Oct 07

Communiqué du 7 octobre 2011

Télécharger le communiqué de presse: Communiqué de presse Green Cross 7 octobre 2011

Green Cross, organisation internationale fondée par Mikhaïl Gorbatchev en 1993, prend un nouveau départ. L’association française – Green Cross France et Territoires – présidée par Jean-Michel Cousteau, recrute un directeur exécutif, Nicolas Imbert, et dévoile ses axes de travail.

L’histoire de Green Cross International

Au Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992, certains délégués proposent la création d’une Croix Rouge internationale pour l’environnement. Concrétisant cette idée, Mikhaïl Gorbatchev fonde Green Cross en 1993.

Aujourd’hui présente dans plus de 30 pays, Green Cross concentre son action sur le lien entre pauvreté, sécurité et environnement.

« La menace pour la sécurité des hommes ne vient plus des conflits entre nations mais du conflit avec la nature et révèle le lien fondamental entre pauvreté, sécurité et environnement. Le monde est saturé de prédictions catastrophiste mais possède une grande capacité de changement et nous sommes une espèce ingénieuse. Le défi qui se présente à nous est une invitation à une transformation radicale que nous ne pouvons refuser. »

Alexander Likhotal, président de GCI

L’association française désire jouer un rôle important dans la préparation de Rio+20, notamment via un plaidoyer pour la ratification au plus tôt du traité sur les cours d’eau transfrontaliers, et en répondant à 5 thématiques principales :

–         Encourager une plus grande prise en compte des thématiques de l’eau, qu’il s’agisse d’accès à l’eau, d’assainissement, de prévention des conflits ou de remédiation,

–         Anticiper les crises environnementales de demain,

–         Susciter le développement de technologies propres créant de la valeur localement, pour l’accès à l’eau et à  l’énergie,

–         Développer la coopération décentralisée autour de projets concrets (notamment le projet Smart Water for Green Schools),

–         Accompagner les populations souffrant des conséquences des catastrophes environnementales via des programmes de médecine sociale, et informer de manière transparente sur les conséquences (notamment post-Tchernobyl).

Ainsi, l’association a nommé un nouveau directeur exécutif, en la personne de Nicolas Imbert. Ingénieur de formation, Nicolas possède 12 ans d’expérience du conseil en stratégie et développement durable, acquise dans des cabinets internationaux.

« C’est un grand honneur et une immense responsabilité que d’être nommé pour diriger Green Cross en France, sous la présidence de Jean-Michel Cousteau », déclare-t-il. « Mieux anticiper les défis environnementaux et y répondre avant que les conflits n’éclatent est un gage de paix et de sécurité, et la société civile peut faciliter cette anticipation, en étant non seulement lanceur d’alerte mais également force de proposition.

« 2012 sera une année essentielle pour faire progresser la synergie entre l’homme et l’environnement » précise Jean-Michel Cousteau, Président de Green Cross France et Territoires. « Et la France, à travers chacun d’entre nous, que ce soit via les institutions, les entreprises et les particuliers, doit y  jouer un rôle essentiel».

Green Cross France et  Territoires développe actuellement son nouveau site web, qui sera lancé fin octobre, et prépare une activement une campagne de fundraising sur ses différents programmes. Elle est présente sur les réseaux sociaux Facebook (http://on.fb.me/_GCFT), Twitter (http://twitter.com/_gcft) et LinkedIn (http://linkd.in/_gcft).

Pour être tenu au courant de son actualité, devenir membre ou donner, il est possible de s’inscrire par email à contact@gcft.fr