Archives de la Catégorie : Vu d’ailleurs

Juin 01 2016

Meryem Agnaou

myriam-agnaouMeryem Agnaou est architecte diplômée de l’école Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles et Urbaniste à l’issu de l’obtention d’un Master professionnel en Aménagement et Développent Urbain dans les pays du Sud, auprès de l’institut de géographie Sorbonne Paris IV.

Elle a acquis des expériences multiples en tant que chef de projet, durant lesquels elle a été amenée à travailler sur des projets divers à échelle variable. Depuis 2012, elle a travaillé pour le compte d’une clientèle privée sur des projets de rénovation et de restructuration intérieure de trois établissements hôteliers à Paris. Sensible aux travaux que Green Cross met en place pour l’environnement et la vie citoyenne, ces derniers correspondent parfaitement à ses convictions : un projet architectural est un projet fonctionnel, utile, accessible, durable qui intègre dès la conception la qualité environnementale et la performance énergétique.

Meryem a collaboré au sein de Green Cross au cours de la COP21, ce qui fut une opportunité pour elle d’évaluer les enjeux climatiques. Cette année à nouveau, elle fait partie de l’équipe Green Cross pour organiser la COP22.

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/meryem-agnaou/

EscapaDemos – Les exploratrices du renouveau démocratique

Afin de redonner envie aux jeunes de s’engager en tant que citoyens, l’association EscapaDemos est partit à la découverte d’initiatives à même de redynamiser notre démocratie, en France  et en Amérique latine. Green Cross revient sur leur premier mois d’expédition:
C’est après une traversée en voilier avec les 3 colibris, trois cousins qui, par leurs choix de mode de transport, sensibilisent à des modes de vie plus écologiques et aide à la construction d’écoles, de par leurs compétences de charpentiers, que Delphine et Mathilde ont débuté leur périple en quête de la « Démocratie de demain ». Il s’agissait non seulement pour elles d’être en accord avec leurs valeurs en réduisant au maximum leur empreinte carbone, mais également de retrouver ce sentiment d’humilité et de liberté que l’on ressent face à l’immensité de l’Océan.
Images intégrées 1
Cette notion d’émerveillement et de grandeur ne les quitteront pas par la suite puisque leur traversée les conduira à parcourir l’Amazonie où la nature, luxuriante et dense, appelle inévitablement à se reconnecter à son imaginaire.
Images intégrées 2
Elles se trouvent désormais à La Minga, en Colombie. Ce lieu, tout à fait unique en son genre, est un centre d’amplification de la conscience. Le principe étant que, en changeant les questions que nous nous posons, nous changeons inévitablement nos réponses. La Démocratie y est vu comme la représentation du pouvoir des gens qu’il s’agit d’activer pour l’alimenter.
Images intégrées 3
Afin de vivre en images leur aventure, n’hésitez pas à visionner leur vidéohttps://vimeo.com/166781103
Tout comme Green Cross, soutenez l’équipe EscapaDemos en vous rendant sur le lien suivant: Comme Green Cross, soutenez Escapademos – écologie et démocratie 3.0

Pour tout don supérieur à 500 euros, EscapaDemos prévoit de vous offrir :

  • Une invitation à l’apéro du buen vivir (soirée de restitution)
  • Le livre racontant leur périple
  • Votre nom sur la page “soutiens” de leur site et leurs remerciements dans leur livre
  • Une carte postale personnalisée à l’une des étapes de voyage de votre choix
  • Une entrée gratuite pour leur exposition photo à leur retour
  • Un agrandissement de votre photo préférée

Tout au long de l’exploration, vous pouvez les suivre sur leur blog : escapademos.com

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/escapademos-les-exploratrices-du-renouveau-democratique/

Emeline Simondet

IMG_20160322_090245

 

Emeline Simondet suit un master Programme Grandes Ecoles où elle s’est spécialisée dans le développement durable et la qualité. Après avoir été responsable d’un projet de solidarité internationale en Argentine et trésorière d’une association de développement durable, elle a effectué la première partie de sa césure en tant que chargée d’études RSE au sein du Crédit Coopératif, banque spécialisée dans l’économie sociale et solidaire. Elle travaille désormais au sein de Green Cross en tant qu’assistante de direction.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/emeline-simondet/

Mar 18 2016

Comme Green Cross, soutenez Escapademos – écologie et démocratie 3.0

Green Cross apporte son soutien à l’expédition Escapademos, qui donne un vent de fraîcheur à l’engagement et à l’action concrète pour l’écologie et l’humanité.

Cette expédition, en pleine adéquation avec les missions de Green Cross, contribuera à nos actions sur l’économie circulaire, la coopération décentralisée, la mobilisation pour l’environnement et la prévention des conflits.

Elle vous est ici décrite – les porteuses de projet comptent sur VOUS pour les soutenir:

Nous sommes quatre exploratrices du renouveau démocratique qui se lancent dans une aventure à travers le projet EscapaDemos.

image

Plutôt que de rester démunies devant les statistiques (plus de 50 % d’abstention aux dernières élections, 89% des jeunes qui pensent que la finance gouverne le monde, 86 % d’entre eux qui n’ont plus confiance en la politique…), nous avons décidé d’agir. De nature optimiste, nous sommes convaincues que chacun, à son échelle, a le pouvoir d’inverser ces tendances.

Avec EscapaDemos, nous souhaitons redonner aux 15-30 ans l’envie de s’engager en tant que citoyens dans toutes les sphères de leur quotidien (travail, alimentation, économie, finance, politique…), en leur montrant qu’il est possible de construire activement une société plus solidaire.

image (1)

Pendant 6 mois, Mathilde et Delphine partent en Amérique Latine pour analyser les facteurs de réussite d’initiatives institutionnelles et locales ayant redynamisé l’engagement des citoyens depuis de nombreuses années (ex: Democracy OS, budgets participatifs, monnaies locales, etc). Elles prévoient également d’explorer des innovations démocratiques pensées au-delà de nos codes socio-culturels. En France, Marie et Aurore iront étudier comment il est possible de développer la sensibilité citoyenne des jeunes en passant par des approches manuelles, sensorielles et artistiques. A l’échelle individuelle, la culture démocratique s’exprime au travers de son rapport à l’autre.

A notre retour, nous souhaitons partager nos découvertes au travers d’un livre, de témoignages, de débats, d’une exposition… et peut-être même, si nous en avons les moyens, mettre en place un véritable programme de sensibilisation auprès de ceux qui n’ont plus confiance en notre démocratie afin qu’ils s’engagent autrement.

Ce que le projet propose concrètement :

image (2)

Pour rendre possible ce projet, nous avons besoin de vous ! Nous avons toutes décidé de nous lancer dans ce pari car nous vivons une époque charnière dans laquelle nous ne pouvons nous résigner à l’immobilisme. C’est maintenant plus que jamais, au lancement de notre projet, que nous avons besoin de solidarité.





Vos dons, recueillis par Green Cross pour Escapademos, feront l’objet d’un reçu fiscal (qui peut donner lieu à réduction d’impôts sur le revenu de 60% du montant du don). 
Pour tout don supérieur à 400 euros, au-delà de notre profonde gratitude, nous prévoyons de vous offrir :

  • Une invitation à l’apéro du buen vivir (soirée de restitution)
  • Le livre racontant notre périple
  • Votre nom sur la page “soutiens” de notre site et nos remerciements dans le livre
  • Une carte postale personnalisée à l’une des étapes de voyage de votre choix
  • Une entrée gratuite pour notre exposition photo à notre retour
  • Un agrandissement de votre photo préférée

Tout au long de l’exploration, vous pourrez nous suivre sur notre blog : escapademos.com

Ils soutiennent notre projet :

Capture d’écran 2016-03-17 à 3.49.07 PM

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/comme-green-cross-soutenez-escapademos-ecologie-et-democratie-3-0/

Déc 02 2015

Sommet Mondial Climat et Territoires – 2 décembre au Bourget

Du Sommet Mondial Climat et Territoires à la COP21 et au-delà : propositions et dynamique commune des acteurs non-étatiques

Ce side-event  a permis de faire le point sur la reconnaissance des acteurs non-étatiques dans l’accord de Paris, et de valoriser leur implication dans la résolution de la crise climatique.

La discussion s’est déroulée en deux temps : plusieurs retours sur les résultats positifs du Sommet Mondial de Lyon de juillet dernier, suivis d’une table ronde autour des potentielles problématiques à développer. Une dizaine d’intervenants ont développé des thématiques liées aux questions de développement territorial durable ainsi que celle du rôle des entités administratives locales sous l’impulsion de politiques publiques durables. Présentes aux côtés de Nicolas Imbert, des personnalités aussi diverses que Jorge Furgado de la Coordination des Organisations Indigènes du Bassin Amazonien, Thierry Dedieu de la CFDT et Patrick Klugman de la Mairie de Paris ont échangé des propos allant dans le même sens. Leurs discours ont été favorables au développement de nouveaux paradigmes permettant une approche infra-étatique de la gestion des ressources naturelles, et une meilleure intégration des acteurs locaux comme les villes ou les gouvernements fédérés dans le processus de gouvernance économique et social. Il s’agirait ainsi d’adopter une approche plus inclusive renforçant la crédibilité des initiatives publiques.  Cela insinuerait d’impliquer sur la durée des acteurs comme les entreprises, les mairies et les organismes éducatifs dans une nouvelle conception d’une planification territoriale et d’une économie circulaire voulues plus résilientes.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/sommet-mondial-climat-et-territoires-2-decembre-au-bourget/

Nov 27 2015

Pour la CoP21, Green Cross se mobilise pour les territoires insulaires

Dérèglement climatique…cyclones, typhons et phénomènes climatiques extrêmes…montée des eaux…les états et territoires insulaires paient un lourd tribu au dérèglement climatique, alors qu’ils ne sont que pour très peu à l’origine de ce développement climatique.

Nous nous mobilisons de longue date pour les îles pionnières et territoires insulaires.

Ainsi, Green Cross a contribué à la Déclaration de Lifou portant la voie unie des états et territoires du Pacifique Sud, et nous étions présents au Vanuatu quelques temps après le cyclone PAM pour une analyse des enjeux et besoin de reconstruction.

Un webreportage « impressions de Vanuatu » a été réalisé pour rendre compte de cette situation, il est désormais disponible en ligne: https://vimeo.com/143344951

 

Impressions du Vanuatu – mai 2015 from GCFT on Vimeo.

 

Par ailleurs, la Déclaration de Lyon, à l’issue du Sommet Mondial Climat et Territoires, comporte de nombreuses réponses concrètes aux enjeux des territoires insulaires et littoraux, notamment en termes d’adaptation

Nous étions présents à Paris, au CESE, ce 23 octobre pour témoigner dans le cadre de la journée internationale de mobilisation des CESE pour la CoP21.

Green Cross a également été à l’origine, le 8 juin 2014, de la mobilisation ParisClimat2015 – Objectif OCEAN et des 18 propositions de l’économie bleue, désormais signées par plus de 60 réseaux représentant 30 000 organisations dans plus de 30 pays.

A l’échelle des territoires, les solutions existent: alertes précoces sur les phénomènes climatiques extrêmes consolidant sciences et savoirs traditionnels, la surveillance de la santé des océans et de leur biodiversité, le choix de la durabilité dans l’inflexion des activités de pêche, d’aquaculture et d’agriculture et de leur transformation en alimentation, la ville durable et résiliente et la coopération décentralisée….nous avions notamment en 2014 rédigé une Note_d’étonnement ébauchant des pistes de projet pour la Nouvelle-Calédonie et le Pacifique Sud, et participerons aux premières assises de l’économie circulaire organisées par la CCI Nouméa le 29 octobre.

L’émergence d’une solidarité internationale envers les territoires insulaires est également au cœur de la Déclaration des Droits de l’Humanité qui sera mis en débat le 2 novembre 2015: http://bit.ly/HumanKindRights.

La mobilisation sera également au coeur de la COY et des événements de ParisClimat2015, que nous vous présenterons très bientôt.

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/avant-la-cop21-green-cross-se-mobilise-pour-les-territoires-insulaires/

Oct 20 2015

Assises de l’économie circulaire – Nouméa, 29 octobre 2015

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/assises-de-leconomie-circulaire-noumea-29-octobre-2015/

Diesel gate

Face à la polémique qui touche Volkswagen depuis quelques jours, une réponse urgente et adaptée aux enjeux climat et qualité de l’air est nécessaire.

Accusé d’avoir manipulé la mesure de ses émissions polluantes de ses véhicules diesel aux Etats-Unis, nous pensons que cette accusation ne concerne pas uniquement le groupe Volkswagen, mais qu’un grand nombre de constructeurs européens, américains et asiatiques ont procédé de même, et ce probablement depuis les années 2004 et 2005. Des indiscrétions laissent supposer que ces constructeurs auraient demandé et intégré dans les cahiers des charges et spécifications fonctionnelles transmises aux équipementiers des clauses demandant la détection des procédures de test standardisées (que ce soit sur les normes américaines ou européennes), et la détérioration du fonctionnement moteur habituel pour être dans un mode de moindres émissions (CO2 et NOX) disparaissant une fois le test effectué.

Le prix de cette « tricherie » ? Nous en payons un lourd tribu, en particulier en France, pays le plus diésélisé d’Europe : une qualité de l’air largement détériorée (en particulier à Paris), et lesmaladies chroniques, pertes de bien-être et pertes économiques associées. Le préjudice environnemental est malheureusement avéré.

Ce scandale nécessite une réaction sans délai du législatif, de l’exécutif et des opérateurs économiques:

  • par exemple, pour le législatif, aux niveaux européen et national d’auditionner sans délai toute la filière automobile, en commençant par les constructeurs et les équipementiers de rang 1, mais sans oublier les opérateurs de contrôle technique et gestionnaire de flotte, pour identifier les parcs de véhicules en circulation, etenvisager les procédures de rétrofit ou de retrait de flotte à la hauteur de l’urgence,
  • une mise à jour sans délai des tests européens doit également être envisagée pour que le cycle européen reflète les conditions réelles, accompagné d’une procédure open source et open data afin que les algorithmes de contrôle moteur puissent être vérifiés et contrôlés à tout instant,
  • les constructeurs automobiles et leurs sous-traitants doivent également prendre leurs responsabilités et proposer des mesures pro-actives et ré-actives de rétrofit et de retrait de flotte, à la hauteur du scandale et de la dégradation de la qualité de l’air.

De nombreux constructeurs s’approvisionnant sur les pièces incriminées auprès des mêmes sous-traitants de rang 1, ce sont bien tous les constructeurs et sous-traitants de rang 1 opérant sur le marché européen qui doivent être questionnés.

A quelques semaines de l’ouverture de ParisClimat2015, ce scandale pose la question de prendre des mesures à la hauteur de l’urgence climatique, notamment sur la fixation d’un prix au carbone, la transparence et l’auditabilité sur les engagements des Etats et des entreprises, et la nécessité d’avoir une approche inclusive sur les territoires, où les questions climatique, de pollution de l’air, de l’eau, des sols et des océans et de qualité de vie sont directement liés.

En France, ce scandale nous questionne sur:

  • l’avantage compétitif et le subventionnement direct au gazole, ainsi que la nécessité de réaligner de manière urgente les taxes sur celles de l’essence,
  • la nécessité de faire un fonds d’urgence pour la préservation de la qualité de l’airles constructeurs automobiles abondent à la hauteur du préjudice généré, et ce sans financement public,
  • le questionnement de l’addiction des investissements publics et de filière français pour des innovations risquées (hybridation diesel qui émettra vraisemblablement beaucoup de particules), au détriment de filières reconnues pour leur performance écologique(comme le gaz – GPL ou autres – fortement développé et mature en Italie, Belgique, Grande Bretagne, Argentine…),
  • la nécessité de rétrofiter ou de retirer en urgence du parc 10 millions de véhicules potentiellement impactés par ce scandale de calculateur, anormalement émetteurs de CO2 et/ou de particules, et dont une grande partie a par ailleurs été acheté avec des « primes écologiques » qu’en toute logique les constructeurs devraient désormais rembourser à l’Etat à la hauteur de la « tricherie effectuée.

Les véhicules partagés, l’économie de fonctionnalité et l’économie circulaire peuvent apporter des réponses, notamment via des véhicules électriques partagés, mais à condition de passer d’être conçues avec des sources d’énergies renouvelables 4D (Déconcentrées, Décarbonées, Diversifiées, Démocratiques) à la hauteur du développement du parc roulant.

A minima, des propositions gouvernementales et une mission d’enquête parlementaires’impose sur ce scandale, pour des réponses appropriées et qui prennent également en compte l’impact sur l’emploi d’une filière automobile en conversion. Les solutions existent, mais les curseurs de gouvernance publique, de législation, fiscaux et de répression doivent être profondément repositionnés. Il en va de la reconquête d’un air de qualité, de notre capacité àlutter réellement contre le dérèglement climatique et de notre crédibilité à mettre en place la transition écologique de nos économies. Il en va également de notre santé et de notre qualité de vie.

L’équipe Green Cross France et Territoires

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/diesel-gate/

Sommet Mondial Climat et Territoires – un beau succès et une mobilisation concrète pour la CoP21

Sommet3Le Sommet Mondial Climat et Territoires, qui s’est tenu les 1er et 2 juillet à Lyon, est un grand succès.

Les acteurs non étatiques s’y sont retrouvés pour des engagements, propositions et plans d’actions regroupant 2/3 de la population de la planète.

Réunissant des villes, régions, entreprises, ONG… ce Sommet s’est composé de différents ateliers et débats, débouchant sur une déclaration concrète et ambitieuse.

  • Retrouvez le texte final de la Déclaration : ICI
  • Sa version en anglais : ICI
Sommet 2

© MEDDE

Parmi les thèmes abordés : énergie, transports, déchets, bâtiment, éducation, forêt, adaptation… Autant de thématiques abordées au Sommet, avec l’ambition, selon Ronan Dantec, que les acteurs réunis réduisent leurs émissions « d’environ 1,5 milliards de tonnes de CO2 d’ici 2020 ».

Green Cross se félicite de la qualité des travaux de ce Sommet. Nous prenons note de la Déclaration finale, dont nous serons, comme chacune et chacun des participants, les porte-parole jusqu’à la CoP21.

 

C’est également une feuille de route collective que nous aurons à cœur de faire vivre. Nous notons que la Déclaration est universelle, établie en présence de représentants de tous les continents, et notamment celle remarquée de l’Océanie et de ses peuples sentinelles du climat.

2015-07-01 14.15.45

 

Photo 242

Houria Tazi-Sadeq, ALMAE & CNDH, Maroc © Région Rhône-Alpes

Avec ses co-animateurs la Chambre de Commerce Internationale et ICLEI, Green Cross France et Territoires a animé l’atelier « Adaptation ». Nous avons particulièrement apprécié le réalisme, les ambitions et la diversité des projets présentés. Nous avons en particulier retenu 3 éléments essentiels mis en avant par les débats :

  • la nécessité d’une approche inclusive, intégrant notamment les enjeux liés à l’eau, à l’agriculture et aux sols,
  • l’importante d’une adaptation aux objectifs globaux, mais conçus localement sur les territoires, urbains et ruraux,
  • les enjeux de coopération décentralisée et de financement, au plus proche des projets.

Nous avons également participé aux ateliers sur l’énergie, et vu l’urgence de développer plus avant les solutions concrètes qui existent déjà, en mode « 4D » : des énergies Déconcentrées, Diversifiées, Décarbonées, Démocratiques.

Reste désormais à faire entendre plus encore la voie de l’océan, et globalement à faire levier sur la CoP21 pour des engagements concrets, avec un texte lisible, court et ambitieux. Il nous faut notamment pendant l’été avoir des engagements concrets pour lancer une dynamique sur le prix du carbone, la prise en compte de l’océan, des financements décentralisés et effectivement accessibles pour une transition écologique rapide, tant en adaptation qu’en atténuation.

C’est ce que nous allons nous atteler à faire avancer dès la semaine prochaine, en participant notamment à la Global Conference des Ateliers de la Terre, à Chantilly (globalconference2015.org). Nous y présenterons la Déclaration « ParisClimat2015 – Objectif OCEAN : les propositions de l’Economie Bleue », ratifiée désormais par plus de 30 parties prenantes significatives à l’échelle internationale, un mois après la Journée Mondiale de l’Océan.

Quelques articles de presse :

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/sommet-mondial-climat-et-territoires-un-beau-succes-et-une-mobilisation-concrete-pour-la-cop21/

Retour sur la Conférence « Océan : merveille à sauvegarder » sur le village de la Solitaire du Figaro, à Dieppe

Le 26 juin 2015, Green Cross a organisé une conférence-débat portant sur l’économie circulaire maritime sur le village d’arrivée de La Solitaire du Figaro, à Dieppe, avec le soutien de la CCI de Dieppe et de la Solitaire du Figaro – Eric Bompard Cachemire, et en partenariat avec le Réseau GRANDDE et l’Institut de l’Economie Circulaire.

Pour témoigner et partager leurs expertises, les intervenants suivants étaient réunis :

  • Nicolas Imbert, Directeur exécutif, Green Cross France et Territoires
  • Isabelle Joschke et Vincent Biarnès, navigateurs
  • Laurent Georgeault, Institut de l’Economie Circulaire

 

DSCF2708

© GCFT

 

Le panel a échangé autour de la thématique : « Préserver les océans en développant l’économie circulaire maritime, c’est bénéfique pour le climat, pour l’économie et pour l’humanité. Les entreprises et les associations font des propositions et s’engagent sur les territoires. »

 

 

 

La Conférence environnementale a fait de l’Economie circulaire une priorité nationale. Selon l’ADEME, l’économie circulaire est un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement.

 

Pour les filières maritimes, l’enjeu consiste à impulser une nouvelle dynamique permettant de concrétiser l’économie circulaire sur toutes les activités économiques opérées en mer et sur le littoral, en intégrant tout la chaîne de valeurs des produits (biens et services). L’économie circulaire maritime est porteuse de nouvelles solutions pour préserver et valoriser l’océan et les littoraux, tout en contribuant au développement des territoires et à la création d’emplois.

 

 

DSCF2732

Nicolas Imbert © GCFT

Parmi les pistes concrètes évoquées à Dieppe, les propositions de l’économie bleue réunies dans la Déclaration de Paris sur l’Océan, lancée le 8 juin à l’Agence Spatiale Européenne, sont porteuses de solutions applicables dès maintenant. Pour les retrouver :

  • La Déclaration de Paris « ParisClimat2015 – Objectif OCEAN » est disponible ICI en français.
  • Paris Declaration « ParisClimate2015 – OCEAN Objectif » is available HERE in english

Cette Déclaration est encore ouverte à signature, et les propositions associées seront à nouveau mises en avant par Green Cross et ses partenaires à Chantilly pour la Global Conference des Ateliers de la Terre, du 6 au 8 juillet.

 

 

DSCF2717

Laurent Georgeault © GCFT

Le potentiel de créations d’emploi de l’économie circulaire constitue une vraie raison d’être optimiste quant à l’avènement d’une meilleure gestion des ressources dans les territoires, quelles que soient les critiques et réticences suscitées actuellement par le processus de négociation internationale sur le climat pour la CoP21.

Retrouvez plus d’informations sur l’étude de l’Institut de l’Economie Circulaire relative au gisement d’emplois que constitue l’économie circulaire : http://www.institut-economie-circulaire.fr/L-Institut-publie-une-etude-sur-le-potentiel-d-emplois-en-economie-circulaire_a867.html

 

 

 

DSCF2714

Vincent Biarnès © GCFT

DSCF2727

Isabelle Joschke © GCFT

Fraîchement arrivés au port après une dernière étape particulièrement éprouvante, les skippers Isabelle Joschke et Vincent Biarnès ont rappelé leur solide engagement pour la préservation de l’environnement, étant eux-mêmes aux premières loges pour observer les pollutions marines et côtières. Leurs témoignages ont donné à voir l’urgence d’agir, au gré d’anecdotes préoccupantes glanées au fil de l’eau.

De son côté, notre ambassadrice Isabelle Joschke s’engage également pour la mixité avec son association « Horizon Mixité ». Plus d’informations : http://institutionnel.generali.fr/ambassadrice-Isabelle-Joschke

 

 

DSCF2735

© GCFT

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/retour-sur-la-conference-ocean-merveille-a-sauvegarder-sur-le-village-de-la-solitaire-du-figaro-a-dieppe/

Articles plus anciens «

« Articles plus récents