Archives de l’étiquette : rio+20

Mar 21 2012

Rio+20: objectifs et ambitions

Green Cross France et Territoires est membre du Club France Rio+20 et sera présente et active à Rio, du 15 au 23 juin 2012.

Nous souhaitons mettre désormais à profit le temps disponible en prévision de la conférence pour:
• encourager une meilleure prise en compte des initiatives territoriales, et notamment l’intégration des gouvernements et collectivités locales représentatives dans les instances internationales,
• développer la cohérence et les objectifs des fonds environnementaux internationaux, et favoriser la mise en cohérence des agences et de leurs moyens par rapport à ces mêmes objectifs, qui restent à finaliser et à concrétiser,
• forcer les ambitions affichées en section 43 vers un calendrier plus précis et plus resserré, notamment sur le court terme. Il nous semble intéressant d’anticiper à fin 2012 le point de passage prévu en 2013, mais également de se doter dans le document de synthèse d’un agenda contraignant permettant d’y accéder à horizon 2013,
• mettre en place une démarche transverse, systémique et cohérente (enjeux, impacts, bénéfices, risques) d’évaluation de la performance des technologies et innovations, intégrée dans l’approche « économie verte » pour encourager les innovations les plus vertueuses pour l’homme et son environnement, tout en anticipant les impacts et risques dans le modèle économique de toutes les activités

De manière spécifique, nous souhaitons:
• que la mise en place d’une organisation internationale de l’environnement (49 ou 49 alt.X) s’accompagne d’une institution internationale de témoignage qui pourrait à
court terme se transformer en instance juridique internationale,
• qu’une meilleure intégration des thématiques eau, agriculture, énergie, industrie, biodiversité, éducation puisse avoir lieu, pour définir des objectifs et engagements
concrets, mais aussi mettre en place des outils efficaces de partage des meilleures pratiques sur les territoires,
• qu’il soit fait mention le rôle des enjeux d’accès (à l’alimentation, à l’eau, à l’énergie…) dans les conflits, et la mise en place de processus de prévention des
conflits liés à l’eau, à l’énergie et à l’alimentation,
• que chaque orientation déterminée dans le cadre du document de synthèse fasse l’objet d’indicateurs dans son évaluation, décrits dès son élaboration.

Il nous tient désormais à cœur de pousser ces différents enjeux dans les prochains mois pour atteindre, avec le concours de toutes les autres parties prenantes, l’accord le plus
ambitieux, réaliste et concret possible à Rio+20, et de mettre en place dès le 23 juin les outils d’un suivi attentif des prochaines étapes.

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/rio20-objectifs-et-ambitions/

Mar 17 2012

Marseille, mars 2012 – un forum en demi-teinte, besoin d’engagements urgents pour Rio+20

Alors que s’achève un Forum Mondial de l’Eau en demi-teinte, Green Cross France et Territoires propose des objectifs concrets et souhaite obtenir des engagements de fond pour Rio+20

 

Green Cross France et Territoires (GCFT) exprime son étonnement et son inquiétude par rapport aux faibles avancées exprimées par la Déclaration Ministérielle du Forum Mondial de l’Eau.

Comme le souligne Alexander Likhotal, CEO de Green Cross International, « la Déclaration Ministérielle est dénuée de perspectives sérieuses et concrète permettant de gérer les enjeux de l’eau dans le monde. Ceci démontre que la communauté internationale a besoin d’un système plus efficace pour piloter les enjeux de l’eau que des conférences triennales. »

Car les enjeux sont immenses. Jean Michel Cousteau, Président de Green Cross France et Territoires, précise que « Aujourd’hui, entre 4000 et 5000 enfants meurent chaque jour faute d’un accès suffisant à l’eau potable. Dans le même temps, nous continuons à faire de nos cours d’eau et océans de véritables poubelles, et à exploiter voire surexploiter les ressources marines. Désormais, et avant Rio+20, chacun doit, à l’échelle locale, régionale ou nationale, dans son entreprise ou son réseau social, formaliser des engagements concrets et mettre en place des solutions».

Comme l’a relevé en introduction du Forum le Président Gorbatchev, s’exprimant devant les nombreuses délégations étrangères présidentielles et ministérielles en séance plénière, reprenant les paroles de la société civile : « Nous pensons qu’une bonne gouvernance de l’eau et de l’assainissement peuvent être menés à bien uniquement par des approches basées sur les droits humains, et par des investissements adaptés dans la participation informée et concrète de la société civile. Nous avons été ravis de la reconnaissance par les Nations Unies en 2010 du droit humain à l’eau potable et à l’assainissement. Nous incitons désormais tous les acteurs à encourager la mise en œuvre de ces droits pour tous par les gouvernements nationaux, en accord avec les droits humains ; ainsi qu’à reconnaître les connaissances locales et la gestion communautaire comme des solutions importantes pour mettre en œuvre ces droits, et à les soutenir de manière concrète. »

Green Cross France et Territoires se retrouve dans les travaux du Forum Préparatoire Eaux, Planètes et Peuples, qui constitue une première brique essentielle en préparation de Rio+20.

Son directeur, Nicolas Imbert, note l’importance du chemin restant à parcourir pour que des engagements fondateurs puissent être pris à Rio+20. Il déclarer : « nous avons à ce jour 4 priorités concrètes : hiérarchiser les besoins et économiser la ressource, favoriser la convergence des politiques de l’eau, proposer concrètement sur les territoires des solutions qui améliorent conjointement l’accès à l’alimentation, à l’énergie, à la santé, et la préservation de l’environnement, adopter des moyens qui soient véritablement à la hauteur du défi d’accès pérenne à l’eau pour tous, notamment en mettant en place des initiatives déconcentrées de développement local, et de non pollution de l’eau. ».

« Les travaux accomplis lors du Forum Eau Planète et Peuple, auxquels nous nous sommes associés, constitue une brique de base importante vers la synthèse qui doit provenir de la société civile pour Rio+20. Ils illustrent l’émergence d’une nouvelle gouvernance où les efforts des associations, des autorités et gouvernements, notamment locaux, et des acteurs économiques se rejoignent vers des objectifs communs ».

Lors du Forum Mondial de l’Eau, Green Cross International s’est associé à la Global Water Solidarity Platform de l’UNDP, qui accélère le développement des mécanismes « 1% eau de solidarité internationale ».

 

Pour en savoir plus:

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/marseille-mars-2012-un-forum-en-demi-teinte-besoin-dengagements-urgents-pour-rio20/

Rio+20: questions d’eau

Table ronde

Le 15 mars 2012 de 13h à 14h30

Chambre de Commerce et d’Industrie Marseille-Provence
Palais de la Bourse – 9 Canebière 13001 – salle des séances

organisée par Euromed Management, Green Cross France & Territoires et le Club France Rio+20.

En juin 2012, la conférence des Nations Unies sur le Développement Durable aura lieu à Rio de Janeiro, marquant le 20ème anniversaire de la Conférence des Nations Unies sur l’environnent et le développement de 1992 et le 10ème anniversaire du sommet mondial sur le développement durable de 2002.

Dans la perspective des objectifs de Rio +20, les enjeux de l’eau ont été placés au cœur de la gouvernance internationale et des agendas politiques.

Au mois de mars, Marseille accueillera le 6ème Forum Mondial de l’Eau (la conférence préparatoire Eau, Planète et Peuples, le Forum Alternatif puis la Journée Mondiale de l’Eau). Les événements comme ceux-ci sont des briques fondamentales à la construction d’un élan envers des nouvelles stratégies, politiques et pratiques.

C’est dans ce contexte qu’Euromed Management, Green Cross France & Territoires et le Club France Rio +20 ont choisi d’organiser une table ronde sur le sujet de « Rio +20 : Questions d’eau ». Fortement impliqués à la fois dans le 6ème Forum Mondial de l’Eau et la Conférence de Rio +20, ces organisations se proposent d’échanger sur l’engagement de la société civile, des entrepreneurs du monde et des gouvernements  sur la problématique et comment ils influencent les enjeux de gouvernance internationaux.

Intervenants

  • Gilles Berhault –  Président du Comité 21, d’ACCID et président du Comité d’Orientation du Club Rio+20
  • Bernard Belletante – Directeur général d’Euromed Management
  • Shazia Dewany – Chef de projet adjointe, SimONU
  • Jean-Michel Cousteau – Président de Green Cross France et Territoires
  • Brice Lalonde – Coordinateur Exécutif de la Conférence des Nations Unies sur le Développement Durable ( Rio+20)

La table ronde est organisée dans le cadre de l’éco-festival H2o de Luminy, un side event officiel du Forum Mondial de l’Eau.

Nombre de places limité, inscription obligatoire ici
Pour plus d’information 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/rio20-questions-deau/

Fév 29 2012

Radio Ethic – Rio+20

Echange avec Nicolas Imbert, 10 jours avant le Forum Mondial de l’Eau.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/radio-ethic-rio20/

Jan 31 2012

23 janvier 2012 – Observations de GCFT sur le Draft 0 en prévision de Rio+20

Green Cross France et Territoires salue la parution du Draft 0 des Nations Unies en prévision de la conférence Rio+20. Ce document nous semble un premier point significatif dans la
route vers Rio+20. Nous saluons notamment les progrès accomplis vers une meilleure reconnaissance de la société civile dans les instances internationales, la prise en compte contextuelle du
changement climatique dans une vision synthétique et transverse consolidant les enjeux liés à l’alimentation, à l’eau, à l’énergie et aux transports.

Nous souhaitons mettre désormais à profit le temps disponible en prévision de la conférence pour:
• encourager une meilleure prise en compte des initiatives territoriales, et notamment l’intégration des gouvernements et collectivités locales représentatives dans les instances internationales,
• développer la cohérence et les objectifs des fonds environnementaux internationaux, et favoriser la mise en cohérence des agences et de leurs moyens par rapport à ces mêmes objectifs, qui restent à finaliser et à concrétiser,
• forcer les ambitions affichées en section 43 vers un calendrier plus précis et plus resserré, notamment sur le court terme. Il nous semble intéressant d’anticiper à fin 2012 le point de passage prévu en 2013, mais également de se doter dans le document de synthèse d’un agenda contraignant permettant d’y accéder à horizon 2013,
• mettre en place une démarche transverse, systémique et cohérente (enjeux, impacts, bénéfices, risques) d’évaluation de la performance des technologies et innovations, intégrée dans l’approche « économie verte » pour encourager les innovations les plus vertueuses pour l’homme et son environnement, tout en anticipant les impacts et risques dans le modèle économique de toutes les activités

De manière spécifique, nous souhaitons:
• que la mise en place d’une organisation internationale de l’environnement (49 ou 49 alt.X) s’accompagne d’une institution internationale de témoignage qui pourrait à
court terme se transformer en instance juridique internationale,
• qu’une meilleure intégration des thématiques eau, agriculture, énergie, industrie, biodiversité, éducation puisse avoir lieu, pour définir des objectifs et engagements
concrets, mais aussi mettre en place des outils efficaces de partage des meilleures pratiques sur les territoires,
• qu’il soit fait mention le rôle des enjeux d’accès (à l’alimentation, à l’eau, à l’énergie…) dans les conflits, et la mise en place de processus de prévention des
conflits liés à l’eau, à l’énergie et à l’alimentation,
• que chaque orientation déterminée dans le cadre du document de synthèse fasse l’objet d’indicateurs dans son évaluation, décrits dès son élaboration.

Il nous tient désormais à coeur de pousser ces différents enjeux dans les prochains mois pour atteindre, avec le concours de toutes les autres parties prenantes, l’accord le plus
ambitieux, réaliste et concret possible à Rio+20, et de mettre en place dès le 23 juin les outils d’un suivi attentif des prochaines étapes.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/23-janvier-2012-observations-de-gcft-sur-le-draft-0-en-prevision-de-rio20/

Notre raison d’être

L’histoire de Green Cross International

Au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992, certains délégués proposent la création d’une Croix Rouge internationale pour l’environnement. Concrétisant cette idée, Mikhaïl Gorbatchev fonde Green Cross en 1993.

Aujourd’hui présente dans plus de 30 pays, Green Cross concentre son action sur le lien entre pauvreté, sécurité et environnement.

« La menace pour la sécurité des hommes ne vient plus des conflits entre nations mais du conflit avec la nature et révèle le lien fondamental entre pauvreté, sécurité et environnement. Le monde est saturé de prédictions catastrophiste mais possède une grande capacité de changement et nous sommes une espèce ingénieuse. Le défi qui se présente à nous est une invitation à une transformation radicale que nous ne pouvons refuser. »

Alexander Likhotal, président de GCI 

L’association française, Green Cross France et Territoires, a pour raison d’être de répondre à 5 thématiques principales :

  • EAU : encourager une plus grande prise en compte des thématiques de l’eau, qu’il s’agisse d’accès à l’eau, d’assainissement, de prévention des conflits ou de suivi post-conflit
  • PREVENTION : anticiper les crises environnementales et humanitaires de demain
  • TRANSITION : promouvoir le développement d’innovations (technologiques, économiques, sociales) propres créant de la valeur localement pour l’accès aux ressources naturelles, l’alimentation et la santé
  • SOLIDARITE : accompagner les populations souffrant des conséquences des catastrophes environnementales via des programmes de médecine sociale, et informer de manière transparente sur les conséquences
  • EDUCATION : intégrer une portée éducative dans les activités, notamment en facilitant les partages de savoir-faire et d’expériences dans le cadre de projets concrets de coopération décentralisée

Notre approche est territoriale : nous pensons que c’est par le développement simultané d’un plaidoyer ambitieux et d’actions concrètes sur le terrain, en concertation avec toutes les parties prenantes, que notre action atteint son meilleur impact.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/notre-raison-detre/

« Articles plus récents