«

»

Sep 26 2011

Imprimer ce Article

Développement durable : les Français voient le vert en noir

Les Ateliers de la Terre |Planetreporters |26.09.2011|

L’espoir d’un monde plus durable diminue chez les Français, révèle une nouvelle étude réalisée par Médiascopie. Une conséquence directe des catastrophes écologiques récentes et des nombreux “signaux négatifs” émis par le gouvernement français, selon le fondateur de l’institut, Denis Muzet.

Pour la troisième année consécutive, l’institut Médiascopie a conduit l’étude “Les mots d’un monde plus durable” : six cents Français représentatifs ont été interrogés entre le 28 mars et le 8 avril sur deux cents mots relatifs au champ lexical du développement durable, repérés dans la littérature, les médias, des articles de presse, ou encore dans les conversations de tous les jours. Il est “intéressant de savoir ce que pensent les Français des notions comme celle du développement durable, qui sont plus souvent débattues dans des cercles d’experts”, estime ainsi Denis Muzet. Bilan : l’espoir d’aller vers un monde plus durable s’est nettement dégradé depuis 2009. De 6,9 sur une échelle de 10 cette année-là, il est passé à 6,5 en 2010 pour tomber à 6 cette année.

Une décroissance “impopulaire”

Selon l’étude, les Français ne cautionnent désormais plus un modèle de développement fondé sur la croissance économique et la mondialisation. Paradoxalement, le concept de décroissance reste toutefois “impopulaire” : “C’est un adjectif un peu fort”, tempère Denis Muzet. “Les gens n’ont pas envie de décroître, il faut plutôt leur dire qu’il faut consommer moins.” Jugée bien plus enthousiasmante est l’idée d’une “transition vers une société sans pétrole”, introduite pour la première fois dans l’étude.

La raison de ce changement de mentalité ? Les nombreux “signaux négatifs” qu’ont reçus les Français ces derniers temps, estime le sociologue. À l’échec de la conférence de Copenhague s’est ajouté l’abandon de certains projets comme la taxe carbone ainsi que certaines déclarations provenant du gouvernement. Comme, par exemple, lorsque Nicolas Sarkozy estimait en mars 2010 que l’environnement, “ça commence à bien faire”.

“Une danse à deux”

Les Français ont pris conscience des excès causés par leur mode de vie : “ils savent bien qu’ils ont eux-mêmes laissé faire, qu’ils ont parfois participé au gaspillage”. Pourtant, quand on leur propose des solutions, nombreux disent : “pourquoi pas, tant que ça ne me coûte pas plus cher”, poursuit Denis Muzet. Il existerait ainsi des “solutions magiques” selon lui, comme le covoiturage, qui permettent un “triple bénéfice : économique, écologique et social”. Au final, qui doit agir ? Paradoxalement, les Français souhaitent l’appui des gouvernants, pourtant perçus comme en partie responsables des crises telles que Fukushima : “ça se danse à deux, cette affaire-là”, estime l’auteur de l’étude.

Reste que la morosité des Français devrait continuer à peser à l’avenir, estime Denis Muzet. Les affres de catastrophes telles que celle qui a secoué l’archipel japonais se feront sans doute sentir encore quelques temps. “En 2012, les chiffres seront sans doute encore plus négatifs”, évalue le sociologue.

Olivier Clairouin et Camille Revel-Mouroz

l-enquete-de-l-institut-mediascopie-2011.html

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/developpement-durable-les-francais-voient-le-vert-en-noir/