Août 04

Plan Obama Une nouvelle étape pour des engagements concrets à CoP21, qui appelle de nouvelles annonces factuelles, concrètes, ambitieuses et précises

Même si il arrive au cœur de la torpeur estivale, le plan Obama annoncé lundi par le Président de la République des Etats-Unis, depuis la Maison Blanche, ne doit absolument pas laisser indifférent.

Il marque, 4 mois avant l’ouverture de la CoP21, quelques jalons majeurs et attendus:

  • tout d’abord, parce qu’il s’agit de la contribution d’un des 3 plus grands émetteurs de carbone au monde, au leadership majeur, et qui de plus n’avait pas ratifié Kyoto,
  • ensuite, parce qu’il marque une véritable inflexion de l’ensemble de la stratégie énergétique américaine, avec l’engagement concret de réduire de 32% les émissions des centrales électriques américaines d’ici à 2030 (responsables de 40% des émissions carbones du pays), et ce par apport au niveau de référence de 2005,
  • enfin, parce qu’il s’agit non seulement de définir un objectif, mais également une feuille de route et la description de l’ensemble des mesures et moyens pour y arriver.

Lors de l’élaboration de ses travaux sur les gaz de schiste, en 2012, puis lors d’une conférence franco américaine en 2013 sur le financement de la transition énergétique, Green Cross avait insisté sur le fait que la transition énergétique serait un élément déterminant de la fin de mandat de Barack Obama, une démarche sur laquelle les Etats-Unis allaient faire évoluer leur modèle économique global vers la transition énergétique et enfin une opportunité forte pour faire de la CoP21, la conférence climat qui se tiendra en Décembre à Paris, la conférence des engagements ambitieux, des solutions concrètes et vérifiables et d’un modèle de transition écologique inclusif.

Nicolas Imbert, directeur de Green Cross France et Territoires, souligne que “avec l’annonce par le Président de la République lui-même du Plan Obama, avec une feuille de route précise qui montre comment le gouvernement va agir dans le domaine énergétique, les Etats-Unis marquent de manière très positive cette période de publication des engagements nationaux, comme la Chine l’avait déjà fait au printemps. Dans les deux cas, on peut regretter, et c’est particulièrement vrai pour le plan américain, une focalisation sur l’énergie, qui occulte le mode opératoire pour réaliser la transition bas carbone dans les secteurs en particulier des transports, de l’agriculture et la mise en avant de l’économie circulaire comme solution concrète, à l’échelle territoriale. Mais l’on constate que la transition énergétique devient une réalité: on sait en particulier que les objectifs d’installations en solaire photovoltaïque ont été largement dépassés aux Etats-Unis, que l’énergie produite au Texas l’est plus grâce au solaire photovoltaïques d’au pétrole et au gaz, et qu’une grande partie des innovations de la transition écologique viennent plus que jamais de la Silicon Valley”.

L’Europe comme la France doivent désormais entendre ce signal, et réagir très concrètement:

  • en précisant le mode opératoire retenu, les engagements législatifs et les mesures permettant concrètement d’atteindre les objectifs européens, dans tous les domaines et en particulier les transports, l’alimentation, l’énergie ainsi que la promotion de l’économie circulaire,
  • en mettant en place très rapidement et de manière volontaire un prix du carbone applicable à tous les secteurs (tendance qui devraient être suivi très rapidement aux Etats-Unis et en Asie, et orientera durablement notre économie,
  • en saluant, comme le Président François Hollande l’a fait ce jour, la démarche américaine, et en surfant sur cet élan pour aller plus loin sur l’ensemble des sujets de négociation dès maintenant, et en particulier la thématique des océans (http://ocean.cop21.mobi).

Plus que jamais, il y a urgence, mais un pas important vient d’être franchi

Comment mettre en place la transition énergétique, à l’échelle de la France comme des Etats-Unis ?
Plus que jamais, la situation actuelle nous incite à accélérer la grande transition, à mettre en place de manière volontariste et résolue l’économie de demain, dès maintenant et avant ParisClimat2015.
greattransition_lesterbrownGreen Cross incite à le faire avec une vision, étayée par des arguments économiques, sociétaux et environnementaux concrets, et une ambition affirmée. Ce qui est très proche des arguments mis en avant par Barack Obama.

Pour ce faire, Green Cross et les éditions Souffle Court vont traduire, en français, “La Grande Transition”, l’ouvrage essentiel de Lester Brown, qui sortira ainsi en français et en anglais simultanément, avant ParisClimat2015.

Selon WikipediaLester Russell Brown, né le 28 mars 1934, est un agroéconomiste et analyste environnemental américain. Pionnier des recherches sur le développement durable, il a été l’un des premiers, et des plus prolifiques, à écrire sur les problèmes liés à l’écologie. Il est le fondateur de l’institut Worldwatch ainsi que du Earth Policy Institute, organisation non gouvernementale basée à Washington D.C., dont il est actuellement le président. Avec des publications traduites dans plus de quarante langues, il est l’un des auteurs-essayistes les plus largement diffusés dans le monde. Lester R. Brown a d’ailleurs été décrit par le Washington Post comme étant « l’un des penseurs les plus influents de notre époque ».
La Grande Transition sera le dernier ouvrage de Lester Brown, son point culminant fruit de plus de 30 ans de travaux au plus au niveau. Une souscription sur KissKissBankBank vient d’être mise en place pour le rendre accessible, avant la CoP21, à un public francophone: http://www.kisskissbankbank.com/la-grande-transition-lester-r-brown?ref=recent,
Le point sur nos groupes de travail économie circulaire et énergie

Green Cross anime actuellement deux groupes de travail complémentaires:
  • un sur économie circulaire et énergie,  
  • un autre sur l’économie circulaire littorale
Chaque groupe de travail réunit des experts thématiques et s’enrichit de retour d’expériences de terrain, en effectuant 4 à 6 séminaires de travail ainsi que des visites de site.

Les thématiques de notre groupe de travail économie circulaire et énergie sont les suivantes:

Thèmes Résumés
Villes et territoires durables Des enjeux et solutions spécifiques pour la mobilité (des personnes (mutualisation des espaces de travail) et des marchandises), les énergies 4D de proximité (déconcentrées, décarbonées, diversifiées, démocratiques)
L’enjeu méthane, perspectives et réalités La méthanation, ou possibilité de stocker de l’électricité en la transformant en gaz, la ville comme ressource (déchets verts, STEP etc)
Le rôle des réseaux et les besoins d’intelligence Adéquation entre offre et demande, distribution, stockage, signal-prix (nouvelle mutualisation des réseaux)
Efficacité énergétique et nouvelles ENR diffuses Développement autour des nouvelles énergies renouvelables (marines, fluviales, terrestres)
Autonomie énergétique des îles Les îles territoires précurseurs, focus sur les travaux des étudiants de Centrale Paris