«

»

Imprimer ceci Article

Green Cross publie un rapport d’enquête-analyse sur les gaz de schistes

[important]Article de Nicolas Imbert : Les gaz de Schiste ne peuvent pas financer la transition énergétique [/important]

Enjeux sanitaires, environnementaux et économiques liés à l’exploitation des gaz de schiste

En un peu plus de 100 pages d’analyses et d’illustrations, le rapport que publie Green Cross France et Territoires synthétise un an de travaux sur les enjeux liés aux gaz de schiste (et plus généralement aux hydrocarbures de roche-mère).

Notre rapport d’enquête-analyse met en exergue les enjeux et les conséquences directement liés à l’extraction des gaz de schiste, en insistant tout particulièrement sur les problématiques sanitaires, environnementales et économiques.

Une version résumée, en 8 pages, Téléchargeable ici

Une première critique de notre pubication parue le 25 mars sur Enerpresse.

Commander notre rapport d’enquête-analyse (port compris, avec envoi sous 15 jours) :


Commande



 

La version électronique du rapport complet Green Cross sur le gaz de schiste est distribuée gratuitement par email à tous les adhérents Green Cross à jour de cotisation – écrire à contact@gcft.fr pour l’obtenir, et aller sur http://green-cross-france-et-territoires.cotiserenligne.fr/ pour adhérer.

 

 

Les points saillants du rapport

Ø       L’exploitation par fracturation hydraulique n’est pas rentable sur une période inférieure à 15 ans (et très incertaine au-delà) si elle paye ses externalités.

Ø      L’exploitation des gaz de schiste est une technique lourde, fortement consommatrice en énergie. Le Rendement Energétique sur Investissement est très médiocre (1 à 2 unités d’énergie générée sur l’ensemble de la période pour 1 unité investie), pour un besoin en infrastructures très importants (de l’ordre de 54 000 à 174 000 m3 d’eau à injecter, 8 000 à 140 000 m3 d’eau de reflux à traiter,  5 000 trajets de camions par puits – le tout avec des technologies importées et des emplois locaux quasi inexistants.

Ø      L’occupation de l’espace (au sol) est largement supérieure à des énergies renouvelables produisant la même quantité d’énergie. Le besoin d’infrastructures dédiées engendrera un impact sur le territoire rural avec notamment une artificialisation des sols, une pression foncière importante, et rendra caduque de nombreuses activités touristiques et rurales (exploitation forestière, prélèvement des eaux, tourisme…), ainsi que l’agriculture. La qualité de l’alimentation en eau (nappe phréatique et eau de surface) peut également être impactée.  Selon le rapport du Parlement Européen, une centrale solaire sur la même surface (10 000m²) produit 1,1GWh/an d’électricité (la consommation d’électricité de 150 personnes pendant 1 an)  pendant 20 ans, alors qu’au bout de 10 ans environ, la plateforme de gaz de schiste ne fournit plus assez de gaz pour produire cette même quantité d’électricité. Le compromis utilisation des sols / rendement énergétique est défavorable aux gaz de schiste.

Ø      Les  risques sanitaires sont importants. Ils sont principalement dus à la libération de métaux lourds et substances radioactives depuis la roche mère, via la surface, les eaux et le sous-sol, mais aussi dans une moindre mesure aux eaux de fracturation. Trois effets de l’exploitation génèrent ces risques, indépendamment des techniques utilisées.
o       Tout d’abord la remontée de polluants naturellement présents dans la roche-mère avec les eaux de fracturation : on peut ainsi retrouver dans les eaux usées du mercure (reprotoxique), du plomb et du cadmium (cancérigène, reprotoxique et mutagène), du thallium,  des traces d’autres métaux toxiques. Liés à la remontée de polluants naturels, ces risques difficilement gérables, car inhérents à la technique de fracturation, hydraulique ou pas. Le traitement des eaux usées contaminées est très difficile et donc le risque sur la santé est très important.
o       Ensuite, la pollution des eaux de fracturation par les additifs chimiques utilisés pour la fracturation hydraulique. Parmi les substances à éliminer impérativement: benzène, formaldéhyde, oxyde d’éthylène, acrylamide, silice cristalline…toutes ces substances sont contrôlées en Europe par la directive REACH. Par contre, le milieu de fracturation se comporte comme un réacteur chimique susceptible de faire apparaître des molécules toxiques
o       Enfin, les fuites de méthane au niveau du puits, qui peuvent contaminer eaux de surface et nappe phréatique.

Ø      Des risques environnementaux à différents niveaux :
o       Avec les techniques d’extraction actuelles, les risques de pollution des eaux sont inévitables. Seuls 70% de ce qui est injecté vers roche-mère remonte via le puits. Les « pertes » sont propagées de manière non anticipée ni contrôlée à ce jour dans les couches rocheuses et sédimentaires. Les polluants peuvent être ceux naturellement présents dans la roche mère, les additifs chimiques, ou encore une contamination par le méthane. La contamination peut se produire dans les nappes phréatiques ou en aval des stations d’épurations pour les eaux qui seraient rejetées aux milieux naturels en étant encore polluées.
o       Les risques sismiques ont également régulièrement été mis en avant
o       Les conflits d’usage sont également mise en exergue dans le rapport. De par les volumes consommés, la fracturation hydraulique créée une tension supplémentaire sur la disponibilité de la ressource en eau alors que certaines régions sont déjà en situation de stress hydrique. En particulier dans le quart sud-est de la France.
Ø       Aucune technique alternative, qu’elle soit mature ou bien à l’état de prototype, ne permet d’éliminer ces risques. Alors  que laisser les gaz de schiste en place en l’attente d’éventuelles techniques éprouvée de manière contradictoire comme à risque convenablement maîtrisé, permet non seulement  de préserver un cadre de vie sain, mais également donne un signal clair au marché, et de sortir d’une politique d’investissement public qui avantage les énergies fossiles pour migrer vers des politiques publiques et des comportements économiques propices au développement des renouvelables et de l’efficacité énergétique.

ILLUSTRATIONS

image1

NOS PROPOSITIONS

UNE NOUVELLE GOUVERNANCE ENERGETIQUE ET MINIERE

En anticipation de la nécessaire réforme du code minier, pour tous les producteurs et explorateurs d’énergie fossile,rendre opérationnel les principes de prévention, précaution et pollueur-payeur par l’application des mesures suivantes:
•         Couverture assurancielle sur la base de l’incidentologie réelle, déterminée de manière contradictoire sur le périmètre d’exploitation (géographique: 100 km, temporel: 20 ans) avec obligation d’assurer a minima 60% du risque auprès d’assureurs ou de réassureurs privés, non liés ni aux concepteurs, exploitants ou sous-traitants, ni aux Etats,
•         Obligation pour chaque exploitant / explorateur de libérer, de manière linéaire sur 5 ans, une garantie financière égale à un an de production, destinée à financer par un fonds professionnel mutualisé, les conséquences d’éventuelles catastrophes, mais aussi la prévention des risques, l’indemnisation des victimes et la fin de vie. La consignation de ce fonds pouvant diminuer très rapidement dans le temps si l’exploitant démontre de manière contradictoire et prouvée sa performance environnementale,
•         Création d’un fonds 1% fossile (1% du chiffre d’affaire de l’exploitant, versé trimestriellement), qui permettra de financer des travaux de prévention des risques et de réparation des milieux dégradés, mais aussi de financer des projets réduisant la dépendance aux énergies fossiles.

EFFICACITE ENERGETIQUE ET ENERGIES 4D SUR LES TERRITOIRES

La valorisation de l’efficacité énergétique et des énergies 4D (déconcentrées, décarbonées, Notre objectif global est de valoriser l’efficacité énergétique et les énergies 4D (déconcentrées, décarbonées, diversifiées et démocratiques) comme des réponses opérationnelles aux scenarios énergétiques 2020 et 2050. Avec des moyens spécifiques:
•         Limitation des distorsions de concurrence entre énergies fossiles et renouvelables (assurance sur nucléaire, provision et financement…) et actions d’urgence sur les filière solaire (en cours) et éolien (à faire),
•         10 démonstrateurs pour rendre désirable la sobriété énergétique,
•         10 000 emplois pour identifier et apporter des réponses aux précarité,
•         Construction d’un champion européen (« airbus-like ») des renouvelables,
•         Consolidation des budgets pilotes existant (grand emprunt, banque publique d’investissements,…) pour desprojets volontaires et lucides de transition énergétique sur les territoires
•         Une prise de décision transparente et contradictoire des enjeux énergétiques, avec suivi annuel multi-parties prenantes.

Green Cross a mis en place un groupe de travail énergie qui rendra en juin et septembre 2013 ses travaux sur les thématiques suivantes, en appui au débat national sur la transition énergétique :

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/gds/