Archives de la Catégorie : On en parle

Fév 15 2018

Festival « Le Temps presse » du court-métrage engagé pour l’environnement, à Genève, du 26 au 28 février

Letempspressep1Dans le cadre du « Off » des Assises Européennes de la Transition Energétique, Green Cross est partenaire du Festival « Le Temps Presse » de court-métrage engagé, qui se tient du 26 au 28 février à Genève, et dont vous trouverez le flyer de présentation ICI.

letempspressep2Nicolas Imbert, directeur de Green Cross, y sera présent et membre du jury.

Grace à notre partenariat avec les organisateurs, nous avons le plaisir de pouvoir vous offrir 10 invitations VIP à une soirée du Festival. Si intéressé, merci de nous contacter très vite à contact@gcft.fr

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/festival-le-temps-presse-du-court-metrage-engage-pour-lenvironnement-a-geneve-du-26-au-28-fevrier/

Fév 10 2018

Votre agenda avec Green Cross

  • 24 février: conférence du Learning Center à Dunkerque (Halle aux Sucres). Renseignements ici, entrée libre.

  • 26 au 28 février: festival Le Temps Presse à Genève. Programme et Présentation ICI.

  • 7 mars, 14h30 – 16h30: conférence devant les chaires Léopold Sédar SENGHOR de la Francophonie, à Lyon « droits et devoirs de l’humanité »

  • 16 au 18 mars: colloque « Entreprendre en conscience» à Essaouira

  • 21 mars (nouvelle date) : colloque Manger bon pour soi et pour la planète, 14h30 – 18h30, Groupe la Française, 128 boulevard Raspail, 75 006 Paris: http://bit.ly/MangerBon

  • 23 mars: débat gaz et transition énergétique à Marseille – http://bit.ly/GazMS230318

  • 4 avril: débat gaz et transition énergétique à la Rochelle – http://bit.ly/GazLR040418

    • 10 avril : colloque résilience et vulnérabilité – îles et littoraux (date et lieu à préciser)
    • 29 au 31 mai: assises de la sécurité globale à Lyon (Préventica – Interpol)
    • 5 juin: journée mondiale de la Terre
    • 8 juin: journée mondiale de l’Océan

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/votre-agenda-avec-green-cross/

Gestion durable de l’eau et du littoral: quels partenariats ? table ronde le 13 février et signature d’une convention avec la Coalition Marocaine de l’Eau

Un peu plus d’un an après avoir été partenaire fondateur à Marrakech de la Coalition Marocaine pour l’Eau, lors de la CoP 22, dans la continuité des nombreux travaux communs sur l’eau, mais également sur le littoral et les nexus avec l’économie circulaire et l’alimentation, Green Cross France et Territoires sera à Casablanca le 13 février 2018 pour signer une convention de coopération avec la Coalition Marocaine pour l’Eau, représentée par son directeur Nicolas Imbert.

A cette occasion, la COALMA organise une Table ronde sur le thème   « Acteurs publics, acteurs privés : quels partenariats au service de la gestion durable de l’eau« , dès 13h30, au siège de la CGEM à Casablanca.

Cette rencontre, dont le programme est téléchargeable ici,  est l’occasion d’échanger sur les retours d’expériences et les réponses pertinentes qui savent trouver les bonnes articulations et les niveaux pertinents en matière de gouvernance en général et de partenariat en particulier en lien avec l’eau et l’assainissement.

Nous serions heureux de vous y retrouver – inscription obligatoire via le  formulaire de participation.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/gestion-durable-de-leau-et-du-littoral-quels-partenariats-table-ronde-le-13-fevrier-et-signature-dune-convention-avec-la-coalition-marocaine-de-leau/

Fév 07 2018

Agenda 2018

  • 13 février: signature à Marrakech d’une convention de partenariat entre la Coalition Marocaine de l’Eau et Green Cross
  • 24 février: conférence du Learning Center à Dunkerque (Halle aux Sucres)
  • 26 au 28 février: festival Le Temps Presse à Genève
  • 27 février : colloque Manger bon pour soi et pour la planète, 14h30 – 18h30, Groupe la Française, 128 boulevard Raspail, 75 006 Paris
  • 7 mars, 14h30 – 16h30: conférence devant les chaires Léopold Sédar SENGHOR de la Francophonie, à Lyon « droits et devoirs de l’humanité »
  • 16 au 18 mars: colloque « Entreprendre en conscience » à Essaouira
  • 21 mars: événement eau et littoral en cours de calage
  • 23 mars: débat gaz et transition énergétique à Marseille
  • 10 avril : colloque résilience et vulnérabilité – îles et littoraux (date et lieu à préciser)
  • 29 au 31 mai: assises de la sécurité globale à Lyon (Préventica – Interpol)
  • 5 juin: journée mondiale de la Terre
  • 8 juin: journée mondiale de l’Océan

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/agenda-2018/

« Les deux dangers qui menacent le plus la planète sont le changement climatique et les armes nucléaires » – tribune libre de Paul Quilès (membre du C.S.)

Avec ce billet, Green Cross ouvre une nouvelle rubrique « Tribune Libre », qui permet des interpellations directes au gré des volontés, implications et prises de parole des membres de son comité d’orientation qui souhaitent partager leurs visions et perspectives.

Cette première tribune est confiée à Paul Quilès.

_______________________________________________

Les deux dangers qui menacent le plus la planète sont le changement climatique et les armes nucléaires

Avez-vous été frappés comme moi par le déséquilibre que nous avons constaté en France dans le traitement médiatique de récents événements ?

D’un côté, un matraquage exceptionnel à travers tous les médias autour de la disparition d’un chanteur populaire, quasiment érigé en héros, célébré au cours d’une véritable cérémonie nationale.

De l’autre, une grande discrétion pour la remise du Prix Nobel de la Paix à ICAN (la campagne pour l’abolition des armes nucléaires). Quant au « One Summit Planet »[1], quelques médias en firent état, mais point trop, pour ne pas ennuyer le public avec un sujet insuffisamment affriolant.

C’est dommage car ce sommet, destiné à mettre en place des initiatives concrètes pour financer la transition écologique afin de tenir l’objectif des 2°C décidé lors de la COP 21[2], a été l’occasion de quelques annonces potentiellement intéressantes. Par exemple, l’engagement de différents organismes à « verdir » leurs investissements ; la Banque Mondiale ne financera plus les activités liées aux énergies fossiles dès 2019, les banques françaises celles liées aux sables bitumineux ; une coalition de fonds souverains verdira son portefeuille. Divers philanthropes, entreprises et fonds d’investissements internationaux se sont également engagés à investir massivement dans les énergies renouvelables et les activités durables.

Mais en l’absence d’objectifs chiffrés, ce sommet ne reste pour l’instant que celui des déclarations d’intention, ce qui est loin d’être suffisant pour constituer une réaction à la mesure des enjeux environnementaux.

Le changement climatique constitue pourtant l’un des deux graves dangers qui menacent la planète, les armes nucléaires étant le second. Le changement climatique peut provoquer le déplacement de dizaines de millions de réfugiés climatiques, l’abandon de terres occupées jusque-là par les êtres humains, mais demain submergées par les eaux et la modification irréversible de la faune, de la flore et de nos modes de vie.

Les armes nucléaires, quant à elles, sont des instruments de destruction massive. Une seule suffirait à ôter plusieurs centaines de milliers voire plusieurs millions de vies et signerait vraisemblablement le début d’une guerre aux conséquences incalculables. Quels que soient les acteurs en jeu, la menace est aussi globale que celle du changement climatique, en faisant craindre une atteinte beaucoup plus brutale et dramatique à notre civilisation.

Coeur Hiroshima nov 45A bien des égards, le désarmement nucléaire est d’ailleurs également un enjeu environnemental, étant donné le potentiel de destruction d’une bombe atomique, pulvérisant la zone d’impact et provoquant un désastre humanitaire sans précédent. Il faut ajouter à cela les effets dévastateurs d’un « hiver nucléaire » causé par l’addition d’explosions nucléaires dans le cadre d’une guerre nucléaire « limitée ». La bombe est dangereuse aussi bien pour les hommes que pour les territoires, comme peuvent en témoigner les survivants d’Hiroshima, de Nagasaki et, dans une certaine mesure, les témoins des essais nucléaires atmosphériques.

Ces deux périls ont beaucoup en commun. Ils opposent à une course contre-la-montre (celle du réchauffement comme celle de l’escalade nucléaire) l’inertie ou l’entêtement des dirigeants pays les plus puissants. Dans les deux cas, on feint de ne pas voir la source des problèmes, on s’arrange pour ne pas remettre en cause les habitudes ou les idées reçues. Ces deux périls engendrent déjà de nombreuses tensions entre les pays et suscitent de la défiance entre les populations, que cela soit par la rareté des ressources disponibles ou par la crainte d’une guerre nucléaire. Ces tensions sont d’ailleurs liées : qu’il s’agisse de la raréfaction de l’eau à la frontière entre l’Inde et le Pakistan ou de l’accès à de nouvelles ressources minières et à de nouvelles voies maritimes dans l’Arctique, le changement climatique suscitera des tensions géostratégiques entre des puissances nucléaires qui ne manqueront pas d’utiliser la dissuasion pour faire valoir leurs intérêts.

Hiroshima - au cœur de l'explosionCes deux périls portent également des combats communs, souvent réalisés par les mêmes acteurs. La lutte contre les armes nucléaires et la lutte contre le réchauffement climatique sont toutes deux porteuses d’un idéal de paix et tout progrès dans ce sens ne peut être issu que de négociations multilatérales. Le monde des générations futures sera climatiquement moins sûr que le nôtre, mais nous savons qu’il peut être militairement plus sûr grâce au désarmement nucléaire et à la construction d’une sécurité mondiale garantie par l’ONU.

En effet, s’il faudra mobiliser tous les acteurs possibles – citoyens, associations, entreprises, collectivités, Etats, ONG, Union Européenne, ONU – pour sauver la planète du réchauffement climatique, il suffit que neuf Etats s’entendent pour entrer dans un monde post-nucléaire. La solution est donc à la fois bien plus simple et plus compliquée, puisque les points de blocages sont beaucoup plus concentrés et bien plus tenaces.

 

648x415_explosion-nucleaireAlors que le changement climatique semble enfin susciter quelques prises de conscience chez les Etats, les puissances nucléaires organisent une désinformation qui les laisse à l’abri d’une mise en cause par leurs opinions publiques. Sans respecter la signature qu’ils ont apposée au TNP[3] (Traité de Non-Prolifération), les grandes puissances nucléaires se livrent à une nouvelle course aux armements, en augmentant le nombre d’ogives, et surtout en perfectionnant leur précision et leur maniabilité. Il en résulte un accroissement des tensions internationales, où insensiblement on passe de la doctrine du « non-emploi » à la perspective de frappes nucléaires supposées limitées, qui pourraient déclencher une escalade infernale, détruisant la planète plus rapidement et plus définitivement que le réchauffement climatique.

Et pour terminer ce billet comme je l’ai commencé, je citerai Johnny Halliday, mais, cette fois-ci pour lui reconnaître une certaine lucidité lorsque il chantait :

Noir c’est noir
Il n’y a plus d’espoir
(…)

Noir c’est noir
Il n’est jamais trop tard
(…)

Maintenant pour le sauver à tout je suis prêt.
A l’instant de la vérité, pourquoi en douter ?

________________________

Renvois de bas de page:

[1] Ce n’est pas le nom d’un show grandiose qu’aurait fait Johnny au Zénith !

[2] Faut-il préciser que la Cop 21 n’est pas une série policière télévisée ?

[3] Article 6 du TNP : « Chacune des Parties au Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace. »

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/les-deux-dangers-qui-menacent-le-plus-la-planete-sont-le-changement-climatique-et-les-armes-nucleaires-tribune-libre-de-paul-quiles-membre-du-c-s/

Déc 13 2017

Amis réunionnais: rejoignez la Route du corail Reefcheck pour ausculter la santé des récifs avec votre tuba

 

75373_130845976973588_218001_nDu 2 au 28 décembre 2017 sur toute l’île de la Réunion…

Plongez, observez, protégez

Reef Check Réunion lance sa Route du Corail, dont Green Cross est partenaire, et invite les citoyens à participer à cette expédition de surveillance de la santé des récifs. La Route du Corail existe en Guadeloupe et se développe cette année à la Réunion. 

 

 

 

Devenir biologiste marin, le temps d’une immersion dans l’océan

Pendant tout le mois de décembre, l’objectif est de plonger et réaliser des comptages scientifiques (coraux, poissons, oursins, holothuries, …) pour prendre le pouls du récif corallien : en palmes-masque-tuba, dans les lagons, en bouteille pour les plongées en pente externe, c’est un large diagnostic citoyen qui dresse l’état de santé de ces écosystèmes, pour mieux les protéger ensemble. Aucune connaissance en algues, poissons, coraux ? Pas de problème : les scientifiques de Reef Check Réunion initient, forment et encadrent chaque participant avant et pendant la mise à l’eau.

ILLUSTRATION-VG-V10

 

A propos de Reef Check

Reef Check Réunion, antenne de l’association Reef Check France, a été initié dès 2003 par l’ARVAM, l’Agence pour la Recherche et la Valorisation Marines, et compte aujourd’hui une centaine de membres.

Le programme de sciences participatives Reef Check est l’un des axes prioritaires retenus par l’IFRECOR pour développer un réseau de veille citoyenne sur la santé des récifs.

 

Par ailleurs, en ce mois de décembre, Reef Check France effectue une campagne de financement participatif, donc d’appel aux dons, pour mener à bien l’expédition à la Réunion.

Soutenez les, chaque don compte. Agissez ici : https://fr.ulule.com/la-route-du-corail/

Plus d’informations ?

Consultez le dossier de presse mis à jour pendant toute la Route du Corail en cliquant sur le lien : http://bit.ly/2k4R5AX

Suivez au fil de l’eau la progression de la Route du Corail autour de la Réunion via la page FaceBook : https://www.facebook.com/reefcheckfrance

 

Contacts

Chloé Glad – Relations presse – gladchlo@gmail.com

Jean-Pascal Quod – Président de Reef Check France – reefcheckfrance@gmail.com

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/reefcheck-rejoignez-la-route-du-corail-2017-pour-ausculter-la-sante-des-recifs-avec-votre-tuba/

Déc 08 2017

Agenda pour la fin d’année 2017 et le lancement de 2018

  • Le 12 décembre, de 11:00 à 12:30, retrouvez Nicolas Imbert, le directeur de Green Cross, à la plénière Atlantic du World Efficiency Solutions, pour aborder la thématique pleine d’enjeux : « Quelle durabilité dans un monde qui s’urbanise, les solutions et les alternatives ».
  • Le 13 décembre, de 15:30 à 16:15, venez participer au side-event organisé par Green Cross, à l’espace atelier Asia du World Efficiency Solutions, « Financer la transition écologique sur les territoires ».
  • Le 14 décembre, de 12:30 à 13:15, le Mouvement des Entrepreneurs de la Nouvelle Economie (MENE), présidé par Corinne Lepage, présente la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité (DDHu), à l’espace atelier Africa, accompagné par Green Cross.
  • Le 20 décembre, de 16:00 à 18:00, mise en débat d’experts de la note « Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique » à la Halle aux Sucres de Dunkerque.
  • Le 18 janvier, de 14:30 à 17:30, réunion du Think-and-do tank « Alimentation » à Paris
  • Du 30 janvier au 1er février, Assises Européennes de la Transition Energétique à Genève.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/agenda-pour-la-fin-dannee-2017-et-le-lancement-de-2018/

Du 12 au 14 décembre, Green Cross au World Efficiency Solutions, rendez-vous international dédié à l’économie sobre en ressources et carbone

Du 12 au 14 décembre, vous pourrez retrouver Green Cross, Portes de Versailles, au World Efficiency Solutions (WE Solutions). Pour y participer, les inscriptions se passent ici : https://visiter.world-efficiency.com/visiteur/coordonnees.htm

Organisé cette année dans le cadre du « One Planet Summit« , World Efficiency Solutions est un dispositif de mise en relation des professionnels du monde entier engagés dans le déploiement d’une économie plus sobre en ressources et en carbone.

Sous le haut patronage de Monsieur Emmanuel MACRON Président de la République et avec le soutien de Nicolas Hulot, World Efficiency Solutions a pour objectif la mise en relation entre projets et solutions en termes de mobilité, d’infrastructure bas carbone, d’énergie accessible à tous, d’écoconstruction, de nouveaux modes de production sobres et performants et de préservation des milieux. Au programme  de cet événement : sommet international, business matchmaking, exposition de projets et solutions concrètes, mise en avant de l’innovation et sessions de formations. 10 000 participants sont attendus pour développer les nouvelles collaborations qui contribueront à créer le monde de demain.

Au programme de Green Cross :

Le 12 décembre, de 11:00 à 12:30, retrouvez Nicolas Imbert, le directeur de Green Cross, en plénière Atlantic, pour aborder la thématique pleine d’enjeux : « Quelle durabilité dans un monde qui s’urbanise : les solutions et les alternatives » – Le phénomène d’urbanisation du monde est indiscutable. Dès 2005, la population de la planète est devenue majoritairement urbaine. En 2050, c’est plus de 70% du monde qui vivra en ville, produisant 75% de la croissance économique , consommant 75% de l’énergie mondiale et émettant 80% des émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, les lieux de vie urbains mettent une pression énorme sur l’environnement avec des enjeux  majeurs posés par cette urbanisation croissante, irréversible mais attendue donc maîtrisable : les dérèglements climatiques, l’accès aux ressources, l’explosion démographique, la pollution, la sécurité, l’augmentation des inégalités, etc…

La session vise à appréhender ces réalités à la fois économiques, écologiques et sociales à partir d’options et de solutions pragmatiques pour les villes. Ces alternatives à un développement urbain maîtrisé  doivent permettre aux villes de gérer raisonnablement les questions de densité urbaine, de préservation de la biodiversité et de la nature en zone urbaine, de gestion des pollutions et des formes variées de nuisance… tout en offrant aux habitants la prospérité économique qu’ils attendent de la vie en ville. La session s’intéressera ainsi aux moyens de nourrir et approvisionner les villes en eau, énergie, denrées alimentaires, à partir des infrastructures et réseaux complexes nécessaires qui rendent ces services disponibles à tous, sur des bases durables. Ce sera donc aussi l’occasion de s’intéresser à la relation inhérente, pour fournir ces services à la population, entre les villes et les zones rurales, les villes et leurs territoires environnants, avec les effets délétères de l’étalement urbain aujourd’hui compris. Finalement, il s’agira d’éclairer des villes fonctionnelles pour accueillir une population urbaine large et diverse qui aspire à vivre, se déplacer, travailler, consommer, produire … et ainsi bénéficier d’un environnement urbain qui offre à chacun un futur durable, désirable et prospère.

Le 13 décembre, de 15:30 à 16:15, venez participer au side-event organisé par Green Cross, à l’espace atelier Asia, « Financer la transition écologique des territoires » – L’accord de Paris a mis en place une feuille de route ambitieuse pour la transition écologique, impliquant en particulier les projets locaux et régionaux. Néanmoins, la boite à outil financière permettant cette transition écologique est encore en phase de construction. Nous devons agir maintenant contre le dérèglement climatique, à la fois sur l’adaptation et l’atténuation. Les financements mondiaux, que ce soit via les institutions ad-hoc ou la coopération, sont une partie de la réponse, ils ne peuvent être exhaustifs. C’est pourquoi notre atelier mettra en avant certains financements innovants identifiés comme pertinents aux échelles locales et régionales, évaluera leur impact et effectivité en termes de triple performance environnementale, sociétale et économique, et mettra en avant l’importance d’une approche inclusive et multi-parties prenantes du financement de la transition sur les territoires. L’atelier présentera des exemples opérationnels et retours d’expérience, et proposera un mode opératoire mettant en synergie société civile, entreprises, gouvernements locaux, finance publique et privé et engagements nationaux.

Le 14 décembre, de 12:30 à 13:15, le Mouvement des Entrepreneurs de la Nouvelle Economie (MENE), présidé par Corinne Lepage, présente la Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité (DDHu), à l’espace atelier Africa, accompagné par Green Cross.

Pour participer au WE Solutions : https://visiter.world-efficiency.com/visiteur/coordonnees.htm

Retrouvez le programme complet du sommet par ici : http://www.world-efficiency.com/fr/world-efficiency/we-conference/#

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/world-efficiency-solutions/

Déc 01 2017

Edition 2017 du salon Naturellia, retour sur quelques temps forts pour Green Cross

À peine a-t-il fermé ses portes que c’est déjà l’heure du bilan pour le nouveau salon Naturellia ! Force est de constater que le succès a été au rendez-vous tout au long de ces 3 jours où le public a pu découvrir de nombreuses offres en phase avec les nouvelles tendances de consommation. Le salon affiche une fréquentation en hausse de 24 % par rapport à l’édition précédente.

Retour sur quelques temps forts du salon pour Green Cross.

Après l’inauguration, Jean-Michel Cousteau, le fils aîné du commandant Jacques-Yves Cousteau, fondateur d’Ocean Futures Society, réalisateur de nombreux documentaires environnementaux et Président de Green Cross France et Territoires, est allé à la rencontre de plus de 200 jeunes du Pays Rochois, venus échanger sur l’écologie et sur l’importance de la préservation des océans.  C’est également en présence de Jean-Michel Cousteau que le film « Wonders of the Sea 3D » a été projeté au cinéma Gaumont Archamps en avant-première de l’ouverture du Salon Naturellia 2017, en partenariat avec Green Cross France et Territoires.

Projection du film "Wonders of the Sea" en présence de François Mantello, Nicolas Imbert, et Jean-Michel Cousteau

Projection du film « Wonders of the Sea » en présence de François Mantello, Nicolas Imbert, et Jean-Michel Cousteau

Echange entre Jean-Michel Cousteau et 200 jeunes du Pays Rochois - DR

Echange entre Jean-Michel Cousteau et 200 jeunes du Pays Rochois 

Echange entre Jean-Michel Cousteau et 200 jeunes du Pays Rochois - DR

Echange entre Jean-Michel Cousteau et 200 jeunes du Pays Rochois 

Retrouvez l’interview de Jean-Michel Cousteau par Michel Robadin  sur Direct News http://fb.me/UpqWfD0q 

Interview de Jean-Michel Cousteau par Michel Robadin sur Direct News - DR

Interview de Jean-Michel Cousteau par Michel Robadin sur Direct News 

 

Félicitations aux 3 familles qui ont réalisé des plats d’exception en moins d’1 heure lors de la finale de ce concours de cuisine réservé aux familles et organisé en partenariat avec la société Leztroy et Green Cross France et Territoires ! L’objectif était de préparer des recettes saines, respectueuses de la planète et bonnes pour la santé à base de produits bio, locaux et de saison.

Concours de cuisine en famille organisé par le salon Naturellia et Green Cross France et Territoires - DR

Concours de cuisine en famille organisé par le salon Naturellia et Green Cross France et Territoires 

Retrouvez le communiqué de presse du salon Naturellia en cliquant ICI et une vidéo sur les meilleurs moments du salon : https://www.youtube.com/watch?v=NHilyOy6Saw

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/edition-2017-du-salon-naturellia-retour-sur-quelques-temps-forts-pour-green-cross/

En décembre, Green Cross a besoin de VOUS

Soutenez Green Cross – nous avons besoin de vos DONS et COTISATIONS

Chers ami(e)s de Green Cross,

En ce mois de décembre, nous avons BESOIN de vous pour avancer.

Plus que jamais, les difficultés rencontrées pour suivre la feuille de route de l’accord de Paris sur la transition climatique, l’importance réitérée d’une transition alimentaire qui change le modèle, mais aussi l’accent mis à la CoP 23 sur la résilience réponse des territoires à la vulnérabilité, une approche plus intégrée sur le littoral et l’océan, sont autant de démonstration de la pertinence de nos actions.

Et, plus que jamais, nous avons besoin de VOUS pour avancer de votre engagement humain, mais aussi de financements, d’une générosité réitérée via vos dons et adhésions, et du développement de notre notoriété.

Chaque geste compte: vous pouvez donner une fois, à partir de 1 € tout soutien est essentiel pour nous, déclencher un don par prélèvement mensuel selon les modalités de votre choix, nous faire un don important avant le 31 décembre. Chaque don donnera lieu à un reçu fiscal (66% de déduction pour les particuliers).

Comment nous soutenir ? 

Vous pouvez également télécharger le bulletin de don et cotisation et le renvoyer par la Poste avec votre règlement à Green Cross, 33 rue Chaptal, 92 300 Levallois-Perret, France.

Jean-Michel Cousteau récompensera symboliquement les dons les plus significatifs

Jean-Michel Cousteau, Président de Green Cross France et Territoires, s’engage personnellement pour cette campagne de dons, et a décidé de 3 gestes forts, en soutien à cette campagne de don :

  • les 5 donateurs ayant effectué les dons les plus importants entre le 1er et le 31 décembre recevront un exemplaire de « Mon père, le commandant Jacques-Yves Cousteau », dédicacé par Jean-Michel Cousteau,
  • le donateur ayant réalisé le don le plus élevé pour Green Cross entre le 1er et le 31 décembre (valeur de réserve 5 000 euros) recevra un ouvrage unique, historique, de l’édition originale « The Silent World », dédicacé par le Commandant Cousteau. 

N’hésitez pas à en parler autour de vous, et à propager ces éléments. Marguerite d’Andlau (marguerite.dandlau@gcft.fr) est à disposition pour toute question ou échange complémentaire.

Nous comptons sur vous, sur vos relais et sur vos réseaux, pour vous donner en 2018 encore plus de clés pour agir.

Bien à vous,
Jean-Michel Cousteau, Nicolas Imbert et toute l’équipe Green Cross France et Territoires

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/en-decembre-green-cross-a-besoin-de-vous/

Articles plus anciens «