Nicolas Imbert

Green Cross France et Territoires, teamIngénieur de formation, Nicolas exerce professionnellement depuis plus de 15 ans sur des enjeux de transition écologique de l’économie. Actuellement directeur exécutif de Green Cross, ONG créée en 1993 par M. Mikhaïl Gorbatchev, présidée actuellement par Jean-Michel Cousteau, il a auparavant exercé de consultant à senior manager dans des cabinets de conseil en stratégie, sur des sujets de transition écologique, de développement durable et de ville durable.

Nicolas a notamment contribué à la structuration des propositions de la société civile structurée autour des conférences climat (depuis 2009), à la création et au développement de l’Institut de l’Economie Circulaire, et aux rencontres Chine-Europe 2014 et 2015. Il coordonne ou prend part à différentes actions de prospective territoriale (ville durable, économie littorale, territoires en transition), de transition de filières et de coopération autour des thématiques environnementales et humanistes.

 

 

7 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. […] présents à cette rencontre : Luc Hardy, vice-président de Green Cross France et Territoires Nicolas Imbert, directeur exécutif, Isabelle Joschke, ambassadrice et navigatrice, Bruno Sroka, ambassadeur et […]

  2. […] organisés par Green Cross : Bill Becker, Jean-Michel Cousteau, Toni Frisch, Luc Hardy, Nicolas Imbert, Alexander Likhotal, Mohan Munasinghe, Severn Cullis-Suzuki, Vandana […]

  3. […] Nicolas Imbert, Directeur éxécutif […]

  4. […] pour le Monde. Venez-donc nous rencontrer, et inscrivez-vous aux deux tables rondes que modère Nicolas Imbert, directeur exécutif de Green Cross France et […]

  5. […] de l’association Yeu Demain, Green Cross sera présent via son directeur adjoint Nicolas Imbert à la conférence organisée le 21 avril à 20h30 au Casino de l’île, sur le […]

  6. […] Nicolas Imbert, directeur de Green Cross France et Territoires, souligne que « avec l’annonce par le Président de la République lui-même du Plan Obama, avec une feuille de route précise qui montre comment le gouvernement va agir dans le domaine énergétique, les Etats-Unis marquent de manière très positive cette période de publication des engagements nationaux, comme la Chine l’avait déjà fait au printemps. Dans les deux cas, on peut regretter, et c’est particulièrement vrai pour le plan américain, une focalisation sur l’énergie, qui occulte le mode opératoire pour réaliser la transition bas carbone dans les secteurs en particulier des transports, de l’agriculture et la mise en avant de l’économie circulaire comme solution concrète, à l’échelle territoriale. Mais l’on constate que la transition énergétique devient une réalité: on sait en particulier que les objectifs d’installations en solaire photovoltaïque ont été largement dépassés aux Etats-Unis, que l’énergie produite au Texas l’est plus grâce au solaire photovoltaïques d’au pétrole et au gaz, et qu’une grande partie des innovations de la transition écologique viennent plus que jamais de la Silicon Valley ». […]

  7. […] pourquoi le CESE lance une conférence sur la thématique le 23 octobre – Nicolas Imbert y interviendra sur la thématique  Conséquences de la menace de submersion des îles et rivages […]

Les commentaires sont désactivés.