14 résultats de recherche pour : sabban

Michèle Sabban

Sabban

Michèle Sabban est anciennement conseillère régionale d’Ile-de-France (décembre 2015) et Vice-présidente du Conseil Régional d’Ile-de-France en charge du personnel, de l’administration générale et des marchés publics. Au travers de ses mandats successifs, elle a pu œuvrer pour un renforcement de la coopération entre l’Ile-de-France et ses partenaires européens.

L’engagement européen de Michèle Sabban trouve toutefois son expression la plus forte par son action à la tête de l’Assemblée des Régions d’Europe, dont elle est devenue la première Présidente élue en novembre 2008 (réélue en novembre 2010 jusqu’en mai 2013). L’Assemblée des Régions d’Europe est le plus large réseau indépendant de régions dans la grande Europe. Forte de plus de 250 régions issues de 35 pays et 16 organisations interrégionales, l’ARE est la voix politique de ses membres et un forum pour la coopération interrégionale.

Membre fondatrice du R20, Regions of Climate Actions, créé en 2010, elle œuvre aux côtés de l’ancien gouverneur de Californie Arnold Schwarzenegger pour rassembler les régions, les provinces et les Etats fédérés de la planète dans la lutte contre le changement climatique et la mise en œuvre du développement durable. De mars 2012 à juin 2017, elle en a assuré la Présidence. Aujourd’hui elle occupe le poste de Présidente du Fonds Vert R20 pour les Femmes.

Elle a également présidé jusqu’en décembre 2015, le Fond Mondial pour le Développement des Villes (FMDV), organisation politique internationale de renforcement des solidarités et des capacités financières, par et entre les collectivités locales, complémentaire des réseaux de mobilisation, d’articulation et de plaidoyer existants.

Née au Kef en 1954, Michèle Sabban est diplômée de l’Ecole des Beaux-Arts de Paris et membre des instances nationales du Parti Socialiste Français.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/michele-sabban/

Synthèse de la mise en débat de la note « Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique ? »

En juillet dernier, Green Cross France et Territoires a publié la note Quels enjeux pour le gaz dans la transition énergétique ?, fruit de 18 mois de travaux du Think&do tank «Energie, économie circulaire, villes et territoires durables». Le 18 octobre, ce document a fait l’objet d’une mise en débat avec les différentes parties prenantes, expertes dans le domaine de l’énergie : des professionnels de l’énergie, de la mobilité et de l’environnement, aux représentants des collectivités locales et aux partenaires du débat public sur l’énergie.

Pierre Schoeffler, Conseiller du Président de La Française AM, a expliqué comment son entreprise incluait les émissions évitées grâce aux énergies renouvelables dans leur portefeuille d’actions. Pour permettre à ce dernier d’avoir un cumul d’émissions sur tout le cycle de vie du produit le plus faible possible et pour permettre un alignement sur la trajectoire du mix énergétique, le gaz doit être un outil.

La transition énergétique doit également reposer sur l’économie d’énergie que Myriam Maestroni, Présidente d’Economie d’Energie et de la Fondation e5t nomme la cinquième énergie. Elle a mis l’accent sur la nécessité de la sobriété pour pallier aux problèmes d’accès à l’énergie et améliorer la solidarité Nord-Sud.

Bernard Laponche, physicien nucléaire, polytechnicien, consultant international dans le domaine de l’énergie insiste notamment sur l’importance de développer des progrès d’économie d’énergie en parallèle des programmes de développement du gaz. Le méthane a un impact sur l’effet de serre 60 fois plus puissant que le CO2 et non de 21 comme ce qui est communément accepté. Par ailleurs, il ne faut pas retomber dans les travers de la promotion des avantages du véhicule électrique, avoir une vision à long terme et investir dans la conversion des véhicules existants, au GPL. La note doit d’ailleurs s’appliquer particulièrement à développer des clés pour le secteur des transports.

Pour permettre de réduire l’utilisation des énergies fossiles, le « gaz doit s’inscrire dans une logique de transition tournée vers des usages spécifiques et non un développement de long terme car il contribue tout de même dans une certaine mesure au réchauffement climatique », fait remarquer un participant de l’auditoire. Ainsi, il est essentiel que la note insiste sur les manières de produire du gaz renouvelable et reste prudente quant à l’augmentation de la consommation de gaz.

Les avis de Michèle Sabban, conseillère régionale d’Ile-de-France, et Corinne Lepage, ancienne ministre de l’environnement, ont convergé quant au développement du gaz dans le secteur des transports, malgré une méfiance de la part du consommateur après un accident mortel lié au GPL. Pour Hervé Thomas, délégué Général d’Armateurs de France, qui intervient depuis la salle, une intégration dans la réflexion du transport maritime est indispensable : ce secteur est prêt à enclencher les démarches au niveau des choix industriels, les armateurs sont très volontaristes sur le sujet.

Thanh-Tâm Lê, Directeur général France et Méditerranée, Climate-KIC a expliqué la cohérence d’associer les notions d’énergie et climat ainsi qu’innovation technologique et développement socio-économique. Selon lui, il serait envisageable de travailler sur une échelle régionale ou nationale, sur des terrains divers, pour trouver des solutions reproductibles notamment au niveau européen.

La notion de méthanisation a été évoquée à plusieurs reprises dans le débat, notamment à  la suite à l’intervention d’Adrian Deboutière, Chargé de mission à l’Institut de l’Economie Circulaire.  Géraud Guibert, Président de La Fabrique Ecologique la qualifie de facteur d’avenir, sous-développé en France. Le « gaz renouvelable » a un bilan énergétique bien différent de celui du « gaz naturel » et un problème d’insertion locale qu’il est important de souligner. Bernard Laponche a d’ailleurs rappelé que les calculs d’équivalence sur les émissions comparées du CO2 et du méthane doivent être définis à un certain horizon car le coefficient d’équivalence entre les deux gaz dépend de cet intervalle de temps.

Un membre de l’auditoire a expliqué que des barrières freinaient le développement de la méthanisation, et que la suppression ou l’assouplissement des seuils chiffrés dans la règlementation permettrait entre autre de favoriser les énergies renouvelables.

Pour Géraud Guibert les choix faits aujourd’hui en termes de logement et transport sont absolument décisifs pour obtenir des résultats dans 10 ans, avec une méfiance à avoir vis-à-vis du retour au chauffage électrique, source de difficultés rencontrées par le mix énergétique.

Jacques Degroote est intervenu depuis la salle et a précisé que la méthanation (P2G) est une voie extrêmement prometteuse et incontournable sur la voie de la transition énergétique. Elle ne pourrait ainsi être mise en œuvre sans captage du CO2 émis par les émetteurs industriels. Il a pointé du doigt les ONGs qui affirment que les technologies de captage (Capture Carbon Utilisation (CCU) et Capture Carbon and Storage (CCS)) sont une incitation aux industriels utilisateurs de ressources énergétiques fossiles. Le CO2 est ainsi une ressource incontournable tant de la photosynthèse que de la méthanation.

Pierre Astruc, aussi présent dans la salle a rajouté que le CCS est également inévitable pour la trajectoire à 2°C, même si le recours à cette méthode ne doit être envisagée que pendant quelques décennies.

 

La synthèse de ce débat permet de distinguer les points suivants : la nécessité de sensibilisation et communication, l’enjeu d’insertion locale pour développer la méthanisation ainsi que la nécessité d’une réflexion sur la totalité de l’écosystème et d’une inclusion des nouvelles frontières, comme le transport maritime et les techniques de séquestration de C02.

 

Il y aura par la suite d’une part, des réunions de mise en débat grand public, d’autre part une présentation des travaux de GCFT aux législateurs (Ministères, Assemblée Nationale, Sénat, Europe, Régions…), en anticipation des travaux sur la Programmation Pluriannuelle de l’Energie, sur la mobilité, sur la transition agricole et alimentaire…

 

Quelques photos pour revivre la mise en débat:

Géraud Guibert, mise en débat de la note "Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique, GCFT, 18/10

Géraud Guibert, mise en débat de la note « Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique? », 18/10 ©Ania Freindorf/GCFT

 

Thanh-Tâm Lê, mise en débat de la note "Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique, GCFT, 18/10

Thanh-Tâm Lê, mise en débat de la note « Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique? »,  18/10 ©Ania Freindorf/GCFT

 

Adrian Deboutière, mise en débat de la note "Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique?", GCFT, 18/10

Adrian Deboutière, mise en débat de la note « Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique? », 18/10 ©Ania Freindorf/GCFT

 

Myriam Maestroni, mise en débat de la note "Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique?", GCFT, 18/10

Myriam Maestroni, mise en débat de la note « Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique? », 18/10 ©Ania Freindorf/GCFT

 

Michèle Sabban, mise en débat de la note "Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique?", GCFT, 18/10

Michèle Sabban, mise en débat de la note « Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique? », 18/10 ©Ania Freindorf/GCFT

 

Pierre Shoeffler, mise en débat de la note "Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique?", GCFT, 18/10

Pierre Schoeffler, mise en débat de la note « Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique? », 18/10 ©Ania Freindorf/GCFT

 

Bernard Laponche, mise en débat de la note "Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique?", GCFT, 18/10

Bernard Laponche, mise en débat de la note « Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique? », 18/10 ©Ania Freindorf/GCFT

 

Corinne Lepage, mise en débat de la note "Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique?", GCFT, 18/10

Corinne Lepage, mise en débat de la note « Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique? », 18/10 ©Ania Freindorf/GCFT

 

Nicolas Imbert, mise en débat de la note "Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique?", GCFT, 18/10

Nicolas Imbert, mise en débat de la note « Le gaz, un accélérateur de la transition énergétique? », 18/10 ©Ania Freindorf/GCFT

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/synthese-de-la-mise-en-debat-de-la-note-le-gaz-un-accelerateur-de-la-transition-energetique-181017/

Conseil d’Administration et Comité d’Orientation

Lors de son Assemblée Générale du 29 septembre 2017, Green Cross France et Territoires a élu son nouveau Conseil d’Administration et Comité d’Orientation, comme suit:

Membres du Conseil d’Administration :
Membres du Comité d’Orientation :
Toutes nos félicitations aux nouveaux conseillers, et nos remerciements aux conseils sortant pour la qualité du travail effectué! 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/conseil-dadministration-et-comite-dorientation/

Avr 02 2017

Colloque « Climat : Objectif Océan » – 13 avril

ObjectifOcean

Green Cross organise son colloque annuel « Climat: objectif OCEAN », sous la présidence et en présence de Jean-Michel Cousteau.

Ce colloque est co-organisé avec l’Agence Spatiale Européenne (ESA), Sud Radio et Presidency Key Brief, avec la participation du Comité 21, de la Coalition Marocaine pour l’Eau, de l’Institut pour la Prospective et la Sécurité en Europe, de la Fondation Goodplanet, de Humanité et Biodiversité, de l’Institut de l’Economie Circulaire, d’Outremers 360, du Partenariat Français pour l’Eau, de la Revue de la Marine Marchande, du R20+ Regions of Climate Action….

N’hésitez pas à contribuer à nos travaux, et à confirmer dès maintenant votre participation via le lien http://bit.ly/OCEAN13avril

 

Les débats seront animés par Fanny Agostini (journaliste TV et présentatrice météo) Philippe David (Sud Radio), et présidés par Jean-Michel Cousteau (Green Cross France et Territoires).

Nous accueillerons notamment les interventions de Jean-François Clervoy (ESA – en vidéo), Carmen Bouley de Santiago (débat citoyen planétaire), Corinne Lepage (MENE – en vidéo), Luc Laventure (Outremers 360), Nathalie Meusy (ESA), Philippe Mangeard (TKnBlue), Amadou Ba (IPSE), Michèle Sabban (R20+ – Regions of Climate Action), Hervé Deiss (Revue Marine Marchande), Fanny Agostini (journaliste météo), Nicolas Imbert (Green Cross), Houria Tazi Sadeq (Coalition Marocaine pour l’Eau),  Françis-Michel Lambert (Institut de l’Economie Circulaire – en vidéo), Philippe Guettier (Partenariat Français pour l’Eau), Thierry Touchais (Goodplanet), Sandrine Bélier (Humanité & Biodiversité), Eric Villalonga (CEREM – Monaco)…

Les travaux sont structurés selon 3 priorités, et reviendront notamment sur les plans d’action des Conférences Climat (COP et conférences régionales MEDCOPs et Oceania Meetings), comme par exemple le rapport du GIEC sur la cryosphère et l’océan :

  • Améliorons la résilience et la gestion écologique des territoires littoraux et des îles,
  • Stoppons le plastique dans l’océan,
  • Rendons par l’innovation et les engagements le transport maritime plus écologique.

Nous avons plaisir de vous faire parvenir désormais le programme ainsi que votre invitation au colloque « Climat: objectif OCEAN 2017 » du 13 avril, à l’Agence Spatiale Européenne.

 

Présentation


2 ans après le lancement de l’initiative « climat: objectif OCEAN », désormais soutenue par 60 têtes de réseau représentant 30 000 organisations dans 30 pays, il est temps de faire notre prochain point d’avancement, et de préparer la journée mondiale de l’océan, le 8 juin 2017.

Dans un contexte où les connexions entre l’eau, le littoral et l’océan sont de plus en plus évidentes pour toutes les parties prenantes, alors que le cadre des objectifs du développement durable (ODD) permet également de rendre très concrètes nos actions pour le littoral et l’océan, et alors que nous finalisons nos « clés pour agir », il est temps désormais de consolider la feuille de route 2017 du littoral et de l’océan.

C’est pourquoi Green Cross vous invite, en présence et sous la présidence de Jean-Michel Cousteau, à son colloque annuel « climat: objectif OCEAN », qui aura lieu le 13 avril 2017, à l’Agence Spatiale Européenne, à Paris.

Entrée libre sur inscription préalable (obligatoire) – pensez à vous munir d’une pièce d’identité.

Vous avez une initiative à nous suggérer, une proposition à effectuer ? N’hésitez pas: contact@gcft.fr

 

Date, heure et lieu


jeudi 13 avril 2017 // 14h30 – 17h30

Lieu : Agence Spatiale Européenne, 15 rue Mario Nikis, 75015 Paris (proche Unesco)

 

Inscription


http://bit.ly/OCEAN13avril

 

Voici le programme: 

14.30-17.30 Session plénière : « Climat : Objectif Océan » #ClimatOcean

  1. Comment préserver les merveilles de l’océan ?
  2. Transport maritime, sureté et sécurité
  3. 15.45 – 16.00 Pause et photo de famille
  4. Résilience et gestion écologique du littoral
  5. Conclusion et prochaines étapes
    • Restitution de l’initiative « 2017 : stoppons le plastique dans l’océan (#STOPplasticsINtheSEA – http://bit.ly/PLASTICS1304) effectué le matin même
    • ODD et Climat 2, avec une approche concourante pour l’océan et les humains

 

Ouvert à tou(te)s , inscription préalable obligatoire sur http://bit.ly/OCEAN13avril 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/colloque-climat-objectif-ocean-13-avril/

Jan 10 2017

Conférence avec la participation de Nicolas Imbert – LE RÔLE DES FEMMES FACE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Quel est le rôle des femmes face au changement climatique ? Premières victimes du dérèglement climatique et des catastrophes naturelles, car plus vulnérables, les femmes sont de réelles actrices dans la lutte contre le réchauffement climatique et mettent en place des projets favorisant le développement durable. Suite à la COP 21 et aux Accords de Paris, la Fondation Jean-Jaurès poursuit sa mobilisation, avec une conférence publique qui a pour objectif de mettre en lumière le rôle des femmes dans l’élaboration et la mise en œuvre de projets dans ce domaine au niveau local, national et international.

Intervenant-e-s :

  • Hélène Conway-Mouret, sénatrice des Français établis hors de France et directrice du secteur international de la Fondation,
  • Nicolas Imbert, directeur exécutif de Green Cross France,
  • Yveline Nicolas, directrice au sein de l’association féministe Adéquations qui travaille sur les questions de genre et de développement durable,
  • Michèle Sabban, présidente du R20.

Modération : Cyrielle Hariel, journaliste, spécialiste des questions environnementales, chroniqueuse à Ushuaïa TV.

Inscriptions en ligne sur https://arc.novagouv.fr/form_dev/4f23bc9cd7f0b42ebc92a410b58c2ef8/#/formulaire/

Renseignements:

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/conference-avec-la-participation-de-nicolas-imbert-le-role-des-femmes-face-au-changement-climatique/

Nov 16 2016

CoP 22 – nos événements pour le 17 novembre

La journée du 16 novembre a été particulièrement dense en événements.

En matinée, Nicolas Imbert a rencontré, collectivement avec d’autres représentants de la société civile, le Président de la République François Hollande. Ce fut l’occasion d’échanger sur l’avancement de la COP, le sommet africain, et de rappeler l’intérêt d’une reconnaissance large de la Déclaration des Droits et Devoirs de l’Humanité, notamment pour le littoral et l’océan, mais aussi pour une gestion de l’eau et de l’assainissement, de l’alimentation, de l’énergie plus durable.

Ensuite, nous avons assisté à la reconnaissance par le Président des Comores de la Déclaration. L’Union des Comores devient ainsi le premier Etat, par la voix de son Président, à reconnaître la Déclaration des Droits et Devoirs de l’Humanité.

Ce mardi 17 novembre, voici nos événements:

  • de 11h00 à 11h45, nous serons en zone verte, agora territoires, sur l’espace Comité 21, pour une table ronde « finance durable et consommation responsable« ,
  • de 14h00 à 15h30, en zone verte, sur l’agora territoire, nous parlerons biodiversité littorale et terrestre pour la MEDCOP.

Vous trouverez également de nouvelles vidéos sur la WebTV:

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/cop-22-nos-evenements-pour-le-17-novembre/

Océan: des clés pour AGIR – retour sur la conférence du 5 juillet

A l’occasion du lancement de l’ouvrage Océan, des clés pour agir, le 5 juillet, Green Cross France et Territoires avait réuni des intervenants de choix pour débattre des thématiques abordées dans l’ouvrage et a rassemblé un large auditoire.

 

CIMG9144

 

Xavier Lépine, directeur de la Française, qui accueillait l’événement, a introduit le débat en saluant cette époque qui donne l’occasion de repenser le modèle économique et favorise l’émergence de nouveaux acteurs qui se croisent. La vision par silo n’est plus possible et les grandes problématiques de l’homme liées au financement du logement, de la santé, à l’alimentation constituent toujours les grands enjeux. Le défi qui se pose dès lors aux financiers est d’assurer cette transversalité.le 5 juillet des intervenants de choix pour débattre des thématiques abordées dans l’ouvrage et a rassemblé un large auditoire.

CIMG9166

Nicolas Imbert, Green Cross France et Territoires, a alors rappelé que l’exercice va consister pour les acteurs à remettre l’Océan au cœur des débats. L’ouvrage lancé ce jour propose un chemin avec des acteurs diversifiés. L’objectif étant d’oeuvrer pour une gouvernance apaisée et de porter les solutions proposées lors de la Medcop à Tanger et lors des autres conférences internationales à venir. La CoP22 doit être le moment où l’on sort les déchets de l’océan.

CIMG9148
Jean-Michel Cousteau, dans une vidéo, a insisté sur la responsabilité de chacun dans la protection et la préservation de l’Océan, notamment en ce temps de vacances. Il n’y a pas de petit geste et chaque déchet ramassé participe à la préservation de ce bien commun. Protéger l’Océan, c’est aussi nous protéger nous-même, a-t- il affirmé avec force.

CIMG9151
Lors de l première table ronde intitulée « comment l’humanité peut-elle gérer un rapport serein à l’Océan? », Brice Lalonde a rappelé que l’océan est un bien commun que se partagent 195 Etats-nations avec des visions différentes et qu’il est révélateur de constater qu’il n’y a pas d’organisation internationale spécifiquement dédiée à l’océan. Pour Michèle Sabban du R20, il s’avère nécessaire d’actionner des solutions qui amènent du bien-être aux populations des îles submersibles. La campagne des 100 projets permet de préparer des solutions à présenter à Marrakech. Raymond van Ermen a relevé, quant à lui deux bonnes nouvelles en 2016. Les ODD et la CoP 21 actent le changement de méthode de l’humanité qui s’organise pour faire face aux grands challenges. Cela implique des partenariats multi-secteurs, multi-niveaux et la France a une responsabilité particulière du fait de son domaine maritime.

CIMG9156
Quatre points de vue de personnalités issues d’univers variés, ont ensuite été présentés. Séverine Vasselin, comédienne, a évoqué son expérience de l’eau de l’ordre du ressenti et non pas uniquement de la connaissance. Elle a souligné l’hérésie que constitue le fait d’introduire du plastique dans notre propre chaîne alimentaire. Elle a également insisté sur la nécessité pour la population urbaine de se reconnecter à l’eau qui commence dès le caniveau.

CIMG9172

CIMG9175
Luc Lavanture, qui se définit lui-même comme un ultramarin a déclaré que l’outre-mer a structuré l’histoire. Il estime que les routes maritimes commerciales des siècles passés ont préfiguré celles, sous-marines des câbles de télécommunications. Il n’a pas manqué d’ajouter que cela entraîne aussi des inégalités économiques et ramène à la problématique de l’équilibre des territoires.

CIMG9183
Cyrielle Hariel, journaliste, a présenté les « change makers », personnes à l’origine d’initiatives remarquables , innovantes et durables comme Jadav Payeng qui a reboisé une île en friche, Corentin de Chatelperron, qui a construit le premier navire 100% en fibres de jute ou les Bureo Stakeboarding, qui transforment les filets de pêche dérivants et dévastateurs en skateboards. Le changement, ce n’est pas seulement maintenant, c’est surtout possible.

CIMG9191
François-Michel Lambert, député, a répété l’injonction d’aller vers l’économie circulaire afin d’assurer un équilibre terre-mer. Le milieu océanique est un écosystème très abouti dont il peut être tiré bénéfice de manière intelligente et respectueuse par l’aquaponie, notamment. Il a mentionné quelques succès de coopération entre différents acteurs économiques comme à Fos.

CIMG9200

Le débat s’est poursuivi au cours d’une deuxième table ronde sur le thème de « L’économie circulaire, creuset de solutions ». Nathalie Boyer, Orée, a insisté sur les avantages de la mutualisation qui s’observe dans l’écologie industrielle territoriale et portuaire La zone portuaire est une zone d’interface qui concentre des activités et a rappelé l’exemple du grand port de Dunkerque, première démarche en France avec Ecopôle. Boris Fedorovski, Groupement des Industries de construction et activités navales (GICAN), a exposé les possibilités de disposer de navires propres et pourquoi pas à énergie positive, un jour. Il a évoqué les navires à propulsion éolienne et a souligné l’intérêt des plateformes multi-fonctions en mer, là où le littoral est saturé. La conjugaison d’énergies multiples en offshore permet de former une boucle d’économie circulaire. La logique du CO2 est à réinventer selon Jacques Degroote, Algonesia, qui a mis en évidence les promesses phénoménales des micro-algues, disponibles partout. Elles ont des applications dans beaucoup de domaines, en alimentation, en cosmétiques, pour la santé…Sylviane Villaudière, C3D, a soulevé la question du rôle de la société civile. Elle a, a par ailleurs, indiqué le besoin d’aller au-delà de la seule atténuation et de travailler aussi le sujet de l’adaptation. La méditerranée est le laboratoire de tous les maux qui arrivent et en même temps un formidable laboratoire du travail sur la résilience. Il est nécessaire d’articuler l’interface mer/fleuve. Selon elle, les grandes conférences, comme les CoP, ce sont avant toutes choses, le partage des ambitions et des actions.

CIMG9218

Le lancement de l’ouvrage Océan : des clés pour agir s’est conclu par la remise des prix aux lauréats du concours photos. Le prix spécial du jury a été attribué à Xavier Desmier, photographe indépendant, grand spécialiste des sujets de fond liés à l’environnement. Christophe Boisvieux, qui parcourt le monde depuis plus de 30 ans et collabore avec de nombreux magazines internationaux a reçu le premier prix. Ania Freindorf, reconnue pour ses reportages sociétaux en collaboration avec des médias européens, s’est vue accorder le deuxième prix. Enfin, Younes Benseddik, âgé de 16 ans et passionné par l’océan et la photographie a été récompensé par un troisième prix.

.

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/synthese-lancement-5-juillet-ocean-des-cles-pour-agir/

Juin 19 2016

OCEAN: des clés pour agir – Green Cross vous invite le 5 juillet à 18h

9791093022185Nous avons le plaisir de vous convier au lancement et à la mise en débat de notre ouvrage OCEAN: des clés pour agir, qui se tiendra le 5 juillet de 18h à 21h.

Co-dirigé par Jean-Michel Cousteau et Nicolas Imbert, l’ouvrage parlera de climat, d’océan, de littoral, d’économie circulaire, des pollutions…et de l’humanité.

Parmi les premiers débattants : Jean-Michel Cousteau (message vidéo), Brice Lalonde, Arnaud Leroy, Boris FedorowskiIsabelle Poitou (à confirmer), Michèle Sabban, Patricia Savin, Claire Tutenuit, Séverine Vasselin…

Réservez dès maintenant votre 5 juillet de 18h à 21h, Groupe la Française (128 Boulevard Raspail, 75 006 Paris). Nous comptons sur vous.

Il est nécessaire de s’inscrire dès maintenant sur http://bit.ly/OCEAN5juillet (une pièce d’identité sera demandée à l’entrée).

Il sera possible d’acheter l’ouvrage au prix de 5 euros, et il vous sera livré à parution. 

 

Tout nouvel adhérent ou adhérent renouvelant sa cotisation avant le 5 juillet recevra EN CADEAU par la poste un des premiers exemplaires papier de l’ouvrage. Pour adhérer: http://gcft.fr/WP/soutenir/

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/ocean-des-cles-pour-agir-green-cross-vous-invite-le-5-juillet-a-18h/

Economie circulaire et coopération décentralisée – une belle conférence de lancement

C’était le 27 avril à l’Hotel de Ville de Paris

9791093022161

A l’invitation d’Antoinette Guhl, adjointe à la Maire de Paris en charge de l’Economie Sociale et Solidaire, de l’innovation sociale et de l’économie circulaire, Green Cross a mis en débat l’ouvrage « économie circulaire et coopération décentralisée: des clés pour agir », disponible depuis ce jour sur le site http://www.desclespouragir.fr

 

 

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Antoinette Guhl adjointe à la Maire, Ville de Paris.

En introduction, Antoinette Guhl a rappelé les engagements de Paris, et la mise en place d’une réelle stratégie de coopération dans l’économie circulaire. Elle a également salué la diversité des actions locales d’économie circulaire, et présenté comment une mise en synergie des initiatives locales et avec les collectivités jumelées pouvait avoir des résultats concrets et opérationnels.

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Jean-Claude Lévy

 

Jean-Claude Lévy a rappelé alors que  l’économie circulaire est un processus graduel, intégratif, applicable à tous les niveaux,  qui s’impose mais qui ne s’impose pas seul. C’est une hypothèse qui s’exprime par le concept tout autant que par l’action. L’économie circulaire est un outil qu’il nous faut apprivoiser, une manière de penser et d’agir pour et sur le territoire, elle ouvre des possibilités extraordinaires pour un processus décisionnel.

 

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Jean-Luc Da Lozzo, Cler-Verts, Nicolas Imbert, Director Green Cross France

Lors de la première table ronde, modérée par Henri Landes, Denis Dangaix a fait part des retours d’expériences de la coopération initiée par l’ARENE avec Dakar – plus qu’un projet d’agro-écologie, de production d’énergie ou de développement local, c’est une coopération effective ayant permis l’apprentissage mutuel entre deux cultures, le développement économique et la rencontre de deux systèmes de gouvernance. Jean-Luc Da Lozzo a alors présenté le retour d’expérience du projet Cler’Verts et la synergie locale créée dans l’agglomération toulousaine entre des producteurs de fermentescibles, des utilisateurs de composts et d’énergie. Chacun peut le faire: la reproduction d’Organic’ Vallée est possible partout en France, et au-delà. Nicolas Imbert, présentant alors les éléments de méthodologie mis en valeurs dans l’ouvrage, rappelle que ces travaux impliquent des choses opérationnelles, réplicables. L’économie circulaire ne se décrète pas, elle se vie, se détecte, s’identifie, s’analyse et se fertilise: le top down ne marche pas en économie circulaire.

Les différentes expériences et contributions démontrent l’imbrication des enjeux sociaux et environnementaux dans l’économie circulaire. La coopération décentralisée y joue un rôle majeur et l’exemple de la coopération entre la région de Dakar et de celle de l’Ile de France menée par l’ARENE IDF en témoigne. Cette collaboration ne peut s’envisager sans une approche au plus près des territoires et des populations.

 

A l’issue de cette table ronde, Corinne Lepage a notamment préciser que beaucoup de choses pouvaient être effectuées, dès maintenant, et ce sans attendre de nouvelles mesures législatives. Ainsi, sur les 100 mesures préconisées dans son rapport sur les acteurs du nouveau monde, remis à Ségolène Royal en 2015, 80 peuvent être mis en place dès maintenant.

La mise en réseau est essentielle, tout comme la transversalité, permettant à chacun de contribuer.

 

Après cette première table ronde, il a été procédé à la remise des prix et au lancement de l’exposition photo: économie circulaire et coopération décentralisée, en présence des lauréats.

Le palmarès a été promulgué:

3ème prix – 3 ex-aequo: Séverine Beaudot, Marie’L, Anita Pouchard Serra

2ème prix – 2 ex-aequo: Maylïs Rebeyrotte et Fred Payet

1er prix: Baudouin Mouanda

Prix spécial du jury: Ania Freindorf

Il a ensuite été procédé au lancement de l’exposition.

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lors de la seconde table ronde, de nombreux échanges passionnés ont eu lieu sur l’importance de l’éducation, de la mobilisation de tous, entreprises, territoires, dirigeants et sociétés civiles. L’échelle pertinente d’une économie circulaire est celle du territoire, de sa population, de son économie et surtout informelle.  Michèle Sabban a ainsi rappelé que les régions était un échelon particulièrement pertinent pour  mettre en place la transition écologique, comme le montre le réseau R20+ créé au lendemain de la Conférence de Copenhague et qui porte le thème de la subsidiarité comme une réponse aux enjeux environnementaux.

Comme l’a rappelé Claire Tutenuit, La question de l’intégration de l’économie circulaire, qui ne soit pas une simple addition de fonctionnalités, sur ou -à la place – d’une économie linéaire pose question. Son acceptation aussi est l’une des clés à déterminer car l’économie circulaire doit s’imposer, certes, mais ne s’impose pas seule – elle est l’apanage d’entreprises, de territoires travaillant ensemble avec des citoyens.

Comment la détecter, comment la définir, comment la financer  à l’échelle territoriale mais aussi dans les politiques de développement dans le cadre de l’aide au développement, constituent autant de points de questionnement auxquels les intervenants ont apporté par leurs expériences des réponses réplicables.

Une réponse au défi de l’intégration de l’économie circulaire réside incontestablement dans l’éducation  tout au long de la vie. L’exemple fourni par l’IPAG Business School de Paris, que Dominique Bonet Fernandes a présenté, montre comment on peut intégrer cet enjeu au cœur de l’apprentissage en croisant les expériences, les domaines, les secteurs, comme en témoigne une étude du business model d’Emmaüs réalisée par des étudiants. Il illustre aussi que insertion, développement durable peuvent signifier rentabilité. C’est d’ailleurs le levier de la rentabilité qui fait intégrer l’économie circulaire dans les business models classiques des entreprises comme  en atteste les exemples d’Etam ou de Paprec.  Les flux offrent des opportunités de circularité mais aussi parfois des limites dues à l’éloignement des entreprises complémentaires. Cela suscite l’émergence de rôles nouveaux pour les entreprises et les collectivités comme le montre le projet Organic’Vallée.

Comme l’a rappelé en conclusion Mohammed Taoufik Adyl, la COP 21 cite l’économie circulaire comme solution et la COP 22 sera le temps des solutions. La problématique de l’eau au Maroc trouve des solutions dans une  démarche locale puis régionale. Ces solutions peut  être répliquées dans d’autres endroits du globe.

Le propre des clés est que celui qui les reçoit se les approprie pour, à son tour, ouvrir des possibilités. C’est en ce sens que l’ouvrage est désormais lancé, et que chacun peut s’en emparer.

Comment se procurer l’ouvrage ? ICI


 

Quelques photographiques complémentaires pour revivre l’événement.

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Antoinette Guhl adjointe à la Maire, Ville de Paris.

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Jean-Claude Lévy

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Dominique Bonet Fernandez, IPAG

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Henri Landes, Energy and Climate Policy Advisor for the President of Assemblée nationale

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Jean-Luc Da Lozzo, Cler-Verts

Jean-Luc Da Lozzo, Cler-Verts

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Nicolas Imbert, Director Green Cross France, Henri Landes, Energy and Climate Policy Advisor for the President of Assemblée nationale

Nicolas Imbert, Henri Landes

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Corinne Dominique Marguerite Lepage, French politician.

Corinne Lepage

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Nicolas Imbert, Director Green Cross France

Beaudouin Mounda

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Nicolas Imbert, Director Green Cross France

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Michèle Sabban, French politician

Michèle Sabban

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Mohammed Taoufik Adyel

Mohammed Taoufik Adyel

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France, Nicolas Imbert, Director Green Cross France

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France

NGO, GCFT, Green Cross France et Territoires, Conference Economie Circulaire, Cooperation Decentralisee, Des cles pour agir, Hotel de Ville, Paris, France

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/economie-circulaire-et-cooperation-decentralisee-une-belle-conference-de-lancement/

Conférence-débat de lancement « économie circulaire et coopération décentralisée: des clés pour agir » le 27 avril de 14h à 17h à l’Hotel de Ville de Paris

A l’occasion du lancement de l’ouvrage « économie circulaire et coopération décentralisée: des clés pour agir », Green Cross vous convie à la Mairie de Paris, le 27 avril  2016, de 14h à 17h.

Premiers intervenants confirmés: Antoinette Guhl (adjointe à la Maire, Ville de Paris), Jean-Claude Lévy, Dominique Bonet Fernandez (IPAG), Denis Dangaix (ARENE), Jean-Luc Da Lozzo (Cler-Verts), Nicolas Imbert (Green cross), Michèle Sabban (R20+), Mohammed Taoufik Adyel (Maroc – Cop22)…
Inscription gratuite et obligatoire, en ligne sur http://bit.ly/27avrilCLES

Programme:

14h- 14h15: Mot d’accueil et introduction

14h15 – 14h30: Economie circulaire et coopération décentralisée – en quoi c’est important

14h30 – 15h15: Table ronde 1: la perception des acteurs de l’économie circulaire

15h15 – 15h40: remise des prix du concours photo, en présence des photographes, et parcours de l’exposition 

15h40 – 16h25: Table ronde 2: quels apports à l’économie circulaire

16h25 – 16h45: intervention de conclusion

Vous pouvez également commander dès maintenant l’ouvrage sur le site GCFT.fr, surAmazon, et dans toutes les bonnes librairies et bons kiosques à journaux.
_________________

Lien Permanent pour cet article : http://gcft.fr/WP/conference-debat-de-lancement-economie-circulaire-et-cooperation-decentralisee-des-cles-pour-agir-le-27-avril-de-14h-a-17h-a-lhotel-de-ville-de-paris/

Page suivante »