoP, tout se passe ici et maintenant comme si le message fort des chefs d’état et de gouvernements avait été oublié sitôt prononcé…les négociateurs sont repartis dans l’approche techniciste sur lesquelles dont les CoP sont en départage depuis Copenhague au lieu de construire du consensus.
Il nous semble important que les parties, dès lundi matin :
  • entendent et mettent en oeuvre le message des chefs d’état et de gouvernement, reprenant les attentes fortes et largement partagées des sociétés civiles,
  • incorporent, dès la CoP21 et encore plus sur la trajectoire CoP21 / CoP21, les avancées concrètes des acteurs non étatiques, et fassent réellement du texte issu de la Cop21 la trajectoire des solutions, du concret, des engagements,
  • reformatent le dispositif de négociation pour une approche inclusive sur les territoires, intégratrice, et un agenda climat connecté aux agendas géopolitiques, économiques, sociaux.
Nous avons des outils pour ceci:
  • la référence à la Déclaration des Droits de l’Humanité (http://www.droitshumanite.fr) dans le texte commun,
  • la réinsertion dans le texte du rôle des gouvernements locaux, et de la nécessité d’une approche inclusive, intégratrice sur les territoires,
  • la mobilisation autour des engagements opérationnels, notamment ceux qui peuvent être pris via l’économie circulaire, les zones marines et littorales, l’évolution de l’alimentation, de l’agriculture et la transition écologique des territoires.
Et, plus que jamais, nous devons agir ! Maintenant
2015-12-01 16.36.30

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/mi-cop21-texte-en-demi-teinte/

Green Cross – notre agenda CoP21

PENDANT LA COP21 : EVENEMENTS ORGANISES PAR GREEN CROSS OU AVEC SON SUPPORT

  • 1er décembre
    • 12h – 13h : plateau TV dédié à la présentation de la position officielle du Comité 21 sur les négociations. Pavillon du Comité 21, espace Génération Climat, le Bourget
    • Les éléments de compte-rendu de cet événement sont disponibles ICI.
    • 15h – 18h, le Bourget : side-event Chine-Europe, intervention de Nicolas Imbert pour présenter le Texte commun aux côtés des rédacteurs chinois. Présence de l’exposition « Merveilles à Sauvegarder ». Salle 1, espace Génération Climat, le Bourget.
  • 2 décembre, 11h – 12h30, le Bourget : side-event World Summit Climate & Territories (WSCT). A 11h30, présentation de l’atelier Adaptation GCFT / ICC / ICLEI par Dominique Héron et Nicolas Imbert. Salle 4, espace Génération Climat, le Bourget
  • 3 décembre, 13h – 14h30, le Bourget : side-event Green Cross France et Territoires «Réparer et protéger l’océan pour s’assurer un climat serein et une humanité préservée, ParisClimat2015 – Objectif OCEAN ». Salle 1, espace Génération Climat, le Bourget
  • 4 décembre, 15h30 – 17h, Paris : Modération de la table ronde « Les transformations structurelles de l’Afrique » par Nicolas Imbert lors du Land of African Business. Hôtel de l’Industrie, salle Chaptal, Paris Programme En savoir plus
  • 4 décembre,  19h – minuit, Paris : Breakthrough night, la Nuit de l’innovation, Grand Palais, Paris Programme En savoir plus
  • 5 décembre,  13h20 – 14h, Le Bourget : plateau-TV « Eau et océans : comment éviter les scénarios catastrophes du futur à l’heure de la COP21 » pavillon des solutions Comité 21, en partenariat avec le Partenariat Français pour l’Eau
  • 5 décembre,  18h, Paris : Appel pour la solidarité climatique, GERES. Grand Palais, Paris
  • 6 décembre, 16h15-17h, Paris : Agora du Club France « La Charte des droits de l’Humanité » : Présentation par Corinne Lepage et Bettina Laville, Grand Palais, Paris.
  • 6 décembre, 18h, Paris : Projection-débat du film « A la poursuite de l’Endurance » de Bertrand Delapierre, produit par Luc Hardy, Grand Palais, Paris.
  • 6 décembre, 20h, Paris : Projection-débat du film « Nos enfants nous accuseront» de Jean-Paul Jaud. Cinéma Les 7 Parnassiens en présence de Nicolas Imbert. 98, boulevard du Montparnasse, Paris 14e
  • 8 décembre, 17h00 – 19h00, Grand Palais (entrée libre pour tous), Solutions CoP21, Paris: Echanges d’experts sur les solutions issues de la sphère politique, des ONGs et des entreprises face au défi climatique: avec Isabelle Autissier, présidente du WWF France, Corinne Lepage, femme politique et avocate, et Nicolas Imbert, Directeur Général de Green Cross France et Territoires. Illustration à travers le témoignage d’Arjowiggins Graphic. Table-ronde animée par Christine Oberdorff, rédactrice en chef d’Ushuaïa TV. Accès libre pour tous.
  • 9 décembre, 9h00 – 11h, le Bourget, zone bleue (badge UNFCCC requis) : événement autour de la Déclaration des droits et devoirs de l’Humanité, pavillon de la France.
  • 9 décembre, 15h30 – 16h15, Grand Palais (entrée libre pour tous), Solutions CoP21, Paris: Conférence – Agora « Diplomatie et Outremer »,  avec Nicolas Imbert, Luc Laventure, Bettina Laville, Dominique Martin-Ferrari…Accès libre pour tous.
  • 10 décembre, 14h – 17h, Grand Palais (entrée libre pour tous), Solutions CoP21, Paris: Conférence – Agora « Océan et économie circulaire ». Accès libre pour tous.
  • 11 décembre, 17h45 – 19h00, Le Bourget : intervention de Nicolas Imbert lors du débat de Réseau Projection « Les solutions face aux risques climatiques en milieu urbain : expériences ouest-africaines ». Espace Générations Climat, le Bourget. Accès libre pour tous.

 

 

 

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cop21-notre-agenda-de-fin-dannee/

Déc 03 2015

webTV tv.cop21.mobi –> actualisée quotidiennement

 

______________

L2015-11-27 13.50.15a webTV Green Cross est en ligne sur https://vimeo.com/channels/cop21paris

Les thématiques

La transition énergétique, une réalité sur les territoires – Web TV Green Cross 

https://vimeo.com/channels/cop21paris

  • Damien Carême, maire de Grande Synthe
  • Pierre Astruc, secrétaire général de GRTgaz
  • Jean-Yves Leber, créateur de Fenix International
  • Débat animé par Sonia Henry, depuis les locaux de la Française Group

Iles et espaces littoraux, sentinelles du climat

https://vimeo.com/channels/cop21paris

  • Anthony Lecren, ministre de l’environnement et des affaires coutumières, Nouvelle-Calédonie
  • Maina Sage, députée de Polynésie
  • Houria Tazi Sadeq, membre du Conseil National des Droits de l’Homme Marocain,
  • Débat animé par Chloé Nabédian, depuis le pavillon marocain à SolutionsCoP21, au Grand Palais

Entreprendre au féminin pour le climat

https://vimeo.com/channels/cop21paris

  • Christiane Albert, directrice du SICR, fondatrice du cluster CREER, la Réunion
  • Nadège Batou, réalitrice au Congo,
  • Marie-Anne Isler Beguin, signCoP21
  • Dominique Martin Ferrari, WECF
  • Débat animé par Nicolas Imbert, depuis les locaux de la Française Group

Les Chefs d’Etat seront-ils au rendez-vous de la CoP21 ?

Avec des interviews exclusives :

La mobilisation des territoires

L’implication citoyenne à la CoP21  

Protéger les océans pour un climat serein et une humanité préservée

Eau, océan et climat

Retrouvez le plateau TV du Partenariat Français pour l’Eau et de Green Cross sur le compte Youtube du Partenariat Français pour l’Eau :https://www.youtube.com/watch?v=1dnKdL1MpIk&feature=youtu.be

Entreprendre et investir pour le climat

Retrouvez ici-même Michèle Sabban

Michèle Sabban – webTV Green Cross from GCFT on Vimeo.

 

Retrouvez également Sebastian Copeland

Sebastian Copeland – webTV GreenCross from GCFT on Vimeo.

 


Xavier Lépine – webTV Green Cross from GCFT on Vimeo.

 

Delphine Blumereau – webTV Green Cross – tv.cop21.mobi from GCFT on Vimeo.

 

Renaud Prouveur – tv.cop21.mobi from GCFT on Vimeo.

 

 

Pierre Nougué – tv.cop21.info from GCFT on Vimeo.

Yves Mathieu – tv.cop21.mobi from GCFT on Vimeo.
Notre caméra sera également présente demain et les prochains jours, au Bourget et dans le centre de Paris, et ira à la rencontre de tous les impliqués – avec une édition par jour, tous les soirs avant 20h, et des surprises au fil de l’eau – la bande-annonce est ici: https://vimeo.com/147231941

 

Anne Ged – tv.cop21.mobi from GCFT on Vimeo.

Qu’attendre de la COP21 ? Plateau TV au Bourget le 1er décembre 2015.

Thanh-Tam Le – webTV Green Cross from GCFT on Vimeo.

 

La transition énergétique, une réalité sur les territoires – Web TV Green Cross sur vimeo

N’hésitez pas dès maintenant à propager notre webTV sur les réseaux sociaux, à vous abonner et à relayer notre chaîne https://vimeo.com/channels/cop21paris et le site http://tv.cop21.mobi.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/webtv-tv-cop21-mobi-lancement-lundi-30-decembre/

Nov 11 2015

Bénévoles – aider Green Cross pendant la CoP21

Nos recherchons 10 bénévoles pour Green Cross France et Territoires, pendant la CoP21, entre le 30 novembre et le 10 décembre.
Votre aide nous sera particulièrement précieuse, il nous faut désormais nous organiser.
Pour ceci, vous trouverez l’agenda de Green Cross actualisé sur http://gcft.fr/WP/cop21-notre-agenda-de-fin-dannee/
Nous avons besoin, sur Paris et le Bourget, des rôles suivants:
– responsables photos, vidéos et synthèse des événements,
– accueil et du positionnement des invités, VIP et participants au conférence,
– régisseurs / aide-régisseurs pour les événements,
– tenue de stand,
– recrutement d’adhérents, mécènes et partenaires sur les événements.
Il est possible d’être bénévole pour 1/2 journée, 1 journée, plusieurs jours ou une semaine. Il est également possible de nous aider tous les matins / tous les midis / tous les WE.
Nous aurons également besoin de bénévoles:
– pour le Seafood Festival, à Brest (29) entre le 20 et le 22 novembre,
– pour le festival Naturellia (La Roche sur Foron – 74), du 4 au 6 décembre.
N’hésitez pas à vous faire connaître dès maintenant: contact@gcft.fr – deux petits-déjeuners de préparation sont en cours de calage, le 20 et le 23 novembre ?
Pourriez-vous dans votre message confirmer vos disponibilités sur ces 2 dates, ainsi que vos disponibilités et l’orientation que vous souhaiteriez donner au bénévolat, si vous le savez ?
N’hésitez pas à transférer ce message à celles et ceux de vos proches qui pourraient être intéressés.
Un grand merci pour votre support
L’équipe de Green Cross France et Territoires

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/benevoles-aider-green-cross-pendant-la-cop21/

Agenda Green Cross – juin 2015

  • 25 et 26 juin: Forum Enerpresse (Deauville) – Nicolas Imbert présent le 26 juin au matin
  • 26 juin, 16h30: Conférence « Océan: merveille à sauvegarder » sur le village d’arrivée de la Solitaire du Figaro (Dieppe) – renseignements et inscription ici: http://on.fb.me/1Ni61iW 
  • 27 juin 2015 (9h à 19h): enregistrement de l’émission « 10h pour l’Outremer », proposée par Métamorphose outremer, à Bordeaux. Participation de Nicolas Imbert à l’une des tables rondes – renseignements :http://bit.ly/1BAJrRh
  • 1er et 2 juillet : Sommet Climat & Territoires à Lyon (GCFT en charge avec ICLEI et la Chambre de Commerce Internationale de la thématique adaptation…) – en savoir plus: http://en.rhonealpes.fr/1202-world-climate-summit-2015-fr.htm
  • 6 au 8 juillet : Global Conference des Ateliers de la Terre, Chantilly : http://www.globalconference2015.org/ – Concocté par la directrice des programmes Sonia Henry, le programme est désormais en ligne: http://www.globalconference2015.org/pdf/Program_of_the_Global_Conference_2015.pdf11
  • 26 – 27 septembre : Green Cross participera à Alternatiba Paris, dans le quartier Eau du Village Alternatiba, en particulier sur le thème « Un seul cycle de l’eau ». Seront abordés les enjeux climat, alimentation, océans, qualité de vie, avant ParisClimat2015. Informations : contact@gcft.fr

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/agenda-green-cross-juin-2015/

Déclaration à l’issue d’Oceania21 2015: Une étape importante dans le Pacifique Sud avant ParisClimat2015

Green Cross était présent à Nouméa du 28 au 30 avril pour le Forum Oceania21 2015, labellisé ParisClimat2015.

20 parties prenantes essentielles du Pacifique Sud (15 Etats de la Région, ainsi que l’Australie, la France, la Nouvelle-Zélande, l’Union Européenne, le Secrétariat du Forum des Iles du Pacifique) se sont réunies pendant 3 jours afin d’élaborer un texte de propositions régionales préalables à ParisClimat2015, pour le Pacifique Sud.

Cette mobilisation est particulièrement importante dans la mesure où les îles du Pacifique Sud sont les sentinelles du climat: elles font face en avance de phase sur le reste du monde à des phénomènes climatiques extrêmes, et doivent envisager avant le reste du monde les enjeux de l’adaptation tout en effectuant les nécessaires efforts d’atténuation, d’éducation et de mobilisation.

IMG_1995(c) GCFT –  Ouverture d’Oceania 21  2015 par le Président en exercice, vice-premier ministre des Samoa
La première journée des travaux a été entièrement consacrée aux effets dévastateurs du cyclone PAM, aux mesures d’urgences prises et à ce qui reste encore à faire, en présence du Ministre du Dérèglement Climatique de Vanuatu, M. James Bulès. En ressortait notamment l’urgence d’une approche plus inclusive de la météorologie et du climat, notamment en intégrant dans les modélisation les effets sur l’accès à l’eau et à l’assainissement, l’agriculture et l’alimentation et la continuité des activités économiques.
IMG_2009
(c) GCFT – discussions sur PAM
La nécessité de travailler en amont les plans d’urgence et de résilience face aux événements climatiques extrêmes, avec une approche inclusive intégrant les responsabilités coutumières, est désormais un besoin urgent. Il est proposé que ces projets et démarches de résilience aux phénomènes climatique extrêmes soient rendus plus facilement éligibles au Fond Vert et au Fonds Français pour l’Environnement Mondial, et ce de manière significative.
La fin de la première journée a également vu la visite du Président de l’Assemblée Nationale M. Claude Bartolone, en présence du Président de Nouvelle-Calédonie M. Philippe Germain, de l’ensemble des délégations présentes à Océania et de nombreuses personnalités venues spécialement pour l’occasion.
IMG_1995
Ont également été évoqués durant la seconde journée l’importance des savoirs coutumiers, les avancées scientifiques régionales, le fort besoin de politiques régionales scientifiques et d’innovation, ainsi que l’importance d’adopter très rapidement au moins pour le Pacifique un format commun et des standards ouverts pour les données sur le climat et l’océan. Dans une région où la moitié de la population a moins de 20 ans, l’importance de co-construire les démarches climat avec la jeunesse est essentielle, et c’est un domaine sur lequel beaucoup reste à faire, en particulier via les efforts d’éducation et de mobilisation.Concernant le financement de la transition écologique et de l’adaptation dans la région, les participants constatent un décalage entre la volonté d’agir de la communauté internationale et les moyens mis en oeuvre, qui actuellement favorisent des initiatives massives et concentrées au détriment d’une politique d’investissement territorial, diversifié et déconcentré, réalisé par et avec les populations, qui est celui que les pays du Pacifique mettent en oeuvre de par la faible densité de population et l’importance des distances. Dans ce modèle, l’agriculture et l’alimentation de proximité, l’autonomie énergétique autour d’un usage accru des renouvelables, l’économie circulaire, ont toute leur place. L’amélioration de la santé des océans, favorisant tant leur biodiversité que la captation carbone, est également au cœur des enjeux et nécessite la mobilisation sur toute la zone, par et au-delà des Aires Marines Protégées. La troisième journée a été consacrée à l’élaboration de la déclaration de Lifou, signée par les parties prenantes (et notamment les Etats participants). Pour ce faire, Jean-Michel Cousteau a fait parvenir aux parties prenantes une vidéo.

Le titre de cette déclaration est percutant: ParisClimat2015: sauvez l’Océanie

Parmi les attendus, on note la répétition et l’accélération du nombre et de la violence des phénomènes climatiques extrêmes et dévastateurs. La communauté internationale fait des efforts, mais l’inadéquation entre besoins d’adaptation et moyens mis en oeuvre restent flagrante. Il y a donc urgence d’agir pour ParisClimat2015. C’est une responsabilité conjointe de tous les Etats parties prenantes aux Nations-Unies à la fois de réduire leurs émissions, de restaurer la santé des océans et de travailler sur l’adaptation

Les Etats du Pacifique ne sont pas responsables du dérèglement climatique mais en sont les premières victimes. Il est urgence d’éveiller l’ensemble du monde à cette réalité et à cette urgence, pour accélérer la lutte contre le dérèglement climatique, et de rendre plus entendue la voie du Pacifique.

L’objectif d’atténuation de 2°C, et surtout les trajectoires précises et transparentes par pays sont plus que jamais nécessaires. Les Etats du Pacifique sont prêts à montrer l’exemple, notamment en réduisant leur dépendance aux énergies fossiles et en développant à marche forcée leur efficacité énergétique.

L’éducation et formation des jeunes par une intégration dans les programmes d’enseignement joue dans cette démarche un rôle essentiel. Sur ce sujet comme sur de nombreux autres, les parties prenantes ont adopté la mise en place avant avril 2017 d’une plateforme Oceania commune.

Elles ont également proposé de renforcer observation santé océan et climat, d’infléchir la finance climat pour mieux prendre en compte les dérèglement climatiques extrêmes, l’adaptation, les projets de territoires et financements diffus, ainsi que la compensation.

Un porte-parole d’Oceania 21 sera présent le 8 juin pour la réunion ParisClimat2015 – Objectif OCEAN: les propositions de l’Economie Bleue.

 

Plus d’informations sur https://www.facebook.com/GCFetT

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/declaration-a-lissue-doceania21-2015-une-etape-importante-dans-le-pacifique-sud-avant-parisclimat2015/

Agenda Green Cross – mai & juin 2015

  • 28 au 30 avril 2015: Forum Océania 21 2015 à Nouméa – programme et inscriptions sur https://www.facebook.com/events/1584689798456370/
  • 4 et 5 juin : MEDCoP21 à Marseille – programme et préinscriptions sur http://www.medcop21.com/
  • 8 juin 2015 (14h à 19h): Journée Mondiale de l’Océan, et conférence internationale ParisClimat2015 : Les propositions de l’économie bleue organisée par GCFT, à l’Agence Spatiale Européenne, Paris – http://bit.ly/CoP21OCEAN
  • 11 juin 2015 (18h à 20h): club des mécènes et partenaires de Green Cross – renseignements : contact@gcft.fr
  • 27 juin 2015 (9h à 19h): enregistrement de l’émission « 10h pour l’Outremer », proposée par Métamorphose outremer, à Bordeaux (GCFT, partenaire, reviendra sur Océania 21) – renseignements : contact@gcft.fr
  • 1er et 2 juillet : sommet Climat & Territoires à Lyon (GCFT en charge avec ICLEI et la Chambre de Commerce Internationale de la thématique adaptation…) – en savoir plus : http://en.rhonealpes.fr/1202-world-climate-summit-2015-fr.htm
  • 6 au 8 juillet : Global Conference des Ateliers de la Terre, Chantilly : http://www.globalconference2015.org/
  • 26 au 28 novembre : 11ème Conférence des Jeunes (COY, pour Conference of Youth en anglais), organisée par l’ONU au Parc des Expositions à Villepinte

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/agenda-green-cross-mai-juin-2015/

Articles plus anciens «