Notre action vous intéresse ? Soutenez nous, engagez vous !

Nos actions vous intéressent et vous souhaitez vous engager ? Vous disposez de plusieurs moyens pour nous soutenir :

Les informations recueillies sont nécessaires pour votre adhésion et la bonne tenue de l’association et de ses membres. Elles ne sont pas cédées à des tiers. Elles font l’objet d’un traitement informatique non soumis à la déclaration au titre de la dispense n°8 de la délibération CNIL n°2006-130 (J.O. du 3 juin 2006). Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’opposition vous concernant. Pour l’exercer, n’hésitez pas à nous contacter !

Green Cross France et Territoires est une association d’intérêt général enregistrée à la Préfecture de Police de Paris sous le n° W751211388.

Vous pouvez aussi télécharger notre formulaire d’adhésion 2015 et nous le retourner par courrier.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/soutenir/

10h pour l’Outre-Mer

Green Cross France et Territoires est l’un des partenaires des « 10 heures pour l’Outre-mer« . L’enregistrement de l’émission, proposée par Métamorphose outremer, aura lieu à Bordeaux le 27 juin de 9 à 19h.

Cette opération a été mise en œuvre par Dominique Martin-Ferrari, une journaliste spécialisée dans l’environnement depuis 1982 et Luc Laventure, un professionnel aguerri de la télévision française. Elle vise à mieux faire connaître les départements d’outremer et la collectivité territoriale ultra-marine autour d’une présentation d’un bilan inédit en image de l’effort ultra-marin en matière d’atténuation et d’adaptation face aux changements climatiques.

Cet évènement majeur en vue de la Cop21, sera diffusé en continu sur plusieurs sites multimédias internet, chaines régionales, TNT, l’émission pourra ensuite être diffusée par modules horaires régionaux. Elle bénéficiera en première ligne des « suiveurs » de Terre TV, 350 000 streaming en direct lors de la dernière opération « 24 heures sur la Terre » le 5 décembre 2014.

Chaque territoire concerné (Polynésie, Guadeloupe…) fera l’objet d’un rendez-vous d’une heure. Partant du principe qu’il est toujours midi quelque part sur la planète, le public et les internautes suivront le course du soleil, passant de fuseau en fuseau, pour partir à la rencontre des territoires d’outremer et de la place qu’ils prennent aujourd’hui dans l’effort français d’atténuation et d’adaptation au réchauffement climatique.

La présentation de l’événement et le pré-programme sont disponibles ici : dix heures

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/10h-de-loutre-mer/

mai 08 2015

Déclaration à l’issue d’Oceania21 2015: Une étape importante dans le Pacifique Sud avant ParisClimat2015

Green Cross était présent à Nouméa du 28 au 30 avril pour le Forum Oceania21 2015, labellisé ParisClimat2015.

20 parties prenantes essentielles du Pacifique Sud (15 Etats de la Région, ainsi que l’Australie, la France, la Nouvelle-Zélande, l’Union Européenne, le Secrétariat du Forum des Iles du Pacifique) se sont réunies pendant 3 jours afin d’élaborer un texte de propositions régionales préalables à ParisClimat2015, pour le Pacifique Sud.

Cette mobilisation est particulièrement importante dans la mesure où les îles du Pacifique Sud sont les sentinelles du climat: elles font face en avance de phase sur le reste du monde à des phénomènes climatiques extrêmes, et doivent envisager avant le reste du monde les enjeux de l’adaptation tout en effectuant les nécessaires efforts d’atténuation, d’éducation et de mobilisation.

IMG_1995(c) GCFT –  Ouverture d’Oceania 21  2015 par le Président en exercice, vice-premier ministre des Samoa
La première journée des travaux a été entièrement consacrée aux effets dévastateurs du cyclone PAM, aux mesures d’urgences prises et à ce qui reste encore à faire, en présence du Ministre du Dérèglement Climatique de Vanuatu, M. James Bulès. En ressortait notamment l’urgence d’une approche plus inclusive de la météorologie et du climat, notamment en intégrant dans les modélisation les effets sur l’accès à l’eau et à l’assainissement, l’agriculture et l’alimentation et la continuité des activités économiques.
IMG_2009
(c) GCFT – discussions sur PAM
La nécessité de travailler en amont les plans d’urgence et de résilience face aux événements climatiques extrêmes, avec une approche inclusive intégrant les responsabilités coutumières, est désormais un besoin urgent. Il est proposé que ces projets et démarches de résilience aux phénomènes climatique extrêmes soient rendus plus facilement éligibles au Fond Vert et au Fonds Français pour l’Environnement Mondial, et ce de manière significative.
La fin de la première journée a également vu la visite du Président de l’Assemblée Nationale M. Claude Bartolone, en présence du Président de Nouvelle-Calédonie M. Philippe Germain, de l’ensemble des délégations présentes à Océania et de nombreuses personnalités venues spécialement pour l’occasion.
IMG_1995
Ont également été évoqués durant la seconde journée l’importance des savoirs coutumiers, les avancées scientifiques régionales, le fort besoin de politiques régionales scientifiques et d’innovation, ainsi que l’importance d’adopter très rapidement au moins pour le Pacifique un format commun et des standards ouverts pour les données sur le climat et l’océan. Dans une région où la moitié de la population a moins de 20 ans, l’importance de co-construire les démarches climat avec la jeunesse est essentielle, et c’est un domaine sur lequel beaucoup reste à faire, en particulier via les efforts d’éducation et de mobilisation.Concernant le financement de la transition écologique et de l’adaptation dans la région, les participants constatent un décalage entre la volonté d’agir de la communauté internationale et les moyens mis en oeuvre, qui actuellement favorisent des initiatives massives et concentrées au détriment d’une politique d’investissement territorial, diversifié et déconcentré, réalisé par et avec les populations, qui est celui que les pays du Pacifique mettent en oeuvre de par la faible densité de population et l’importance des distances. Dans ce modèle, l’agriculture et l’alimentation de proximité, l’autonomie énergétique autour d’un usage accru des renouvelables, l’économie circulaire, ont toute leur place. L’amélioration de la santé des océans, favorisant tant leur biodiversité que la captation carbone, est également au cœur des enjeux et nécessite la mobilisation sur toute la zone, par et au-delà des Aires Marines Protégées. La troisième journée a été consacrée à l’élaboration de la déclaration de Lifou, signée par les parties prenantes (et notamment les Etats participants). Pour ce faire, Jean-Michel Cousteau a fait parvenir aux parties prenantes une vidéo.

Le titre de cette déclaration est percutant: ParisClimat2015: sauvez l’Océanie

Parmi les attendus, on note la répétition et l’accélération du nombre et de la violence des phénomènes climatiques extrêmes et dévastateurs. La communauté internationale fait des efforts, mais l’inadéquation entre besoins d’adaptation et moyens mis en oeuvre restent flagrante. Il y a donc urgence d’agir pour ParisClimat2015. C’est une responsabilité conjointe de tous les Etats parties prenantes aux Nations-Unies à la fois de réduire leurs émissions, de restaurer la santé des océans et de travailler sur l’adaptation

Les Etats du Pacifique ne sont pas responsables du dérèglement climatique mais en sont les premières victimes. Il est urgence d’éveiller l’ensemble du monde à cette réalité et à cette urgence, pour accélérer la lutte contre le dérèglement climatique, et de rendre plus entendue la voie du Pacifique.

L’objectif d’atténuation de 2°C, et surtout les trajectoires précises et transparentes par pays sont plus que jamais nécessaires. Les Etats du Pacifique sont prêts à montrer l’exemple, notamment en réduisant leur dépendance aux énergies fossiles et en développant à marche forcée leur efficacité énergétique.

L’éducation et formation des jeunes par une intégration dans les programmes d’enseignement joue dans cette démarche un rôle essentiel. Sur ce sujet comme sur de nombreux autres, les parties prenantes ont adopté la mise en place avant avril 2017 d’une plateforme Oceania commune.

Elles ont également proposé de renforcer observation santé océan et climat, d’infléchir la finance climat pour mieux prendre en compte les dérèglement climatiques extrêmes, l’adaptation, les projets de territoires et financements diffus, ainsi que la compensation.

Un porte-parole d’Oceania 21 sera présent le 8 juin pour la réunion ParisClimat2015 – Objectif OCEAN: les propositions de l’Economie Bleue.

 

Plus d’informations sur https://www.facebook.com/GCFetT

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/declaration-a-lissue-doceania21-2015-une-etape-importante-dans-le-pacifique-sud-avant-parisclimat2015/

avr 24 2015

Agenda Green Cross – mai & juin 2015

  • 28 au 30 avril 2015: Forum Océania 21 2015 à Nouméa – programme et inscriptions sur https://www.facebook.com/events/1584689798456370/
  • 4 et 5 juin : MEDCoP21 à Marseille – programme et préinscriptions sur http://www.medcop21.com/
  • 8 juin 2015 (14h à 19h): Journée Mondiale de l’Océan, et conférence internationale ParisClimat2015 : Les propositions de l’économie bleue organisée par GCFT, à l’Agence Spatiale Européenne, Paris – http://bit.ly/CoP21OCEAN
  • 11 juin 2015 (18h à 20h): club des mécènes et partenaires de Green Cross – renseignements : contact@gcft.fr
  • 27 juin 2015 (9h à 19h): enregistrement de l’émission « 10h pour l’Outremer », proposée par Métamorphose outremer, à Bordeaux (GCFT, partenaire, reviendra sur Océania 21) – renseignements : contact@gcft.fr

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/agenda-green-cross-mai-juin-2015/

Conférence “Changement climatique : Que faire dans le monde, en France et à l’île d’Yeu ?“

A l’invitation de l’association Yeu Demain, Green Cross sera présent via son directeur adjoint Nicolas Imbert à la conférence organisée le 21 avril à 20h30 au Casino de l’île, sur le thème:

Changement climatique

Que faire dans le monde, en France et à l’île d’Yeu ?

 

Lieu : Le Casino

  • Adresse : Rue Neptune
    Port-Joinville  85350  L ILE D YEU

Tarifs :
Entrée libre

Horaires : 20H30

Yeu demain - Association-Ile d'Yeu-vendée - 85

Présentation détaillée de la conférence

Changement climatique : que faire dans le monde, en France et à l’île d’Yeu ?

Atelier de l’association Yeu demain. 21 Avril 2015 – http://www.yeu-demain.asso85.fr/  – yeu-demain@orange.fr 

Le sommet de Paris, le 5ème rapport du GIEC et la nécessité de l’action

La France accueillera à Paris, en décembre 2015, la 21ème Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (« COP 21 »). Ce nouveau sommet mondial sur le climat est important car :

  • Le 5ème rapport du GIEC (le groupe d’experts intergouvernemental sur le climat), finalisé en 2014, a clairement montré 3 faits : i) le dérèglement climatique s’est fortement aggravé, ii) sans actions concrètes et de grande ampleur à la fois d’atténuation (réduction des émissions de GES : gaz à effet de serre) et d’adaptation à la nouvelle donne climatique, c’est tout l’avenir de l’humanité qui se verrait mis en péril, et iii) il est possible d’agir.
  • Il s’agit d’aboutir à Paris à un accord global « post Kyoto », applicable à partir de 2020, afin de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre et de se protéger des impacts annoncés.
  • Cet accord s’accompagnera d’un « Agenda des solutions» mettant en avant des engagements concrets.

Le 5ème rapport du GIEC est structuré en 3 parties :

  • La première alerte sur les changements physiques observés (climat, atmosphère, glaciers, eau et mer…), sur les causes du réchauffement et sur les évolutions climatiques possibles (scénarios).
  • La seconde porte sur les impacts déjà observés, sur les risques annoncés et sur la question de l’adaptation et de la résilience.
  • La troisième porte sur l’atténuation. Elle montre qu’il nous faut diminuer les émissions actuelles de GES de 40 à 70% d’ici 2050 par rapport à 2010 si l’on veut maintenir un monde vivable pour nos enfants. Les deux grandes voies de progrès possibles et nécessaires sont, d’une part, la transition énergétique et, d’autre part, la meilleure gestion du « secteur des terres », c’est-à-dire les sols, l’agriculture, les forêts, les biofilières et l’alimentation.

Le rapport du GIEC invite à des « transformations ». Il nous faut clarifier ce qu’il est possible et nécessaire de viser et agir à chaque niveau.

Clarifier ce qu’il est possible de faire au niveau national : l’exemple de la réflexion stratégique du CGAAER sur l’agriculture, la forêt et les sols

A la demande de son Président, le Ministre Stéphane Le Foll, le Conseil Général de l’Alimentation, de l’Agriculture et des Espaces Ruraux (CGAAER) a engagé depuis mars 2014 une réflexion de fond sur la question des contributions possibles de la forêt, des sols, de l’agriculture et de l’alimentation (le « secteur des terres ») à la lutte contre le changement climatique. La question est complexe car :

  • l’agriculture, la forêt et la sécurité alimentaire sont et vont être très impactées par le changement climatique,
  • le « secteur des terres » est aussi une cause importante d’émissions de GES. S’il peut réduire ses émissions, il lui faudra aussi pouvoir nourrir 2 milliards d’habitants en plus d’ici 2050,
  • le vivant, y compris les océans, peut stocker du carbone et substituer des produits bio-sourcés (ex : biogaz, bois….) à des produits miniers (pétrole, ciment, acier) très émissifs de gaz à effet de serre. L’agriculture, les forêts, les sols et le milieu marin, s’ils sont gérés de manière appropriée, peuvent donc jouer un rôle irremplaçable de régulateur et d’amortisseur du changement climatique.

La complexité du sujet et le fait que les négociations climatiques aient été surtout, jusqu’à présent, le fait d’énergéticiens et de climatologues, et non pas d’agronomes, expliquent que, malgré son importance majeure, la question du vivant ait été encore insuffisamment traitée.

Le rapport du CGAAER montre l’importance de pouvoir agir sur toute une série de leviers d’action. Il chiffre pour la première fois les bénéfices climatiques envisageables pour le pays dans ce domaine élargi, tout en discutant des conditions du succès. L’intérêt de la réflexion française a déjà été reconnu au niveau européen.

 

Agir au niveau local

Tous les territoires doivent se préparer à de nouveaux lendemains. Ils vont devoir à la fois s’adapter et apporter leur contribution à la lutte contre le changement climatique (atténuation). C’est à chacun de s’accorder sur ce qu’il peut concrètement faire de façon à la fois ambitieuse et réaliste. Chacun devra s’engager dans la durée  et apprendre en marchant.

Guillaume Benoit et Nicolas Imbert

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/conference-changement-climatique-que-faire-dans-le-monde-en-france-et-a-lile-dyeu/

Concours photo – Exposition « territoires insulaires et dérèglement climatique »

Le cyclone PAM et ses effets désastreux dans le Pacifique Sud nous montrent si besoin était l’urgence de sensibiliser sur la vulnérabilité des territoires insulaires face au dérèglement climatique, et la nécessité d’une solidarité internationale pour mettre en place des moyens réellement en rapport avec les enjeux de survie, d’adaptation, de résilience des territoires et des hommes.

(c) GCFT

(c) GCFT

Green Cross, le gouvernement des Palaos et la représentation des Palaos auprès l’Unesco organisent un jeu-concours qui débouchera sur une exposition photo qu’ils co-éditeront, sur le thème « territoires insulaires et dérèglement climatique » (nom provisoire), avec 5 sous-thèmes:
– un océan protégé, c’est une planète préservée,
– dérèglement climatique et montée de eaux,
– pollution plastique,
– économie circulaire, en action concrète,
– mobilisons pour faire de ParisClimat2015 un succès.

 

Cette exposition sera dévoilée le 8 juin (nous avons sollicité un premier accrochage à l’Unesco), à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Océan, à Paris. Elle sera également exposée (lieu à définir) lors de ParisClimat2015, et pourra faire l’objet d’un catalogue ou d’une intégration dans un ou plusieurs ouvrages de la série « les clés pour agir / keys to act » publiée par Green Cross.

 

Vous êtes photographe, et souhaitez contribuer à une exposition photo exceptionnelle pour ParisClimat2015, mettant en valeur les territoires insulaires, confrontées au changement climatique ? Nous comptons sur vous. Envoyez-nous un portfolio de 2 à 5 clichés (ainsi que les légendes 150 mots max en français et en anglais) illustrant un ou plusieurs des thèmes suivants, en JPEG ou TIFF haute définition (email jusque 10 Mo, Dropbox au-delà):
un océan protégé, c’est une planète préservée,
– dérèglement climatique et montée de eaux,
– pollution plastique,
– économie circulaire, en action concrète,
– mobilisons pour faire de ParisClimat2015 un succès.

 

Nous pourrons retenir entre 1 et 3 clichés par lauréat. Le ou les lauréat(e)s bénéficieront d’une mise en visibilité sur le lieu de l’exposition et sur le catalogue, et seront cités pendant 1 an comme partenaires de Green Cross. Chaque candidat retenu recevra un prix de 200 euros et une invitation à l’inauguration de l’exposition.

 

En répondant, le candidat autorise Green Cross, s’il est lauréat, à reproduire et adapter son oeuvre pour l’intégrer à l’exposition, pour l’utiliser également dans le catalogue, distribuée en format papier et électronique, et dans les ouvrages de la série « les clés pour agir / keys to act » et ce sans autre rétribution que le prix ci-avant cité.

 

Les candidatures sont à envoyer par email exclusivement, à contact@gcft.fr, avant le 12 mai 2015 à 12h00. Elles comprendront :
– de 2 à 5 clichés, format JPEG ou TIFF haute définition (email jusque 10 Mo, Dropbox au-delà), tous légendés en français et en anglais (150 mots max en français et en anglais).
– une photo portait de lui / elle (format 4/3), une description en 250 signes en français / 250 signes en anglais, ainsi que 2 liens vers un site web (idéalement 1 en français, 1 en anglais).
– les prénoms et nom d’artiste du photographe (si différent du nom d’expéditeur).

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/concours-photo-exposition-territoires-insulaires-et-dereglement-climatique/

ParisClimat2015: Objectif OCEAN – co-construisons les propositions de l’économie bleue

bandeau_8juin

Colloque du 8 juin 2015

Inscrivez-vous dès maintenant à notre colloque du 8 juin 2015, de 14h à 19h (accueil dès 13h30), à l’adresse: http://cop21ocean.eventbrite.fr

Green Cross et l’ensemble de ses partenaires vous invitent aux travaux du séminaire « ParisClimat2015 – Objectif OCEAN: les propositions de l’Economie Bleue » que nous organisons pour la Journée Mondiale des Océans, le 8 juin 2015, à l’Agence Spatiale Européenne.
Dans la continuité des engagements pris à Rio 2012, ce séminaire est l’occasion d’élaborer, avec les filières économiques et les territoires, 10-15 propositions simples, ambitieuses et opérationnelles qui montrent qu’il est possible rapidement d’agir concrètement via la santé des océans pour préserver le climat et la planète.
Nous pensons que cet événement peut contribuer à donner un souffle fédérateur et montrer qu’il est possible d’agir pour que ParisClimat2015 prenne, en particulier sur l’océan, des décisions qui feront date. Nous en rendrons notamment compte lors du Sommet Mondial Climat et Territoires, les 1er et 2 juillet à Lyon, et au Grand Palais lors de ParisClimat2015.
Les intervenants suivants ont d’ores et déjà confirmé leur présence:
  • Eric BANEL, Délégué Général d’Armateurs de France
  • Robert BELL, professeur en management et président du Département des sciences financières du Brooklyn College de la City University of New-York
  • Gilles BERHAULT, Président du Comité 21 et du Club France Développement Durable
  • Sandra BESSUDO, Présidente de la Fondation Malpelo et Conseillère Océan du Vice-Président de la République de Colombie
  • Delphine BLUMEREAU, Présidente, Climates
  • Jean-Michel COUSTEAU, Président, Green Cross France et Territoires
  • Fabien DULON, Directeur Général, SCAPêche
  • Isabelle DUVAUX-BECHON, Coordinatrice des activités transverses à l’Agence Spatiale Européenne
  • Laurence EYMARD, Directrice de recherche au CNRS, Directrice de l’observatoire des sciences de l’univers Ecce Terra à l’UPMC, spécialiste des relations océan-atmosphère
  • Adam KONIUSZEWSKI, Chief Operating Officer, Green Cross International
  • François-Michel LAMBERT, Président de l’Institut de l’Economie Circulaire
  • Anthony LECREN, Ministre de Nouvelle-Calédonie et initiateur du forum Oceania21
  • Corinne LEPAGE, Chargée d’une mission sur « la transition économique » par Ségolène ROYAL
  • Ioan NEGRUTIU, Directeur de l’Institut Michel Serres
  • Michèle SABBAN, Présidente du R20 (R20 Region of Climate Action)
  • Patricia SAVIN, Présidente d’OREE
  • Francis VALLAT, Président du réseau des Clusters Maritimes Européens
  • Raymond VAN ERMEN, Directeur exécutif de European Partners for the Environment
  • Sylvianne VILLAUDIERE, Coordinatrice générale de SolutionsCoP21

Parmi les réseaux partenaires de l’événement, nous avons: Agence Spatiale Européenne, Armateurs de France, Association des Cadres Bretons, Climates, Club France Développement Durable, Clusters Maritimes Français et Européen, Comité 21, Durapole, Forum Chine-Europe, Institut de l’Economie Circulaire, Institut Michel Serres, YouthBank…

Nous serions ravis et honorés de vous compter parmi nous ce 8 juin.

Vous trouverez ci-joint le programme.

Inscription gratuite (dans la limite des places disponibles) et obligatoire sur http://cop21ocean.eventbrite.fr. Pensez à vous munir d’une pièce d’identité.

Contexte

Green Cross coordonne au premier semestre 2015, la tenue d’un forum multi-acteurs Economie Bleue et Stratégie Maritime pour ParisClimat2015 en vue de mobiliser l’ensemble des réseaux maritime, suffisamment en amont de la Conférence Paris Climat 2015, et d’obtenir un accord concret, ambitieux pour le climat et pour l’environnement.

Le monde de la mer est un pilote idéal pour accélérer la lutte contre le dérèglement climatique : d’une par eu égard à la maritimisation du monde, d’autre part par l’universalité des solutions qu’il peut y apporter, de par le caractère continu des océans.

Ce forum est en deux étapes : une séance de travail qui s’est tenue le 9 avril, et une séance de restitution et de mobilisation lors de la Journée Mondiale des Océans, le 8 juin, à l’Agence Spatiale Européenne, à Paris.

Objectifs du forum

Dans un contexte pré-ParisClimat2015 très chargé en événements, le Forum peut se dégager en construisant la proposition concrète d’un objectif climat consolidé entre tous les acteurs, notamment sur les sujets-clé climat et santé des océans, alimentation santé et satisfaction des besoins humains, navire du futur, gestion du littoral. Le Forum aura une approche économique, et notamment s’attachera à mettre en rapport l’opportunité et le coût financier de l’inaction.

Pour mémoire – séance de travail du 9 avril 2015

Un grand merci à tous les participants venus à cette belle journée de travail – une synthèse sera très prochainement mise en ligne .

Programme_9_avril

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/parisclimat2015-co-construisons-les-propositions-de-locean/

Sopra Steria, leader européen de la transformation numérique

SOPRASTERIA_RVB

Sopra Steria, leader européen de la transformation numérique, propose l’un des portefeuilles d’offres les plus complets du marché : conseil, intégration de systèmes, édition de solutions métier et Business Process Services. Fort de 37 000 collaborateurs, le Groupe est implanté dans plus de 20 pays au service des grandes organisations publiques et privées.  .

Dans le cadre de sa démarche d’entreprise responsable, Sopra Steria a développé un engagement majeur pour une plus grande prise en compte des thématiques de l’Eau.

Cet engagement environnemental mais aussi humanitaire autour des enjeux de l’Eau s’appuie depuis 2012, sur un partenariat avec GREEN CROSS France & Territoires.

 

http://www.soprasteria.com/

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/soprasteria/

avr 10 2015

Institut Michel Serres

logoIMSdef-300dpi

Santé des individus, des sociétés, des écosystèmes – les ressources, what else ?

Visiblement, il y a un double problème : les cadrages des agendas politiques, économiques, de recherche, les négociations internationales sont mal calibrés sur des problèmes aussi critiques que le changement climatique, les stratégies énergétiques, le dilemme de la biodiversité, la pauvreté, la démographie ET La gouvernance se trompe : la plupart des projections et scénarios sont ciblés sur 2050. Trop tard. Une échéance contraignante est celle du pic démographique à 8 milliards vers 2025, avec l’accélération de la surexploitation des ressources d’ici-là.

La problématique des ressources comme un ensemble est devenu un « non-agenda ».

Une approche intégrale et intégrée de la problématique des « ressources et des biens publics » est un « grand défi ». Les ressources constituent la charpente d’une nouvelle architecture pour redéfinir des priorités cohérentes et adaptées à différents objectifs et échelles. En cela, le concept est pertinent pour aider à mieux définir le progrès que l’on veut par un meilleur cadrage des finalités et un bon usage du progrès technologique. Mais aussi comme une extraordinaire boite à outils.

Missions – repenser l’agenda « sécurité ressources »

  1. Accroitre la compréhension humaine des ressources naturelles et concevoir une utilisation efficace et responsable pour le bien de tous.
  2. Mettre en adéquation les besoins vitaux des populations avec les capacités de régénération des écosystèmes, support des activités humaines et de la vie.

Projet stratégique

Une démarche systémique aux frontières des disciplines : bases de données, échelle régionale, monitoring, diagnostique et gestion des ressources naturelles renouvelables en (quasi)temps réel, des instruments normatifs, règlementaires et financiers pour la sécurité des ressources (humaines y comprises) et, à travers elle, la résilience socio-écosystémique des territoires en fonction de leurs spécificités. Concrètement, il s’agit de commencer par produire une aide à la décision basée sur des instruments de comptabilité environnementale compatibles avec les comptes nationaux.

Ioan Negrutiu, directeur de l’Institut Michel Serres

Institut Michel Serres pour les ressources et biens publics

http://institutmichelserres.ens-lyon.fr/

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/institut-michel-serres/

8 avril – petit-déjeuner « la place de l’agriculture dans la transition énergétique » avec la participation de Nicolas Imbert

Le mercredi 8 avril 2015, de 9h à 11h, les Ateliers de la Terre organisent un petit-déjeuner de réflexion et d’échange sur le thème 

La place de l’agriculture dans la transition énergétique

    

Le lieu: Hôtel de l’Industrie, 4 place Saint-Germain-des-Prés – 75006 Paris

Nicolas Imbert, directeur exécutif de Green Cross France et Territoires, s’exprimera à ce petit déjeuner.

Contexte:

L’UE entend développer le recours aux énergies d’origine agricole, perçues comme l’un des moyens d’atteindre ses objectifs 2020. La production de biocarburants en Europe de 2006 à 2010 a augmenté de 31%. Cependant, cette énergie reste une réponse parcellaire qui doit être prise en compte dans sa globalité.

Les contradictions sont nombreuses : Le Wall Street Journal a dénoncé l’an dernier l’abattage illégal de forêts américaines destinées à la biomasse européenne. L’énergie d’origine agricole requiert de plus en plus d’espace cultivable, espace qui ne peut alors plus être consacré à la culture de céréales alimentaires. Cela engendre la hausse du prix des matières premières et peut provoquer des famines dans les pays en développement. La production énergétique des fermes pose également le problème de la taille critique de celle-ci et doit être mise en balance avec les pollutions éventuellement générées et les buts réels de production. Si la biomasse est une perspective riche d’opportunités pour la transition énergétique il faut cependant en définir les risques et tenir compte des précautions à prendre.

 

Comment faire de l’agriculture un acteur fort de la transition énergétique ?

Comment exploiter stratégiquement la biomasse sans nuire à l’Homme ni à l’environnement ?

Intervenants confirmés :

  • Bruno Rebelle, directeur de Transitions, ancien responsable de Greenpeace en France et à l’International, président de Planète Urgence
  • Hervé Guyomard, directeur scientifique agriculture de l’INRA
  • Christiane Lambert, première Vice-présidente de la Fédération Nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA)
  • Corinne Lepage, présidente de CAP21/IRC
  • Nicolas Imbert, directeur exécutif Green Cross France et Territoires

Modératrice :

  • Sonia Henry, journaliste, directrice des programmes des Ateliers de la Terre

Inscription obligatoire sur http://bit.ly/1ydBBFW

Des questions sur l’événement Les Matins des Ateliers de la Terre – La place de l’agriculture dans la transition énergétique ? Contactez Les Ateliers de la Terre
(c) Green Cross

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/8-avrli-petit-dejeuner-la-place-de-lagriculture-dans-la-transition-energetique-avec-la-participation-de-nicolas-imbert/

mar 20 2015

Le 22 mars est la journée mondiale de l’EAU

L‘agenda de cette année 2015 rend le thème de leau d’une actualité brûlante. Tout d’abord, car cette journée précède de 20 jours le Forum Mondial de lEau, qui aura lieu cette année en Corée – Green Cross y sera et interviendra dans plusieurs tables rondes. Egalement car le thème de leau, qu’il s’agisse d’accès à leau et d’assainissement, des enjeux eau et agriculture ou eau et énergie, sera au cœur des négociations de la Conférence Internationale sur le Climat (CoP21) qui aura lieu à Paris en décembre 2015, et de ses très nombreux événements préparatoires en France et à l‘International. Et enfin car les dramatiques événements climatiques extrêmesrécents montrent l’importance d’un effort sans cesse réitéré sur le nexus eau & climat et les enjeux d’adaptation liés à l’eau.

Alors que près de 2 millions de personnes n’ont pas un accès satisfaisant à leau et à l‘assainissement, alors que le dérèglement climatique accentue la pression sur leau et que la pollution s’accroît, il est plus que jamais nécessaire de préserver et de mieux gérer la ressource.
Par ailleurs, le désastre au Vanuatu suite au passage de l‘ouragan PAM (http://bit.ly/PAMVanuatu) montre l‘importance de mettre en place des réponses d’adaptation à la hauteur des impacts du dérèglement climatique. Il nous redit également, dramatiquement, à quel point leaude boisson est une ressource rare, nécessaire à la vie et non substituable.
Nous pouvons et devons agir. Les solutions existent. Leau est une formidable piste d’innovation, son partage en sérénité permet d’apporter paix, santé, sécurité et prospérité. Les modes de gouvernance et de gestion de la ressource évoluent, notamment grâce aux technologies et à la coopération, et deviennent de plus en plus Déconcentrées, Décentralisées, Décarbonés, Démocratiques.

Nous percevons désormais 

leau en 4D.

C’est pourquoi Green Cross vous propose, pour cette journée mondiale de leau 2015, un ouvrage Eau: des clés pour agir orienté vers la connaissance et l‘action.Cet ouvrage est désormais disponible non seulement en français, mais également in ENGLISH: Water_2015.
Nous vous en souhaitons une excellente lecture. Vous pourrez également nous retrouver lors de nos prochains événements, et en particulier du 12 au 17 avril en Corée pour le Forum Mondial de lEau.
En juin, Green Cross est partenaires de la MEDCoP21 qui aura lieu à Marseille les 4 et 5 juin et consacrera un atelier à la situation delEau en Méditerranée.
Pour la journée mondiale de l’Océan, le 8 juin 2015, Green Cross organise à Paris, avec de nombreux réseaux partenaires d’acteurs territoriaux et d’entreprises, un forum ParisClimat2015: les propositions de l’économie bleue et une exposition photo îles pionnières  – leau sera au cœur de ces travaux.

Ensuite, Green Cross France et Territoires prépare les travaux sur la thématique adaptation qui seront présentés au Sommet Mondial Climat et Territoires les 1er et 2 juillet à Lyon.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/le-22-mars-est-la-journee-mondiale-de-leau/

Articles plus anciens «