42 résultats de recherche pour : climat objectif ocean

Mar 27 2017

Colloque « Climat : Objectif Océan » – 13 avril

ObjectifOcean

Le 13 avril, en présence et sous la présidence de Jean-Michel Cousteau, son président, Green Cross France et Territoires organise sa grande session annuelle de travail et de co-construction de l’initiative « climat: objectif OCEAN », désormais riche de plus de 60 têtes de réseau originaires de 30 pays, représentant 30 000 organisations.

Cette mobilisation, aura lieu à Paris, à l’Agence Spatiale Européenne. Elle est structurée comme suit:

  • un temps fort essentiel, avec la session plénière « climat: objectif OCEAN », le 13 avril de 14h30 à 17h30. Inscriptions sur http://bit.ly/OCEAN13avril,  décrit ci-après
  • deux séances de travaux préparatoires, la même journée: 9h15 – 10h45: 2017: stoppons le plastique de l’océan, session de travail et de co-construction, dans la continuité de la session du 11 novembre 2016 à Marrakech (CoP22) – https://vimeo.com/196260464 – inscriptions sur http://bit.ly/PLASTICS1304, puis ensuite 11h00 – 13h00: réunion du think & do tank « littoral et océan » (réservé aux seuls adhérents du think&do tank à jour de cotisation),

 

Présentation


2 ans après le lancement de l’initiative « climat: objectif OCEAN », désormais soutenue par 60 têtes de réseau représentant 30 000 organisations dans 30 pays, il est temps de faire notre prochain point d’avancement, et de préparer la journée mondiale de l’océan, le 8 juin 2017.

Dans un contexte où les connexions entre l’eau, le littoral et océan sont de plus en plus évidentes pour toutes les parties prenantes, alors que le cadre des objectifs du développement durable (ODD) permet également de rendre très concrètes nos actions pour le littoral et l’océan, et alors que nous finalisons nos « clés pour agir », il est temps désormais de consolider la feuille de route 2017 du littoral et de l’océan.

C’est pourquoi Green Cross vous invite, en présence et sous la présidence de Jean-Michel Cousteau, à son colloque annuel « climat: objectif OCEAN », qui aura lieu le 13 avril 2017, à l’Agence Spatiale Européenne, à Paris.

Entrée libre sur inscription préalable (obligatoire) – pensez à vous munir d’une pièce d’identité.

Vous avez une initiative à nous suggérer, une proposition à effectuer ? N’hésitez pas: contact@gcft.fr

 

Date, heure et lieu


jeudi 13 avril 2017 // 14h30 – 17h30

Lieu : Agence Spatiale Européenne, 15 rue Mario Nikis, 75015 Paris (proche Unesco)

 

Inscription


http://bit.ly/OCEAN13avril

 

Déroulé


14.30 – 15.00: les merveilles de l’océan, avec Jean-Michel Cousteau 

  • Il n’y a qu’un seul cycle de l’eau – nous devons le préserver
  • En préservant l’océan, nous nous préservons nous-même
  • Pourquoi mettre en valeur maintenant les merveilles de l’océan

 

15.00 – 16.00: 2017 – quels enjeux pour l’océan et le climat ?

  • les avancées scientifiques, et en particulier la sortie prochaine du rapport du GIEC sur l’océan et la cryosphère (et les inquiétudes sur la montée des eaux et la santé des milieux littoraux, coraux notamment) 
  • des avancées sur la surveillance, la sureté et la sécurité, mais des menaces sans cesse réaffirmées (avec focus processus Lomé)
  • les enjeux humains, et des territoires insulaires et littoraux sentinelles du climat

 

16.00 – 16.15: Pause café et inauguration de l’exposition photo « Océan : des clés pour agir »

 

16.00 – 17.00: quelle mobilisation concrète ?

 

  • des réponses multiacteurs qui se construisent pour la CoP22, une gestion de la zone littorale mieux prise en compte via le rapprochement entre « monde de l’eau » et « monde de l’océan », et une utilisation des ODD pour une approche concrète et territorialisée des actions
  • Des façades maritimes en transition
  • La transition écologique des îles et territoires insulaires, un rempart contre le dérèglement climatique qui se construit 

 

16.00 – 17.00: conclusion et prochaines étapes 

  • Conférence Mondiale pour l’Océan (5 au 9 juin), Journée Mondiale de l’Océan (8 juin) et Green Pacifik Festival (3 au 5 juin)
  • Sortie de l’ouvrage Océan en français et en anglais le 8 juin
  • Point sur le think&do tank, les plateformes et coalitions
  • Urgence de sensibiliser le prochain gouvernement et les parlementaires sur les enjeux d’une mobilisation territoriale

 

Hashtag: #ClimatOcean

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/colloque-climat-objectif-ocean-13-avril/

Mar 04 2016

Climat: Objectif OCEAN – Climate: OCEAN Objective – 2016

English version to follow

Chers amis,

Nous vous revenons afin de partager ce jour notre feuille de route Climat – Objectif OCEAN, qui après le succès de la CoP21 nous permet de préparer à la fois la CoP22, les travaux régionaux sur la résilience et le prix du carbone, et les enjeux écologiques, sociétaux et économiques.

Nous vous proposons dès maintenant les rendez-vous suivants sur l’année 2016:
11 au 13 avril: rencontres Oceania 22 (Nouvelle-Calédonie),
22 avril: séance d’initiation du processus de ratification de l’accord de Paris (et ouverture du sitehttp://ocean.cop22.mobi pour notre mobilisation Climat – Objectif OCEAN)
13 mai: 60 ans après la Palme d’Or et l’Oscar du Monde du Silence, Jean-Michel Cousteau et ses enfants dévoileront à Cannes ODYSSEA 3D (http://bit.ly/jAimeOdyssea3D), en partenariat avec Green Cross et Ocean Futures, un film qui ouvre une nouvelle perspective sur les océans en nous présentant la base de la pyramide alimentaire comme nous ne l’avons jamais vu.
8 juin: pour la Journée Mondiale de l’Océan, rencontre Climat: Objectif OCEAN 2016 à Paris, lancement de l’ouvrage « OCEAN: des clés pour agir », et point sur l’avancement des 18 propositions.

Plus que jamais, nous avons besoin de vous:

  • pour signer, partager et faire signer dans vos réseaux (logo structure + scan signature à contact@gcft.fr) la déclaration Climat: Objectif OCEAN, et pour en mettre en oeuvre les 18 engagements, et en reporter le succès dans le cadre de l’agenda des actions,
  • pour nous faire part de toutes vos initiative de mise en oeuvre des 18 engagements, de vos succès et retours d’expérience, sur les 4 domaines (gestion harmonisée du littoral, alimentation et santé des océans et des hommes, transport et navire du futur, sécurité et surveillance): contact@gcft.fr
  • pour soutenir ODYSSEA 3D, souscrire et faire souscrire à l’opération de crowdfunding: http://bit.ly/jAimeOdyssea3D
  • pour nous aider à préparer la journée du 8 juin.

Nous vous ferons parvenir, dans le courant du mois de mars, une feuille de route plus détaillée, consolidée avec vos retours d’expériences et un appel à coconstruire les prochaines étapes.

Nous tenons néanmoins à partager avec vous quelques initiatives remarques des partenaires:

Nous vous souhaitons une excellente fin de semaine,

Bien à vous,
L’équipe Green Cross
___________

Nos actions vous intéressent et vous souhaitez vous engager ? Pensez à adhérer à l’association ou nous faire un don. Votre don et votre cotisation sont nécessaires à notre fonctionnement (et déductibles à hauteur de 60%). Pensez à nous soutenir maintenant, depuis la page https://gcft.fr/WP/category/soutenir/ 
___________

Dear friends,

A few news about our Climate: OCEAN Objective initiative. The success of CoP21 is helping us in having efficient and results-oriented objectives to both prepare CoP22, work on resilience at regional, national and international level and put a price on carbon.

Our 2016 agenda is focused on the following milestones:
– April 11 to 13: Oceania 22 meetings (New Caledonia)
– April 22: ratification opening session for the Paris agreement (and new websitehttp://ocean.cop22.mobi for our initiative),
– May 13: 60 years after the Palme d’Or and Oscar for the Silent World, Jean-Michel Cousteau and his children reveal in Cannes ODYSSEA 3D (http://bit.ly/Teaser2016), in partnership with Green Cross and Ocean Futures, a movie which gives a new dimension to ocean, as we have never seen.
– June 8: World Ocean Day, Climate: OCEAN Objectif 2016 Paris session and launch of the book « OCEAN: keys to act, » plus interim report on our 18 proposals.

More than ever, we need you:

  • to sign and share in your networks (organization and logo scan returned contact@gcft.fr) the declaration Climate: OCEAN Objective , and to implement the 18 commitments, and report success in the framework of the action agenda,
  • to share with your initiatives linked to the 18 proposal, achievments and lessons learned, on the 4 areas (harmonized coastal management, food and health, transportation and ship innovation, safety and monitoring) at contact@gcft.fr
  • to support ODYSSEA 3D, and contribute to the crowdfunding campain:http://bit.ly/OdysseaCF
  • to help us preparing World Ocean Day.
We will send you in the forthcoming month, a more detailed roadmap, consolidated with feedback and call for proposals.

Nevertheless, we want to share with you the following partners initiatives:

  • Success in CoP21 events including, December 3 ocean day, the ocean water mobilization in partnership with the French Water Partnership and Club France on 2 December, but also overseas days of December 6 and the agora « ocean and circular economy » on December 10,
  • Your numerous contributions to our webTV: http://gcft.fr/WP/webtv-tv-cop21-mobi-lancement-lundi-30-decembre/ during the CoP21,
  • The first scientific publication performed as to follow expedition 7th continenthappening this week, highlighting the presence and impact of nanoparticles in plastic continents
  • but also an expedition in preparation, and good progress being performed in the working groups on food, fisheries and aquaculture, transport and innovations ships, information on ocean health, governance … which we will share very soon.
We wish you a great weekend,

Sincerely,
Green Cross team
___________

Want to help us ? Join us or make a donation. Your donation and your contribution is necessary for our operations (and deductible up to 60%). Remember to support us now:  https://gcft.fr/WP/category/soutenir/

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/climat-objectif-ocean-climate-ocean-objective-2016/

Climat : Objectif OCEAN – co-construisons les propositions de l’économie bleue

 

COP21-labelColloque du 8 juin 2015

Page actualisée au 11 mars 2016.

Notre événement du 8 juin a été un grand succès….vous trouverez ci-joint :

Une vingtaine d’intervenants, représentatifs des acteurs de l’économie de la mer, des réseaux des collectivités locales, d’associations et d’acteurs économiques, ont souligné le rôle essentiel joué par l’océan dans la régulation du climat et de l’ensemble des grands équilibres de notre planète. Ne se contentant pas d’alerter sur la nécessité de préserver un océan en bonne santé, les intervenants ont également présenté des solutions existantes et initiatives en cours, réplicables ou inspirantes. De la Nouvelle-Calédonie à la Colombie, nombre de projets se structurent pour créer une véritable économie bleue. Des éléments de synthèse des différentes interventions seront disponibles très prochainement.

Rassemblant plus de 150 participants à l’Agence Spatiale Européenne, cette rencontre a également abouti à la signature de la Déclaration de Paris sur l’Ocean. Le texte est constitué de quatre propositions et dix-huit engagements et voies de réalisation précises et concrètes – les thèmes abordés: gestion harmonisée des activités littorales, alimentation et santé des océans et des Hommes, transport et navires du futur, sécurité et surveillance pour le développement durable.

declaration_paris

Au 11 mars, la présente déclaration a été signée par les organisations suivantes :

  • ACB – Réseau des bretons d’influence, ACIDD, ALMAE, ARF – Association des Régions de France, Armateurs de France, Association des EcoMaires, Association MerTerre, AUGEO Africa, Bio Thau, Bridgers One, Cerpac, Climates, Club France Développement Durable, Cluster Maritime Français, Collège des Directeurs du Développement Durable, Comité 21, Conect, Crédit Agricole SA, Cyclamed, Décider Ensemble, Durapole, Earth Guardians, Ecocean, Eco DDS, Ecologie Sans Frontière, ECOSYS Group, Energies de la Mer, End Ecocide on Earth, ESA, European Partners for the Environment, Expédition 7ème continent, Fédération des Industries Nautiques, Fondation 2019, Fondation Ensemble, Fondation GoodPlanet, Fondation Malpelo et Autres Ecosystèmes Marins, Fondation Nature et Découvertes, Fondation Watertrek, Forum China Europa, Forum de la Mer, France Libertés, France Nature Environnement, Forest Sterwardship Council, GICAN, GREEN, Green Cross France et Territoires, Green Cross International, Groupe SOS, Humanbe, Initiative for Africa, Institut de l’Economie Circulaire, Institut Michel Serres, IPAG Business School, JB Conseils en Énergies Renouvelables, Les Ateliers de la Terre, La Boudeuse, Métamorphose Outremers, Missions Publiques, Moana nui, Monde Volontaire au Développement, Oceania 21, Ocean Futures Society, Open agrifood Orléans, Orée, Pax Arctica, PlanetSolar, R20, Race For Water, Seafood Fusion, SeaOrbiter, SER, SICR, Sunaxon, Tecensys, The Bridge Tank, WWF, YB-FR…

Les personnalités qualifiées suivantes ont également signé la déclaration :

  • Jean-Luc Aigoin, M. Mehdi Alaoui Mdaghri, M. Mounir Beltaifa, Pr Robert Bell, M. Patrice Comte, Mme Céline Cousteau, M. Fabien Cousteau, Mme Laurence Eymard, M. Gregory B. Gallagher, M. Anthony Lecren, Mme Corinne Lepage, Mme Houria Tazi Sadeq, M. Gino Van Begin, Mme Séverine Vasselin

Ce texte désormais disponible également sur le site http://www.cop21.mobi.

Si vous souhaitez signer ce texte au nom d’une organisation, merci de contacter contact@cop21.mobi

La présente déclaration a été initiée le 8 juin 2015, à l’issue du colloque organisé par Green Cross à l’Agence Spatiale Européenne, à Paris, pour la Journée Mondiale des Océans. Elle a également été présentée et discutée à la Global Conference 2015 des Ateliers de la Terre, et dans le cadre de l’Atelier adaptation du Sommet Mondial Climat et Territoires et remise à Ségolène Royal le 31 aout dernier. Elle a fait l’objet d’une conférence le 3 décembre 2015 aux espaces Générations Climat au Bourget pendant la COP21, conclue par la Ministre du Développement et de la Francophonie, Mme Annick Girardin. Elle reste ouverte aux signatures.

 

Nous avons soumis ces propositions aux votes des participants, ce qui a été très suivi et apprécié, et a fait ressortir 7 priorités:
  • réaffirmer l’espace marin comme propice aux activités humaines durables pour améliorer les conditions de vie et compléter les écosystèmes terrestres (notamment via un développement serein des énergies marines et renouvelables en mer),
  • développer la fiscalité verte et bleue (carbone, biodiversité…) via des initiatives volontaires, mises en place par plaque géographique et ensuite défendues au niveau international,
  • créer des filières d’économie circulaire, en commençant par les eaux de ballast, le traitement des résidus pétroliers et l’économie circulaire portuaire,
  • mettre en place un processus international pérennisant la préservation de l’Antarctique et son statut international, et assurer une gouvernance durable et apaisée de l’Arctique,
  • développer en partenariat avec les parties prenantes les aires marines protégées, qui démontrent la pertinence d’une reconquête des écosystèmes,
  • accélérer le recueil open data des données sur la santé des océans,
  • rendre les labels plus inclusifs et encourager leur utilisation, en particulier dans l’alimentation.

 

 

 

QUELQUES PHOTOS

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference.

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference, Jaques Rougerie, Boris Federovski, Dominique Martin Ferrari

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference.

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference, Michel Sabban, President of R20.

Green Cross, World Ocean Day Symposium, Paris Climate 2015, Ocean Objective proposition form the Blue Economy Conference.

Contexte

Green Cross coordonne au premier semestre 2015, la tenue d’un forum multi-acteurs Economie Bleue et Stratégie Maritime pour ParisClimat2015 en vue de mobiliser l’ensemble des réseaux maritime, suffisamment en amont de la Conférence Paris Climat 2015, et d’obtenir un accord concret, ambitieux pour le climat et pour l’environnement.

Le monde de la mer est un pilote idéal pour accélérer la lutte contre le dérèglement climatique : d’une par eu égard à la maritimisation du monde, d’autre part par l’universalité des solutions qu’il peut y apporter, de par le caractère continu des océans.

Ce forum est en deux étapes : une séance de travail qui s’est tenue le 9 avril, et une séance de restitution et de mobilisation lors de la Journée Mondiale des Océans, le 8 juin, à l’Agence Spatiale Européenne, à Paris.

Objectifs du forum

Dans un contexte pré-ParisClimat2015 très chargé en événements, le Forum peut se dégager en construisant la proposition concrète d’un objectif climat consolidé entre tous les acteurs, notamment sur les sujets-clé climat et santé des océans, alimentation santé et satisfaction des besoins humains, navire du futur, gestion du littoral. Le Forum aura une approche économique, et notamment s’attachera à mettre en rapport l’opportunité et le coût financier de l’inaction.

Pour mémoire – séance de travail du 9 avril 2015

Un grand merci à tous les participants venus à cette belle journée de travail – une synthèse sera très prochainement mise en ligne .

Programme_9_avril

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/climat-objectif-ocean-co-construisons-les-propositions-de-locean/

Mar 28 2017

Initiative 2017 : Stoppons le Plastique dans l’océan – 13 avril

Stop Plastique

Présentation


Dans la continuité des travaux effectués le 11 novembre 2016 à Marrakech, lors de la CoP22 (https://vimeo.com/196260464), Green Cross et ses partenaires vous conduisent à un colloque « 2017: stoppons le plastique dans l’océan », permettant de consolider nos propositions collectives (expéditions, associations, collectivités locales, entreprises, scientifiques, journalistes et institutions gouvernementale), afin de présenter lors de la journée mondiale de l’océan, le 8 juin 2017, un plan d’action à la hauteur des enjeux.

Cette session sera effectuée sous la présidence et en présence de Jean-Michel Cousteau, président de Green Cross France et Territoires, à l’Agence Spatiale Europénne, à Paris, le 13 avril de 9h15 à 11h15.

Toutes les contributions sont bienvenues, l’entrée est libre sur inscription préalable obligatoire. Pensez à vous munir de vos papiers d’identité.

Vous avez un contenu à suggérer, une initiative remarquable à proposer ? N’hésitez pas: contact@gcft.fr

 

Date, heure et lieu


Jeudi 13 avril 2017 // 9h15 – 11h15

Lieu : Agence Spatiale Européenne, 15 rue Mario Nikis, 75015 Paris (proche Unesco)

 

Inscription et renseignements: http://bit.ly/PLASTICS1304

 

Déroulé


9.15 – 9.30: introduction et objectifs de l’action

  • Les grandes échéances 2017 (World Ocean Conference – CoP23 + mobilisation europénne / française / marocaine (CoP22) et opportunités de projets internationaux)

 

9.30 – 10.15: comment minimiser l’arrivée des déchets dans l’océan?

  • accélérer la mise en place de l’économie circulaire
  • le rôle de la réglementation , les comportements pionniers des initiatives de filière – REX sacs à usage unique, vaisselle jetable…ou autres
  • innover pour des produits moins impactant sur l’environnement…et une meilleure collecte et valorisation
  • sortir les toxiques de nos paniers – oui mais lesquels et quelles priorités.

 

10.15 – 11.00: quelles priorités pour traiter le plastique dans l’océan ?

  • contamination des chaînes alimentaires – impacts sur le climat – toxicité pour l’homme – quels enjeux et quelles priorités ?
  • l’importance et le rationnel des campagnes d’identification et de collecte (en mer / en zone littorale / via les berges et cours d’eau intérieurs)
  • comment encourager et faire partager innovation et transferts d’expérience
  • les financements – que faire et comment ?

 

11.00 – 11.15: perceptions et pistes de solutions: Jean-Michel Cousteau

 

 

Hashtag: #STOPplasticsINtheSEA

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/initiative-2017-stoppons-le-plastique-dans-locean/

En 2017, sortons le plastique de l’océan – le 11 novembre à la CoP 22

Rejoignez la conférence organisée par Green Cross et la coalition climat: objectif OCEAN, le 11 novembre à 11h à Marrakech, sur le site de la CoP 22, zone verte, salle Bouregreg.

Ancré au cœur de nos vies, le plastique est désormais présent sur tous les océans. Des pôles à l’équateur, aucune région du globe n’est épargnée. Ces plastiques, qui souvent n’ont passé que quelques minutes entre les mains de leurs utilisateurs, portent atteinte à la vie marine et aux oiseaux, altèrent la qualité des eaux, influencent l’activité planctonique et le climat.

Les résultats récents issus des expéditions marines nous montrent d’une part l’importance des stocks présents sur les différents océans, d’autre part la nocivité pour l’homme et le milieu, principalement issue des additifs que ce plastique contient (métaux lourds, perturbateurs endocriniens…), et l’urgence à agir.

Les solutions sont disponibles: il s’agit d’une part de tarir le gisement par un retour plas rapide et plus massif à l’économie circulaire, en commençant par les sacs plastiques et la vaisselle jetable, d’autre part de mettre en place les innovations technologiques et les modèles économiques pour récupérer les plastiques déjà en mer. 2017 est le moment de mettre en oeuvre ces solutions, par une coopération opérationnelle, à l’échelle des territoires, avec le soutien de toutes les parties prenantes. C’est maintenant que ceci peut être acté.

C’est pourquoi Green Cross et la coalition climat: objectif OCEAN vous convient, le 11 novembre à 11h, à un side-event  dans le cadre de la CoP22, à Marrakech, en zone verte, salle Bouregreg, sur le thème « 2017: sortons les plastiques de l’océan ».

Cette conférence, initiée par une brève présentation du film « Wonders of the Sea » de Jean-Michel Cousteau, prendra la forme de 3 tables rondes:

  • 1ère table ronde – 25 minutes – pourquoi nous avons choisi de nous mobiliser maintenant, de manière complémentaire, pour lutter contre la pollution plastique de l’océan ? 
  • 2ère table ronde –  25 minutes – le rôle des expéditions, prise de conscience, éducation, identification et prototypage de pistes de solution – entre sciences et citoyenneté
  • 3ère table ronde –  25 minutes – comment va-t-on se mettre en mouvement pour  pistes de solution peut-on mettre en place en 2017 – tarir le flux et récupérer le gisement (débat – 3 minutes chacun en réponse à une question, pas de slide)

Parmi les premiers orateurs confirmés: Yvan Bourgnon (The Sea Cleaners), Patrick Deixonne (7ème continent), Bruno Dumontet (Expédition MED), Luc Hardy (Sagax), Dominique Héron (ICC France), François-Michel Lambert (Institut de l’Economie circulaire), Anthony Lecren (Ministre de l’Ecologie de Nouvelle-Calédonie), Corinne Lepage (avocate), Houria Tazi Sadeq (Coalition Marocaine pour l’eau), Bouchta El Moumni (Université Abdelmalek Essaadi), Pierre Victoria (Veolia), Bran Quinquis (délégué interministériel en charge du Climat pour le gouvernement de Polynésie Française), Génération Responsable et le R20+…

Venez nombreux: entrée libre sur le site de la CoP22, zone verte. Renseignements: cop22@gcft.fr 

Il est également possible d’agir pour l’océan et l’économie circulaire en consultant nos ouvrages « Océan: des clés pour agir » et « Economie Circulaire et coopération décentralisée: des clés pour agir », disponibles sur le site www.desclespouragir.fr

Nos autres événements pour la CoP 22

Vous pouvez télécharger ici notre ESSENTIEL DE LA COP22, ainsi que le GUIDE DETAILLLE DE LA COP22,régulièrement actualisés.

Parmi les événements principaux des prochains jours:

  • ce 10 novembre, 17h, conférence en zone verte, espace conférences, salle 7: une économie verte pour des sociétés résilientes, durables et prospères,
  • le 11 novembre de 15h à 16h30, projection du film « A la Poursuite de l’Endurance », de Luc Hardy, suivie d’un débat,
  • le 12 novembre de 14h30 à 18h30, colloque « Guerre, Paix et Climat », à l’Institut Français de Marrakech,
  • le 14 novembre de 16h à 16h45, zone verte, espace territoires, agora Comité 21: économie circulaire et climat: quels enjeux ? Regards croisés.
  • le 15 novembre de 15h à 16h30, zone verte, salle à confirmer: contribution des enseignes de commerce organisé au déploiement des solutions dédiées en Afrique,
  • le 16 novembre de 14h à 15h30, zone verte, salle à confirmer: journée MEDCOP – quels engagements pour la mer et le littoral,
  • le 17 novembre de 13h à 14H30, zone vete, espace conférences, salle 7: Youth on the Move: a new perspective on climate migration.

 

Et, pour suivre la CoP22 en direct:

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/en-2017-sortons-le-plastique-de-locean/

Sep 15 2016

UN Climate week & Our OCEAN conference – A.G. Nations-Unies et conférence OUR OCEAN

Version française ci-après
Following the recent announcements and ratification of Paris Agreement, current weeks are key to save the ocean and the climate.
(c) GCFT
With Jean-Michel Cousteau, with the « Climate: OCEAN objectiv » coalition, their 20 engagements, 60 leaders signing from 30 countries and perspective, civil societies are acting.Please find enclosed in preparation of the « Our Ocean » conference, Climate Week and Marrakech CoP22 initiative, the following:

We will be happy to share with you our agenda for Cop22 and beyond, and get back on an individual basis to prepare Marrakech summit

Best regards,

Green Cross team

________________________________

Chers amis et signataires de Climat: objectif OCEAN,

Nous tenons à partager avec vous l’ouverture de la conférence « OUR OCEAN », et le fait que nous avons partagé avec les différentes délégations internationales présentes à OUR OCEAN et à la Climate Week les documents suivants:

Pour information, il existe également une version française du point d’avancement « Climat: Objectif OCEAN », ci-jointe.

Nous allons lancer très prochainement la seconde édition de notre ouvrage « OCEAN: des clés pour agir » (le premier tirage paru en juillet étant déjà victime de son succès), qui sera prêt pour la CoP22, avec 4 pages supplémentaires sur les pôles.
Bien à vous,
L’équipe Green Cross France et Territoires

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/un-climate-week-our-ocean-conference-a-g-nations-unies-et-conference-our-ocean/

Août 04 2016

MEDCoP Tanger Climat: une mobilisation au sommet pour le littoral, l’océan et le climat

Grand succès pour la MEDCOP Climat Tanger 2016 qui a mobilisé tous les réseaux de la Méditerranée sur le climat, et accélère la préparation de la Cop22.

Co-pilotée par le Pr. Bouchra El Moumni et Nicolas Imbert, les travaux mer & littoral mettent en avant des propositions concrètes, dans la continuité de l’initiative Climat: objectif OCEAN qui mobilise déjà les têtes de réseau de 30 000 organisations dans 30 pays.

La MEDCOP Climat est une conférence internationale, mobilisant les principales parties prenantes (Etats, territoires, entreprises, associations, citoyens) de la Méditerranée autour de thématiques concrètes pour mettre en place à l’échelle méditerranéenne des pistes de solutions et accélérer l’ambition et la mise en place des actions des conférences climat (les CoP).

Après une première édition à Marseille, la seconde édition a eu lieu à Tanger, organisée par la région Tanger – Tétouan – Al Hoceima. Cet événement de dimension mondiale a mobilisé les pays du pourtour de la Méditerranée pour débattre ensemble des moyens à mettre en oeuvre pour lutter contre le changement climatique.

Green Cross copilote avec l’UICN et l’Université Abdelmalek Essaadi – Tétouan la thématique mer et littoral, qui a été présentée le lundi 18 juillet dans l’après-midi, et contribue aux travaux sur le droit et l’environnement.

En synthèse de cet événement, les participants, élus, représentants d’entreprises et de territoires, scientifiques et enseignants, professionnels de la mer et du tourisme, déclarent faire de la reconquête du bon état écologique de la Méditerranée une priorité opérationnelle forte, et partager les solutions avec les autres mers, en particulier le Pacifique. L’aquaculture durable, une pêche responsable et respectueuse des écosystèmes – y compris corrélée avec le développement de nouveaux parcs marins, et la lutte contre les déchets, les débris plastiques et les perturbateurs endocriniens sont les 3 priorités opérationnelles identifiées.
Un observatoire régional de la Mer peut être créé rapidement à Tanger dans le cadre d’un partenariat s’ouvrant sur l’espace méditerranéen. Il pourra être mis en réseau avec des structures similaires intégrant science, société et gouvernance. Cet observatoire a vocation à cartographier et fédérer les initiatives et compétences existantes, formalisées ou non, tout en répondant aux exigences de coopération régionale et internationale.
2016-07-18 12.57.50Ces travaux vont montrer des avancements concrets qui pourront être présentés à la CoP22, pour laquelle nous souhaitons une journée dédiée mer et littoral. Au vu de l’importance de la Méditerranée à l’échelle de la population mondiale, au vu des liens importants entre humanité et climat préservés en Méditerranée, les travaux doivent être inscrits dans l’agenda des territoires, à l’échelle méditerranéenne, et servir de creuset de partage d’expérience pour la lutte contre le dérèglement climatique à l’échelle globale.
Grand témoin de l’atelier, le Ministre de l’Environnement de Nouvelle-Calédonie Anthony Lecren, initiateur des Oceania Meetings, a précisé l’importance d’outils de gestion efficace, concertés, à l’échelle locale, tels que le Comité de Gestion du Parc Marin de la Mer de Corail. Il a précisé que ceci pouvait être fait en concertation avec plusieurs états frontaliers (en l’occurrence, Nouvelle-Calédonie et Vanuatu), avec la possibilité d’une juridiction et de forces d’intervention partagées (y compris pour juger dans un port un bateau contrevenant pris dans un autre pays), mais également l’impact bénéfique pour l’économie d’une gestion sereine de l’espace marin.
Il a également insisté sur les synergies entre savoirs traditionnels et coutumiers et connaissances scientifiques pour une gestion rationnelle, l’impact positif d’une bonne gestion pour la pêche et le tourisme, et la nécessité de trouver des solutions adaptées aux territoires insulaires en termes d’accès à l’eau et un assainissement écologiquement responsables à des coûts et avec des technologies éprouvées, la nécessité de trouver des solutions opérationnelles sur l’énergie et l’économie circulaire.
Sur l’ensemble de ces secteurs, il a confirmé l’importance d’une solidarité entre Pacifique et Méditerranée, la nécessité de partages d’expériences et d’échanges concrets, la volonté de l’ensemble des opérateurs des Oceania Meetings d’aller dans le sens d’une coopération accrue, et l’importance d’en faire un outil de développement, économique notamment, et de coopération. Il a salué la création de l’observatoire de la Méditerranée à Tanger, et indiquer l’opportunité de partager entre cet observatoire et le Pacifique Sud les savoirs appropriés.
2016-07-19 13.01.11Sur le droit de l’environnement, nous avons contribué, aux côtés notamment de Houria Tazi Sadeq, Geneviève Maillet et Corinne Lepage, à l’atelier mettant en avant l’importance d’une approche méditerranéenne, reposant en particulier sur le soutien et l’adoption de la Déclaration des Droits et Devoirs de l’Humanité (www.droitshumanite.fr), et l’importance d’une approche concrète, humaniste et écologiquement responsable, à l’échelle des territoires. En ce sens, des droits comme le droit à l’eau, montrent bien la valeur d’une approche fondée sur une gestion sereine, au plus proche de la ressource, dans le respect des besoins et droits humains et en phase avec les possibilités naturelles. Le groupe de travail a notamment salué l’inscription par la France de la Déclaration des Droits et Devoirs de l’Humanité à l’agenda de l’Assemblée Générale 2016 des Nations-Unies, et encouragé la mise en place de vœux dans toutes les régions et métropoles de la Méditerranée proclamant leur adhésion à la Déclaration, suivant en ceci le triple exemple de Strasbourg, Marseille et Paris.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/medcop-tanger-climat-une-mobilisation-au-sommet-pour-le-littoral-locean-et-le-climat/

Juin 08 2016

Journée Mondiale de l’Océan ce 8 juin: nous agissons

Green Cross se mobilise internationalement pour la Journée Mondiale de l’Océan, le 8 juin 2016.
  • Nous faisons tout d’abord le point sur les initiatives des 60 têtes de réseau de Climat: objectif OCEAN,et des engagements pris par les 60 têtes de réseau représentant 30 000 organisations dans 60 pays,
  • Nous dévoilons notre INFOGRAPHIE extraite de l’ouvrage à paraître « OCEAN: des clés pour AGIR » – réservez d’ores et déjà votre soirée du 5 juillet pour la conférence de lancement de l’ouvrage,
  • Nicolas Imbert intervient le 8 juin au Sénat pour présenter nos travaux sur la Ville Littorale au colloque organisé par Métamorphoses Outremers, Outremers 360 et BeYOU. Programme et inscriptions sur http://bit.ly/1tetehM
  • Enfin, Jean-Michel Cousteau et Nicolas Imbert seront, ainsi que Gilles Boeuf, les grands témoins de la Nuit de l’Océan organisée par France Télévisions: http://www.francetelevisions.fr/nuit-ocean2016
____________________

« Climat: Objectif OCEAN » – le point en 4 dimensions, 1 an après le 8 juin 2015

Le 8 juin 2015, plus de 60 têtes de réseau, représentant 30 000 organisations dans 30 pays, se retrouvaient pour créer ParisClimat2015 : Objectif OCEAN, une mobilisation autour de la signature et de la mise en œuvre de 18 propositions pour la santé des océans, un climat et une humanité préservés.

Le 3 décembre 2015, ces propositions ont été présentées à la CoP21 lors de la Journée de l’Océan, et sont devenues Climat : Objectif OCEAN. Le 12 décembre 2015, la Déclaration de Paris était signée, positionnant les milieux terrestres et aquatiques au cœur des enjeux climat.

Le 22 avril 2016, la période de ratification commençait par une cérémonie des Nations-Unies à New York, et Green Cross autour de Jean-Michel Cousteau distribuait à toutes les délégations son « Message aux Leaders de l’Océan », accessible sur http://bit.ly/OceanLeaders

Ces propositions et les réalisations associées seront mises en débat du 26 au 28 septembre 2016 lors du sommet international Climate Chance à Nantes, et ensuite portées à la CoP22 à Marrakech, du 7 au 18 novembre 2016.

Les signataires, au vu des travaux engagés cette année, ont également souhaité compléter leurs engagements par 3 initiatives complémentaires :1 sur l’élimination des micro-débris, des déchets plastiques et perturbateurs endocriniens, une relative aux migrants, et la dernière mettant en avant les pistes de solutions apportées par la Déclaration Universelle des Droits et Devoirs de l’Humanité.

Voici la synthèse de l’avancement de nos travaux et plaidoyers :

  • La gestion harmonisée des activités littorales a été au cœur de l’agenda des territoires, avec une belle mobilisation sur les territoires. Les mots-clés en sont résilience, adaptation, atténuation. Points d’attention :des aires marines protégées à plus doter et mieux organiser (mer de corail notamment), une mobilisation du fonds vert à mieux gérer à l’échelle des territoires.  Satisfactions : belle mobilisation et consolidation dans les forums non étatiques et multiacteurs (Oceania 22, Forum de la Mer d’El Jadida, MEDCOP, Climate Chance, Habitat III + CoP22), avancées en France via la loi Leroy sur l’économie maritime
  • L’alimentation et la santé des océans et des hommes a vu se développer le passage à l’acte vers une information plus transparente et plus précise sur le contenu de nos assiettes, l’accentuation de la veille scientifique, le développement de la pédagogie. Points d’attention : engagements attendus plus fort de l’Europe et des Etats sur l’affichage, la transparence et l’information, ainsi que dans la sensibilisation et la pédagogie. Satisfactions : succès des colloques thématiques (Seafood Fuzion, Restauration Durable…) et lancement de « océan : des clés pour agir » en juillet 2016.
  • Les transports et navires du futur ont vu se développer une forte mobilisation des professionnels et des territoires. Points d’attention : l’absence d’avancée sérieuse sur le prix du carbone est particulièrement problématique, et ne donne pas le signal positif attendu pour faire migrer des filières qui sont prêtes à cette transition. Satisfactions : la loi Leroy sur l’économie maritime fixe un cadre ambitieux et pose des jalons concrets qui place la France et son pavillon à l’avant-garde.
  • La sécurité et surveillance pour le développement durable a bénéficié d’une forte mobilisation, internationale, des acteurs non étatiques, notamment des grandes ONG internationales (WWF, Conservation International…), ainsi que d’un intérêt accru des représentants du secteur privés. Points d’attention : la nécessaire législation pour une propriété publique des données et des standards. Satisfactions : la réalisation par le GIEC d’un rapport spécial sur l’océan et les avancées sur l’Arctique, ainsi que la mobilisation des forums non étatiques et multiacteurs (Oceania 22, Forum de la Mer d’El Jadida, MEDCOP, Climate Chance, Habitat III + CoP22)

Le détail des engagements, de leur avancement et des signataires se trouve ICI.
________________________

INFOGRAPHIE « les multiples visages de l’OCEAN« 

En avant-première, vous trouverez ci-joint l’INFOGRAPHIE de notre ouvrage océan: des clés pour agir qui sera lancé à Paris le 5 juillet à 18h (détails à venir) et complétera notre collection http://www.desclespouragir.fr/#publications

(c) Green Cross France et Territoires« .
Green Cross remercie l’ensemble de ses mécènes et partenaires ayant rendu possible la réalisation de cet ouvrage, et en particulier Sopra Steria, Léa Nature, le Groupe La Française, le Collège des Directeurs du Développement Durable, l’IPAG, les Associations MerTerre, Orée, Vacances Propres, la fondation WaterTrek et le 1% pour la Planète.
_________________________

8 juin – vos rendez-vous avec Green Cross

  • Green Cross est partenaire de la journée effectuée par Outremer Métamorphose et Outremers 360 et BeYou, sur le thème ville tropicale en métamorphoses. Nous y parlerons de la ville littorale, sujet essentiel si il en est, et que nous allons ensuite présenter et coconstruire à la MEDCoP, à Climate Chance, à Habitat III, à la CoP22 et sur les différents projets territoriaux, de Dunkerque à Nouméa et de Marseille à Tanger. Programme et inscriptions sur http://bit.ly/8juinSénat
  • Les 23 et 24 juin, Green Cross interviendra aux GreenDays Génération Responsable pour y présenter nos travaux et retours d’expérience sur l’agriculture, l’alimentation, le bien-manger et les territoires. Renseignements sur http://www.generation-responsable.fr
  • Le 30 juin, nous serons au 21ème anniversaire du Comité 21, dont Green Cross est administrateur et coordinateur du collège des associations. Informations et inscriptions sur http://www.comite21.org/
  • Le 5 juillet, nous dévoilerons notre ouvrage OCEAN: des clés pour agir, qui rejoindra alors la collection desclespouragir.fr
  • Le 6 juillet, nous lancerons notre groupe de travail alimentation, agriculture, pêche et territoires. Informations: contact@gcft.fr
  • Le 7 juillet à 16h pour la rencontre Climat de France Stratégie, à Grenoble. Dates, programme et modalités en cours de confirmation
Voici également les prochains rendez-vous internationaux sur lesquels Green Cross sera présent:
  • 18 et 19 juillet, Tanger: deuxième MEDCoP. Plus d’information sur http://bit.ly/MEDCOP
  • 26 au 30 septembre, Nantes: Climate Chance. Plus d’informations sur http://www.climatechance2016.com/fr/
  • 7 au 18 novembre, Marrakech: CoP22, 11 mois après l’accord de Paris, une CoP essentielle pour la mise en oeuvre des solutions. Green Cross y sera présent, et contribuera via le site http://www.cop22.mobi

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/journee-mondiale-de-locean-ce-8-juin-nous-agissons/

Conférence « Le défi climatique et la COP21 pour l’industrie immobilière : quel bilan ? Quels changements ? »

Mardi 9 février, au sein du cabinet Lefèvre Pelletier et associés, à Paris, se tenait une conférence organisée par l’Observatoire de l’immobiliser Durable (OID) sur les changements issus de la COP21 pour l’industrie immobilière. La séance a été introduite successivement par Loïs Moulas, directeur général de l’OID puis par son Président, Gérard Degli Esposti.

Retrouvez ici les interview des intervenants ainsi que la vidéo de la conférence sur la chaîne Viméo de Green Cross France et Territoires : https://vimeo.com/gcft/videos

G. Degli

M. Degli Esposti a d’abord tenu à remercier M. Jouzel pour sa présence avant de présenter son parcours : paléo-climatologue, ex Vice-Président du GIEC, récompensé à de nombreuses reprises pour ses travaux scientifiques, il a été associé à quatre cent publications, et a reçu, en 2012, le prestigieux prix Vetlesen, pour ses travaux sur les glaces polaires et le climat.

Retrouvez ici l’interview de M. Degli Esposti : vimeo.com/157561955

Jean Jouzel a introduit son propos en rappelant la qualité, dès 1990, du premier rapport du GIEC qui évoquait un réchauffement climatique global de l’ordre de trois degrés, ainsi qu’une élévation du niveau des mers de 65 centimètres, ce qui diffère assez peu différent des dernières prédictions.

Depuis 1992 et la conférence de Rio qui fixait l’objectif de stabiliser l’effet de serre, différentes difficultés ont été rencontrées, avec des accords n’engageant qu’une petite partie de la communauté internationale. Si Copenhague, en 2009, a permis un prolongement du protocole de Kyoto ne s’engageant que sur moins de 15% des émissions de GES mondiales, cette conférence a tout de même donné deux chiffres importants, qui ont fait le succès de la COP21. Le premier : l’apparition d’un objectif incitant à ne pas dépasser les 2 degrés de réchauffement global. Le second : la création d’un fonds vert, qui devra être provisionné à hauteur de 100 milliards de dollars par an pour aider les pays du Sud.

La COP21 a pu se construire dès 2011 lors de la conférence de Durban où un changement de paradigme a été opéré. Il a été acté pour la première fois que chaque pays travaille sur la contribution de diminution de ses émissions qu’il pourrait proposer, les INDC, en anglais.

L’accord de Paris a été un succès, car des engagements ont été pris : engagement de limiter le réchauffement climatique à deux degrés et tendre si possible vers 1,5 degré ; engagement d’abonder le fonds vert à hauteur de 100 milliards d’euros par an dès 2020 et de faire de ce montant un plancher, avec pour objectif de réévaluer à la hausse ce fonds. Enfin, invitation des pays à revoir leur INDC à la hausse, si possible avant 2020.

J. Jouzel

Malgré tout, quelques bémols sont à souligner : on doit regretter que les contributions soumises à la COP21 par les pays ne soient pas à la hauteur des enjeux nous menant vers une trajectoire d’un réchauffement de 3 à 3,5 degrés.

On peut aussi regretter l’absence de fixation d’un prix du CO2, qui aurait créé une vraie dynamique sur le sujet.

Il faut rappeler l’urgence d’agir, atteindre l’objectif 2 degrés nous contraint à ne pas émettre plus de 800 milliards de tonnes de CO2, ce qui correspond à 20 années d’émissions au rythme actuel. Cela représente les émissions générées par la combustion de seulement 20% des combustibles fossiles facilement accessibles, ce qui a inspiré la campagne « Keep it in the ground » s’inspirant des travaux du GIEC.

Les villes rassemblent déjà 50% de la population mondiale, leur population va doubler à l’horizon 2050 et elles abriteront alors près de 70% de la population. Si on ne change pas de mode de développement, la seule construction des villes consommera 460 milliards de tonnes de carbone !

Les villes doivent être pensées différemment pour devenir plus résilientes à l’ensemble des phénomènes climatiques extrêmes auxquels elles seront soumises. Dans un monde à +3 degrés, la canicule de 2003 se reproduira tous les deux ans. Les évènements extrêmes concerneront la plupart des villes car elles sont souvent construites dans des zones à risques (littoraux exposés à la hausse du niveau des océans ou auprès de fleuves).

Il est ainsi primordial d’agir, d’abord sur l’efficacité énergétique, puis sur le désinvestissement dans les énergies fossiles au profit du développement des énergies renouvelables.

Retrouvez ici l’interview de Jean Jouzel : vimeo.com/157557469

A la suite de l’introduction, une table ronde s’est tenue rassemblant : Nicolas Imbert, Directeur Exécutif de Green Cross France et Territoires, Lise Moret, Head of ESQ quantitative solutions, responsible investment, AXA IM et Philippe Pelletier, Avocat et Président du Plan Bâtiment Durable.

Nicolas Imbert a rappelé qu’il était nécessaire que les villes s’adaptent, à tous les niveaux, les bâtiments comme les transports y compris devant entrer en transition. Le mot résilience, que nous n’entendions pas encore en 1992 à Rio, est devenu très important vis-à-vis des villes. Trop longtemps, nous avons considéré que le réchauffement climatique était d’abord une problématique des villes du Sud, or il nous concerne tous. En réponse, on observe que les villes évoluent rapidement (véhicules partagés en pied d’immeuble, vélos en libre-service, espaces de coworking…)

De nombreux think tank se posent la question de la ville durable (celui de Dunkerque par exemple travaille sur le risque de submersion marine), l’obtention d’une ville plus verticale et moins minérale devenant nécessaire. Il faut travailler sur un plan d’investissement comprenant une logique d’identification du risque et des opportunités, avec une vision en amont. L’ingénierie de la prospection à l’échelle d’un territoire est quelque chose de très nouveau. Nous sommes sur un système encore apprenant mais qui pourra permettre l’émergence de villes compactes, approvisionnées de façon maîtrisée par des énergies déconcentrées, dans lesquelles le besoin en déplacements contraints sera limité.

Retrouvez ici l’interview de Nicolas Imbert : vimeo.com/156824286

Lise Moret a expliqué que ce sont d’abord les questions de gouvernance et des risques associés qui préoccupent un investisseur comme AXA IM.

Pour AXA, plusieurs volets sont à prendre en compte. La mesure est très importante : il faut apprendre à quantifier les risques environnementaux pour mesurer l’exposition d’une stratégie d’investissement. Différents indicateurs sont à suivre : le taux d’occupation du bâtiment, le rendement attendu de la classe d’actif. La mesure de l’empreinte environnementale est effectuée par plusieurs biais, notamment l’empreinte carbone, l’efficacité énergétique, la consommation d’eau, et la valorisation des déchets.

L’engagement, qui consiste à embrasser des initiatives, porter des actions collectives, ont plus de chancew d’aboutir, notamment grâce à l’effet d’annonce.

Le désinvestissement, qui permet, par un choix délibéré, de ne plus s’exposer au risque climatique.

Retrouvez ici l’interview de Lise Moret : vimeo.com/157118833

Philippe Pelletier a entamé son propos en expliquant qu’il n’y avait pas une, mais des solutions pour aider les villes à s’adapter au dérèglement climatique.

Il estime que dans les pays développés, nous sommes entrés dans une autre époque, dans laquelle le besoin en réglementations venant « d’en haut » se fait moins sentir, car une impulsion forte est menée par la société pour engager la transition. Il apparaît nécessaire de s’orienter vers un système de réglementaire souple.

Il note que pour la construction neuve, les réels progrès apportés par la RT2012 ont permis de réaliser d’importantes économies d’énergie, la démocratisation du pilotage de l’énergie par les outils numériques accentue ces efforts.

En revanche, beaucoup reste à faire sur l’existant, les bâtiments anciens risquent de voir leur valeur fortement dépréciée, d’où l’importance d’entrer dans des démarches de rénovation thermique. Par ailleurs, la précarité énergétique touche en France 15% des ménages, accompagner ces personnes, souvent propriétaires de maisons individuelles dans les zones périurbaines et rurales, permet de recréer du lien social et de contribuer à sauvegarder leur patrimoine.

Retrouvez ici l’nterview de Philippe Pelletier : vimeo.com/156867168 

Panel intervenants

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/conference-le-defi-climatique-et-la-cop21-pour-lindustrie-immobiliere-quel-bilan-quels-changements/

Déc 11 2015

Agora Océans et économie circulaire du 10 Décembre

Lors de l’Agora « Océans et économie circulaire » organisée par Green Cross le 10 décembre 2015, la place occupée par les océans dans la lutte contre les dérèglements climatiques a été démontrée, ainsi que les pistes d’innovation qu’ils nous offrent. Un retour sur la COP21 et sur les résultats de la Déclaration ParisClimat2015 ont également été présentés. On a ainsi parlé adaptation, mais également solutions.

Parmi les intervenants, des entrepreneurs innovants, à l’échelle française et internationale, ont aussi parlé solutions.

  • Louis Win-Nemou, contributeur d’Océania 21, chef de la tribu Gohapin, Nouvelle Calédonie

Le lien à la terre et les savoirs traditionnels du peuple calédonien sont menacés par la présence de ressources très convoitées : métaux rares, pétrole, gaz… C’est une perte de savoirs traditionnels anciens de 3000 ans qu’encourt l’Humanité.

En Nouvelle-Calédonie, le travail qui est réalisé sur le développement durable va de pair avec le bien-être des populations. Ce sont ces populations qui subissent déjà aujourd’hui les conséquences des changements climatiques : montée des eaux, réchauffement, cyclones. Leur sens de la résilience est indispensable, tout comme la recherche de solutions locales : la plantation d’arbres, par exemple le palétuvier, qui permet de capter 3 à 4 fois plus de carbone que la moyenne, et aide à casser les vagues.

Au sein d’Océania 21, la réunion de 21 peuples autochtones, reconnus par le droit international, a permis de faire valoir leurs revendications. La Déclaration de Lifou apporte aussi des éléments concrets sur l’adaptation, l’atténuation et le financement. Elle a été référencée aux Sommets de Lyon et de Bogota. Sur les 21 pays insulaires que composent Océania 21, 17 sont indépendants et peuvent donc porter leurs voix et celle des autres à l’ONU et autres organisations internationales.

  • Diffusion du film « Choses vues, mots entendus, 8 mois après PAM »

Ce web-documentaire sur les conséquences au Vanuatu du cyclone PAM qui a frappé l’océan Pacifique Sud début 2015. Ania Freindorf, la réalisatrice, rappelle qu’il existe seulement 3% des aires naturelles protégées. Ce film appelle à l’action et montre comment les pays insulaires se mobilisent.

Louis Win-Nemou a souligné qu’El Nino se reforme plus vite que d’habitude, et que les catastrophes naturelles qui les accompagnent sont de plus grande ampleur. D’une fréquence décennale, ces catastrophes deviennent annuelles. La plantation d’arbres et le développement de l’apiculture peut contribuer, mais le problème majeur reste celui du changement des mentalités, et la préservation des particularités culturelles, notamment dans les pratiques agricoles. Louis Win-Nemou a évoqué l’exemple de la production vivrière d’igname, qui est devenue quasi-impossible du fait de la concurrence de l’igname transgénique en Australie et à Hawaii. La nécessité de préserver des graines non transgéniques dans une banque est posée.

La question de l’eau, plus particulièrement de son approvisionnement et de sa montée, est devenue majeure. Au passage d’El Nino, les pluies sont tellement violentes et les sols perméables, que l’eau ne fait que ruisseler en surface. Le lien entre la pollution en amont et son impact en aval est aussi à faire.

Dec 10 copyright

  • Quels navires pour le futur ?

Boris Federovsky, conseiller technique du GICAN

Ont été évoquées les opportunités que représente l’océan, vecteur essentiel du transport maritime, ainsi que les apports de la technique. Cette dernière permet de répondre à des besoins de sécurité, environnementaux, économiques et opérationnels. En mer, l’économie circulaire prend tout son sens. La transformation optimale de l’énergie, la valorisation des déchets, ainsi que le traitement de l’eau, constituent le triptyque sur lequel repose l’économie circulaire à terre. Le concept de multi-activités en mer complète ces notions de réduction de la consommation de ressources – énergie, matériaux, eau – et de limitation, voire de suppression des rejets dans l’environnement.

Mathieu Kerhuel, président d’Advanced Aerodynamic vessels (A2V)

Présentation d’un prototype de navire d’un nouveau genre. Son design génère une portance aérodynamique qui lui permet d’être extrêmement rapide et d’avoir une faible consommation.

A usage commercial, ces bateaux ont la particularité et l’avantage d’être légers car composés de matériaux composites et de fibres de verre. S’ils sont plus coûteux à l’achat que les bateaux traditionnels, leur légèreté permet de faire des économies de carburant.

  • Océans et économie circulaire

Brigitte Bornemann, directrice des publications, Energies de la Mer

Le portail d’informations qu’elle a développé concerne la filière des énergies de la mer, y compris les navires les infrastructures du littoral , telles que les ports, les usines de production, la logistique. Il propose également une veille sur les impacts environnementaux, sociétaux et socio-économiques.

L’intérêt de la production d’énergies renouvelables marines a également été mis en lumière : il s’agit d’une activité non délocalisable, à dimension territoriale et prédictible.

Le projet de Serious game, véritable outil d’analyse stratégique et pédagogique développé par le Lycée Vauban de Brest dans le cadre du Campus des métiers de la mer présente des technologies que l’on peut développer en mer, entre autres les éoliennes offshore posées ou flottantes ; l’hydrolien, le houlomoteur ainsi les technologies fluviales . Le jeu en 3D, permettra de gérer à partir de données le potentiel énergétique en temps réel converti en production énergétique.

Laure Rondeau-Desroches, responsable communication Europe, Afrique, Moyen-Orient d’Interface

La société Interface existe depuis les années 70, mais elle n’a amorcé son changement stratégique qu’en 1994, en étant à l’avant-garde de la RSE. Son objectif pour 2020 : zéro déchet, zéro impact négatif. Cela passe par l’élimination des déchets, un objectif zéro émission nocive (qualité de l’air intérieur), l’utilisation d’énergies renouvelables, une optimisation des transports, la sensibilisation des parties prenants, et de nouvelles façons de commercer.

Un changement stratégique a été initié suite à l’analyse du cycle de vie des produits (dalles de moquette) : les 2/3 des externalités négatives proviennent du matériau constitutif de la moquette, à savoir le pétrole, et plus précisément le polyamide 6, fibre issue de la pétrochimie. Pour trouver de nouvelles sources de matières premières recyclées, dans le cadre du programme NetWorks, en partenariat avec la ZSL (Zoological Society of London), Interface a identifié une nouvelle source d’approvisionnement : la récupération des filets de pêche. Ce partenariat représente aussi une solution bénéfique pour les communautés locales : aux Philippines par exemple, la collecte des filets abandonnés permet de mettre fin à la « pêche fantôme » qui détruit les stocks de poisson, en plus de nettoyer les côtes et les plages. L’achat des filets se fait à un prix juste, ce qui contribue à augmenter les revenus des pêcheurs. Le recyclage est réalisé par Aquafil, une société italienne, qui transforme les filets en fibre de polyamide 6. Les avantages sont donc de nature environnementale, mais également économique.

Jacques Degroote, président d’Algonésia

Algonésia est une start-up créée en 2013, centrée sur l’agro-industrie et les biotechnologies dédiées aux micro-algues. Le concept s’articule autour de l’économie circulaire, conception dans laquelle le déchet de l’un devient la ressource du suivant. Décliné à la production de micro-algues, le CO2 de l’un devient l’aliment des micro-algues de l’autre. La croissance des micro-algues nécessite du soleil et du CO2, et elles peuvent très bien grandir dans des eaux usées, ce qui représente un atout environnemental considérable dans un objectif de captation du carbone. La traçabilité du carbone a été identifiée comme un enjeu. Jacques Degroote a donc également collaboré à la création d’un outil appelé CO2Track.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/agora-oceans-et-economie-circulaire-du-10-decembre/

Page suivante »