ADHEREZ, SOUTENEZ-nous et IMPLIQUEZ-vous pour Green Cross

Nos actions vous intéressent et vous souhaitez vous engager ? Pensez à adhérer à l’association ou nous faire un don.

Votre don et votre cotisation sont nécessaires à notre fonctionnement (et déductibles à hauteur de 60%). Pensez à nous soutenir maintenant :

Les informations recueillies sont nécessaires pour votre adhésion et la bonne tenue de l’association et de ses membres. Elles ne sont pas cédées à des tiers. Elles font l’objet d’un traitement informatique non soumis à la déclaration au titre de la dispense n°8 de la délibération CNIL n°2006-130 (J.O. du 3 juin 2006). Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification ou d’opposition vous concernant. Pour l’exercer, n’hésitez pas à nous contacter !

Green Cross France et Territoires est une association d’intérêt général enregistrée à la Préfecture de Police de Paris sous le n° W751211388.

Vous pouvez aussi télécharger notre formulaire d’adhésion 2015 et nous le retourner par courrier.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/soutenir/

Nov 22 2016

Compte-rendu du Forum de la Transition de Grande-Synthe

Jeudi 17 novembre s’est tenu le Premier Forum de la transition économique, écologique et sociale organisé par la ville de Grande-Synthe et la Communauté urbaine de Dunkerque. Ce forum, conçu comme un espace ouvert de dialogue, de rencontres et d’échanges, a pour objectif d’anticiper les mutations économiques, technologiques et sociétales pour penser le territoire de demain.

forum-17-novembre

Pour Damien Carême, Maire de Grande-Synthe, les crises que traverse actuellement le territoire (climatiques, migratoires, démocratiques…) font émerger la nécessité d’inventer un nouveau modèle. L’agglomération de Dunkerque, née autour de l’industrie, doit aujourd’hui anticiper la transformation du secteur industriel afin d’être résiliente. Patrice Vergriete, président de la CUD (Communauté Urbaine de Dunkerque), a également souligné que les deux points forts de l’industrie de l’agglomération, l’automobile et l’énergie, sont deux secteurs qui vont connaître des changements majeurs dans les années à venir.

La journée s’est structurée en deux plénières et deux tables-rondes, durant lesquels des acteurs du territoire ou des experts d’ailleurs ont pu exprimer leur point de vue, leurs attentes, leurs travaux sur la transition.

#1 Plénière : Comprendre les limites de notre modèle de développement et identifier les germes du changement pour construire le modèle de demain. Mais, vers quels futurs souhaitables ou souhaités ?

Jean-François Vereecke, économiste de l’AGUR, agence d’urbanisme Flandre-Dunkerque, a présenté les atouts et fragilités du territoire à travers la Toile industrielle du dunkerquois, un outil de compréhension de l’économie locale représentant des flux interentreprises dans le bassin d’emploi de Dunkerque. La synthèse de cette Toile : Dunkerque, c’est un port, un pilier énergétique avec des énergies de stocks, de la sidérurgie, une présence importante de l’automobile, mais aussi des filières agricoles. La Toile industrielle, destinée aux investisseurs, au service public et aux experts, est consultable ici.

Stéphane Juguet, Anthropologue de l’agence WT2I, a présenté la démarche de prospective participative d’un nouveau genre engagée à Grande-Synthe, à la demande de la ville ainsi que de l’ADEME. Utilisant la méthode POP (Populaire, Optimiste et Participative), Stéphane et son équipe ont mis en place un débat mobile, avec la volonté de mettre en récit le territoire en faisant jouer l’imaginaire collectif : les résultats mettent notamment en lumière le fait que Grande-Synthe reste un territoire « naturellement industriel » dans l’esprit de ses acteurs.

Dominique Bourg, philosophe de l’Université de Lausanne, grand témoin de cette plénière, a souligné le fait que la transition prend un sens tout à fait particulier dans le fleuron de l’industrie carbonée. Si le monde d’hier se basait sur un seul indicateur, le PIB, pour mesurer le bien-être, aujourd’hui ce lien n’est plus d’actualité. La consommation de ressources à travers le monde croît plus vite que le PIB, dans une économie concentrant de plus en plus les richesses : la nécessité de revoir notre conception du développement est plus forte que jamais.

#2 Table-ronde : Des principes aux actes ! Regards croisés sur les orientations et les outils pour accompagner une transition économique, écologique et sociale à l’échelle des territoires et des organisations.

img_0887

Nathalie Libbrecht est chargée de mission au Commissariat spécial à la revitalisation et à la ré-industrialisation des Hauts de France. Elle a présenté l’objectif et les actions de ce Commissariat, qui œuvre à détecter des projets ayant le potentiel de revitaliser le territoire, et d’aider à leur accélération.

Michel Angers est maire de Shawinigan au Québec, une ville industrielle très riche durant la première moitié du XXème siècle qui a connu de grosses difficultés économiques dans les années soixante. Un Comité de diversification économique a vu le jour, avec pour objectif la reconversion de l’économie à travers 4 cibles de diversification : numérique, technologies vertes, électronique, transformation métaux Aujourd’hui, c’est une ville très dynamique avec 12,5% de propriétaires d’entreprise chez les 18-34 ans contre 4% pour la moyenne du Québec.

Pour Damien Carême, il faut s’inspirer de l’exemple de Shawinigan et anticiper les chocs industriels. Il est compliqué pour un jeune d’aujourd’hui de se lancer dans l’entreprenariat, notamment à cause des lois interdisant aux collectivités de financer des prototypes. La nécessité d’un droit à l’innovation se fait de plus en plus pressante.

Christian du Tertre, économiste et directeur scientifique d’ATEMIS et grand témoin de cette table-ronde a souligné qu’au-delà des crises, il est important de regarder les mutations que traversent nos sociétés, car « la crise a des sources plus complexes que son expression ». Il a notamment alerté sur les nouvelles start-up entièrement financiarisées, à l’image de Blablacar.

#3 Plénière : Expérimentations et travaux prospectifs d’ailleurs : Enseignements et perspectives pour renforcer une transition économique, écologique et sociale de notre territoire.

Une plénière un peu plus technique où Valérie Vincent, chef du service Economie et Prospective de l’ADEME, a présenté l’évaluation macro-économique des visions énergétiques 2030-2050 et l’élaboration d’un scénario 100% énergie renouvelable d’ici 2050 en France, en évoquant les impacts sur les branches énergétiques clés du Dunkerquois. L’évaluation est téléchargeable ici.

Alain Mestre, du cabinet Syndex, a présenté l’étude prospective « Compétences-Emplois-Climat Ile de France », qui  pour objectif d’étudier l’impact en termes d’emplois et de compétences des politiques et des mesures d’adaptation et d’atténuation du changement climatique en IDF. La synthèse de l’étude est téléchargeable ici.

Boris Chabanel, expert associé du cabinet Utopies, s’est exprimé sur le développement des territoires par le circuit économique local: Comment agir sur l’ancrage et la circulation des richesses ? Substituer une partie des importations par une production locale est un enjeu majeur. Il est également important de prendre en compte l’interdépendance entre secteurs. De plus, parler de circuit économique local implique de mieux comprendre la demande locale.

Claude Lenglet, de TIR Consulting Group, a présenté la « Feuille de route pour une nouvelle économie » de la Métro-Région Rotterdam-La-Haye : vision pour une stratégie globale de transition d’un territoire ». Les chemins vers la transition identifiés : faire d’un port marqué par les énergies fossiles le premier port numérique d’Europe, créer un delta des énergies renouvelables, et opérer dans une logique d’économie circulaire.

Pierre Veltz, ingénieur-sociologue et grand témoin  de cette plénière, a souligné entre autres la grande diversité de solutions selon les territoires (mix énergétique), le potentiel de l’économie dite du partage, dont les formes organisationnelles sont en décalages avec celles issues du siècle dernier, ainsi que l’importance croissante des facteurs relationnels dans notre économie moderne malgré la technicisation.

#4 Table-ronde : réactions et propositions de notre panel de participants

De nombreux acteurs du territoire de domaines très variés (syndicats, énergie, service…) ont pu exprimer leur point de vue sur ce qui fut dit dans la journée, et faire part de leurs réflexions sur la transition du Dunkerquois.

panneau-4

©Olivier Sampson

L’équipe de Green Cross tient à féliciter les organisateurs de ce forum qui s’est déroulé avec succès, et se réjouit d’avance de la prochaine édition du Forum de la Transition!

 

Pour télécharger le programme complet

Pour découvrir Grande-Synthe, ville durable

Retrouvez ici la WebTV Green Cross « La transition énergétique, une réalité sur les territoires » lors de la CoP21 avec Damien Carême

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/compte-rendu-du-forum-de-la-transition-de-grande-synthe/

Nov 22 2016

Green Cross présent à Pollutec

1ff29ed508b934f33e4690ae779bc0ce
Le 27ème salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement, Pollutec 2016, commence le 29 novembre prochain.
Durant quatre jours, au parc d’expositions de Lyon, Pollutec facilitera la rencontre des professionnels autour des solutions innovantes et des nouvelles thématiques environnementales.

Green Cross sera présent lors de ce salon à travers deux événements:

  • Le mercredi 30 novembre, GRTgaz organise la table-ronde « Connecter les énergies d’avenir. Quels rôles pour les transporteurs d’énergie? »
    Green Cross sera présent autour de la table ronde, et Nicolas Imbert interviendra à propos de la transition énergétique et de l’élargissement du débat énergétique à l’environnement.
    11h20 – 12h05
    salle Forum énergie du Parc des Expositions
    Pour plus d’informations sur la table-ronde et les événements GRTgaz à Pollutec, cliquez ici
  • Le jeudi 1er décembre, Orée organise de 14h45 à 15h30 l’atelier « Océans et biodiversité » à l’espace Village Mers, milieux aquatiques et littoral. Henri Robert, conseiller stratégique de GCFT, interviendra lors de cet atelier. Pour plus d’informations sur l’atelier et les événements Orée à Pollutec, cliquez ici

Si vous souhaitez vous inscrire au salon Pollutec 2016, demandez votre badge gratuit (pour professionnels, étudiants et journalistes).

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/green-cross-present-a-pollutec/

Nov 18 2016

La CoP 22,est une CoP de transition, mais aussi d’adaptation.

Perturbée par l’actualité internationale, en attente d’actions concrètes quant au financement effectif, sur les territoires, de l’adaptation et de l’atténuation, cette CoP 22 fut particulièrement peu intense en son cœur historique, les salles de négociations.

Mais nous aurions tort de penser qu’il ne s’y est rien passé, bien au contraire. Les thématiques de l’eau et l’agriculture connaissent des avancées, notamment par une mobilisation de l’Afrique qui se structure de plus en plus concrètement. Un énorme élan d’enthousiasme, et d’action de terrain, s’est dégagé du Women Leader’s Forum, avec de très belles initiatives entrepreneuriale. Et, plus que jamais, la MEDCOP, dont la prochaine édition sera en Sicile, les Oceania Meetings et autres forums régionaux multi-acteurs ont montré leur pertinence pour accélérer, par des initiatives volontaires et des coalitions d’action sur le terrain, la transition écologique de nos sociétés…et ce, via l’eau et l’assainissement, l’alimentation, l’énergie, la mobilité, le littoral et l’océan, le tourisme, la finance et l’économie,, la culture et les savoirs traditionnels.

Dans ce contexte, la création du fond vert pour les femmes sous l’égide du R20, des fondations Schwarzenegger, Di Caprio et Albert de Monaco, sont remarquables par leur caractère immédiatement opérationnel, la qualité des projets candidats au financement et leur capacité à être répliqué. Mais ces initiatives, quelle que soit leur valeur, ne doivent faire oublier une mobilisation étatique qui n’est pas à la hauteur des enjeux.

La CoP 21 avait consacré et mis en avant les îles et territoires insulaires, petits par leur surface terrestre mais grands territoires maritime. L’Accord de Paris insistait en particulier sur l’importance d’un accompagnement à la résilience, à l’adaptation et à l’atténuation des émissions  de ces îles et territoires insulaires.mais, ils  sont malheureusement inaudibles en ce début de CoP 22. Le Maroc a invité les petits Etats Insulaires, mais l’agenda de négociation ne leur permet pas une expression à la hauteur des enjeux.

D’un point de vue symbolique, il est essentiel, si il est encore temps, de tout mettre en oeuvre pour que la mobilisation sur l’océan de Juin 2017 ainsi que la prochaine Conférence des Parties puissent non seulement être présidées par Fidji, mais également avoir lieu sur le sol Fidjien et dans l’océan Pacifique.

M. Anthony Lecren, Ministre de l’Environnement et des Affaires Coutumières de Nouvelle-Calédonie, initiateur des Oceania Meetings, précise « il n’y a pas de compétition, mais un océan de solidarité entre le Pacifique et l’Afrique, dont le Maroc est au cœur. Nous devons désormais avancer beaucoup plus vite, et beaucoup plus concrètement. C’est pourquoi nous allons mettre en place, en 2017, le Green Pasifik Festival permettant de rendre concrète pour tous la nécessaire transition écologique de nos territoires terrestres et marins. C’est une manière concrète de mettre en mouvement toutes nos forces des territoires, des associations et des entreprises, en n’oubliant ni les échanges culturelles, ni les réalisations concrètes, ni les solidarités humaines ».

M. Bran Quinquis, Délégué intergouvernemental au dérèglement climatique pour la Polynésie Française, enchaîne « avec le Polynesian Leaders Group, nous mettons en place les outils et moyens pour améliorer notre résilience, tant en atténuation qu’en adaptation, et pour protéger notre océan commun, principal régulateur du climat mondial. Mais nous avons besoin d’être soutenus, notamment car les moyens mobilisés ne sont que très partiellement à la hauteur du dérèglement climatique que nous subissons. Et ce, de manière coordonnée avec tous nos collègues des grands pays océaniques. »

Demandée par le Président François Hollande en prévision de la CoP 21, la Déclaration des Droits de l’Humanité peut permettre dans ce contexte d’apporter des outils juridiques adaptés à la transition écologique et humaine  que nos sociétés réclament. Le groupe de travail ayant conduit à cette déclaration, présidée par Mme Corinne Lepage, a été très présent lors de cette première partie de la CoP. Il a notamment obtenu la reconnaissance de l’Union des Comores, via son président M. Azali Assoumani, qui devient ainsi le premier chef d’Etat à reconnaître la déclaration.

Mme Corinne Lepage, avocate, ancienne ministre et coordinatrice de la mission sur la Déclaration des Droits de l’Humanité, déclare : « nous avons de nombreux Etats intéressés par la Déclaration. Les territoires, en particulier les Régions et villes capitales suivent actuellement l’exemple donné par Paris et Strasbourg, premières villes ayant reconnu cette déclaration des Droits de l’Humanité. Dans un contexte où les conférences des parties doivent démontrer des acquis concrets par rapport à leurs parties prenantes, cette Déclaration est un très bon outil, à reconnaitre rapidement et mondialement pour marquer concrètement la mise en action du cadre ratifié de l’Accord de Paris ».

Mme Houria Tazi Sadeq, Présidente de la Coalition Marocaine pour l’Eau, témoigne « La COP 22 a,  après 21  COP , replacé la question de l’eau à sa juste place. Première victime des changements climatiques, l’eau se révèle via les INDC être LA priorité des pays du Continent africain. C’est une question transversale, qui  devrait être abordée selon une approche globale dans le cadre du cycle de l’eau. Dès lors le littoral, cet entre deux entre la terre et la mer , exige une attention complémentaire. La résilience pour le Continent africain passe par des mécanismes multi acteurs, un financement conséquent, le renforcement des capacités et surtout une solidarité. C’est pourquoi la Déclaration pour l’Humanité se présente comme un texte pertinent qui renforcerait le droit a l’eau et encouragerait à son effectivité! »

Nicolas Imbert, directeur de Green Cross, confirme « Il y a donc urgence, dans les 72 heures de négociation restant, à agir concrètement pour que cette CoP 22 soit vraiment la conférence des solutions, par des financements à la hauteur des engagements déjà pris, par une meilleure mobilisation vis-à-vis des territoires insulaires, et par une transition écologique de nos sociétés, via notamment la Déclaration des Droits de l’Humanité. Ceci est encore possible, mais doit faire l’objet d’une volonté politique et opérationnelle de chaque instant. »

En conclusion,  Jean-Michel Cousteau, Président de Green Cross France et Territoires, Chairman de Green Cross International, confirme « en assurant la transition écologique de nos économies, nous avons l’opportunité de créer des millions de jobs non délocalisables. C’est comme ceci que l’espèce humaine sera capable de prendre les mesures pour se sauver elle-même. Agissons maintenant encore plus et plus vite, il y a urgence ! Et commençons en 2017 par sortir les déchets plastiques de l’océan, en changeant nos comportements et en réparant la planète. »

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/la-cop-22-une-cop-de-transition-mais-aussi-dadaptation/

Financer la transition écologique des territoires – séminaire le 24 novembre de 14h30 à 17h30 à Paris

Le 24 novembre, de 14h30 à 17h30, Green Cross organise dans les locaux du Groupe la Française, 128 bd Raspail, 75 006 Paris, un séminaire « Financer la transition écologique des territoires »,

Entrée gratuite, inscription obligatoire. Inscrivez-vous dès maintenant sur https://www.eventbrite.com/e/financer-la-transition-ecologique-de-leconomie-sur-les-territoires-seminaire-green-cross-tickets-29483722608

Voici le programme:

  • Mot d’accueil, introduction et mise en perspective
  • Quels financements innovants à l’échelle des territoires ?
  • Comment vivrons-nous en 2050 ? Financement et modes de vie à hauteur d’humain
  • Financer quoi pour quels résultats ? Transition carbone ou transition écologique ? Innovation et investissement ? Désinvestissement et changement de modèle ? 

Avec les contributions de: Xavier Lépine (la Française), Christian de Perthuis (chaire Economie du Climat), Corinne Lepage (MENE – sous réserve), Nicolas Imbert (Green Cross), Erwan Boumard (Enercoop), Elisabeth Cassagnes (membre du C.A. de Green Cross, co-rapporteur de la note « finance durable »), Alexandre Rambaud (Paris Dauphine), Rodolphe Bocquet (Beyond Ratings – sous réserve), Vaia Tuuhia (Association 4D), Perinne Dutronc (Inflection Point – à confirmer), Myriam Maestroni (Economiesdenergie.fr), Guillaume Sainteny (Ecole Polytechnique), Jean-Pascal Tranié (Aloe Ventures – à confirmer)

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/financer-la-transition-ecologique-des-territoires-seminaire-le-24-novembre-de-14h30-a-17h30-a-paris/

Nov 17 2016

Cop 22: debrief avec le Comité 21 le 21 novembre, Paris, 19 à 21h

Green Cross est aux côtés du Comité 21 pour la CoP 22, et sera à ses côtés pour le débrief de la conférence climat, le lundi 21 novembre 2016 de 19h à 21h, à l’Aérogare des Invalides (Transit – 2, rue Robert Esnault-Pelterie – 75007 Paris). Inscription en ligne sur https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSfEbaUx2nWaBuKw2ZiK7KiYG7WsLquIG5BQO_T288tXbpDC2Q/viewform

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cop-22-debrief-et-focus-sur-les-financements-2-evenements-a-venir/

Nov 16 2016

CoP 22 – nos événements pour le 17 novembre

La journée du 16 novembre a été particulièrement dense en événements.

En matinée, Nicolas Imbert a rencontré, collectivement avec d’autres représentants de la société civile, le Président de la République François Hollande. Ce fut l’occasion d’échanger sur l’avancement de la COP, le sommet africain, et de rappeler l’intérêt d’une reconnaissance large de la Déclaration des Droits et Devoirs de l’Humanité, notamment pour le littoral et l’océan, mais aussi pour une gestion de l’eau et de l’assainissement, de l’alimentation, de l’énergie plus durable.

Ensuite, nous avons assisté à la reconnaissance par le Président des Comores de la Déclaration. L’Union des Comores devient ainsi le premier Etat, par la voix de son Président, à reconnaître la Déclaration des Droits et Devoirs de l’Humanité.

Ce mardi 17 novembre, voici nos événements:

  • de 11h00 à 11h45, nous serons en zone verte, agora territoires, sur l’espace Comité 21, pour une table ronde « finance durable et consommation responsable« ,
  • de 14h00 à 15h30, en zone verte, sur l’agora territoire, nous parlerons biodiversité littorale et terrestre pour la MEDCOP.

Vous trouverez également de nouvelles vidéos sur la WebTV:

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cop-22-nos-evenements-pour-le-17-novembre/

Nov 16 2016

Décryptage de la CoP 22 – Mercredi 16 novembre, 12h

La CoP22, qui entame ce jour son segment présidentiel notamment, en présence du Roi du Maroc Mohammed VI et du Président de la République Française François Hollande, n’a désormais plus que 72 heures pour aboutir à un accord des solutions, concret et à la hauteur des enjeux.

Le temps presse. Les thématiques de l’eau et l’agriculture connaissent des avancées, notamment par une mobilisation de l’Afrique qui se structure de plus en plus concrètement.

Le financement apparaît , une fois de plus, comme l’un des sujets les plus délicats. L’évolution récente de la situation géopolitique rendant difficile un accord global concret et des dotations immédiates permettant dès maintenant de mobiliser les investissements.

Dans ce contexte, les initiatives des acteurs non-étatiques, et notamment la création du fond vert pour les femmes sous l’égide du R20+, des fondations Schwarzenegger et Di Caprio, sont remarquables par leur caractère immédiatement opérationnel, la qualité des projets candidats au financement et leur capacité à être répliqué. Mais ces initiatives, quelle que soit leur valeur, ne doivent faire oublier une mobilisation étatique qui n’est pas à la hauteur des enjeux.

La CoP 21 avait consacré et mis en avant les îles et territoires insulaires, petits par leur surface terrestre mais grands territoires maritime. L’Accord de Paris insistait en particulier sur l’importance d’un accompagnement à la résilience, à l’adaptation et à l’atténuation des émissions  de ces îles et territoires insulaires.mais, ils  sont malheureusement inaudibles en ce début de CoP 22. Le Maroc a invité les petits Etats Insulaires, mais l’agenda de négociation ne leur permet pas une expression à la hauteur des enjeux.

M. Anthony Lecren, Ministre de l’Environnement et des Affaires Coutumières de Nouvelle-Calédonie, initiateur des Oceania Meetings, précise « il n’y a pas de compétition, mais un océan de solidarité entre le Pacifique et l’Afrique, dont le Maroc est au cœur. Nous devons désormais avancer beaucoup plus vite, et beaucoup plus concrètement. C’est pourquoi nous allons mettre en place, en 2017, le Green Pasifik Festival permettant de rendre concrète pour tous la nécessaire transition écologique de nos territoires terrestres et marins. C’est une manière concrète de mettre en mouvement toutes nos forces des territoires, des associations et des entreprises, en n’oubliant ni les échanges culturelles, ni les réalisations concrètes, ni les solidarités humaines ».

M. Bran Quinquis, Délégué intergouvernemental au dérèglement climatique pour la Polynésie Française, enchaîne « avec le Polynesian Leaders Group, nous mettons en place les outils et moyens pour améliorer notre résilience, tant en atténuation qu’en adaptation, et pour protéger notre océan commun, principal régulateur du climat mondial. Mais nous avons besoin d’être soutenus, notamment car les moyens mobilisés ne sont que très partiellement à la hauteur du dérèglement climatique que nous subissons. Et ce, de manière coordonnée avec tous nos collègues des grands pays océaniques. »

Demandée par le Président François Hollande en prévision de la CoP 21, la Déclaration des Droits de l’Humanité peut permettre dans ce contexte d’apporter des outils juridiques adaptés à la transition écologique et humaine  que nos sociétés réclament. Le groupe de travail ayant conduit à cette déclaration, présidée par Mme Corinne Lepage, a été très présent lors de cette première partie de la CoP.

Mme Corinne Lepage, avocate, ancienne ministre et coordinatrice de la mission sur la Déclaration des Droits de l’Humanité, déclare : « nous avons de nombreux Etats intéressés par la Déclaration. Les territoires, en particulier les Régions et villes capitales suivent actuellement l’exemple donné par Paris et Strasbourg, premières villes ayant reconnu cette déclaration des Droits de l’Humanité. Dans un contexte où les conférences des parties doivent démontrer des acquis concrets par rapport à leurs parties prenantes, cette Déclaration est un très bon outil, à reconnaitre rapidement et mondialement pour marquer concrètement la mise en action du cadre ratifié de l’Accord de Paris ».

Mme Houria Tazi Sadeq, Présidente de la Coalition Marocaine pour l’Eau, témoigne « La COP 22 a,  après 21  COP , replacé la question de l’eau à sa juste place. Première victime des changements climatiques, l’eau se révèle via les INDC être LA priorité des pays du Continent africain. C’est une question transversale, qui  devrait être abordée selon une approche globale dans le cadre du cycle de l’eau. Dès lors le littoral, cet entre deux entre la terre et la mer , exige une attention complémentaire. La résilience pour le Continent africain passe par des mécanismes multi acteurs, un financement conséquent, le renforcement des capacités et surtout une solidarité. C’est pourquoi la Déclaration pour l’Humanité se présente comme un texte pertinent qui renforcerait le droit a l’eau et encouragerait à son effectivité! »

Nicolas Imbert, directeur de Green Cross, confirme « Il y a donc urgence, dans les 72 heures de négociation restant, à agir concrètement pour que cette CoP 22 soit vraiment la conférence des solutions, par des financements à la hauteur des engagements déjà pris, par une meilleure mobilisation vis-à-vis des territoires insulaires, et par une transition écologique de nos sociétés, via notamment la Déclaration des Droits de l’Humanité.

Ceci est encore possible, mais doit faire l’objet d’une volonté politique et opérationnelle de chaque instant. »

En conclusion,  Jean-Michel Cousteau, Président de Green Cross France et Territoires, Chairman de Green Cross International, confirme « en assurant la transition écologique de nos économies, nous avons l’opportunité de créer des millions de jobs non délocalisables. C’est comme ceci que l’espèce humaine sera capable de prendre les mesures pour se sauver elle-même. Agissons maintenant encore plus et plus vite, il y a urgence ! Et commençons en 2017 par sortir les déchets plastiques de l’océan, en changeant nos comportements et en réparant la planète. »

Vous trouverez également de nouvelles vidéos sur la WebTV:

  • Bran Quinquis, délégué interministériel de Polynésie Française au déréglement climatique: https://vimeo.com/191243638
  • Gino van Begin, secrétaire général d’ICLEI (en anglais): https://vimeo.com/191731970
  • Sylvie Fayolle, vice-présidente de Saint-Etienne Métropole en charge du développement durable: https://vimeo.com/191736774
  • Maina Sage, députée de Polynésie Française, qui réaffirme qu’il ne peux pas y avoir de migration positive: https://vimeo.com/191241719
  • Michel Prieur, président du Centre International de Droit Comparé de l’Environnementhttps://vimeo.com/191100756
  • Jean Launay, Président du Partenariat Français pour l’Eau, qui s’exprime lors de la Journée Eau à la CoP22: https://vimeo.com/190775795
  • Nicolas Imbert, directeur de Green Cross France et Territoires, qui salue la création de la Coalition Marocaine pour l’Eau, dont Green Cross est partenaire: https://vimeo.com/190946182

 

Notre plaidoyer

Les conférences climat ne réussissent que si elles sont portées par des élans citoyens. Plus que jamais, il est essentiel de se mobiliser pour des avancées climat concrètes, à la hauteur des enjeux, et d’obtenir une mise en place rapide et concrète de l’Accord de Paris. Car il y a urgence.

La COP21 de Paris a été historique (cf. cop21.mobi) car elle a enregistré un accord global, l’Accord de Paris, qui entrera en vigueur le 4 novembre 2016, et permet d’avoir des contributions nationales concrètes (INDC puis NDC) précisant les engagements de chacun pour réaliser cet accord.

A ce jour, 84 pays représentant 61% des émissions carbone de la planète, ont ratifié l’Accord. Après cet accord historique, la COP22 se veut être celle de l’action, dans la continuité de la COP21.
AncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncreAncre

Les 5 axes de la COP22 annoncés par le gouvernement marocain

Axe 1 : Être dans la continuité de l’accord de Paris
Axe 2 : Maintenir l’élan de mobilisation impulsé par l’ensemble des parties
Axe 3 : Réduire les émissions de gaz à effets de serre d’ici 2020
Axe 4 : Consolider la mobilisation des acteurs non-étatiques
Axe 5 : Développer le système financier Fond vert pour le climat impulsé par la COP15 de Copenhague

LES 11 OBJECTIFS DE GREEN CROSS POUR LA COP 22

7 objectifs relevant de la négociation :

  1. Accroître rapidement, et d’ici à mi-2017, la ratification de l’Accord de Paris, et s’assurer de la bonne mise en place de ces engagements
  2. Mieux faire reconnaitre les liens entre santé, climat et environnement, ainsi que l’importance d’une approche inclusive de la santé environnementaleAncreAncre
  3. Continuer la publication des INDC, et vérifier la bonne transcription des INDC en NDCAncreAncre
  4. Développer l’accès aux financements, tant en adaptation et en atténuation, pour les territoires les plus vulnérables
  5. Développer la reconnaissance et la mise en réseau des savoirs traditionnels
  6. Reconnaître et faire reconnaître la Déclaration des Droits et Devoirs de l’Humanité (DuDHu) comme outil juridique structurant pour la transition écologique des territoires
  7. Mettre en place une stratégie inclusive et opérationnelle de coopération et de coconstruction internationale sur la préservation de l’océan, en commençant par le littoral

4 objectifs relevant des territoires :

 

  1. Mettre en place des schémas et plans d’adaptation opérationnels et territorialisés
  2. Développer ou accélérer des politiques territoriales ambitieuses de transition écologique
  3.  Généraliser les démarches d’économie circulaire territoriale
  4. Encourager la co-construction territoriale

 

POUR EN SAVOIR PLUS

Si vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre Guide de la CoP22, en 48 pages.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/decryptage-de-la-cop-22-mercredi-16-novembre-12h/

Nov 16 2016

Cop 22 – nos événements pour le 16 novembre

Le matin, Nicolas Imbert rencontrera le Président de la République François Hollande, lors d’un échange entre le Président et les ONGs.

L’après-midi, nous participons au side-event organisé par le Club Génération Responsable « Mobilisation des enseignes pour le climat et déploiement des solutions et innovations dédiées à l’Afrique« .

C’est de 15h00 à 16h30, en zone verte, espace side-events.

Vous trouverez également deux nouvelles vidéos sur la WebTV:

 

 

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cop-22-nos-evenements-pour-le-16-novembre/

Nov 15 2016

CoP22 – nos événements pour le 15 novembre

La journée du 15 novembre est pour nous principalement marqué par le segment présidentiel de la CoP22. Nous assisterons donc en zone bleue aux différents événements de ce segment présidentiel.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cop22-nos-evenements-pour-le-15-novembre/

Nov 13 2016

CoP 22 – nos événements pour le 14 novembre

Ce 14 novembre est la journée du Sommet des Elus Locaux pour le Climat. Dans la continuité de nos travaux effectués avec les territoires sur la résilience, sur l’économie circulaire et la coopération, et sur l’océan et le littoral, nous serons au côté des Elus et réseaux partenaires en cette journée.

Nous avons par ailleurs un événement ouvert à toutes et tous, en zone verte, espace territoires, sur le stand du Comité 21, de 16h00 à 16h45 le 14 novembre, sur le thème « économie circulaire et climat – quels enjeux ?« .

Nous avons également le regret d’informer celles et ceux qui n’ont pas encore reçu confirmation de leur inscription que les petits-déjeuners des 14 et 15 novembre sont désormais complets.

N’hésitez pas, si vous n’êtes pas avec nous à Marrakech, à retrouver les premières photos de la COP22 sur https://www.facebook.com/GCFetT/, régulièrement mis à jour, et à suivre nos contenus sur la webTV, en particulier:

  • Maina Sage, députée de Polynésie Française, qui réaffirme qu’il ne peux pas y avoir de migration positive: https://vimeo.com/191241719
  • Michel Prieur, président du Centre International de Droit Comparé de l’Environnementhttps://vimeo.com/191100756
  • Jean Launay, Président du Partenariat Français pour l’Eau, qui s’exprime lors de la Journée Eau à la CoP22: https://vimeo.com/190775795
  • Nicolas Imbert, directeur de Green Cross France et Territoires, qui salue la création de la Coalition Marocaine pour l’Eau, dont Green Cross est partenaire: https://vimeo.com/190946182

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cop-22-nos-evenements-pour-le-14-novembre/

Articles plus anciens «