7 résultats de recherche pour : hignette

Oct 13 2016

Michel Hignette

michel hignetteOcéanographe de formation, Michel Hignette a débuté sa carrière professionnelle à la station biologique de Roscoff, avant de travailler comme directeur-adjoint pendant 10 ans à l’aquarium de Monaco.

Il a ensuite été directeur de l’aquarium de la Porte dorée, établissement sous tutelle du Ministère de la culture, qu’il a rénové totalement.

Il est aujourd’hui président honoraire de l’Union des Conservateurs d’Aquarium de France (UCA).

Il a rejoint le Comité d’Orientation de Green Cross en octobre 2016.

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/michel-hignette/

Oct 17 2016

Conseil d’Administration et Comité d’Orientation

Lors de son Assemblée Générale du 10 octobre, Green Cross France et Territoires a élu son nouveau Conseil d’Administration et Comité d’Orientation, comme suit:

Membres du Conseil d’Administration :
Membres du Comité d’Orientation :
Toutes nos félicitations aux nouveaux conseillers, et nos remerciements aux conseils sortant pour la qualité du travail effectué! 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/nouveau-conseil-dadministration-et-comite-dorientation/

Nov 21 2015

Seafood Fusion à Brest – c’est maintenant et nous y sommes

Green Cross est présent au Seafood Fusion Festival, ce soir et demain, et organise 2 belles conférences dans l’auditorium d’Océanopolis, à Brest (Port de Plaisance du Moulin Blanc, 29210 Brest) :

  • ce samedi 21 novembre, de 17h à 18h15: CoP21 – Objectif Ocean: venez découvrir comme l’humanité peut vivre en synergie avec un océan préservé, s’alimenter durablement de produits de la mer tout en préservant le climat et la planète. 90 minutes de débat avec Sophie Mise le Bouleise, commissaire générale à la gastronomie, Michel Hignette, Directeur de l’Aquarium de la Portée Dorée, Gérald Hussenot Desenonges, Président de Blue Fish, Nicolas Imbert,directeur exécutif de Green Cross
  • demain, dimanche 22 novembre de 11h à 12h15: venez vivre avec nous les merveilles de l’océan, rêver avec le teaser du film ODYSSEA (un regard inédit sur le monde sous-marin, vu par 3 générations de la dynastie Cousteau) que Jean-Michel Cousteau sortira au printemps 2016 en 3D, 60 ans après le Monde du Silence, découvrir avec Ania Freindorf la résilience des peuples du Pacifique suite au cyclone PAM, suivre l’aventure Sur les traces de Shackletonmenée par Luc Hardy (ouvrage en vente à la librairie du salon pendant le festival, bit.ly/LHEndurance au-delà) et dialoguer avec Bruno Sroka, triple champion du monde de kite-surf, Didier Simon du Collectif Rock-n-toques et Ania Freindorf.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/seafood-fusion-a-brest-cest-maintenant-et-nous-y-sommes/

Crèmes solaires : pourquoi et comment bien les choisir ?

(c) GCFT

(c) GCFT

 

En France, 15 millions de crèmes solaires seraient vendues chaque année. Certains de leurs composants, notamment le « benzophenone-2 » (BP2), peuvent être toxiques pour les organismes vivants : nous, mais aussi les récifs coralliens…

 

Quels sont les impacts ?

 

  • Santé humaine : le BP2 aurait des conséquences néfastes sur le système hormonal et les fonctions reproductrices féminines, le système immunitaire et les fonctions thyroïdiennes.

 

  • Récifs coralliens : aujourd’hui, 75% des récifs coralliens sont menacés de disparition dans le monde et on estime qu’entre 4000 et 6000 tonnes de crèmes solaires sont libérées sur les récifs coralliens chaque année à travers le monde. Le danger que constituent les crèmes solaires pour les coraux est encore souvent sous-estimé et mal connu, bien que leur impact toxique ait été démontré par les travaux de différents chercheurs (Schlumpf et al. en 2004, Weisbrod et al. en 2007).

 

  • Un exemple : à la Réunion, l’ARVAM tire la sonnette d’alarme. Les récifs coralliens de l’île, étroits et très fréquentés, hébergent plus de 3600 espèces (faune et flore), dont 170 espèces de coraux constructeurs. Une enquête menée en 2014 a révélé entre autres que 25% des composants des crèmes solaires finissent dans le lagon à chaque bain de 20 minutes.

 

 Alors, comment chacun d’entre nous peut agir ?

 

  • La mention de la présence de BP2 dans les crèmes solaires est devenue obligatoire sur les emballages depuis le 11 juillet 2013 : voilà une bonne indication pour un achat responsable !

 

  • Il existe aussi des crèmes solaires certifiées sans danger pour le milieu marin : ce sont celles-ci que nous devrions utiliser désormais. En effet, les fabricants commencent à développer de nouvelles gammes de produits, avec le soutien de chercheurs.

 

  • Le biomimétisme constitue une remarquable source d’inspiration : les végétaux et invertébrés marins sessiles ne peuvent se déplacer, et développent donc des mécanismes de protection intrinsèques dont les Hommes peuvent s’inspirer. L’exploitation de ces solutions a même déjà commencé, notamment celle des MAAs (Mycosporine like Amino Acids), contenues dans certaines algues rouges comme les Porphyra umbilicalis. L’Océan, une belle source de solutions !

 

 

CONTEXTE :

 A l’occasion du colloque « Paris Climat 2015 – Objectif Océans : Les propositions de l’économie bleue », qui se tenait à l’Agence Spatiale Européenne à l’initiative de Green Cross, notre note sur les crèmes solaires a été lancée. Ce papier est issu d’une table ronde organisée à l’Aquarium de la Porte Dorée le 9 février, réunissant les intervenants suivants :

  • Michel Hignette : directeur de l’Aquarium de la Porte Dorée – Paris
  • Nicolas Imbert : directeur exécutif GREEN CROSS France et Territoires
  • Jean-Pascal Quod : directeur général de l’ARVAM (Agence de Recherche et de Valorisation Marines), La Réunion

Retrouvez l’intégralité de la note « Crèmes solaires, perturbateurs endocriniens, santé humaine et impact sur les récifs coralliens » ici

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cremes-solaires-pourquoi-et-comment-bien-les-choisir/

Jan 16 2015

Crèmes solaires, perturbateurs endocriniens, santé humaine et impact sur les récifs coralliens

Une seule date – le 9 février à 19h00, Aquarium de la Porte Dorée

 

La table ronde accueillera notamment les interventions de  :

  • Michel Hignette : directeur de l’Aquarium de la Porte Dorée
  • Nicolas Imbert : directeur exécutif GREEN CROSS France et Territoires,
  • Jean-Pascal QUOD : directeur général de l’ARVAM

Elle sera suivie d’un temps d’échange avec les participants.

En savoir plus:

Entrée gratuite – inscription préalable sur http://bit.ly/0902Aqua

 

Une pièce d’identité sera demandée à l’entrée

Visuel_invitation_20150209_cremes solaires_v0.4_variant

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/0902aqua/

Les membres du Comité d’Orientation de Green Cross France et Territoires

Sont membres du Comité d’Orientation de Green Cross France et Territoires, au 12 Octobre 2016 :

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/les-membres-du-comite-dorientation-de-green-cross-france-et-territoires/

L’OCÉAN : terre d’ambition et d’espoir pour un gouvernement de combat

Communiqué de presse du Laboratoire de la Blue Society, dont Green Cross est membre fondateur

 L’Océan : terre d’ambition et d’espoir pour un gouvernement de combat

« Les larmes de nos souverains ont le goût salé de la mer qu’ils ont souvent ignorée’’ – Richelieu

Alors que la France est responsable du deuxième espace maritime mondial, distribué sur toute la surface du globe, la mer ou l’océan ne sont pas apparues dans les priorités affichées par le Gouvernement, ni au travers de la première liste de ses ministres, ni même par le maintien d’un ministère délégué. Nous déplorons le symbole et nous attendons d’un gouvernement de combat qu’il soit doté des moyens d’une véritable politique ministérielle de la mer.

Nous, les membres du Laboratoire de la Blue Society -acteurs engagés de la science, de l’économie maritime, des associations, de la culture, du développement durable, de l’éducation, des loisirs, des médias-, convaincus que l’océan recèle des réponses exceptionnelles aux défis de notre pays, de l’Europe et de l’humanité toute entière, appelons le nouveau gouvernement à se tourner résolument  vers la mer pour y chercher des réponses aux défis du climat et de la biodiversité, de l’eau et de l’énergie, des matières premières et de la nourriture, de la santé, de l’économie et de l’emploi, de la paix.

L’océan est à l’origine de la vie. Par sa respiration, il alimente une ressource rare et indispensable, l’eau potable, il régule le climat et capte 30% du dioxyde de carbone de l’atmosphère, il fournit 50% de l’oxygène que nous respirons et des protéines à la moitié de l’humanité. L’océan est un formidable réservoir d’espèces les plus diverses, de toutes tailles, adaptées aux conditions les plus  extrêmes. Il est la nouvelle frontière de l’humanité : avec les deux tiers de la surface de notre planète trop mal connus, il ouvre de vastes espaces à découvrir pour construire le futur de l’humanité.

L’économie maritime est l’un des atouts majeurs pour l’avenir de notre pays avec ses 305 000 emplois directs, ses 65 milliards de valeur de production, ses professionnels reconnus partout dans le monde, sa résilience à la crise en Europe, ses conquêtes à l’international, ses acteurs à la pointe de nombre de combats aussi bien sur le plan du développement durable que de l’emploi, ses leaders engagés dans l’émergence des grandes filières du futur, des Energies Marines Renouvelables aux grands fonds marins en passant par les biotechnologies.

L’Océan est enfin un enjeu géopolitique de sécurité et de sureté, de lutte contre les trafics et de défense de nos intérêts vitaux

Alors que la France est responsable du deuxième espace maritime mondial, distribué sur toute la surface du globe, la mer ou l’océan ne sont pas apparues dans les priorités affichées par le Gouvernement, ni au travers de la première liste de ses ministres, ni même par le maintien d’un ministère délégué. Nous déplorons le symbole. Nous saluons la nomination de Frédéric CUVILLIER comme Secrétaire d’Etat, mais nous attendons d’un gouvernement de combat qu’il soit doté des moyens d’une véritable politique ministérielle de la mer :

• Qu’il prenne les décisions urgentes dont les professionnels maritimes français ont besoin pour avancer et faire gagner notre pays : piraterie, sécurité des approvisionnements de la France en produits énergétiques, choc de simplification administrative,  engagement sans faille pour les Energies Marines Renouvelables, plus grande lisibilité dans les dispositions réglementaires et légales, sans oublier les nombreux dossiers particuliers inexplicablement en souffrance ;
• Qu’il oriente la recherche nationale et l’expertise scientifique vers ce formidable potentiel qui est à notre portée, en plaçant la mer au cœur des priorités publiques de recherche et en soutenant les initiatives privées d’innovation ;
• Qu’il renforce notre action de sensibilisation afin d’associer le grand public, et nos efforts d’éducation à la mer et à ses richesses pour convaincre les jeunes générations de se tourner vers l’océan, ses métiers et sa protection ;
• Qu’il s’engage au plan international pour la sauvegarde de l’océan malade, confronté au changement climatique, acidifié par l’activité humaine, mis à mal par des surexploitations, des mauvaises exploitations et le braconnage des ressources halieutiques, saturé par les fontes de glace aux pôles, envahi par des macropolluants qui s’agglutinent et génèrent des « continents » de plastique en haute mer, et par une pollution microscopique ou chimique qui prend une ampleur inquiétante sur nos côtes ;
• Que, plus généralement, il  s’appuie sur l’énorme potentiel que représente la mer au travers d’un dispositif de gouvernance qui  mette en œuvre les objectifs et les actions décidés dans le cadre d’une politique mer et littoral arrêtée sans plus attendre au profit des acteurs du monde de la mer, de l’ensemble de la société française de métropole et d’outre-mer, et de toute la communauté internationale.
L’océan est l’avenir de la terre, aujourd’hui comme demain : il doit être un front majeur pour un gouvernement de combat comme il est déjà  le nôtre.

Jean-Louis BAL, Président du Syndicat des Energies Renouvelables, Eric BANEL, Délégué Général d’Armateurs de France, Eric BARRAULT, Président du groupe ENA-Marine, Hubert CARRE, Directeur Général du Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins, Catherine CHABAUD, présidente de l’association Innovations Bleues et membre du Conseil Economique Social et Environnemental, Patrick CHEVRE, Administrateur Territorial, Françoise GAILL, CNRS,  Ariel FUCHS, Directeur exécutif de SeaOrbiter, Antoine GITTON,  Avocat à la Cour,  Chargé d’enseignement de propriété intellectuelle à l’Université de Nanterre Paris Ouest La défense, Yves HENOCQUE, Membre fondateur de LittOcean, Michel HIGNETTE, Présidents de l’Union des Conservateurs d’Aquariums, Eric GAVOTY, projet Neoline, Nicolas IMBERT, directeur de Green Cross France et Territoires, Frédéric MONCANY de SAINT-AIGNAN, représentant des pilotes maritimes de France métropolitaine et des Outre-mers, Christophe LEFEBVRE, Conseiller international de l’UICN pour les océans, Hervé MOULINIER, Vice-Président Pôle MER Bretagne Atlantique, Président de l’ENSM, Yves PELISSIER, Journaliste, Eudes RIBLIER, Président de l’Institut Français de la Mer, Jacques ROUGERIE, Président fondateur de SeaOrbiter, Laurent SASSIER, ACE Management, Paul TOURRET, Directeur d’ISEMAR, Romain TROUBLE, Secrétaire Général de TARA Expéditions, Francis VALLAT, Président du Cluster Maritime Français et Président de l’European Network of Maritime Clusters, Philippe VALLETTE, Président du Réseau Océan Mondial, Benoit VIDAL-GIRAUD, consultant-expert de la filière produits de la mer, Franck ZAL, Président Directeur Général d’HEMARINA

intro_jm_cousteau_cese

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Illustration – (c) Green Cross – témoignage de Jean-Michel Cousteau au CESE le 11 avril 2013 pour lancer l’Appel de la Haute Mer – http://www.hautemer.org
Le laboratoire de la Blue Society a pour ambition d’inventer et d’identifier les initiatives basées sur l’océan qui permettront de trouver des solutions d’avenir répondant aux besoins de l‘humanité. Ces initiatives pourront être à l’origine de nouvelles richesses, être sources d’une meilleure qualité de vie, tout en permettant de préserver, de restaurer et de maintenir les écosystèmes marins.

La Blue Society vise à la promotion de l’économie maritime de demain, à l’utilisation responsable et durable des ressources marines ainsi qu’au développement de technologies innovantes et de nouveaux produits en s’appuyant sur l’immense potentiel que nous offre l’océan mondial. Son objectif est de répondre aux besoins présents et futurs de la société dans un esprit de croissance ‘’positive’’.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/blue_society_gvt/