Archives de la Catégorie : Plaidoyer

Déclaration Universelle des Droits de l’Humanité – progrès accomplis

Green Cross se réjouit de la nouvelle étape franchie par la Déclaration des Droits et Devoirs de l’Humanité (DDHU) qui, 2 ans après la mobilisation citoyenne effectuée au Conseil Economique et Social à Paris, fédère un réseau international de 14 ambassadeurs de bonne volonté, un comité de soutien riche de plus de 50 personnalités dont Yann Arthus-Bertrand, Isabelle Autissier, Jean Jouzel, Ban Ki Moon, Pascal Lamy, Jo Leinen, Enrico Macias, Valérie Masson-Delmotte, Sophie de Menton, Edgar Morin, Sirpa Petikeinnen, Jeremy Rifkin, Olivier de Schutter…

Le texte fait en particulier partie des éléments discutés à la CoP 23, des personnalités de tout premier plan comme Ban Ki Moon ont rejoint le comité de soutienun avis des CESE européen émis en octobre 2017 mentionne la DDHU, et la Fédération Européenne des Barreaux a adopté le 11 novembre à Londres la Déclaration.

Vous trouverez ici un livret présentant la Déclaration Universelle des Droits et Devoirs de l’Humanité, ainsi que ses soutiens.

Pour Jean-Michel Cousteau, Président de Green Cross France et Territoires « il n’y a qu’un système d’eau, vital pour l’humanité, et qui nous connecte tous. Il est désormais essentiel que, à l’image de cette eau indispensable à la vie, nous soyons tous unis par un texte fondateur qui ré-affirme le lien entre l’humain et l’environnement, précise des droits et devoirs, et permettent à nos enfants, nos petits-enfants, d’avoir les mêmes atouts en venant sur terre que ceux qui nous avons eu ».

Nicolas Imbert, directeur, précise que « avec cette déclaration, des Etats, mais aussi des entreprises, des collectivités, des associations ou des citoyennes et citoyens peuvent non seulement marquer leur communauté de destin avec la planète, mais aussi avoir un texte de référence que chacun peut comprendre, qui nous aide à vivre ensemble et à anticiper l’avenir. Le plus largement il sera reconnu, le plus vite il deviendra incontournable dans notre vie quotidienne, qu’il s’agisse des échanges commerciaux, de la structuration de la vie locale ou des rapports entre Etats. Et la mobilisation actuelle est très encourageante.

La Déclaration des Droits de l’Humanité prévoit de nombreux événements sur les prochaines semaines. Outre sa présence à la CoP 23, elle fera l’objet de présentations et de cérémonies de signature à Modène, Marseille, Dakhla…pour en savoir plus: droitshumanite.fr

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/declaration-universelle-des-droits-de-lhumanite-progres-accomplis/

Nov 09 2017

Abandon de l’objectif 50 % nucléaire à horizon 2025 – un contresens historique et un non-sens économique

A l’issue du Débat National sur la Transition Energétique, première mobilisation de l’ensemble des composantes de la société civile française, un consensus global avait permis de faire de la réduction de la part du nucléaire civil de 75 % à 50 % de la production électrique d’ici à 2025 un élément fondamental de la stratégie énergétique du pays, et un point structurant de la relation de co-construction entre le gouvernement, les politiques régionales et locales, les initiatives privées et la société civile.

L’annonce gouvernementale ce jour de revenir sur cet engagement structurant (la réduction de 75% à 50% de la part du nucléaire dans la production électrique) est un coup de canif incompréhensible dans le consensus énergétique construit entre toutes les parties prenantes françaises.

Annoncé en ouverture de la CoP 23, et à quelques semaines de la date anniversaire de l’Accord de Paris issu de la CoP 21, c’est un très mauvais signe contre la transition écologique et énergétique du pays, et un message violent délivré à nos voisins européens.

Aujourd’hui, de l’aveu même d’EDF, le nucléaire n’est plus compétitif pour tout nouvel investissement, et le maintien même des installations dans un état de sûreté et de sécurité nominal au sens de l’ASN grève significativement les comptes de l’opérateur. C’est pourquoi il est urgent, pour des seuls raisons de rigueur économique et de salubrité publique, que chaque euro nouvellement investi dans le nucléaire, qu’il soit public ou privé, le soit exclusivement au profit d’un dé-commissionnement au plus vite des installations nucléaires, et d’un démantèlement anticipé, planifié, budgété et réalisé sous contrôle institutionnel et démocratique.

En outre, l’attribution en 2017 du Prix Nobel de la Paix à ICAN (Campagne Internationale pour Abolir les Armes Nucléaires) montre si besoin était la volonté internationale majoritaire partagée, civile, militaire, des sociétés civiles et des gouvernements, de voire la planète s’affranchir de toute nouvelle production de combustible nucléaire, et de tourner la page de l’atome pour viser une société pacifiée, et en phase avec l’urgence climatique.

Le lobby électro-nucléaire français est de plus en plus isolé sur la scène internationale, que les dirigeants finlandais et britanniques confrontés à des retards et problèmes de conformités récurrents envisagent sérieusement l’abandon des projets en cours, que le gouvernement chinois fait état de ses préoccupations de sécurité récurrentes quant aux centrales nucléaires construites par les français.

L’objectif de réduction de 75 % à 50 % de la part du nucléaire était en passe d’être atteint de manière anticipée: les mises à l’arrêt régulières de centrales nucléaires (cf. Tricastin), couplées à des progrès régulièrement constatés dans l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables 4D (déconcentrées, décarbonées, diversifiées, démocratiques), les projets de méthanisaton de seconde et troisième génération, le power-to-gaz couplés à des renouvelables, montrent si besoin était que le pays si il en fait le choix politique peut atteindre rapidement, avec une meilleure compétitivité que via le choix électronucléaire et en anticipant de manière bien plus sereine le futur, un maximum de 50 % nucléaire dans l’électricité à horizon 2025 et la sortie complète du nucléaire à horizon 2050.

Enfin, dans un contexte de pétrole bon marché et de dérèglement climatique accéléré, la France joue sur les 2-3 ans à venir sa politique énergétique et d’investissement qui la positionnera – où non – dans une trajectoire soutenable énergétiquement, et en provisionnant à la hauteur des coûts réels l’impact du démantèlement nucléaire en France.

Dans ce contexte, l’abandon de cet objectif de réduction de 75 % à 50 % de la part du nucléaire à horizon 2025 est non seulement un contresens historique, mais également un couteau dans le dos planté à tous les entrepreneurs qui créent de l’emploi autour de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables en France, et enfin un terrible héritage transmis aux jeunes générations et aux générations futures.

Alors que s’ouvre la CoP 23, que plus que jamais les Régions et les Entrepreneurs sont investis dans la transition énergétique, et à quelques semaines de l’anniversaire de l’Accord de Paris, il est urgent que le gouvernement revienne sans délai sur ce coup de canif donné dans la Loi de Transition Energétique, et réaffirme par la voie du Président de la République (comme le candidat Emmanuel Macron s’y était engagé) le respect absolu de la Loi de Transition Energétique, dont l’engagement de réduction de 75% à 50% de la part du nucléaire dans la production électrique fait partie.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/abandon-de-lobjectif-50-nucleaire-a-horizon-2025-un-contresens-historique-et-un-non-sens-economique/

Green Cross sera du 9 au 17 novembre à la CoP 23 à Bonn

Green Cross sera présent du 9 au 17 novembre à la CoP 23 à Bonn, et notamment en partageant les éléments suivants:

 

Nous interviendrons dans de nombreuses tables rondes et conférences, et en particulier :

9 Novembre

  • 14.30, pavillon fidjien: « Eau et adaptation dans les îles« , organisé par le Partenariat Français pour l’Eau avec le support de Green Cross, et la participation de Nicolas Imbert
10 Novembre
  • 09.00, pavillon marocain: « Gouvernance de l’Eau« , organisé par la Coalition Marocaine pour l’Eau avec le support de Green Cross, et la participation de Nicolas Imbert
  • 12.00, pavillon fidjien: « Résilience des îles et zones littorales« , organisé par Green Cross
11 Novembre
  • 17.00, pavillon français: rencontres informelles sur l’économie bleue
14 Novembre
  • Lancement de l’Alliance pour les Technologies Propres (lieu et heure à préciser)
16 Novembre
  • 15.00, pavillon fidjien: lancement de l’Ocean Pathway Partnership
  • 17.30, pavillon français: adaptation au changement climatique, organisation Comité 21, ouvert par Jean-Michel Cousteau, Président de Green Cross Franc et Territoires

 

Au plaisir de retrouver celles et ceux d’entre vous qui feront le déplacement, et de tenir informés les autres.

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/green-cross-sera-du-9-au-17-novembre-a-la-cop-23-a-bonn/

Août 22 2017

Quels enjeux pour le gaz dans la transition énergétique ?

Alors que les débats et décisions sur la transition énergétique sont souvent focalisés sur la transition électrique, et sur une politique de l’offre mono-énergie, Green Cross a souhaité mettre en avant les enjeux et outils liés au gaz dans la transition énergétique, les capacités de solidarité énergétique, notamment dans une logique de maîtrise de la demande. Nous publions aujourd’hui une note, Quels enjeux pour le gaz dans la transition énergétique ?, fruit de 18 mois de travaux de notre think&do tank « économie circulaire, énergie, villes et territoires durables ». Ce document fera l’objet d’une mise en débat avec les différentes parties prenantes, qui aura lieu entre septembre et décembre 2017, et dont le calendrier sera communiqué début semaine. Le document est téléchargeable ici.

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/quels-enjeux-pour-le-gaz-dans-la-transition-energetique/

Août 22 2017

Le Pacifique, un océan sous forte tension

Nicolas Imbert, directeur de Green Cross, était présent à Nouméa pour la venue de la Ministre des Outre-Mers et les 70 ans de la Commission du Pacifique Sud. Nous avons notamment assisté à la signature d’un accord de coopération technique entre la Communauté du Pacifique et l’Agence internationale de l’Energie atomique (AIEA)  (https://www.facebook.com/agencepressepacifique/videos/180573002483344/?fref=mentions)

Alors que la contamination de l’Océan Pacifique par les eaux radioactives de Fukushima se poursuit en toute impunité, cette dérive nous semble particulièrement dangereuse. Nicolas Imbert a fait part de son analyse à l’Agence Presse Pacifique: https://www.facebook.com/notes/agence-presse-pacifique/-le-nucl%C3%A9aire-est-d%C3%A9finitivement-un-fl%C3%A9au-dont-il-faut-prot%C3%A9ger-le-pacifique-/181287682411876/

Cet accord, dont la pertinence nous échappe, intervient alors que la contamination nucléaire des poissons dans le Pacifique est préoccupante, en particulier suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima-Daïchi. Nous avons un devoir moral de vigilance et d’alerte, mais aussi de condamner moralement la volonté japonaise de déverser 700 000 tonnes supplémentaires d’eaux irradiées (et donc contaminées) de Fukushima-Daichi. C’est pourquoi Green Cross appelle à signer la pétition européenne condamnant le déversement de 700 000 tonnes d’eaux contaminées de Fukushima-Daichi. Vous trouverez plus d’informations sur les liens http://www.globalresearch.ca/fukushima-tell-the-japanese-government-dont-dump-radioactive-nuclear-waste-into-the-ocean/5601606 et https://actions.sumofus.org/a/japan-stop-tepco-dumping-nuclear-waste-in-the-pacific

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/le-pacifique-un-ocean-sous-forte-tension/

Juin 30 2017

Déclaration des Droits (et Devoirs) de l’Humanité: un engagement des sociétés civiles, des territoires et des entreprises

A Marrakech, lors de la CoP 22, la Déclaration des Droits et Devoirs de l’Humanité était signée par la République des Comores, premier Etat à reconnaître le texte par la voie de son Président, et qui rejoignait ainsi, après Paris et Strasbourg, la liste des pouvoirs publics signataires (à redécouvrir sur http://r20paris.org/fr/2017/01/10/la-declaration-universelle-des-droits-de-lhumanite-un-projet-en-marche/).

(c) Ania FreindorfLa Déclaration a franchi la semaine dernière une nouvelle étape essentielle, puisque les maires Roland RIES (Strasbourg) et Anne HIDALGO (Paris) ont présenté à l’Assemblée Générale des Maires Francophones, à Montréal, le 21 juin, la déclaration. Vous trouverez ci-joint le livret support à cette présentation.

En outre, Corinne Lepage, Présidente du groupe de travail ayant conduit à la réalisation de cette Déclaration, a remis formellement un exemplaire illustré à Arnold Schwarzenegger lors de son passage à Paris.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/declaration-des-droits-et-devoirs-de-lhumanite-un-engagement-des-societes-civiles-des-territoires-et-des-entreprises/

Juin 30 2017

Alimentation: les actions de Green Cross

Green Cross opère depuis 2015 un think-and-do tank « Alimentation », qui réunit dans une logique de co-construction les professionnels de la filière, ainsi que différents organismes et relais territoriaux impliqués.

Le 28 février 2017, ce think-tank a notamment organisé son colloque annuel « Coup de projecteur sur les filières qui marchent« : http://bit.ly/Alim28fev….des interlocuteurs de l’ADEME, du Commissariat Général à la fête de la Gastronomie, de Bonduelle, Interbev, Intermarché, Keraliou, Ia Française…sont venus témoigner et mettre en avant les modèles de territoire qui permettent de produire une alimentation de qualité accessibles à tous.

Par ailleurs, depuis 2 ans, Green Cross est partie prenante à la concertation menée par Interbev sur la performance environnementale de l’élevage allaitant. Présentés ce jour à l’Assemblée Générale Interbev, la présentation de synthèse des travaux est disponible ici, et le délai de la concertation là.

Nous avons également contribué à mettre en avant les bénéfices de l’économie circulaire dans l’aquaculture, en co-écrivant avec Raphaela le Gouvello un papier pour le dernier rapport de l’UICN sur le sujet, paru en juin 2017.

Green Cross continue également ses activités de terrain sur le sujet, avec notamment:

  • un focus sur les activités « Alimentation » outremer lors du Green and Blue Festival qui aura lieu du 14 au 16 septembre à Nouméa,
  • la continuation de son projet « Porc Durable » visant à faire émerger une filière accélérant la transition vers une production bio locale et performante,
  • la mise en avant des thématique « Alimentation & Santé » et l’impact de notre consommation sur la planète.

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/alimentation-les-actions-de-green-cross/

Avr 18 2017

Retour sur la session plénière « Climat : Objectif Océan » du 13 avril

Jeudi 13 avril a eu lieu la journée « Littoral, Océan et Climat », organisée par Green Cross France et Territoire, sous la présidence de Jean-Michel Cousteau, et  l’Agence Spatiale Européenne (ESA), avec notamment Nathalie Meusy, ‎Responsable du Développement Durable au sein de l’ESA.

 

Le colloque « Climat : Objectif Océan » de l’après-midi a été co-organisé avec l’Agence Spatiale Européenne (ESA), Sud Radio et Presidency Key Brief, avec la participation du Comité 21, de la Coalition Marocaine pour l’Eau, de l’Institut pour la Prospective et la Sécurité en Europe, de la Fondation Goodplanet, de Humanité et Biodiversité, de l’Institut de l’Economie Circulaire, d’Outremers 360, du Partenariat Français pour l’Eau, de la Revue de la Marine Marchande, du R20+ Regions of Climate Action….

 

Afin de répondre aux priorités 2017 et aux urgences, confirmées notamment par les travaux des Conférences Climat (COP et conférences régionales MEDCOPs et Oceania Meetings), comme par le rapport spécial à venir du GIEC sur la cryosphère et l’océan, ce colloque a été articulé en trois parties :

  • Améliorons la résilience et la gestion écologique des territoires littoraux et des îles,
  • Stoppons le plastique dans l’océan,
  • Rendons par l’innovation et les engagements le transport maritime plus écologique.

 

Les débats ont été animés par Fanny Agostini, journaliste TV et présentatrice météo, Philippe David, journaliste et animateur Sud Radio sur Sud Radio, et Nicolas Imbert, directeur exectif de Green Cross France et Territoires.

 

Ils parlent de notre événement sur Twitter :

Hashtag: #ClimatOcean

@_GCFT ; @technoscopie ; @Ale_moreau ; @AmadouCleverBa ; @Emdupuy ; @PlasticOdyssey ; @R20Paris ; @sandrinebelier ; @HenriRobert6 ; faimano ; @Amelie_Rouvin

 

N’hésitez pas à télécharger nos ouvrages « Eau, des clés pour agir » et « Océan, des clés pour agir » sur la plateforme suivante : http://www.desclespouragir.fr/

 

Et à contribuer à l’édition 2017 « Océan, des clés pour agir » par ici : JE SOUHAITE CONTRIBUER 

 

LES PHOTOGRAPHIES DE L’EVENEMENT SONT A RETROUVER ICI

 

Bettina Laville - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Bettina Laville – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Houria Tazi Sadeq - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Houria Tazi Sadeq – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe Guettier - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe Guettier – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Thierry Touchais - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Thierry Touchais – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Sandrine Bélier - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Sandrine Bélier – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Fanny Agostini - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Fanny Agostini – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Jacques Degroote - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Jacques Degroote – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Patrick Fabre; Henri Robert - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Patrick Fabre; Henri Robert – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Amadou Ba - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Amadou Ba – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Hervé Deiss - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Hervé Deiss – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Carole Carpentier - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Carole Carpentier – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

GCFT, Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

GCFT, Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Jean-Michel Cousteau - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Jean-Michel Cousteau – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Carmen Bouley de Santiago - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Carmen Bouley de Santiago – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe David - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe David – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Nathalie Meusy - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Nathalie Meusy – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Jean-Michel Cousteau - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Jean-Michel Cousteau – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe Rigout - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Philippe Rigout – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Nicolas Imbert - Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France - ©Ania Freindorf/GCFT

Nicolas Imbert – Green Cross France at ESA, European Space Agency, Conference Ocean, Paris, France – ©Ania Freindorf/GCFT

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/retour-sur-la-session-pleniere-climat-objectif-ocean-du-13-avril/

Avr 14 2017

Retour sur la session de travail «2017 : Stoppons le plastique dans l’Océan »

Jeudi 13 avril a eu lieu la journée « Littoral, Océan et Climat », organisée par Green Cross France et Territoire, sous la présidence de Jean-Michel Cousteau, et  l’Agence Spatiale Européenne (ESA), avec notamment Nathalie Meusy, ‎Responsable du Développement Durable au sein de l’ESA.

Dans la continuité des travaux effectués le 11 novembre 2016 à Marrakech, lors de la CoP22 (https://vimeo.com/196260464), la matinée « Stoppons le plastique dans l’Océan » a été conçue dans une dynamique de workshop, avec une table de co-construction, pour s’attaquer à deux dimensions : tarir les gisements de plastique; et gérer les déchets plastiques déjà présents. Elle a permis de progresser dans la consolidation de nos propositions collectives (expéditions, associations, collectivités locales, entreprises, scientifiques, journalistes et institutions gouvernementale), afin de présenter lors de la journée mondiale de l’océan, le 8 juin 2017, un plan d’action à la hauteur des enjeux.

Jean-Michel Cousteau, Président de Green Cross France et Territoires, a su souligner à quel point nous sommes dépendants de la qualité des océans, mais aussi que « nous sommes la seule espèce qui peut décider de ne pas disparaître ».

De nombreuses initiatives existent déjà, comme la campagne de sensibilisation initiée par Vacances Propres, et parrainée par Jean-Michel Cousteau. La 6ème édition de l’opération « Je navigue, je trie » complètement dédiée à la prévention des déchets marins et au tri, a d’ailleurs permis de sensibiliser 131000 plaisanciers, notamment grâce à un slogan accrocheur « Rien par-dessus bord, tous mes déchets au port ! ».

Le projet The Sea Cleaners consiste, quant à lui, à fabriquer un multicoque de 72 mètres de large, le Manta, afin de ramasser les macro-déchets plastiques, pour, d’une part, nettoyer les océans, en priorité dans les zones les plus critiques, et, d’autre part, être un symbole de cette lutte contre la pollution plastique et de la nécessité de prises de décision de la part des Etats. La démarche se décompose en trois volets : la collecte ; l’analyse scientifique ; et l’éducation.

Il en est de même pour Expedition MED, qui se veut être un laboratoire citoyen pour la protection de l’environnement marin, et qui a d’ailleurs spécifié que « dans certaines zones avaient pu être trouvés autant de déchets plastiques que de plancton ». Les déchets plastiques, c’est 100000 mammifères étouffés ou asphyxiés par an. De plus, il existe un lien, peu évident, et pourtant très fort entre le plastique et le climat : la moitié du captage de CO2 de l’atmosphère se fait via les phytoplanctons, qui s’avèrent être très perturbés par les substances plastiques, et notamment par les perturbateurs endocriniens.

Cependant, 70% des macro-déchets coulent, rendant difficile le nettoyage des mers : il faut donc agir d’urgence en amont, et mettre en place, par exemple, des filières de collecte et de valorisation des filets de pêche, qui s’avèrent avoir des effets dévastateurs en mer.

Cette matinée a donc permis de voir émerger des lignes de force, et surtout l’importance, d’une part, que tiennent l’éducation et la sensibilisation dans la réduction de la présence de plastique dans l’océan, mais aussi la nécessité indubitable de créer une plateforme permettant de publier et partager l’ensemble des découvertes, études et conclusions scientifiques concernant le plastique, mais également de former une alliance, une coalition réunissant l’ensemble des acteurs mettant en œuvre des projets et des actions dans le sens d’une réduction de la quantité de déchets plastiques dans l’océan. Il est vital de mettre en commun les référencements et les données existants, d’où, d’ailleurs, le lancement par l’ESA de Copernicus, ce programme européen d’observation de la Terre, qui permet d’enregistrer une quantité de données essentielles à la compréhension du changement climatique et des bouleversements qu’il crée et pourra engendrer dans un futur proche si les prises de décision ne sont pas rapides et à la hauteur des enjeux.

 

Différents projets et expéditions à retrouver sur :

 

Ils parlent de notre événement sur Twitter :

#STOPplasticsINtheSEA

@_GCFT ; @technoscopie ; @Ale_moreau ; @AmadouCleverBa ; @Emdupuy ; @PlasticOdyssey ; @R20Paris ; @sandrinebelier ; @HenriRobert6 ; @faimano ; @Amelie_Rouvin

 

N’hésitez pas à télécharger nos ouvrages « Eau, des clés pour agir » et « Océan, des clés pour agir » sur la plateforme suivante : http://www.desclespouragir.fr/

Et à contribuer à l’édition 2017 « Océan, des clés pour agir » par ici : POUR CONTRIBUER 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/retour-sur-la-session-de-travail-2017-stoppons-le-plastique-dans-locean/

Défense, Dissuasion et Climat – Quelles évolutions dans un monde qui change ?

Dans un contexte où l’armement nucléaire représente 15% du budget de la défense français, mais s’avère absent des scènes médiatique et politique à l’approche des élections présidentielles, il est essentiel de faire un point sur ce sujet : mettre en lumière les acquis, repérer les risques, et distinguer les perspectives qui s’offrent à nous.

Mikhaïl Gorbatchev, notamment, souligne que, face à l’évolution des profils de conflits, il est nécessaire de changer de regard sur le monde, et en particulier sur la doctrine militaire, et éventuellement ouvrir un nouveau chapitre dans le désarmement, global et nucléaire…  (http://bit.ly/MGDirectMatin)

Il s’agit donc de considérer les nouveaux types de menaces et de conflits, allant de pair avec les bouleversements climatiques : insécurité alimentaire, migrations contraintes des populations, épuisement des ressources…

Mais aussi de questionner l’opportunité d’un abandon progressif des armements nucléaires à l’heure où un processus de création d’un traité d’interdiction des armes nucléaires est lancé à l’ONU.

Sans oublier la gestion raisonnée de l’armement nucléaire existant, dans la dynamique progressive de la ratification de l’accord de Paris, et à la suite des nouvelles orientations politiques du gouvernement Trump et des futures élections présidentielles françaises.

https-cdn.evbuc.comimages284518621383696183481original

Retrouvez ainsi des thématiques palpitantes et pleines d’enjeux : stratégie, défense, sécurité, à des niveaux de gouvernance nationaux et internationaux…

Et pour ce faire, nous aurons le plaisir d’accueillir de nombreux experts : Jean-Marie Collin, Emmanuel Dupuy, Joel Guerriau, Nicolas Hulot, Corinne Lepage, Général Bernard Norlain, Gilles Pennequin, Paul Quilès, Winiki Sage, Hubert Védrine (témoignage vidéo).

Le colloque sera structuré en trois parties :

  • Défense et climat : quels liens ? – Jean-Marie Collin, Emmanuel Dupuy, Gilles Pennequin, Winiki Sage
  • Quels acquis et quelles évolutions depuis la conférence « Défense et Climat » de novembre 2015 à Paris ? – Nicolas Hulot
  • Dissuasion et arme nucléaire : comment s’adapter à un monde qui change ? – Corinne Lepage, Général Bernard Norlain, Paul Quilès, Hubert Védrine (témoignage vidéo), Joel Guerriau

Le colloque sera présenté par Fanny Agostini, journaliste climat et environnement, et Nicolas Imbert, directeur Green Cross.

N’hésitez pas à réserver vos places dès maintenant, l’inscription préalable est obligatoire pour participer à ce colloque sur invitation.

Informations et inscriptions:  http://bit.ly/13MarsDefenseClimat

Accès à l’invitation : Invitation_13_mars_Défense_Dissuasion&Climat

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/defense/

Articles plus anciens «